Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 24 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Avec son missile hypersonique, la Chine accélère pour rattraper son retard sur les Russes et Américains

La Chine a déclaré avoir testé avec succès un missile hypersonique. Le Starry Style 2, capable de déjouer tous les systèmes de défense actuels. Pour exemple, il peut attaquer en deux heures n’importe qu’elle pays dans le monde.

Sonic

Publié le
Avec son missile hypersonique, la Chine accélère pour rattraper son retard sur les Russes et Américains

 Crédit Reuters

Atlantico : Pouvez-vous expliquer ce qu’est le Starry Style 2 ?

Jean-Vincent Brisset : Ce n'est en fait pas grand chose d’incroyable. Ce missile hypersonique a été envoyé par une fusée : c'est d'abord un missile balistique classique, un lanceur de satellite au bout duquel on accroche un planeur hypersonique qui va rester à une vitesse de l’ordre de 6 à 10 fois la vitesse du son jusqu’à son objectif, avec une possibilité de manœuvre.

Le premier projet de ce type est un projet américain et date de la fin des années 50.

Donc il n’y a rien de nouveau. Mais la Chine a bénéficié d’avancées qui lui sont propres. Et aussi d’avancées qui relèvent du "patrimoine de l’humanité" si l'on peut dire. Cela comprend l'élaboration de matériaux qui résistent très bien à la chaleur et des possibilités du point de vu électronique et mathématiques qui permettent de continuer à pouvoir dialoguer avec le missile une fois qu’il est lancé.

Un sénateur américain a déclaré en mars dernier « à l’heure actuelle, nous ne pouvons rien contre cette menace ». Les systèmes anti-missiles ne sont donc pas capables de faire face à cette menace ?

Les anti-missiles sont une technologie extrêmement compliquée et c'est quelque chose qu’il est difficile à mettre en œuvre. Les US ont une petite avance dans le domaine, mais n'en garantissent pas l’efficacité à 100 %. Par ailleurs, le lancement de missiles anti missile est possible à condition d’avoir une seule cible à détruire. S’il y a une multiplication de cible, cela devient rapidement impossible. Donc oui, c’est une nouvelle menace importante, mais nous restons dans le domaine de l’apriori, un peu comme les frappes nucléaires qui dépassent rarement l’avertissement. La Chine fait beaucoup de publicité mais il faut savoir que les US et la Russie développent aussi ce genre de système. Ce sera sûrement beaucoup plus perfectionné et plus fiable que ce que propose la Chine.

Où se positionne la Chine dans cette course à l’arme hypersonique et ou en sont les autres pays ? France, Russie, Etats unis…

Aucun programme hypersonique en France n'est en cours.

La Russie et les US ont depuis des années (fin des années 60) et sans aucune interruption testé des systèmes hypersoniques. Certains ont même volés. Avec des possibilités de récupérations. Donc ces expérimentations existent déjà. S’il n'y pas d’urgence du côté américains (ça coûte très cher et que ça n’importe pas grand-chose par rapport à ce qui existe déjà aujourd’hui), c'est d’avantage une priorité pour la Russie qui développe des systèmes à très haute vitesse aussi bien dans le domaine des missiles haute altitude que basse altitude.

Où en est la Chine en termes de puissance militaire ?

La Chine avance très vite sur le plan militaire, mais c'est parce qu'elle est partie de loin. Elle a découvert dans les années 90 qu’elle était complétement dépassé. À l’époque, le militaire chinois était la dernière priorité pour le pays. Par la suite, l'armée chinoise a copié l’URSS et développé des filières locales. Mais elle a encore de gros problèmes dans le domaine de la motorisation (bateau, avion et chars).

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Vincent Brisset

Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.

Il est l'auteur de Manuel de l'outil militaire, aux éditions Armand Colin (avril 2012)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€