Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 18 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’avenir de la gauche plombé par la haine entre La France Insoumise et Manuel Valls

Les passes d'armes s'enchaînent entre Jean-Luc Mélenchon et Manuel Valls. Dans un récent tweet, le leader de La France insoumise a déclaré : "Corvée : siéger avec l'ignoble Valls à la commission Nouvelle-Calédonie".

Gauches irréconciliables

Publié le
L’avenir de la gauche plombé par la haine entre La France Insoumise et Manuel Valls

Atlantico : Ici, qui vient-il trahir ?". Qu'est-ce que cette animosité révèle de l'état de la gauche aujourd'hui en France ?

Virginie Martin :  Cette joute met en lumière des questions latentes à gauche et révèle deux gauches. Une gauche dans une conception de République plus surplombante, avec la conception de l'universalité a la Française, qui dit que la République doit être Une et indivisible (Valls) et une vision culturaliste (Mélenchon) qui dit que finalement, nous sommes ces différences, et qu'il faut les faire vivre (dialectique de la diversité). On tient là un écartèlement de cette gauche. Une gauche culturaliste et une gauche universaliste.

La question terroriste rebat les cartes, bien sûr, car beaucoup ont envie de dire que la gauche culturaliste a échoué et qu'il faut s'en remettre à cette gauche universaliste. C'est pour cela qu'à travers Manuel Valls (même si l'homme n'est pas porteur) c'est cette  gauche qui se réveille et revient au-devant de la scène. Le problème est que Macron ne résout pas cette affaire. Il la fait disparaître. Mon livre "Ce Monde qui nous échappe" a comme sous-titre "Pour un universalisme des différences", et qui est un appel à la réconciliation de ces gauches. Il y a une fracture profonde qui crée un climat délétère.

De la part des "culturalistes", on estime que les propos sur les insécurités culturelles sont "des discours frontistes déguisés". Ils estiment que lorsque l'on est dans une Republique une et indivisible, c'est nier l'identité culturelle de l'autre. C'est ce qui est sous-entendu chez Mélenchon.

La gauche de Valls affirme, de son côté, qu'il faut "tenir la France" qu'il ne faut pas commencer à parler de Bretons, Arabes, mais parler de la France entière, et que plus on accepte la diversité plus après on a des mouvements centrifuges qui ne font plus unité.

Ce que nous disent ces déclarations, c'est que le conflit entre ces deux gauches n'est pas réglé. Il l'a été ponctuellement au regard de l'état d'urgence, pour des questions sécuritaires avec Valls aux manettes. Mais derrière ça hurle, il y a des gens qui travaillent à dire qu'ils veulent une France culturaliste d'un côté ou universaliste de l'autre.

Est-ce que ces deux gauches sont réconciliables à l'avenir selon vous ?

Il faut créer recréer quelque chose qui rend ces deux bouts conciliables. Quelque part Mélenchon n'a pas tort, et Valls n'a pas tort. Il faut faire un mais un dans le multiple et c'est là que cela devient compliqué. Tous les deux, d'une certaine manière, raisonnent sans prendre en compte la complexité de notre monde. Si je prends une réponse vallsiste, j'ai une réponse assez primaire qui dit "non au hallal, non au kasher, non à la Bretagne…". Sauf que tous ces gens ont envie d'exister aujourd'hui et Manuel Valls se trompe d'époque.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 04/10/2017 - 10:22 - Signaler un abus Des collabos et des résistants...

    Dans la gauche, plus que partout ailleurs, il y a des collabos, autrefois du Marxisme soviétique, aujourd'hui du mondialisme et de l'islamisme, bref, de tout ce qui est artificiellement capable de détruire une identité nationale patiemment forgée par l'histoire...et puis il y a les résistants, un peu paumés comme Valls, héritiers du Chevenementisme, qui ne se reconnaissent plus dans le logiciel destructeur d'identité de la gauche, mais ne parviennent pas non plus à s'extraire du dogmatisme gauchiste. Ces résistants gauchistes sont en perte d'identité politique. Le Front National a une identité fiable et pérenne à leur proposer...

  • Par Carl Van Eduine - 04/10/2017 - 12:11 - Signaler un abus Liberté Egalité Fraternité_la République Multiple et Indivisible

    Il ne suffit pas de noter la différence entre universaliste et culturaliste. Il faut admettre qu'il y a un universalisme, et des culturalismes. Se posent deux questions quant à l'universalisme : d'abord quel est son socle fondateur ,_ pour nous, c'est Liberté, Egalité, Fraternité et, mais c'est en plus, la République Une et Indivisible ? ensuite, cet universalisme s'impose-t-il au culturalisme ? : oui, de part le Indivisible, qui est une frontière aux droits des peuples à disposer d'eux mêmes _ mais quand s'arrête le peuple et où commence la faction ? A partir de là, il suffit d'admettre le culturalisme dans l'universalisme, ce qui donne territorialement une fédération. Mais un culturalisme, tel le halal, n'est pas forcément territorial. Alors , le culturalisme s'arrête là où il menace les valeurs, droits de vote ou pas ? Evidemment. Le problème n'est pas le culturalisme territorial, il se résoud par la fédération d'une nation Indivisible. Ni dans le culturalisme, tant qu'il respecte les valeurs communes. Mais s'il ne le respecte pas, il faut interdire et / ou bannir . Car c'est un crime contre l'esprit du pays, contre ses valeurs, son indivisibilité. POINT BARRE

  • Par Marie-E - 04/10/2017 - 12:58 - Signaler un abus en fait je ne désole pas

    pour la gauche et encore moins pour la France insoumise. Ce qui m'ennuie le plus, c'est pour Valls qui a eu la malchance d'être 1er ministre sous Hollande. Je l'ai écouté il n'y a pas longtemps lors d'un colloque sur la sécurité à Hertzlya, il n'a rien à voir avec Melanchon, Autain et Obono;

  • Par ikaris - 04/10/2017 - 14:01 - Signaler un abus Marketing quand tu nous tiens

    Virginie Martin dont les analyses figurent dans Atlantico comme une rubrique exotico-comique nous frappe une fois de plus par sa naïveté ! Elel feint de croire à un duel idéologique de penseurs. Réveille toi un peu Virginie ! Valls et Mélanchon se positionnent selon des niches électorales électorales et du marketing politiques, pas selon leur conviction profonde ! Melanchon drague davantage l'electorat immigré non assimilé et il s'est bricolé une doctrine ... quand Valls ressort du placard un républicanisme façon 3eme ripoublique (dont on sait comment elle a fini) qui correspond mieux à un électorat qu'il espère cristaliser mais qui est encore largement virtuel (surtout dans son "fief" d'Evry).

  • Par Anouman - 04/10/2017 - 21:56 - Signaler un abus Valls

    Mais Valls n'est pas (et n'a jamais été) de gauche. D'ailleurs il a rejoint avec enthousiasme les centristes de LREM (et il me semble qu'il est maintenant adhérent). Il n'y a rien à construire entre Valls et Mélenchon. Macron a le monopole de la gauche centriste européiste et il ne va pas faire de place à grand monde, d'autant qu'il n'y a personne de sérieux (c'est à dire de médiatique) pour occuper l'espace.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Virginie Martin

Virginie Martin est docteur en sciences politiques, professeure-chercheure à Kedge Business School et présidente du Think Tank Different.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€