Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 23 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Attention aux savons antibactériens, ils peuvent vous faire plus de mal que de bien

Souvent utilisés, les gels et savons antibactériens seraient en fait nocifs pour la santé. En cause, Le traclosan, un antibactérien qui, à une certaine dose, favoriserait le développement de bactéries comme le staphylocoque. Un conseil : pour se laver les mains, il vaut mieux s'en remettre au savon classique.

Oubliez les gels, sortez les savons

Publié le
Attention aux savons antibactériens, ils peuvent vous faire plus de mal que de bien

Souvent utilisés, les gels et savons antibactériens seraient en fait nocifs pour la santé

Atantico : Le Triclosan, antimicrobien présent dans les savons, les dentifrices et les équipements médicaux favoriserait en fait le développement des staphylocoque dorés. Une étude a montré que 64% des personnes qui utilisent souvent des produits antibactériens présentaient des niveaux de Triclosan élevés dans leur sécrétions nasales. Les savons antibactériens présentent-ils davantage de risques de contenir du Triclosan que les savons classiques ?

Stéphane Gayet : Les gels désinfectants contiennent en effet plus de Triclosan que les savons classiques. Le triclosan est utilisé à des concentrations différentes, parfois comme un simple conservateur, c’est-à-dire comme un antibactérien qui permet de préserver le produit de la contamination. Il peut aussi être utilisé comme un antiseptique, c’est le cas lorsqu’il est présent dans le dentifrice, il y ainsi un effet anti-bactérien dans la bouche. C’est un produit extrêmement utilisé actuellement parce qu’il est bien toléré.

Il y a trente ans à sa découverte, le Triclosan avait effectivement des propriétés intéressantes, mais il est devenu quelque peu obsolète avec les résistances dévelopées. On s’est même rendus compte que parfois, le triclosan avait l’effet inverse et favorisé la présence de bactéries lorsqu’il est présent en trop petite quantité. C’est le cas du staphylocoque doré et des bacilles pyocyaniques.

Cette composante est-elle indispensable à la fabrication d'un savon anti-bactérien ?  Qu'en est-il des autres produits cosmétiques ?

Pas du tout, on peut utiliser d’autres produits ; Le triclosan est très utilisé car c’est un produit bon marché, peu toxique pour le corps humain et avec peu d ‘effets secondaires. Il existe d’autres antiseptiques mais sils sont plus cher et avec parfois plus d’effets secondaires. On pourrait le retirer des produits cosmétiques en tant que conservateur et el remplacer par un autre produit. On le met dans des crèmes car la plupart des Français utilisent mal les crèmes en pot : il faut prendre le produit avec une petite spatule désinfectée et non avec ses doigts qui sont couverts de bactéries que le triclosan détruit.  

Quels dangers cela peut-il présenter pour la santé des utilisateurs de ce produit ? Que sait-on des staphylocoques dorés ?

Le triclosan présente surtout un risque bactérien. Il peut favoriser le portage de staphylocoques dorées, d’autres bactéries et même des infections. Le staphylocoque est une bactérie redoutable, elle donne des infections de la peau, des muqueuses et même des organes. Les bacilles pyocyaniques vivent dans l’eau mais peuvent se développer chez l’homme, notamment dans les bronches et mener à une bronchite si le terrain est favorable, par exemple si la personne fume ou est malade.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Stéphane Gayet

Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€