Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Avenir de la presse : qui survivra à la révolution de nos modes de consommation de l’information ?

A l'occasion de son cinquième anniversaire, la revue XXI publie un manifeste pour un autre journalisme. Les auteurs, Patrick de Saint-Exupery et Laurent Beccaria, dénoncent un "bluff technologique" : le numérique accentue, selon eux, la crise de la presse.

La fin du papier ?

Publié le
Avenir de la presse : qui survivra à la révolution de nos modes de consommation de l’information ?

"Lorsque je lis le Monde sur papier ou sur ma liseuse, c'est le même journal." Crédit Flickr/NS Newsflash

Atlantico : A l’occasion de ses cinq ans d’existence, le magazine XXI publie avec son numéro de janvier un manifeste pour un autre journalisme. Manifeste qui pose la question de l’avenir de la presse à l’heure ou le lectorat diminue et les modes de consommations se  transforment. Quels sont les types de médias qui vont survivre à cette révolution ?

Benoît Thieulin : En France, on se focalise toujours beaucoup sur une soi-disant crise de la demande concernant la presse. Les gens n'auraient pas envie de lire. Or, en réalité, l'un des facteurs de la révolution digitale, c'est plutôt le retour de l'écrit et de la lecture.

Dans le métro, les gens passent leur temps à lire et écrire. On ne peut parler de crise de la demande au moment où le public consomme autant d'écrits. A mon avis, le principal problème en France provient de l'offre. Les journaux, en particulier la presse écrite quotidienne, manquent de valeur ajoutée, notamment parce que l'information très chaude est relayée par d'autres médias comme les réseaux sociaux ou les chaînes d'info. Cette information-là ne constitue pas une valeur ajoutée suffisante pour que les gens achètent leurs journaux.

Cela ne veut pas dire pour autant que les gens n'ont pas envie d'avoir une information de fond et de qualité. A l'inverse, l'un des effets pervers de la révolution numérique, c'est qu'il y a trop d'informations, qu'elle est trop foisonnante et trop technique. Beaucoup de nouveautés sont apparues à l'occasion de la présidentielle comme le "fact-checking". Cela correspond à une demande de plus en plus forte de la population de décryptages et d'analyses. La génération de mes parents regardait la télé, la génération de mes enfants lit beaucoup plus dans son quotidien. En réalité, les gens connectés à l'actu de manière écrite sont aujourd'hui plus nombreux qu'il y a 30 ou 40 ans. En revanche, le type d'informations qu'ils vont consommer va être très différent. Celles pour lesquelles ils vont être prêts à consommer vont absolument avoir une valeur ajoutée importante. Les journaux se recentrent de plus en plus sur l'analyse, le décryptage, l'investigation et la pédagogie. J'y vois moins une crise qu'un nouvel âge d'or du journalisme. En revanche, cela ne veut pas dire qu'il s'agit d'un âge d'or des journaux tels qu'on les a connus. Les transformations sont puissantes.

La presse traditionnelle et les nouveaux médias peuvent-ils coexister ou les grands quotidiens sont-ils voués à disparaître pour laisser place à la presse en ligne ?

Aujourd'hui, la presse et les nouveaux médias cohabitent. La plupart des grands journaux papier sont aussi les grands journaux en ligne. Sur un positionnement différent, on voit aussi émerger les "pure players" comme Rue 89 et Atlantico. La France est d'ailleurs un des pays au monde où il y a eu le plus de créativité dans ces nouveaux médias. Ce n'est pas un hasard. En France, la crise de l'offre médiatique était peut-être plus importante qu'ailleurs. Beaucoup de journalistes comme Pierre Haski ou Edwy Plenel ont quitté la presse traditionnelle pour inventer de nouveaux formats et faire du journalisme différemment. Aujourd'hui, la presse traditionnelle et les nouveaux médias cohabitent et cela fonctionne plutôt bien.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Sesmar2 - 09/01/2013 - 09:12 - Signaler un abus J'aime beaucoup

    la phrase: faire du journalisme différemment! en effet il est différent et il n'y a pas photo entre le papier et la tablette ou l'ordinateur. Je voudrais assimiler cette phrase à la demande de milliers de lecteurs qui demandent aux journalistes de dire la vérité quelque soit leurs idées politiques, et d'avoir le courage de poser les bonnes questions à nos politiciens. par exemple: C'est vous les politiciens avec les banques qui avez causé ou aggravez la crise! Vous les gouvernants vous avez continué à distribuer des aides (à fond perdu) à un grand nombre de pays de l’Afrique alors que notre pays était surendetté et qu'ils augmentaient les impôts! etc.. il y a milles bonnes questions que nos journalistes devraient poser mais auraient-ils peur ou bien n'ont-ils plus le respect de leurs lecteurs? Nous on croit suir tout qu'ils veulent faire la pluie et le beau temps sans s'occuper des clients.

  • Par Skagerrak - 09/01/2013 - 09:52 - Signaler un abus Trop chère

    et trop orientée , la Presse papier est devenue hors de prix ! Comme la baguette ! Avant l'euro un quotidien était à 1fr10 ou 1f50 , maintenant ,1euro50 ! Les 2 prix se suivent scandaleusement . Le pire dans les journaux est qu'ils nous manipulent et ne rèvèlent que les infos qui les arrangent .C'est à nous d'aller chercher sur les net et la presse étrangère ce qui nous interesse . Et surtout de faire savoir autour de nous ce que nous avons appris , que le public n'ait pas comme seul moyen d'information la télé et les radios toutes aussi orientées à gauche .

  • Par Iletvilain - 09/01/2013 - 10:20 - Signaler un abus La presse n'a plus de liberté

    Trop inféodée à ses propriétaires et à leurs réseaux. Pourquoi l'acheter pour se faire intoxiquer, ou pour ne pas être informé ? Petite illustration : "Liberté de la presse et secret bancaire" http://www.grincant.com/2013/01/07/liberte-de-la-presse-et-secret-bancaire/

  • Par Anemone - 09/01/2013 - 10:28 - Signaler un abus Comparer

    Comparer rue 89 et Atlantico, faut oser le faire! sans autre commentaires. Cette phrase exprime totalement le parti pris de l'auteur de cet article!

  • Par Equilibre - 09/01/2013 - 11:10 - Signaler un abus @ Anemone

    Dans le contexte, non. Les deux existent uniquement sous format électronique, et non papier.

  • Par laurentso - 09/01/2013 - 11:21 - Signaler un abus Longue vie à la revue XXI

    Le concept le plus original, le plus novateur et le plus exigeant de ces dernières années. Le succès de cette revue -qui y croyait il y a cinq ans ?- prouve qu'une oeuvre de qualité peut trouver son public.

  • Par Titan75 - 09/01/2013 - 13:13 - Signaler un abus La presse française :

    - trop chère - trop orientée - trop prisonnière des coûts de distribution (CGT) - trop en retard souvent sur le numérique

  • Par troiscentsalheure - 09/01/2013 - 13:34 - Signaler un abus Le syndicat du livre et le SNPP sont les premiers responsables

    Un conducteur de rotative est payé 5000 € par mois. Recevoir son journal avant de partir au travail n'a jamais été possible en France en dehors des grandes villes. Quant au contenu des journaux du week-end il vaut mieux éviter de comparer l'offre des journaux français à celle des journaux des pays du nord de l'Europe...C'est la qualité du journalisme qui est responsable de la baisse des ventes. les ventes de Libération ont chuté de 30 % depuis la vraie fausse affaire Arnault. Il faudrait un jour que les journalistes décident s'ils sont des journalistes ou des hommes politiques, vérifient leurs informations et aient une analyse originale ou pertinente.

  • Par CN13 - 09/01/2013 - 16:03 - Signaler un abus L'avenir de la presse, dites-vous !

    Ne trouvez-vous pas qu'il y a TROP de journalistes en France ? tout le monde se bombarde "journaliste", même les animateurs de télé... On ne voit pas du tout la même quantité pour d'autres corps de métier. C'est à croire que c'est plus facile de gagner sa vie en débitant les mêmes conneries.

  • Par Ravidelacreche - 09/01/2013 - 17:31 - Signaler un abus La fin du papier?

    M...euuu...!

  • Par troiscentsalheure - 09/01/2013 - 20:57 - Signaler un abus A CN13

    15 % des journalistes ont fait une école de journalisme et ce pourcentage est en baisse ces dernières années...

  • Par vangog - 09/01/2013 - 23:47 - Signaler un abus Le Numérique accentue la crise de la presse "dirigée"

    ...par la pensée unique nourrie des enseignements archaïques et idéologiquement orientés. L'adhésion aux nouveaux modes de consommation journalistique est le signe d'un virage libertaire et d'une défiance vis a vis des productions journalistiques archaïques et noyautées par les systèmes politiques qui y ont trouvés les avantages les plus conséquents, lors des dernières décennies. La manipulation de nos consciences par les pouvoirs politiques et idéologiques n'est plus "de mise" et signe la mort de ceux qui se sont délectés de cet orgueil nauséabond...

  • Par vangog - 09/01/2013 - 23:48 - Signaler un abus Le Numérique accentue la crise de la presse "dirigée"

    ...par la pensée unique nourrie des enseignements archaïques et idéologiquement orientés. L'adhésion aux nouveaux modes de consommation journalistique est le signe d'un virage libertaire et d'une défiance vis a vis des productions journalistiques archaïques et noyautées par les systèmes politiques qui y ont trouvés les avantages les plus conséquents, lors des dernières décennies. La manipulation de nos consciences par les pouvoirs politiques et idéologiques n'est plus "de mise" et signe la mort de ceux qui se sont délectés de cet orgueil nauséabond...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Thieulin

Benoît Thieulin est le fondateur de l'agence La Netscouade.

En 2006-2007, il a participé à la campagne Internet de Ségolène Royal, notamment à travers la création du site Désirs d'Avenir.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€