Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 29 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Au cœur de la Maison Blanche : le jour où Abraham Lincoln a voulu exiler les Noirs des États-Unis

La Maison Blanche, l'un des lieux les plus secrets de la planète, témoin de nombres de décision historique. En pleine guerre de Sécession, Abraham Lincoln a une idée folle : loin de vouloir abolir l'esclavage, il souhaite envoyer les Noirs "coloniser" un pays. Extrait de "Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Au cœur de la Maison Blanche : le jour où Abraham Lincoln a voulu exiler les Noirs des États-Unis

« Pourquoi les gens d’ascendance africaine doivent-ils partir et coloniser un autre pays ? Je vais vous le dire. Vous et moi appartenons à des races différentes. Il y a entre nous plus de différence qu’entre aucune autre race. Que cela soit juste ou non, je n’ai pas à en discuter, mais cette différence physique est un grand problème pour nous tous, car je pense que votre race en souffre grandement en vivant avec nous, tandis que la nôtre souffre de votre présence. En un mot, nous souffrons des deux côtés… Si on admet cela, voilà au moins une bonne raison de nous séparer… »

Oui, c’est le président Abraham Lincoln lui-même qui tient ces propos bien peu engageants, loin, bien loin de l’image que l’on construira de lui plus tard.

Ce 14 août 1862, alors que la nation américaine se déchire, que les États, désunis, s’affrontent dans un conflit fratricide, la terrible guerre de Sécession déclenchée depuis son élection il y a deux ans, Lincoln a convoqué à la Maison Blanche une délégation de leaders noirs pour leur tenir ce discours : il faut que les Noirs quittent les États-Unis ! En guise d’introduction, à peine les cinq « personnes de couleur » sont-elles assises dans son bureau qu’il leur indique qu’une somme d’argent a été réservée par le Congrès, « tenue à sa disposition pour aider au départ des personnes d’ascendance africaine pour qu’elles colonisent un quelconque pays ». Cela fait longtemps qu’il y songe, a dit d’emblée le président, et il se fera un devoir de favoriser cette cause.

— Vous, ici, vous êtes des affranchis, je suppose ? interroge abruptement Lincoln.

— Oui, Monsieur, répond l’un des délégués.

— Peut-être l’êtes-vous depuis longtemps, ou depuis toute votre vie… D’après moi, votre race souffre de la plus grande injustice jamais infligée à un peuple… Mais, même si vous cessez d’être esclaves, vous êtes encore bien loin d’être sur un pied d’égalité avec la race blanche… Mon propos n’est pas d’en discuter, c’est de vous montrer que c’est un fait… Et puis regardez où nous en sommes, à cause de la présence des deux races sur ce continent… Regardez notre situation – le pays en guerre ! –, les hommes blancs s’entre-égorgeant, et personne ne sait quand cela s’arrêtera. Si vous n’étiez pas là, il n’y aurait pas de guerre…

Et le président de conclure :

— Il vaut donc mieux nous séparer… Je sais qu’il y a parmi vous des Noirs libres qui ne voient pas quels avantages ils pourraient en tirer… C’est, permettez-moi de le dire, un point de vue extrêmement égoïste… Si des hommes de couleur intelligents, comme ceux que j’ai devant moi, le comprennent, alors nous pourrons aller plus loin. Je pense pour vous à une colonie en Amérique centrale. C’est plus près que le Liberia… Il y a là un pays magnifique, doté de beaucoup de ressources naturelles, et, à cause de la similarité du climat avec celui de votre pays natal, il vous conviendrait parfaitement…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par brennec - 26/12/2014 - 10:25 - Signaler un abus A l'origine de la guerre de sécession.

    C'est tout simplement une erreur de penser que la guerre de sécession s'est faite a propos de l'esclavage. L'abolition de l'esclavage dans tous les pays ou il se pratiquait n'a nullement suscité une guerre civile et le premier état a avoir aboli l'esclavage est un état du sud. La guerre de sécession avait beaucoup plus a voir avec la suppression d'un concurrent du nord industrialisé.

  • Par Texas - 26/12/2014 - 14:41 - Signaler un abus Contexte

    La résidence de Thomas Jefferson à Monticello en Virginie est un haut lieu de l' Histoire des Etats-Unis . Malgré un souci permanent d' une socièté égalitaire d' un point de vue racial , Thomas Jefferson était servi par un minimum de 200 personnes de couleur noire sur ce lieu . Quant à Abraham Lincoln , il aura payé de sa vie son combat contre l' esclavagisme . Cet aspect de l' Histoire d' Abraham Lincoln est ignoré , mais il n' a d' intérêt que replacé dans le contexte d' alors .

  • Par Deudeuche - 26/12/2014 - 20:19 - Signaler un abus Remettre dans le contexte le fardeau d'Abraham Lincoln

    Août 1862, Washington est menacé par les troupes de Jackson après la victoire de la 2eme bataille de Bull Run, McClellan, bon organisateur mais mauvais subordonné et piètre tacticien, s'est fait défaire de manière catastrophique par le nouveau général confédéré en train de bâtir sa légende R.E. Lee durant la campagne de la péninsule. L'armée fédérale est en totale déroute. Les démocrates pacifistes et pro-sudistes font du lobbying pour négocier un armistice. En outre il semble que Londres et Paris envisage une intervention dans le conflit. Sur le plan personnel son épouse bipolaire Mary sombre lentement dans la dépression après la mort de son fils Willie à l'âge de 12 ans. Les frêres de Mary sont dans l'armée sudiste, combattent et meurent contre les troupes fédérales dont le commandant en chef est son mari. Lincoln est au comble du désespoir politique et personnel. Cette proposition qui fait écho à la création du Libéria 20 ans plus tôt est encore dans l'esprit du temps. 3 semaines après l'avancée de Lee et Jackson est stoppée nette après la plus sanglante bataille de l'histoire US, Antietam Creek alias Sharpsburg. Lincoln alors décrète l'affranchissement des esclaves libérés.

  • Par vangog - 27/12/2014 - 14:49 - Signaler un abus Ouf! Ce témoignage, très éloigné de la pensée unique fait mal!

    c'est le genre de témoignage historique qui est repoussé très loin avec la poussière sous le tapis de l'oubli "démocrate" ou "gauchiste"...Mais les paroles de Lincoln sont imprégnées de ce bon-sens bien américain qui a prédisé à l'union de ses états. L'union était obligatoire pour la force qu'elle procurait, mais les américains sentaient bien que le désequilibre entre les deux races ne pourrait être rattrapé que par un petit nombre, et que ce désequilibre engendrerait des désequilibres plus grands encore...comme la démonstration concrète semble, aujourd,hui, le démontrer, aux USA...et ailleurs en Europe.

  • Par myc11 - 27/12/2014 - 19:20 - Signaler un abus La musique américaine tire fort bien son épingle du jeu

    de la rencontre entre l'expression des blancs (influence irlandaise par exemple) et celle des noirs (blues, gospel). La série "Treme" le montre fort bien. Au final il y a une richesse inouïe, les blancs tirant parti de l'influence des noirs, et inversement. Il faut se mettre dans la peau de Lincoln, la guerre de sécession le plongeait au coeur du désespoir. Il est fort comprehensif qu'il ait cherché des solutions et il a songé à celle-là.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicole Bacharan

Nicole Bacharan est historienne et politologue, spécialiste de la société américaine et des relations transatlantiques.
Elle a co-écrit avec Dominique Simonet  "11 septembre le jour du chaos" (Perrin, à paraître le 18 août 2011).

Son prochain livre est Le guide des élections américaines de 2012, co-écrit avec Dominique Simmonet,  à paraître aux éditions Perrin.

Voir la bio en entier

Dominique Simonnet

Journaliste, écrivain et théoricien de l'écologisme, Dominique Simonnet est l'auteur de nombreux essais et romans.  Avec Nicolas Bacharan, il a également signé deux essais sur les Etats-Unis aux Editions Perrin: "11 septembre, le jour du chaos", et "Le guide des élections américaines".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€