Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Autorité, sécurité, Immigration, islam politique... : ces enquêtes qui montrent comment la droite s'est montrée incapable de gagner sur des idées pourtant majoritaires dans le pays

Son principal tort : être rester dans un discours trop défensif et la nostalgie d'une France disparue, incapable de transmettre le patrimoine de la nation.

Echec

Publié le
Autorité, sécurité, Immigration, islam politique... : ces enquêtes qui montrent comment la droite s'est montrée incapable de gagner sur des idées pourtant majoritaires dans le pays

Atlantico : Selon un sondage Ipsos Le Monde publié en 2016, 88% des français considèrent que la France "a besoin d'un vrai chef pour remettre de l'ordre, alors que 84% d'entre eux pensent que l'autorité est une valeur qui est trop souvent critiquée. Dans le même temps, un nouveau sondage Ipsos Sopra Steria indique que 65% de français estiment qu'il y a trop d'étrangers, 61% pensent que ces derniers ne sont font pas assez d'efforts pour s'intégrer, et que seuls 40% d'entre eux considèrent que l'Islam est compatible avec les valeurs de la société française.

Au regard de tels résultats, comment expliquer la victoire d'Emmanuel Macron sur des valeurs telles que le "progressisme " ou la "tolérance" ou, plus frontalement, comment expliquer que les candidats qui ont porté des thèmes apparaissant comme majoritaires ne sont pas parvenus à remporter la Présidentielle ?

Edouard Husson : Les sondages donnent un instantané, une vision statique, à un moment donné, de l'opinion. De l'opinion sur un sujet, une question. Une campagne politique se développe de manière dynamique et elle inclut, en ce qui concerne la présidentielle, la question de l'adéquation entre la société et une personne. Pardonnez-moi ces évidences. Mais si 65% des Français estiment, dans un sondage, qu'il y a trop d'étrangers, il en reste 35% à ne pas partager cette opinion. Emmanuel Macron, en admettant que ses électeurs aient tous été xénophiles, a rassemblé seulement 24% des voix au premier tour, c'est-à-dire, raporté aux inscrits, à peu près la moitié de ce gisement d'électeurs. 
Regardez aussi combien le chiffre des hostilités diminue au fur et à mesure que les ressortissants d'autres pays présents sur le territoire français sont replacés dans leur contexte: 39% des Français interrogés ne pensent pas que les efforts des étrangers pour s'intégrer soient insuffisants; 40% ne voient pas d'incompatibilité entre l'Islam et la République.  
On ne fait pas de politique avec de bons sentiments. Mais on n'en fait pas non plus en étant seulement négatif. La structure d'un discours politique est aussi vieille que l'humanité: il y faut deux ingrédients, un bouc émissaire et, par contraste, les valeurs qui soudent la communauté, son identité. Une identité ne peut pas être seulement contre, elle doit aussi faire appel à la soif de positif qui habite toute communauté humaine. La force du discours de Macron, c'est qu'il a fait appel à tous les "hommes de bonne volonté" contre les passéistes et les xénophobes. En face, la faiblesse de la droite, c'est qu'elle cumule, durant la campagne présidentielle,deux discours négatifs. Fillon ne se contente pas de dénoncer le totalitarisme islamiste; il promet une cure d'austérité. Quant à Marine Le Pen, elle ne dénonce pas seulement l'euro, elle veut aussi "remettre la France en ordre", ce n'est pas très exaltant. Dans les deux cas il n'y a aucun idéal, aucune exaltation de ce qui fonde positivement la nation. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 04/07/2017 - 10:31 - Signaler un abus Ces idées majoritaires sont celles du Front National...

    le Front National a, très tôt, lancé des alertes d'urgence à propos de ces problèmes que la droite faible a vu très tard...pour cause de soumission au terrorisme intellectuel gauchiste! Aujourd'hui, et bien tardivement, la droite commence à ouvrir les yeux et les oreilles sur ces problèmes qui ont enflé exagérément, sous les gouvernements UMPS, pour avoir été ignorés trop longtemps. Ceci suscite un éclatement entre droite lucide et droite soumise...la droite molle continue à fermer les yeux et les oreilles, collaborant avec une gauche très archaïque, dans la continuité du socialisme masqué en macronisme, pour séduire les gogos...au fur et à mesure que grossiront les problèmes d'islamisation sauvage, perte d'identité, insécurité croissante, terrorisme importé par les immigrationnistes, à la Soros, la droite lucide s'élargira vers son centre de gravité, le Front National. La droite collabo se rétrécira d'autant...Mais, il sera alors trop tard pour réparer le désastre orchestré par les Macronistes...comme en quarante!

  • Par totor101 - 04/07/2017 - 11:32 - Signaler un abus Le VRAI problème !

    Qui a soutenu Macron ? La droite ? La gauche ? NON ! ! ! ! ! Ce sont les médias ! ! ! ! ! La presse d'abord; l'audio-visuel ensuite et surtout les instituts de SONDAGE ........ L'opinion publique a été modelée, malaxée, remodelée pour que le candidat de l'argent roi soit en tête ......

  • Par kelenborn - 04/07/2017 - 11:48 - Signaler un abus Peut être

    Si on lit Husson, (qui nous a habitué à mieux) tout cela se résume à un film foiré par erreur de scenario et de casting! L'affiche n'était pas bonne! On n'avait derrière ni la ligne bleue des Vosges, ni Marianne descendant les champs Elysées, ni Charlemagne avec sa barbe pleine de géranias ni... Ben non!!! 1.Ce n'est pas Macron qui a été élu mais les autres qui ont été battus 2 Ils ont été battus: Pour la gauche car il y a quelques temps qu'elle a trahi le peuple et les principes républicains qui étaient sa légitimité Pour la droite car , de renoncements en renoncements, elle a capitulé devant la pensée bobotiquement correcte imposée par la gauche! Fillon sortait son goupillon mais on savait que ce qui était promis c'était plutôt une mixture préparée par NKM Quant au FN , quand on a un tel programme économique faut bien s'attendre à naviguer sur le Titanic! Mais que l'on se console: le parti majoritaire, au moins à Atlantico ce sont les crétins complotistes dont une passoire aurait bien du mal à retenir les neurones!!! Ne citons pas de noms, cela fera de la peine au Pape!

  • Par clint - 04/07/2017 - 12:09 - Signaler un abus Vers une droite populaire et non honteuse !

    Merci à Macron d'avoir divisé la droite regroupant des courants inconciliables ! Macron et Philippe ont déjà indiqué qu'ils ont choisi la "voie de centre gauche" notamment sur l'émigration, l'islam, la sécurité, tout en n'étant pas très clair sur l'économie et le social ! Il faut que "LR" se dote d' un chef en adéquation qui n'ait pas les mêmes idées centristes que Macron/Juppé/Le Maire/Solère, etc..Un Wauquiez par exemple, mais pas de droite "molle" ni de droite ultra-conservatrice !

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 04/07/2017 - 13:43 - Signaler un abus @Kelenborn

    Et pas que !... Car la droite au pouvoir étant marquée à la culotte par la gauche et la presse bien-pensante à laissé filer l'immigration de peur d'être assimilée à une droite fasciste, alors que tout le monde sait que le fascisme est de gauche......... . En fait depuis 74, la droite a gouvernée à gauche en espérant que le problème soit géré plus tard par d'autres... C'est ce qu'on appelle mettre la poussière sous le tapis !

  • Par Michèle Plahiers - 04/07/2017 - 13:54 - Signaler un abus Fillon

    Un Fillon qui n'aurait pas trop penché du côté de Thatchet et plus proche des artisans et des travailleurs (comme l'était l'écrivain Bernard Clavel) m'aurait bien mieux convenu que cette "précieuse" de Macron,... Mais il fallait éviter la poissonière qui risquait de venir avec ses gros sabots,... Pour le moment, Brigitte porte des Liboutin, mais combien de temps encore,....???

  • Par lafronde - 04/07/2017 - 14:49 - Signaler un abus La Droite a perdu faute d'être conservatrice et libérale !

    Et aussi faute d'avoir su l'expliquer, et d'avoir des relais mediatiques neutre sinon bienveillants. Macron, lui a bénéficier non seulement de media amis et partisans mais de medias complaisants ! Cette élection 2017 s'est faite sur l'image mediatique façonnée par le PAF. or ce PAF date de Mitterrand pour son orientation progressiste. Ni Chirac ni Sarkozy n'ont voulu le réquilibrer vers le Conservatisme, ni même le Libéralisme. La Droite devra redevenir parlementariste puisque le présidentialisme la fait perdre désormais. Après l'abus du présidentialisme en 2017, faire une campagne anti-présidentielle en 2022 en exigeant les Législatives en premier a du sens ! Mais si la stratégie centriste macronienne a réussi, c'est parce que l'UMP-LR n'avait pas de cohésion idéologique, et depuis mai plus de cohésion partisane : pour faire une politique centriste, pourquoi ne pas rallier le Président ? En résumé LR a perdu parce que le présidentialisme quinquennal est un jeu risqué. LR a perdu faute de media bienveillants ou au moins neutre (le Service Public de l'Audiovisuel l'a dénigré). LR a perdu faute d'une offre politique conservatrice et libérale sur la durée (Fillon a duré 6 mois !)

  • Par Michèle Plahiers - 04/07/2017 - 15:00 - Signaler un abus Mes impresssions le 7 mai

    comme un jour d'enterrement. Je me fis assez à mes impressions. Même la soirée, je ressentais un certain soulagement, mais en même temps, triste, grave,...

  • Par Beredan - 04/07/2017 - 16:41 - Signaler un abus Même Sarko avait échpué ....

    On ne peut singer Le FN en proclamant qu'on reste UMP ...l.

  • Par Liberte5 - 04/07/2017 - 18:59 - Signaler un abus LR par sa diversité d'opinion entre des centistes de gauche,

    des centristes de droite n'a pas pu avoir une ligne politique claire et cohérente. L'éclatement de LR était devenu la seule issue possible. Aujourd'hui les choses sont claires. Les droites devront se réunir pour définir un programme qui rassemble la majorité des Français. Ce n'est pas gagné, mais il n'y a pas d'autres chemins. La droite recomposée devra aller affronter les médias et ne plus baisser la tête devant le politiquement correct. Ce que la droite n'a pas su ou voulu faire. Ce combat est, après élaboration d'un corpus idéologique (économique, social, sécurité , immigration, islam), le plus dur à mener. Si cela n'est pas fait, la bataille sera perdue.

  • Par clint - 04/07/2017 - 19:21 - Signaler un abus Michèle Plahiers : "Brigitte porte des Liboutin"

    Il s'agit de Louboutin et non de Liboutin : ce n'est pas permis à tout le monde d'être "bobo parisien" !

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 04/07/2017 - 19:26 - Signaler un abus @lafronde

    La droite a perdu avant tout parcequ'elle était trop con........ Aucune excuse..! Quand depuis 1974 on pratique une politique de gauche, alors qu'on sait que le pays souhaite une immigration régulée, on se plante forcément.... On se fait tout petit et on dégage !

  • Par JG - 04/07/2017 - 20:42 - Signaler un abus On a la Droite la plus nulle du monde

    Et visiblement, on la garde !! Assez d'accord avec l'analyse des deux intervenants et avec ce qui est dit au dessus : tant que la droite se couchera devant la gauche idéologiquement, elle ne reviendra pas au pouvoir. L'avantage de Macron, c'est qu'il a fait éclater la droite entre droite molle promacron (Juppé, Darmanin, Philippe, NKM, Raffarin, etc...) et droite plus "dure" 5wAUSIER, Ciotti, etc...) un peu de clarification indispensable avant la reconquète, d'abord les idées (c'est en cours), puis le programme(ça viendra), puis la reconquète (au fur et à mesure des coups de boutoir de l'immigration non contrôlée et des attentats islamistes. PATIENCE ! PATIENCE ! Macron va faire le boulot sur le plan économique et circonvenir les syndicats. Il faudra juste reprendre en main sur le plan sécuritaire et sociétal.

  • Par Anouman - 04/07/2017 - 21:06 - Signaler un abus Droite?

    Le problème ce n'est pas la droite ce sont les électeurs. La plupart ne comprennent rien parce qu'ils n'en font pas l'effort et se laissent influencer par les médias. C'est là qu'on voit que l'enseignement est inefficace.

  • Par jurgio - 04/07/2017 - 21:12 - Signaler un abus Ce n'est pas la Droite qui a fait défaut

    mais la calomnie qui a triomphé. N'oublions pas que nous sommes dans la France de Beaumarchais.

  • Par lafronde - 05/07/2017 - 09:59 - Signaler un abus @Polkiroule_namaspamous

    Votre juron contre une Droite_qui_perd n'explique rien. Vous pointez une immigration subie par le pays. C'est pertinent. Cependant il y a une grande naïveté chez, l'électorat de Droite. C'est de croire que l'offre politique idoine arrivera toute seule ! La Gauche militante le sait bien, qui constitue inlassablement associations humanitaires, lobbies progressistes, qu'elle fait reconnaïtre par l'Etat, et financer par l'argent public ! Les citoyens conservateurs devraient savoir que l'offre politique ne répond pas aux souhaits sondagiers, mais aux lobbies constitués. Où sont les lobbies conservateurs en France ? Y en a-t-il ? Il me semble que le citoyen de la non-Gauche ou non-progressiste - c'est à dire les conservateurs, les patriotes, les libéraux, mais aussi les réactionaires, les catholiques, les royalistes, les fédéralistes, les régionalistes et même les identitaires devraient tous se coordonner pour faire vivre des medias de Résistance - comme Radio Courtoisie ou TV Libertés - et en développer de nouveau. C'est cet oecuménisme axé sur la Liberté et la Tradition qui peut revivifier la Société civile conservatrice qui en aval donnera des partis politiques adéquats.

  • Par ISABLEUE - 05/07/2017 - 10:16 - Signaler un abus ben oui, c'était SARKOZY le chef

    mais les journaleux poussaient des cris d'orfraies pour tout et n'importe quoi. Les bobos sont bien à l'abri. Vous savez ce que vous disent les Riens....

  • Par lafronde - 05/07/2017 - 11:25 - Signaler un abus @Anouman

    Votre contribution est courte, mais incisive ! Vous actez que l'Ecole de la République forme ne forme pas un citoyen-critique mais un citoyen-suiveur (seul restent mobilisé l'électorat du camp présidentiel). Il est normal que l'électorat ne s'investisse pas dans l'exploration du débat politique, ça lui coûte du temps, sans lui apporter ni rémunération, ni gratification, ni amitié (parler politique est un bon moyen de se fâcher avec sa famille ou ses collègues). le citoyen est par nature crédule et influençable. C'est pourquoi notre Constitution a prévu l'Art. 34 qui défend les libertés publiques : liberté, pluralisme et indépendances des medias. Sous la 1ère cohabitation la Loi Léotard a instauré la CNCL, devenu depuis CSA, qui fait obligation de ces libertés publiques à tout le PAF. Au pouvoir ou dans l'opposition la Droite n'a pas été assez. combattive sur cette garantie d'impartialité des medias audiovisuels, notamment dans le Service public, qu'elle était en droit d'imposer lors de la décennie UMP, mais aussi d'exiger de l'Etat-PS. Comment voulez-vous que la Droite convaincque l'électorat à travers un prisme mediatique de Gauche ? Oter ce prisme progressiste est prioritaire !

  • Par lafronde - 05/07/2017 - 12:58 - Signaler un abus @liberté5

    Vous visez juste avec la soumission de la Droite parlementaire envers les medias - qu'elle a abandonné à la Gauche et aux progressistes, et qui lui ont pourri sa campagne - et son auto-censure au politiquement correct, inauguré à Droite par Chirac-Juppé en 1995 ! Vous êtes plus optimiste que moi sur le gouvernement Macron-Philippe, mais on verra. Entre lui et le FN il n'y a plus forcément de place pour une stratégie présidentielle (comme on l'a vu en avril) donc je crois que le parti LR d'oppostion, donc non-progressiste ou conservateur devrait suivre une stratégie parlementaire : 1 exiger l'élection de la représentation nationale comme 1er scrutin du quinquennat, et sans interférence présidentielle. La Droite doit avoir une stratégie medias : 2 exiger l'application des libertés publiques dans les medias audiovisuels - Art. 34 de notre Constitution. Enfin la Droite devrait abandonner la réduction du débat politique au combat présidentiel : c'est trop réducteur, et trop risqué. La Droite devrait faire un programme national limité au strict nécessaire, et laisser ses candidats-députés affiner une offre politique locale, mais localement majoritaire. Si besoin politiquement incorrecte

  • Par Leucate - 05/07/2017 - 14:57 - Signaler un abus La seconde gauche

    Depuis l'infame Chirac, par faiblesse morale ou par conviction :., peu importe, ce qui était la droite est devenu une seconde gauche avec des politiciens énarques d'ailleurs interchangeables qui choisissaient le PS ou le RPR.UMP.LR pour y faire carrière, aujourd'hui ils vont à "en marche".. Comme il n'y a pas besoin de trente six gauches en France, il est donc normal que le PS et LR soient actuellement à la portion congrue tandis que la majeure partie de ces anciens partis s'est rassemblée 'fraternellement" autour de l'ancien ministre des finances Macron.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 05/07/2017 - 18:28 - Signaler un abus @leucate

    Ça a commencé en 1974 avec Giscard.... 1er président de gauche de la 5ieme..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Edouard Husson

Edouard Husson est historien. Ancien vice-chancelier des universités de Paris, ancien directeur général d'Escp Europe, il a fait ses études à l'Ecole normale supérieure et à Paris Sorbonne, dont il est docteur en Histoire. Edouard Husson a été chercheur à l'Institut für Zeitgeschichte de Munich (1999-2001) et chercheur invité au Center For Advanced Holocaust Studies de Washington (en 2005 et 2006). Il a également été fait docteur honoris causa de l'Académie de Philosophie du Brésil (Rio de Janeiro) pour l'ensemble de ses travaux sur l'histoire de la Shoah.

Il est aussi vice-président de l'université Paris Sciences et Lettres (www.univ-psl.fr)

 

Voir la bio en entier

Maxime Tandonnet

Maxime Tandonnet est historien, et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. Il est l'auteur de Histoire des présidents de la République (Perrin, 2013), et alimente régulièrement son blog personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€