Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Il n'y aurait rien de pire qu'un Fake Brexit

Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.

Disraeli Scanner

Publié le
Il n'y aurait rien de pire qu'un Fake Brexit

 Crédit DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Londres, 

le 13 juillet 2018

Mon cher ami, 

Je vous avais annoncé que j'allais avoir à vous écrire dans la semaine pour vous tenir au courant des événements déclenchés par Theresa May, avec son plan de Chequers.

Il semble bien que, depuis la fin de semaine dernière, le Premier ministre soit dépassé par ce qu'elle a déclenché. Pire encore que les démissions de Davis Davies, de Boris Johnson, il y a la gaffe qu'on lui prête lors de la rencontre de Chequers: son refus de changer une ligne du nouveau plan pour le Brexit parce qu'il aurait d'ores et déjà reçu l'assentiment de la Chancelière allemande. Mes informateurs me disent que le Premier ministre a été plus subtil dans sa formulation. Mais le simple fait qu'on lui ,prête une pareille pensée en dit long. Surtout, cela renvoie à une réalité, celle d'une concertation entre quelques grands patrons allemands, sous la conduite de Tom Enders, qui ont discrètement échangé avec Madame Merkel vers la mi-juin, lui présentant les grandes lignes d'un "faux Brexit" que Madame May serait susceptible d'accepter. Il ne faut pas aller chercher plus loin pour trouver l'origine de la phrase attribuée à Theresa May. 

Le Premier ministre a, plus largement, été effrayé par une série de messages parvenus au 10 Downing Street à l'occasion du deuxième anniversaire du Brexit, de la part de patrons d'entreprises installées des deux côtés de la Manche: non seulement des entreprises allemandes mais aussi Honda ou Jaguar. Evidemment, tout cela est beaucoup trop long, traîne en longueur. C'était d'ailleurs la stratégie de l'Union Européenne: faire traîner, pour épuiser et isoler les Brexiters. Ce que Michel Barnier n'avait pas prévu, c'était l'irruption de Donald Trump dans le débat. Il vient de le dire clairement dans son interview au Sun (I told May how to do Brexit but she wrecked it — US trade deal is off!), en même temps qu'il entamait sa visite en Grande-Bretagne: si le Royaume-Uni signe un accord qui la laisse largement sous la dépendance de l'UE, les Etats-Unis ne pourront pas signer d'accord de libre échange avec le gouvernement de Sa Gracieuse Majesté. cela devrait donner à réfléchir à Theresa May. 

oilà notre pays devenu un champ de bataille entre conservateurs et libéraux. La publication, hier, du White Paper,(SoS, Dominic Raab statement on the future relationship between the United Kingdom and the European Union: 12 July 2018)  n'a pas rassuré les Leavers, au contraire. Madame May va devoir affronter la semaine prochaine une minorité de son parti de plus en plus soudée autour de Jacob Rees-Mogg, le président du European Research Group. Il est certain qu'elle ne pourra obtenir d'accord pour son Fake Brexit qu'avec le soutien du Labour. Mais je ne suis pas sûr que celui-ci ait intérêt à la soutenir. 

La semaine qui vient verra une première bataille, dont tout donne à penser qu'elle sera plus qu'une escarmouche. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par GP13 - 13/07/2018 - 11:03 - Signaler un abus L'intransigeance de Michel Barnier

    risque de faire capoter la vraie chance du Brexit : Faire passer l'Europe d'une union de pays assujettis, à une Europe d'alliances de pays libres.

  • Par gerint - 13/07/2018 - 15:15 - Signaler un abus Le problème

    c’est que ceux qui ont convaincu les Anglais de voter le Brexit les ont laissé tomber après (Johnson, Farage....) au lieu de prendre les affaires en main avec la vigueur qu’à souvent montré ce pays dans le passé (Napoléon, Hitler..) en écrasant Barnier comme une merde en particulier

  • Par Benvoyons - 13/07/2018 - 15:55 - Signaler un abus Le Brexit va couter très cher à l'UK mais comme cela coutera

    aussi à l'UE mais beaucoup moins L'UK pensait que l'UE accepterait de garder le commerce avec les mêmes règlements d'aujourd'hui Mais l'UE n'acceptera pas ça & donc cela va engendrer un ralentissement pour l'UE mais qui sera compensé à moyen terme par les négociations avec Canada, Japon, l'Australie, Inde, Amérique du Sud. Donc la perte de l'UK qui va engendrer une perte de 63millions d'habitants sur les 520millions & sur 730millions que compte l'Europe entière. Les Brexiters ont pensé que l'UK avec le Commonwealth bernera l'UE mais c'est les Anglais avec ce fantasme qui vont dégringoler. En effet les pays du Commonwealth préfèrent le marché de l'UE de 520 à 730 millions que la petite UK et ses 63millions. Même si les Anglais voulaient faire un pays avec un 15% sur les sociétés & bien la réponse de l'UE se fera dans certaines zones de l'UE avec la même chose qu'en Irlande. En fait les Anglais n'ont pas les moyens de se lancer dans une Guerre contre l'UE.

  • Par aristide41 - 14/07/2018 - 04:33 - Signaler un abus Et tout le monde

    Trouve normal l'ingérence de Trump dans les affaires d'un pays souverain ? Il déclare une guerre à peine voilée à l'UE et personne ne dit rien ?

  • Par aristide41 - 14/07/2018 - 04:33 - Signaler un abus Et tout le monde

    Trouve normal l'ingérence de Trump dans les affaires d'un pays souverain ? Il déclare une guerre à peine voilée à l'UE et personne ne dit rien ?

  • Par morsang - 16/07/2018 - 16:04 - Signaler un abus Voila bien un comment

    Voila bien un comment

  • Par morsang - 16/07/2018 - 16:24 - Signaler un abus brexit:David Davis dévisse

    Voila bien un commentaire instructif.Sous couleur de reprocher à Thérésa May sa politique fluctuante à l'égard de l'Europe (qui refléte les problèmes que pose la rupture avec l'union)Le signataire de cette tribune membre de l'équipe Davis est en fait un adversaire de l'Europe (comme l'est Davis) qui ne rêve que de voir les frontières britanniques devenir hermétiques aux européens qu'ils exècrent.Ne faudrait-il pas représenter à ce monsieur que Airbus, BMW,Rolls Royce et combien d'industries européennes qui ont des structures en grande Bretagne ne pourront se maintenir.Au fond ces gens croient encore à l'empire britannique puissance économique planétaire qui n'a que faire des européens.Pourtant les premiers pas effectués avec Trump ne sont pas semble-t-il une réussite.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Disraeli Scanner

Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de Londres" signées par un homonyme du grand homme d'Etat.  L'intérêt des informations et des analyses a néanmoins convaincus  l'historien Edouard Husson de publier les textes reçus au moment où se dessine, en France et dans le monde, un nouveau clivage politique, entre "conservateurs" et "libéraux". Peut être suivi aussi sur @Disraeli1874

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€