Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 23 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Attentats du 13 novembre : le nombre "noir" des victimes qui ne se sont pas fait connaître

Me Denis Tailly-Eschenlohr est l’avocat de 40 victimes directes et indirectes des attentats du 13 novembre et suit de près l’enquête sur les attentats du Bataclan. Malgré l’énorme émotion nationale, 2 ans plus tard, les victimes se battent pour obtenir des indemnisations décentes.

SOS solidarité nationale

Publié le
Attentats du 13 novembre : le nombre "noir" des victimes qui ne se sont pas fait connaître

Atlantico : Deux ans après les attentats du 13 novembre où en est l'enquête ?

Denis Tailly-Eschenlohr : Ce qui est intéressant c'est de voir où nous en sommes de façon globale. Les responsabilités des auteurs sont établies, par contre les commanditaires, ceux qui ont permis la réalisation des attentats est aujourd’hui encore sujette à des questions. La seule personne qui détient sans doute une grande part des réponses c'est M. Abdeslam. Or l'ancien président a commis une faute politique majeure en fanfaronnant qu'il allait le faire revenir de Belgique alors qu'on aurait eu tout intérêt à le laisser là-bas pour aller l'interroger sur place.

En effet, on a offert à cet homme ce qu'il espérait, la possibilité de refuser de répondre aux questions. Possibilité que ne lui offrait pas le droit procédural belge. Les gouvernants, les politiques qui cherchaient à se mettre en avant sont tombés dans un piège grossier alors que tous les avocats des parties civiles dénonçaient cela depuis le début.

Il y a encore énormément de zones d'ombre. Nous sommes tenus par des délais. Il faudra à un moment donné clôturer l'instruction et renvoyer devant la chambre de l’instruction qui elle-même renverra devant une Cour d'assises. Nous n'aurons pas à ce moment toutes les réponses.

Il a été dit qu'il y aurait un procès et  les victimes s'accrochent à cet espoir. Tout le monde pense qu'il aura lieu, on ne sait pas quand mais ce sera une première. Nous n'avons jamais connu un procès de cette importance en France. Dans le cadre d'un procès du 13 novembre, nous aurons plus de 3000 parties civiles sans doute. Et encore, beaucoup sont des victimes qui ne sont pas reconnues comme parties civiles. Niveau organisationnel ce sera du jamais vu. Ce n'est pas pour rien que le cas de Jawad Bendaoud, le logeur de St Denis est disjoint de la procédure. Il y a eu une correctionnalisation d'opportunité et le procès va se tenir en janvier et février à Paris, en correctionnelle et pas aux assises. C'est une aberration. Personne n'en parle et au dernier moment on préviendra les chroniqueurs judiciaires. Toutes les victimes, tous ceux impactés par le 13 novembre vont un jour découvrir que l'on a décidé de juger cet individu rapidement en catimini et en dehors de tout le reste du dossier.

Quel est le sentiment général de vos clients deux ans après les attentats du 13 novembre ?

D'abord je pense que mes clients se fichent des petits débats qui rythment l'actualité. Ils ont le sentiment que depuis le début on essaye de leur mettre du miel sur les plaies, qu'on leur tient des discours lénifiants, sympathiques…  Mais vous savez, les victimes, ce sont des grandes personnes, des adultes qui ont souffert et qui souffrent encore pour la plupart, soit physiquement soit moralement. Les victimes ont le sentiment que les pouvoirs publics ont tout fait pour cacher la réalité de leur souffrance. Aujourd'hui  elles sont avant tout extrêmement aigries.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 13/11/2017 - 10:34 - Signaler un abus Incroyable,

    et tout cela est complètement occulté par nos lapins crétins médiatiques. J'avais déjà du mal a accepter ces commémorations ridicules, qui ne font que servir de faire-valoir à notre engeance politicienne, des discours pompeux pour camoufler leur incompétence et surtout leurs responsabilités.Les victimes devraient boycotter ces voyous et assigner les responsables en place devant la Haute Cour de Justice. Autre chose inconcevable; comment nos politiques ont-ils pu mettre dans le Code Civil que les auteurs de crimes puissent, en toute légalité, refuser de répondre aux questions des juges? sauf à reconnaitre que ce refus de répondre soit un aveu de fait?

  • Par Ganesha - 13/11/2017 - 11:11 - Signaler un abus Aveux par la torture ?

    Décidément, il y a sur ce site, de plus en plus de partisans de la ''gégène'' !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Denis Tailly-Eschenlohr

Me Denis Tailly-Eschenlohr est avocat au Barreau de Paris, Pénaliste et Criminologue.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€