Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 16 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Attali, Finkielkraut et les antiracistes : qui sont les vrais réactionnaires ?

Contrairement à ce qu’on lit : Alain Finkielkraut est un intellectuel « de gauche » qui défend, tout comme Jacques Attali, notre idéal humaniste et uni-versaliste français, les vrais réactionnaires sont plutôt du côté des « anti-racistes ».

Couvrez ce réac que je ne saurais voir

Publié le

Le mouvement social et culturel anti-raciste, comme son premier analyste, l’éminent sociologue Paul Yonnet, l’a montré, est une stratégie, conçue par François Mitterrand et les intellectuels en charge de la pensée de gauche, à l’époque, dont l’objectif électoraliste était de faire monter le Front National afin de battre la droite, et conserver le pouvoir après l’échec du programme commun, en 1983. [4]

Si l’idée de départ : la libération du peuple opprimé par une droite, que plus de la moitié des Français jugeait responsable du chômage, était grandiose en 1981, l’atterrissage le fut moins, qui débouche au XXIème siècle, sur une forme de confusionnisme mental confinant à la schizophrénie politique.

On l’a vu avec l’affaire Morano, transformée en moulin que des centaines de Sancho Pensa tentaient de détruire. En dehors des arrangements politiciens qui s’en suivirent, dans l’hystérisation générale des esprits, provoquée par la dame, il faut décrypter la preuve d’une victoire culturelle totale de l’idéologie anti-raciste sur les mentalités françaises. Alors même que plus aucun parti politique, aucun intellectuel ne défendent le moindre soupçon d’une idée raciste, la force des idées et des mots persiste, au-delà du réel.

Monsieur Attali, comme monsieur Finkielkraut, sont, chacun à leur manière, les fervents défenseurs d’une pensée humaniste et universaliste dont la France fut l’accoucheuse, en 1789. Rien ne les différencie, au fond, si ce n’est l’art de dépasser les frontières nationales, synonymes d’une culture égalitaire, que chacun voudrait hisser à son plus haut niveau, pour le plus grand bonheur du monde entier.

C’est donc ailleurs, messieurs les censeurs qu’il faut chercher le racisme ou la terreur.

Il suffit, malheureusement, d’ouvrir les yeux, pour regarder des images et lire des témoignages, les oreilles pour entendre les cris de ceux qu’on égorge ou qu’on pend et surtout son esprit, pour tenter de penser le présent.

[1] « L’invité politique de  Guillaume Durand »,  Alain Finkielkraut : « Je dirais que je ne suis pas grincheux, je suis désespéré », LCI, 15 octobre 2015

[2] 800 mètres carrés d’ exposition pour faire comprendre la terreur nazie qui s’est répandre dans toute l’Europe via les annexions. Des textes et des photos expliquent en cinq chapitres «comment en 120 jours les nazis ont mis fin à la démocratie au profit d’un régime dictatorial», qui étaient les SS et les membres de la Gestapo : «des avocats, des médecins, des personnes cultivées ». Mais surtout la vie quotidienne au temps du nazisme et donc les exécutions et persécutions de ceux qui résistaient.

[3] Le terme race a plusieurs sens dans la langue française, c’est aussi un synonyme de peuple, ou de culture. Ernest Renan, dont le texte Qu’est-ce qu’une nation? est devenu, depuis peu, la référence d’une définition antiraciste, voire, par contre-sens, anti-nationaliste, de la nation, l’emploie couramment dans son oeuvre.

[4] Voyage au centre du malaise français , Gallimard, 1993

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cremone - 23/10/2015 - 19:07 - Signaler un abus Sancho

    Pança ? Non, c'était Don Quichotte qui se battait contre les moulins.

  • Par vangog - 24/10/2015 - 00:32 - Signaler un abus Y'a un problème là, non?

    Les anti-racistes qui abusent de l'anathème encore mieux que les supposés-racistes, eux-mêmes...si le mot "race" existe, c'est qu'il correspond à une réalité universelle, mais reconnaître les races n'est pas hiérarchiser les races! Cet amalgame à raz-de-terre, les anti-racistes s'en sont gavés jusqu'à en avoir une indigestion et à la transmettre aux Français...beurk!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nathalie Krikorian-Duronsoy

Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies.
 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€