Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 29 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'atout Angela Merkel pourrait-il
se révéler être un boulet
pour Nicolas Sarkozy ?

Interview télévisée commune du président de la République et de la chancelière ce soir, diffusée simultanément en France et en Allemagne. Angela Merkel pourrait-elle vraiment aider Nicolas Sarkozy a faire remonter sa cote de popularité ?

Couple

Publié le

Atlantico : Vous avez réalisé fin-janvier avec l’IFOP pour l’Ambassade de la République Fédérale d’Allemagne à Paris une étude consacrée à « l’image de l’Allemagne en France ». Que pensent les Français d’Angela Merkel ? Sa rencontre avec Nicolas Sarkozy ce lundi constitue-t-elle pour lui un réel atout politique à l’aune de la présidentielle française à venir ?

Jérôme Fourquet : Il faut tout d’abord se souvenir de la récente rencontre Sarkozy/Obama, lors du G20 à Cannes : nous avions assisté à une tentative de rapprochement avec "l’extérieur". Résultat : cela n’avait pas nui à Nicolas Sarkozy, mais cela ne lui avait pas non plus profité ; on n’avait pas constaté d’impact majeur sur les cotes de popularité ou sur les intentions de vote.

On peut donc s’interroger sur l’impact d’un soutien d’Angela Merkel.

Dans notre étude, la chancelière représente véritablement l’Allemagne pour les Français. C’est son nom qui vient en deuxième (après la notion de "sérieux") lorsqu’on évoque « les traits d’image spontanément associés à l’Allemagne ». Elle incarne ainsi la discipline, la rigueur, l’austérité, la constance, le travail et le sérieux. On est un peu dans les clichés de l’image d’Épinal mais aux yeux de nos compatriotes, elle représente le visage de l’Allemagne telle qu’ils la voient.

Si l’on se fie à l’étude que nous avons menée, la notion de modèle allemand est bien intégrée dans l’esprit des Français : pour eux c’est un pays qui a une économie dynamique et performante dont on devrait s’inspirer. Mais il existe deux limites :

  • D’une part, les Français sont conscients que la réussite allemande est passée par des sacrifices importants en matière de protection sociale. Selon notre étude, plus de 60% des Français estiment que notre pays devrait s’inspirer du modèle économique allemand, mais quasiment la même proportion estime qu’en matière de protection sociale c’est la France qui présente les meilleurs résultats. C’est donc une image un peu ambivalente : la notion de modèle est à manier avec précaution.
  • Deuxième limite : l’Allemagne et Mme Merkel sont très fortement instrumentalisées dans le débat politique intérieur français notamment par la droite et Nicolas Sarkozy. Ceci a été renforcé lors de sa dernière intervention télévisée où il a cité l’Allemagne à de très nombreuses reprises. Cela a des effets très concrets : l’image de l’Allemagne, même si elle bonne, est assez différente selon qu’on soit « de droite » ou « de gauche » : 93 %  des partisans de l UMP ont une bonne image globale de l’Allemagne contre 78% au PS.

Il existe donc un clivage partisan sur ce sujet. En s’affichant avec Mme Merkel, Nicolas Sarkozy ne fait que conforter ses propres troupes.

En outre, il existe le risque que les Français perçoivent cette rencontre Sarkozy/Merkel comme l’illustration des difficultés actuelles du Président qui chercherait ainsi un soutien à l’étranger.

Par ailleurs, notre enquête montre que les Français considèrent que les relations franco-allemandes sont bonnes mais que l’Allemagne a pris le leadership en Europe. La rencontre Sarkozy/Merkel pourrait donc aussi être considérée comme une forme d’ingérence de la chancelière dans la campagne présidentielle française. Cela pourrait ainsi se retourner contre Nicolas Sarkozy, si on le percevait sous l’influence d’Angela Merkel.

Cette éventualité est renforcée par l'évolution de la perception de l'Allemagne chez les Français. Nous disposons d’une étude datant de 1997 qui montre que l’écart s’est creusé : le dynamisme et la performance allemande ont attisé quelques craintes chez nos concitoyens, avec notamment le sentiment que l’Allemagne a pris le dessus sur nous.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par alankin - 06/02/2012 - 13:41 - Signaler un abus pas une seule photo où...

    il ne soit pas en train de la tripoter, alors qu'elle a horreur de ça.

  • Par flogo - 06/02/2012 - 14:04 - Signaler un abus Photo choisie volontairement pour influencer

    La preuve : le premier commentaire. Il y a peu de photos de cette ...époque lointaine. Mais quand on veut on trouve. C'est normal pour un directeur d'Opinion publique de manipuler l'Opinion publique ! Nous sommes entrés il y a 5 ans dans l'information "soviétisée" tout doit être orienté pour nuire au président. Ce travail de sape donne ses conséquences. L'histoire jugera les médias sur leurs responsabilités non assumées. Grandeur et décadence du métier de journaliste...

  • Par Nanard10 - 06/02/2012 - 14:19 - Signaler un abus il y en a qui prennent leurs désirs pour des rélités

    il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre

  • Par lemayec - 06/02/2012 - 14:28 - Signaler un abus dernier argument

    Vis à vis de ceux qui penchent vers Marine le Pen, donc contre l'Europe, croyez vous que l'image de l'appui allemand les fera hésiter?

  • Par Redmonde - 06/02/2012 - 14:33 - Signaler un abus INGERENCE

    L'Allemagne n'a pas à intervenir dans la politique intérieure française, et vice-versa. Ce pauvre Sarkozy a gravement perdu la main (et le contact avec le peuple français): pour remonter sa cote, il multiplie les décisions malencontreuses qui ne peuvent que le rendre encore plus impopulaire: intervention en Libye pour porter des islamistes au pouvoir,promesses pleines de vent à la Gandrange que personne ne peut plus croire, TVA (anti)-sociale, intervention de sa patronne Merkel dans l'élection, qui le rabaisse au rang d'employé servile , et qui rabaisse la France. Il va perdre et on va avoir le faux mage de Hollande car c'est clair que les Dieux (et son bon sens) l'ont abandonné.

  • Par luchon - 06/02/2012 - 15:01 - Signaler un abus la risée de l'allemagne

    le toutou de merkel a besoin d'elle pour se faitre valoir et occuper encore un,e fois l'espace télévision avec la servilité du service public qui ne sait plus quoi faire pour le mettre en valeur que vient faire cette dame dans notre campagne électorale et si le toutou est réélu elle pourra nous dicter notre politique les allemands en riguolent .... et n'attendent que çà vive le déclin français

  • Par Vincennes - 06/02/2012 - 16:39 - Signaler un abus @luchon qui écrit "le toutou de Merkel quioccupe l'espace TV"

    Vous manquez pas d'air, alors que votre grand "Timonier du rêve" nous à "saouler jusqu'à la lie" avec la Primaire durant plusieurs mois. Quant à la servilité des médias, je pense que vous vous trompez de cible étant donné que 94% sont de gauche!! et, malgré tout, vous trouvez encore à redire lorsque 6% s'expriment (et encore, il faut vraiment les chercher) Quant au déclin de la France, il ne viendra pas de Sarko et je ne donne même pas, à votre champion, les 2 ans que Mitterand avait mis avant la débâcle et la fuite des capitaux.

  • Par sheldon - 06/02/2012 - 16:47 - Signaler un abus La réponse : Hollande vient de dire qu'il n'a besoin ...

    ... que du soutien des Français ! Mais où se met Sarkozy ? Et puis m.... ! Il est candidat, qu'il le dise ! Ce bruit de fond de m.... de discours à la c.. soutenus des 10 mains par l'horrible droite populaire ! Mais qu'est ce qu'il veut, qu'est ce qu'ils cherchent tous à l'UMP ? perdre au Ier tour en nous obligeant à voter Bayrou, à force de se droitiser ? Ou le pire à nous faire voter dès le 1er tour Hollande ? Il faudrait ouvrir les yeux et vous réveiller ! Quant à Angela (Anguela et non Andgela, elle n'est pas italienne !), qui peut penser qu'en France le soutien de la 1ère puissance européenne n'est pas plutôt Canossa ??

  • Par jean-phi - 06/02/2012 - 16:47 - Signaler un abus sondage

    IFOP=Parisot=MEDEF = Anti-France

  • Par Decrauze - 06/02/2012 - 18:43 - Signaler un abus Refrain : "C'est la Merkel, Moi Sarkozy"...

    Mieux que Laurel et Hardy avec leur piano de Sisyphe (http://www.youtube.com/watch?v=UWm0nXJYLmk), Merkel et Sarkozy s’ingénient (ni saints, ni génies, je précise pour les empoussiérés du cortex) à entretenir leur romance, évolutive comme un meuble Ikéa pour cage à lapins : du « je t’aime moi non plus… » au « je t’enc… moi aussi ! » sur le plancher clouté de leur baraquement branlant. Les finances, plus que jamais à sec, vont faire encore plus mal en 2012, point l’année de la fin du monde, mais du poing râpeux dans le fonds national : un fisting pour sonner le rappel, nous faire trébucher, avant l’achèvement. D’ici là, entonnons en joie : « C’est la Merkel, Moi Sarkozy / C’est elle la Grosse et moi le Petit / C’est la Merkel, Moi Sarkozy / Et nous sommes de faux amis ! » Cf. http://pamphletaire.blogspot.com/2012/01/une-cle-de-12-pour-la-11-vite.html

  • Par sapada - 06/02/2012 - 21:21 - Signaler un abus sarko le toutou

    Honte à notre président. Jsqu'ici jamais nous n'avons eu à avoir honte. Aujourd'hui le collabo est là.Nous devons le dégager. Il n'est meme pas Français; votez extremedroite,votez à gauche mais ne votez pas pour sarko uni aux allemands. Les allemands n'ont pas de leçons à nous donner et par rapport à leur histoire,ils devraient rester hors de l'europe.

  • Par cesar 13 - 06/02/2012 - 21:48 - Signaler un abus Vive Angela !

    Les petits franchouillards - qui maintenant sont de gauche - peuvent bien aboyer contre l Allemagne , ça ne changera rien . Et la gauche - soit disant internationaliste - peut brailler , ça ne changera rien , ce sont les chleus qui ont le pèze .

  • Par evy - 07/02/2012 - 06:37 - Signaler un abus Atlantico, restez un journal d'information!

    de mauvais gauchistes "ringards" se sont emparé de ce journal, mais certains articles déforment au lieu d'informer. Les réactions stupides sont dignes d'une cour d'école de bas niveau. Pauvre France qui est envahie de NULS !

  • Par Olivierguy - 07/02/2012 - 08:09 - Signaler un abus Quelle honte

    Et après ça ce gouvernement nous donne des leçons de nationalisme!

  • Par Lepongiste - 07/02/2012 - 09:06 - Signaler un abus HOLLANDE est déjà le toutou d'Aubry et du parti Sociliste !

    quelle honte ce type qui ne sait pas prendre une décision parce qu'il n'est que la voix de son maître ou plus précisément de sa patronne AUBRY .... Ce qui explique qu'il a du se renier plusieurs fois déjà ! Et c'est lui que vous voulez comme Président ? du club de boules de Corrèze et encore ..

  • Par Lepongiste - 07/02/2012 - 09:09 - Signaler un abus Personne ne pense un seul instant que Sarko est le toutou

    de qui que ce soit mais en revanche tout le monde sait que Hollande était déjà le toutou de son ex femme et que maintenant il est le toutou qui va chercher le su sucre chez sa patronne Aubry ! Hollande est un mou qui se fait materner en permanence il le porte sur lui !!

  • Par fourni78 - 07/02/2012 - 15:16 - Signaler un abus Juste comme ça.

    1) Ce pleurnichement continuel d'un certain nombre de commentateurs atlantiste (ou d'atlantico) me fait penser à ces gens dans le sport qui expliquent toujours une défaite par un problème d'arbitrage (ce qui me fait, très, doucement rire) 2)@Lepongiste (et personne du même acabit): Ce genre de commentaire devrait être passible du retrait de la carte d'électeur, on est plus en maternelle! Pour conclure, deux choses: débats idées. C'est si compliqué?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’IFOP.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€