Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 04 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Avec NeoSquat n'achetez plus vos meubles, louez-les

Depuis 2 ans, NeoSquat propose un service de location de meubles. A travers un site de e-commerce facile d’utilisation, la start-up dynamique a pour objectif de simplifier les emménagements et déménagements des personnes à très forte mobilité comme les étudiants.

La Start-Up du Jeudi

Publié le
Avec NeoSquat n'achetez plus vos meubles, louez-les

L’idée germe lors de leur arrivée à Paris pour effectuer leurs stages. Comme beaucoup d’étudiants, elle fut compliquée : de visite en visite, impossible pour William Genis et Quentin Peretti de trouver un appartement meublé dans leur budget. Quentin raconte avoir "dormi dans la cuisine d’un copain pendant un mois". Pour les étudiants mobiles qu’ils sont, comment meubler un appartement sans exploser ses frais, sans moyen de locomotion et en sachant qu’il faudra tout revendre dans 6 mois ? L’année suivante, Quentin part à Chicago et découvre le service de location de meubles ultra développé aux Etats-Unis, avec des "catalogues très étoffés".

Pour répondre à ce besoin et motivés par une "envie commune d’entreprendre", William et Quentin se lancent dans l’aventure NeoSquat, site de e-commerce pour louer meubles, électroménager et équipement multimédia. Le but, louer ces biens pour une période précise, en moyenne entre 8 et 10 mois. "Notre philosophie était d’aller tester un modèle qui n’existait pas" racontent les deux entrepreneurs.

"On a jamais réfléchi en se disant qu’on irait chez Ikea quand il y aurait de la demande" détaille Quentin. En cherchant à louer du mobilier d’une réelle qualité et à livrer le plus rapidement possible plutôt qu’à réduire les prix des meubles, les jeunes entrepreneurs ont "préféré proposer un catalogue plus restreint mais être sur de pouvoir répondre à leurs clients du jour au lendemain".

Dans cette logique de rapidité et avec le credo "Si on veut le faire, il faut le faire bien", ils achètent le mobilier et un camion, trouvent un entrepôt à Villeparisis. "Il y a beaucoup d’actifs, c’est de la logistique" reconnait William. Incubés d’abord à Skema, sur le campus de Sophia-Antipolis, l’équipe NeoSquat a désormais rejoint Le Comptoir, incubateur à Bobigny, où ils planchent sur l’avenir de leur start-up. Hadrien, un ancien copain de promo, a également rejoint l’équipe.

Le concept a pour vocation de faciliter  la vie des gens à très forte mobilité: jeunes actifs, expatriés, couples, étudiants en fin de cursus... Avec la possibilité d’acheter le mobilier pour moins cher à terme, NeoSquat se veut garant d’une grande flexibilité.

William a 26 ans, Quentin en a 25. Ils se sont rencontrés à la Junior Entreprise de Skema Business School, dont le premier était président et le deuxième chef de projet. "On voulait monter une boîte ensemble" expliquent les deux jeunes diplômés. De cette envie de devenir entrepreneurs, des "héros des temps modernes" d’après leurs mots, NeoSquat voit le jour il y a presque deux ans.

Diplômés de la même école, William et Quentin partagent les "mêmes valeurs du boulot : sérieux et responsabilité". Alors que Quentin a une réelle fibre commerciale et une aisance avec les outils de création, William s’occupe des chiffres, de la gestion des stocks et des fournisseurs. "Quentin s’occupe de tout ce qu’on voit et moi de tout ce qu’on ne voit pas. Moi, je n’ai pas d’idées mais j’arrive à formaliser celles de Quentin" s’amuse William. Contents de pouvoir compter l’un sur l’autre quand ils se lèvent à 4h du matin au début de l’aventure, les deux copains sont fiers de leur complémentarité.

Quant ils se lancent, NeoSquat arrive sur le marché de la location de mobilier après Homat qui répond aux demandes des entreprises uniquement et location-pour-etudiant, spécialisé dans l’ameublement de studio. Le concept est encore relativement nouveau. Aujourd’hui, la concurrence explose. De fait, pour se différencier des nombreux nouveaux arrivants, William et Quentin compte sur l’attrait de leur catalogue, mais surtout sur la qualité de leur service. "Si l’objectif est d’avoir un beau canapé, il vaut mieux aller chez Ikea ou chez Casto, où le client aura le choix du tissu, de la couleur… Si l’objectif est d’être livré un jour précis, il faut venir chez nous. A quelle vitesse va-t-on faire un devis, à quelle vitesse va-t-on livrer, voilà comment on peut se différencier". Avec un délai de livraison entre un jour et une semaine, Quentin et William font toujours quelques livraisons en période de gros rush.

"Ce qui nous excite, c’est la démarche entrepreneuriale", reconnaissent William et Quentin. Ils aimeraient créer une ou deux autres entreprises dans les prochaines années. Pour NeoSquat, le pari sera relevé quand ils auront "créer une société qui crée de la valeur, qui emploie des gens".

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€