Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Attentats de Paris : comment les réseaux sociaux nous ont aussi rendu idiots

Les attentats de Paris ont permis de mettre en lumière le meilleur comme le pire des réseaux sociaux, car ils ne nous permettent pas toujours de prendre le recul nécessaire sur les événements.

bêeeeee

Publié le
Attentats de Paris : comment les réseaux sociaux nous ont aussi rendu idiots

Beaucoup d’internautes ont malheureusement le réflexe de retweeter d’abord et de réfléchir ensuite.  Crédit Reuters

Atlantico : Si les réseaux sociaux ont permis une certaine solidarité et de créer du lien social à la suite des attentats de Paris, ils ont aussi pu nuire à la réalité avec certains messages qui semblent incompréhensibles. Comment expliquer par exemple que certaines personnes ont pu penser que la Tour Eiffel n'avait jamais été illuminée depuis 1889 ? Les réseaux sociaux nous rendent-ils idiots ?

David Fayon : Oui, les réseaux sociaux ont été utiles dans les événements du 13 novembre avec une solidarité qui s’est exprimée avec par exemple sur Twitter le hashtag #PorteOuverte ou encore les informations pour rechercher des personnes disparues par exemple avec Facebook et la fonctionnalité activée pour l’occasion.

Mais pour en revenir à votre question, au départ, le tweet en question émane d’une personne influente et crédible dans son domaine. Ainsi Jeff Jarvis est un auteur américain suivi par plus de 15 000 personnes sur Twitter. Après, chacun peut affirmer des choses sans vérification préalable par souci du scoop et de la quête d’audience qui est perçue positivement et participe à l’estime de soi, du moins au renforcement de l’ego de la personne. Un tweet non retweeté ou une information non reprise, non aimée, non commentée peut a contrario représenter quelque chose de déprimant pour l’internaute, un peu comme l’image de la bouteille lancée à la mer avec un message dedans dans l’océan informationnel qu’est le web. Cela semble être le cas de Jeff Jarvis qui a une connaissance très approximative - pour rester dans le politiquement correct - de l’histoire de la Tour Eiffel. Ensuite, nous avons les twittos eux-mêmes qui pour beaucoup ont relayé l’info en pensant qu’elle était intéressante. C’est souvent le cas avec Twitter qui est un excellent outil de veille dans l’instantanéité pour suivre certains événements - que l’on y participe ou que l’on soit à distance - mais qui demande aussi quelques précautions et beaucoup de discernement.

Beaucoup d’internautes ont malheureusement le réflexe de retweeter d’abord et de réfléchir ensuite. Par ailleurs le fait de retweeter un message ne vaut pas acceptation de son contenu. On n’est plus dans le relai de l’information.

Je ne crois pas que les réseaux sociaux nous rendent idiots, pas plus que le PowerPoint. Au contraire, ils nous permettent d’accéder à davantage d’information, mais celle-ci doit être analysée, disséquée, critiquée, classée. Et ce dans un temps qui reste limitée alors que l’information croît de manière exponentielle. Cependant c’est l’utilisation même des réseaux sociaux qui peut induire un côté voyeuriste et exhibitionniste avec une simplification de la réalité et une mise en scène où vont être mis en avant ce qui suscite une émotion, le buzz ou une image positive de soi. Ceci induit un prisme par rapport à la réalité. Comme le dit mon ami Joël de Rosnay, il convient de procéder à la diète informationnelle et c’est là que le travail d’analyse critique et de curation prend tout son sens – mais celui-ci demande du temps, ce qui est antinomique avec la primauté de l’info. C’est cette utilisation aveugle des réseaux sociaux qui peut nous rendre idiots avec un effet en cascade qui cause préjudice.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par YNENOUDISEPATOU - 26/11/2015 - 09:20 - Signaler un abus apprendre à se déconnecter .....

    Apprendre à se déconnecter des réseaux .... peut-être. Mais aussi et surtout, apprendre à se déconnecter des médias générateurs de propagande, diffuseurs d'informations d'un pouvoir nuisible.

  • Par Ex abrupto - 26/11/2015 - 12:02 - Signaler un abus Je crains fort...

    ...que certains aient une prédisposition à l'idiotie. J'ai du mal à apprécier un avis qui tient en moins de 140 caractères. Bien pour un slogan ou une pub. Donc de la propagande et/ou de l'intox. Mais c'est tout....

  • Par zouk - 26/11/2015 - 13:40 - Signaler un abus Réseaux sociaux

    Il est en effet à craindre que l'avalanche d'informations sommaires, incontrôlées, parfois malveillantes ne nous rendent idiots. Mais comme il est impossible d'empêcher tous les intoxiqués de se laisser envahir par la lecture de ces réseaux, il me paraît indispensable de fermer les plus mal intentionnés et les plus sommaires.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michael Stora

Michael Stora est psychologue clinicien pour enfants et adolescents au CMP de Pantin.

Il y dirige un atelier jeu vidéo dont il est le créateur et travaille actuellement sur un livre concernant les femmes et le virtuel.

Voir la bio en entier

David Fayon

David Fayon est consultant Web pour des entreprises et organisations françaises depuis la Silicon Valley, co-fondateur de PuzlIn et membre de l'association Renaissance Numérique. Il est l'auteur de Web 2.0 et au-delà (Economica, 2è éd., 2010), Géopolitique d'Internet : Qui gouverne le monde ? (Economica, 2013). et Facebook, Twitter et les autres... (avec Christine Balagué, Pearson, 3e éd, 2016) ainsi que de Transformation digitale (avec Michaël Tartar, Pearson, 2014). Observateur et acteur de la société numérique, ses recherches portent sur la transformation digitale des banques.

Il anime enfin le site davidfayon.fr, sur l'actualité du Web et du numérique.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€