Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les Arvernes : "Le programme économique d'Emmanuel Macron manque totalement d'ambition, il relève de la résignation"

Selon les sondages, la messe est donc dite. Emmanuel Macron sera notre prochain Président de la République. Cette prédiction aurait fait sourire il y a encore quelques mois. Elle ne fait plus du tout rire aujourd’hui. Il n’est plus temps de s’interroger sur l’incroyable concours de circonstances qui a permis un tel retournement. Il faut plutôt regarder en face toutes les conséquences attendues de cette élection probable pour l’avenir du pays.

présidentielle 2017

Publié le
Les Arvernes : "Le programme économique d'Emmanuel Macron manque totalement d'ambition, il relève de la résignation"

L’élection de 2017 est l’élection de la dernière chance. François Hollande termine son mandat avec un bilan économique désolant : un chômage de masse toujours proche des 10%, un déficit public en 2016 maintenu au-dessus de la barre des 3% (3,4%), une dette publique à 96% du PIB, une dépense publique toujours très élevée (56,2% du PIB) et des prélèvements obligatoires maintenus à un niveau record sur toute la durée du mandat (44,3% du PIB). Pourtant, le président sortant aura bénéficié d’un alignement des planètes exceptionnel (euro faible, pétrole faible, reprise de la croissance internationale) qui ne durera plus longtemps.

A un moment ou à un autre, le prochain chef de l’Etat aura à affronter un choc économique externe -retournement du cycle américain- ou interne - remontée des taux en Europe - qui feront peser de nouveaux risques financiers majeurs. L’élection de 2017 est donc notre dernière chance de mettre en œuvre les réformes si souvent reportées pour retrouver de la compétitivité, muscler notre appareil productif et réformer l’Etat pour traverser le prochain retournement de cycle sans drame.

Malheureusement, ces réformes indispensables ne seront pas mises en œuvre si Monsieur Macron est élu. Car qu’est-il donc sinon la parfaite continuation de la présidence Hollande ?

Sur la compétitivité, il n’y a rien à attendre. Certes, Emmanuel Macron est l’inspirateur du virage « social libéral » de François Hollande. Il soutient donc la poursuite d’une politique de l’offre, financée par une progression limitée de la dépense publique, mais l’ordre de grandeur annoncé pour le prochain quinquennat n’est pas à la hauteur des enjeux. Il prévoit simplement de pérenniser le CICE sous la forme de baisses de charges permanentes (20 milliards d’euros) là ou un nouvel effort, au-delà des baisses de charges déjà consenties, est indispensable pour espérer rétablir la compétitivité de notre industrie face à nos concurrents européens et notamment allemands. Une continuation pure et simple de la politique Hollande, là où une nouvelle impulsion forte, comme celle proposée par François Fillon, est nécessaire. Pérenniser le CICE dont on connait tous les défauts (absence de ciblage vers le secteur manufacturier), c’est faire le choix du conservatisme sans imagination. 

Sur la réduction de la dépense publique et des charges, le compte n’y est pas non plus. En affichant un objectif de 60 milliards d’euros, Emmanuel Macron s’inscrit dans la continuité de François Hollande qui affichait déjà en 2014 un objectif de 50 milliards qui ne sera même pas atteint. Car pour réussir, la maîtrise de la dépense (il ne s’agit bien évidemment pas de coupes en valeur nominale mais par rapport à une tendance…) doit être soutenue par une vision d’ensemble et des signaux forts. Les objectifs fixés par Emmanuel Macron sont compatibles avec une politique de coupes budgétaires ponctuelles au fil de l’eau. Ils ne gêneront personne. Une réduction des postes de fonctionnaires limitée à 120 000 sur 5 ans, facilement réalisable grâce aux départs en retraite, sera une bien faible réponse à la hausse de plus d’un million des effectifs des collectivités territoriales depuis l’an 2000.

Sur l’Europe, enfin, l’échec de Macron est couru d’avance. En s’appuyant sur un programme de réforme si faible, il espère convaincre l’Allemagne de consentir à une construction institutionnelle nouvelle (encore une) et à une forme d’union de transferts. Nos partenaires Allemands sont à bout de patience. Ils attendent de la France autre chose que la continuation des politiques de renoncement. Elire Macron, c’est à terme prendre le risque d’une rupture finale du couple franco-allemand.

Macron sera donc un Hollande en plus jeune, tout aussi timoré, sans ambition et sans force. Il n’aura pas de majorité à sa main et devra donc rechercher en permanence la conciliation avec le rassemblement des intérêts particuliers qui accourent depuis des semaines dans son mouvement « En Marche ! ». On connait le résultat de la « petite cuisine » macronienne, sa loi de 2014 en donne en aperçu saisissant : des heures de débats au parlement, un passage en force à coup de « 49-3 » en l’absence de majorité, pour accoucher d’une souris. 

Car ne nous voilons pas la face : l’action réformatrice vigoureuse et salvatrice qui seule peut sauver ce qui peut l’être de notre tissu économique ne peut être conduite que par un gouvernement fort et uni sur l’essentiel. Une présidence Macron sera dès le début prise en étau entre une gauche antilibérale et une droite frustrée par sa défaite présidentielle et par le manque d’ambition du président. 

Une victoire d’Emmanuel Macron le 7 mai prochain serait consternante pour la France. Consternante par le manque absolu d’ambition de son programme, par la recherche permanente du consensus mou là où la France doit avoir le courage de faire des choix décisifs. N’étant élu sur rien, sinon des messages stéréotypés concoctés par des logiciels, il ne pourra rien.

La victoire d’Emmanuel Macron sera donc une résignation. La coalition de tous les conservatismes pour perpétuer cinq ans encore des choix économiques et sociaux d’un autre temps. Ses électeurs voudront éviter les efforts et éviter le FN. La meilleure manière sans doute de provoquer un ajustement très douloureux le jour où les vents contraires se lèveront. Ce jour-là, il sera trop tard pour déplorer l’arrivée d’extrémistes au pouvoir. 

Non, l’élection d’Emmanuel Macron n’annoncerait rien de bon. Il est encore temps pour que les Français s’en rendent compte. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Babaswami - 09/04/2017 - 13:45 - Signaler un abus Poison présidentiel

    Il faut le répéter inlassablement: cette élection présidentielle qui s'attaque aux hommes et non aux idées, qui déverse des torrents de démagogie, et qui est sous contrôle de medias protecteurs du statu quo, est contraire à la démocratie. Elle est un puissant frein à toute réforme. Elle est responsable au premier chef du déclin continu du pays.

  • Par arvensis - 09/04/2017 - 21:31 - Signaler un abus Macron irrite les fonctionnaires anonymes, normal !

    Les Arvernes sont d'héroïques fonctionnaires anonymes . Leur avis sur Emmanuel Macron doit être estimé à la hauteur de leur courage. Ils ne sont pas qualifiés pour émettre un commentaire aussi négatif sur Macron qui, lui a su quitter des fonctions rémunératrices ou de pouvoir, pour se lancer seul malgré les ricanements d'il y a un an, dans une aventure courageuse car incertaine. Décidément le talent est insupportable pour les esprits crispés. Arvensis.

  • Par Jean-Benoist - 10/04/2017 - 07:48 - Signaler un abus Pire que la résignation ce sera

    La soumission, celle évoquée par Houellebecq. .. Merci pour votre analyse et poursuivez vos actions afin de reveiller les consciences. ..il en va de lavenir de notre pays et celui de la jeunesse a qui nous allons laisser une dette colossale si nous nagissons pas.. Ou nos jeunes vont s'exiler. ..

  • Par gerint - 10/04/2017 - 22:08 - Signaler un abus @arvensis

    Croyez-vous vraiment ce que vous dites sur Macron qui se serait lancé seul sans argent? Avec les médias, les juges de Hollande, qui roulent pour lui avec une partialité criante et honteuse, avec ses financiers qui arrosent ses meetings de gourou, avec ses Amis de Bercy et de l'Elysée qui sortent les affaires pour salir Fillon et continuent encore á les distiller, vraiment je ne pense pas que vous pouvez croire ce que vous dites

  • Par bd - 12/04/2017 - 03:01 - Signaler un abus Emmanuel Macron: La logique pragmatique (1)

    Parce qu’Emmanuel Macron peut être d'accord avec des gens de droite et de gauche, il n'aurait pas d'idée? Nous souffrons tous depuis des années de voir des lois élaborées sous un gouvernement être détricotées par le suivant. "En Marche!" n'est pas comme les autres. Le rôle d'un Président dans un pays mature est, en effet, de trouver le dénominateur commun entre des personnes et des positions différentes, pour avancer, pour que le pays, en tant que nation, avance. Est-ce que les politiques qui divisent, qui pointent du doigt l'autre, sont plus claires pour l'électorat? Il est temps de comprendre que ceux qui jouent à diviser, à opposer, sont des apprentis sorciers.

  • Par bd - 12/04/2017 - 03:01 - Signaler un abus Emmanuel Macron: La logique pragmatique (2)

    Pantin, sans expérience, disant ce que d'autres puissances l'enjoignent à dire?
 Dont acte, il a 39 ans, c'est vrai, et sans doute donc moins d'expérience que des hommes et femmes politiques rompus aux joutes électorales...
 Il suit une ligne cognitiviste, ce qui pour tout pédagogue, est particulièrement parlant.
Il faut des constats, argumentés, intellectualisés, et de ces constats, découlent des solutions.
Cela s'appelle du pragmatisme. 
Il ne prétend pas que toutes ces solutions seront un succès. 
Il explique le droit à l'échec (pour lui comme pour tout le monde en promettant le droit au chômage pour tous).
Mais on tente, on essaie, parfois cela marchera, parfois non. Mais, bon sang, qu'est-ce que ça fait du bien justement d'entendre quelqu'un qui peut ne pas être totalement sûr de lui et dire : «on va faire ensemble». Cela permettra à chacun, individuellement, de se sentir meilleur, en ayant le sentiment légitime d'avoir participé à l'élévation de la société dans son ensemble. Là où tous les politiques depuis plus de 40 ans expliquent à longueur de temps sur Les plateaux télé savoir exactement ce qu'il faut faire, et qu'une fois élus, ils semblent d'un coup avoir tout oublié...

  • Par bd - 12/04/2017 - 03:03 - Signaler un abus Ineptie macroéconomique du programme de Fillon

    Personne ne s'est demandé comment François Fillon arriverait à faire à la fois 100 milliards d'économies et une croissance de 2,3%? Une vraie incohérence macroéconomique. C'est tout simplement impossible!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Les Arvernes

Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.

Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l'équivalent de droite aux Gracques qui s'étaient lancés lors de la campagne présidentielle de 2007 en signant un appel à une alliance PS-UDF. Les Arvernes, eux, souhaitent agir contre le déni de réalité dans lequel s'enferment trop souvent les élites françaises.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€