Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 19 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Avec l’explosion de l’assistance vocale, il n’y a pas que la SNCF ou Siri qui vont devoir trouver leur voix

C’est l’une des tendances majeures des nouvelles technologies, révélée lors du dernier Consumer Electronic Show de Las Vegas : l’avènement des assistants vocaux.

Défi

Publié le
Avec l’explosion de l’assistance vocale, il n’y a pas que la SNCF ou Siri qui vont devoir trouver leur voix

Le directeur de la recherche-marchés de la Consumer Technology Association (CTA), Steve Koenig, a expliqué à Las Vegas que le marché de la commande vocale n’était pas seulement en hausse, mais en pleine « explosion ». Quelle est l’ampleur exacte du phénomène ?

Mickael Boumendil : Dans le monde des applications et de l’interaction entre la marque et ses clients, la prochaine révolution - déjà entamée - sera bien vocale. La voie tracée par Amazon, Google ou Apple ne laisse planer aucun doute : météo, comptes bancaires ou menu sushi seront bientôt consultés et commandés à la voix. Et le succès d’Alexa ou de Google Home est avant tout le succès de la relation audio. L’Association américaine CTA prévoit que 43,6 millions d'enceintes connectées seront vendues aux Etats-Unis cette année, soit une progression de 60% par rapport à 2017 et ainsi atteindre un chiffre d’affaires de 3,8 milliards de dollars.

Sur la seule côte ouest des Etats-Unis, plus de 6 000 applications ont d’ores-et-déjà engagé des développements informatiques visant à intégrer une assistance vocale. La tendance est identique en France. Il faut dire qu’il est simple de constater combien les interactions par le biais d’un échange audio sont fluides et évidentes : Besoin de vérifier une recette de cuisine ou de connaitre un itinéraire ? Il suffit de poser la question à haute voix.

En quoi ces innovations concernent-elles les marques et leur identité ?

Toutes ces applications sont très enthousiasmantes pour les marques, mais ces dernières ont tout intérêt à ne pas se laisser enivrer par ces innovations et du même coup passer à côté du véritable enjeu de ces interactions vocales. Bien sûr, il est essentiel de travailler les aspects fonctionnels telles l’audibilité et l’intelligibilité de la voix, la fluidité de l’expression et la pertinence du vocabulaire choisi par l’intelligence artificielle pour répondre au consommateur. Mais ces paramètres, s’ils sont essentiels, sont tout à fait insuffisants. Demain, la voix de l’assistant vocal de la marque deviendra un marqueur stratégique, identitaire et donc durable. En réalité, la question qui se pose dés aujourd’hui est celle de l’identité vocale de la marque – et elle pourrait rapidement prendre le pas sur son identité visuelle.

Dans les années 80 et 90, les marques ont développé des serveurs vocaux interactifs tous azimuts. Pas une marque sans un habillage téléphonique, mais toutes ressassant les Quatre Saisons de Vivaldi ou l’Adagio d’Albinoni. Résultat : une perception globalement négative qui a fini par nuir à la fidélisation des consommateurs – alors que c’était bien l’objectif de ces supports. Pour lutter contre ce problème, rien n’a alors été aussi efficace que les travaux visant à doter la marque d’une empreinte audio différente, d’une identité sonore, d’un territoire musical qui échappait à la banalité et ramenait l’auditeur au territoire où elle était légitime. Et bien sur à trouver la voie qui marché avec ces éléments.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michaël Boumendil

Michaël Boumendil est à la fois l’un des meilleurs spécialistes français de la marque et l’un des créateurs de musique les plus diffusés de France.

On lui doit notamment la signature musicale de la SNCF, celle de Castorama ou d’Aéroport de Paris.

A l’étranger, on le connait pour son travail pour Coca-Cola ou comme compositeur de la célèbre musique des téléphones Samsung.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€