Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 17 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Automobile : un salon de Francfort à moitié vide, l’industrie mondiale fonce droit dans le mur, tétanisée par la prochaine crise qui s'annonce

Entre les fraudes sur le diesel, la montée de l’électrique et l’arrogance des grands du digital qui veulent imposer leur modèle de voitures connectées, les constructeurs automobiles broient du noir.

Atlantico Business

Publié le
Automobile : un salon de Francfort à moitié vide, l’industrie mondiale fonce droit dans le mur, tétanisée par la prochaine crise qui s'annonce

Les constructeurs automobiles mondiaux les plus avisés savent qu’à terme, ils vont dans le mur. Alors que la conjoncture mondiale n’a jamais été aussi florissante, les constructeurs n’ont jamais été aussi critiqués et soucieux d’un avenir qu’ils ont beaucoup de mal à visualiser et à préparer. Du coup, la plupart des grands constructeurs mondiaux, parmi lesquels des marques comme Nissan, Peugeot, Fiat et Volvo, ont décidé de bouder le plus grand salon du monde qui ouvre ses portes aujourd’hui à Francfort.

« Ce salon coûte trop cher » disent-ils... Le premier prétexte avancé ne tient pas. Quand l’horizon est clair et la route dégagée, tout le monde se précipite pour parler d’avenir et montrer les produits. Si les constructeurs sont cette année absents, c’est qu’ils n’y voient plus clair.

La vraie raison, c’est que les constructeurs sont déboussolés par les perspectives de leur industrie. Les carnets de commandes sont remplis pour les deux ans qui viennent, les trésoreries débordent de liquidités, mais les perspectives n’ont jamais été aussi floues. Résultat : beaucoup de plans d’investissement sont à l’état d’esquisse tant les stratégies sont brouillées. Quoi faire dans un monde qui a besoin de mobilité, qui s’est construit au cours du siècle dernier autour de l’automobile et qui voit surgir les freins et les obstacles structurels à ce développement. L’équation de l’industrie automobile a trois grandes inconnues majeures à élucider d’urgence.

1ère inconnue, l’avenir du diesel. Pendant plus de vingt ans, l’industrie automobile a trouvé dans le diesel la clef pour surmonter la raréfaction et le renchérissement des énergies pétrolières. Et c’est vrai que les constructeurs ont beaucoup investi pour mettre au point des moteurs qui consommaient 4 à 5 fois moins de carburant que les moteurs à essence. D’où un gain de productivité très avantageux pour le consommateur. D’autant que les Etats européens ont  fortement aidé la diffusion du diesel par des avantages fiscaux.

Jusqu’au jour où la pression montante des écologistes et la nécessité de protéger l‘environnement ont amené les administrations à vérifier si le diesel, bien que moins cher, n’était pas un agent beaucoup plus polluant. Les constructeurs automobiles ont revu leurs moteurs et donné toutes les assurances demandées. Ont-ils fraudé, en truquant les appareils à faire les tests antipollution ? Ont-ils truqué, ont-ils trompé les millions de consommateurs ? Nul ne le sait. Toujours est-il que l’ensemble de l’industrie européenne paraît compromise dans son image avec des risques d’amendes considérables et la certitude que le diesel est sans doute condamné à plus ou moins brève échéance.

Faudra-t-il revenir à l’essence pour autant ? Sans doute pas, car les approvisionnements d’essence sont limités et de plus en plus chers. Sans parler de la pollution dans les régions à forte densité. Par conséquent, les grandes villes, les pays émergents comme la Chine, songent très sérieusement à interdire la circulation automobile avec des moteurs thermiques, c’est à dire à essence. Le problème c’est que les solutions alternatives ne sont pas prêtes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 12/09/2017 - 09:10 - Signaler un abus La décroissance commence!

    Les dictateurs écologistes ont atteint leurs buts. Même l'economie Allemande sera affaiblie par le pouvoir de nuisance de ces neo-trotskistes caca-d'oie ultra-minoritaires. La seule chance qu'a l'Europe, c'est que les les allemands réagiront très vite à cette désindustrialisation programmée, contrairement aux gaucho-centristes francais qui pleurnichent sous leur maquillage...

  • Par kelenborn - 12/09/2017 - 14:46 - Signaler un abus Ah ben voila

    Il faut tirer de temps à autre les oreilles de Sylvestre! Ca c'est un excellent article!!!Juste un point mais à vérifier: il me semble que Honda a mis au point une voiture fonctionnant avec un moteur à hydrogene , avec une autonomie déjà correcte, rechargeable en quelques secondes et.... expérimentée au Japon et en Californie (il faut construire un réseau d'approvisionnement)!!! Cette intelligente attitude n'a pas atteint les oreilles de Segolene Pictafesse ou elles sont pleines de crassitude?

  • Par Piwai - 12/09/2017 - 15:40 - Signaler un abus parce qu'ils sont tous conscient du risque...

    De piratage des voitures connectées mais ignorent comme nous les principaux parametres de decisions futurs: 1- la sécurité des vehicules connectés suffira-t-elle a convaincre les consommateurs? 2-quelles legislations demain? N'oublions pas que les extremes sont envisagés: des experts qui annoncent des 2060 l'interdiction de circulation des vehicules autonomes pour raison de sécurité ( danger de l'erreur humaine). Et d'autres experts qui annoncent l'interdiction des vehicules connectés pour raison de sécurité ( danger de l'IA). Enfin il est peu probable qu'il echappe encore lontemps a la myopie des dirigeants europeens qu'il est strategique et urgent de developper nos propres champions comme les chinois: en bloquant les GAFAM le temps de développer nos propres concurents...

  • Par arnaudfff - 12/09/2017 - 16:39 - Signaler un abus L'hydrogène

    est en partie la solution. produite à partir d'electricité renouvelable c'est une énergie stockable . On fait le plein en qq mn...avec une autonomie de plus de 600 Km. Alsthom a meme testé un train qui marche avec l'H pour le réseau allemand qui a plus de 50% n'est pas electrifié ! qu'est ce qu'on attend pour les voitures ???

  • Par g16 - 12/09/2017 - 18:50 - Signaler un abus L'écologie est un vrai

    L'écologie est un vrai facteur de décroissance et de morosité. Sans les écolos, on vivrait heureux. Sans politique, on vivrait encore mieux.

  • Par Idea - 12/09/2017 - 19:09 - Signaler un abus Il a fumé la moquette ?

    Mais où est-il JM Sylvestre est-il allé cherché que "des moteurs (diesel) qui consommaient 4 à 5 fois moins de carburant que les moteurs à essence." Il a fumé la moquette ou quoi ?

  • Par Anouman - 12/09/2017 - 23:09 - Signaler un abus Auto

    Une nouvelle fois Sylvestre nous inonde de ses connaissances qu'il doit tirer directement des sphères célestes mais certainement pas de son expérience automobile. Il y a aujourd'hui très peu de différence de consommation entre diesel et essence et de plus l'essence n'est pas rare. Je suppose que le reste est à l'avenant. Quant aux voitures connectées ça ne présente aucun intérêt, peut-être même des inconvénients. Ce qui risque de poser problème c'est la multiplication des "Hulot" car avec "ces gens là" le progrès n'existe que dans la régression.

  • Par perceval - 13/09/2017 - 01:48 - Signaler un abus Quatre sujets non abordés

    Tout d'abors la prétendue fraude au diesel. Fraude par rapport à quoi? Par rapport aus lois et règlements édictés. or qui dit règlement ridicule, parce qu'impossible à atteindre ne serait-ce que pour le coût à faire porter aux consommateurs, dit règlement non atteint...mais il faut bien faire plaisir à nos politiques n'est-ce pas? Alors on bidouille. Il suffirait peut-être que ces mêmes politiques fassent un stage en bureau d'études. Lorsqu'on raffine du pétrole pour fabriquer de l'essence, on produit automatiquement du gas-oil, si personne ne l'utilise on en fait quoi? On l'épand dans les champs? Quelles sont les bases scientifiques de la dite pollution du diesel? Ces fameuses particules existent en plus grande quantité à l'état naturel, ne serait-ce qu'avec les éclairs. Depuis quand les lubies de nos prétendus écologistes sont elles des vérités. Enfin nos fameux cargos qui sillonnent les mers dégagent des milliers de fois plus de ces particules que l'ensemble du parc diesel. Vous en entendez parler? Des cargos ou pétroliers électriques? Laissez moi rire.

  • Par Papy Geon - 13/09/2017 - 09:50 - Signaler un abus Les constructeurs broient du noir ?

    Il manque juste un mot dans cette introduction. Je dirais plutôt qu’ils broient de l’or noir. Le gouvernement va tout mettre en œuvre pour les y inciter. Il faut remplacer le pétrole par autre chose, et cet autre chose devrait idéalement nous rendre indépendants. L’industrie automobile est stratégique, pour tous les pays. Chez nous, c’est une véritable machinerie permettant un brassage de l’argent qui irrigue et entretient la vie de notre société humaine. Si l’on raisonne comme un énarque éclairé, la meilleure solution, pour gagner sur tous les tableaux, c’est de remplacer le parc automobile existant, et en totalité s’il vous plait : pas de dépense d’achat de matière première à l’international, et une taxe de 20 % imposée au contribuable sur chaque renouvellement de voiture. Souvenons-nous de ce temps béni de la création du veau d’or, l’automobile était d’ailleurs considérée comme un produit de luxe, et taxée à 30%. Les taxes diverses sur les carburants ont depuis, compensé ce manque à gagner pour l'Etat.

  • Par Papy Geon - 13/09/2017 - 10:47 - Signaler un abus Il faut conserver des moteurs thermiques…

    Les véhicules « électriques » fonctionnent avec des batteries d’accumulateurs. Les batteries ne sont pas un modèle de propreté sur un plan écologique. Et pour recharger ces batteries, il sera nécessaire de produire davantage d’électricité. Qu’en pense notre plaisantin écolo-bobo qui est présent dans le gouvernement ? voilà une bouche inutile à nourrir, et qui se fait bien discrète en ce moment. Si le nombre de centrales nucléaires diminue, il faudra développer dare-dare les éoliennes et les génératrices sous la mer. Cela amusera au moins les poissons, en leur fournissant des endroits pour se reproduire. De plus, il faut savoir que l’énergie électrique doit être utilisée à courte distance de son point de création (eh oui, il y a beaucoup de pertes en lignes sur un réseau). On peut aussi créer de l’électricité à partir de centrales thermiques (en Allemagne, en Chine, ...). Des solutions existent peut-être dans le piégeage du CO2 et sa transformation en méthane à l’aide d’un catalyseur très bon marché (le fer !). Ce serait une solution écologique évidente si ce procédé s’avérait réalisable à grande échelle, et nos constructeurs conserveraient leurs moteurs thermiques (avec turbos?).

  • Par JeanBart - 13/09/2017 - 15:08 - Signaler un abus "les constructeurs n’ont jamais été aussi critiqués"

    Ah bon, mais par qui ? Les analystes financiers ? Auraient-ils des propositions à faire pour relancer le secteur ? Pour ma part, j'en ai une : dans la mesure ou une 205 GTi coute aujourd'hui plus chère que neuve à sa sortie il y a quelques décennies, je propose aux constructeurs de refaire des voitures qu'on conduit plutot que des tanks electroniques qui nous conduisent. Renouer avec la passion automobile, plutôt qu'avec des gadgets de geeks.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€