Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Armes chimiques de l’Etat islamique : les Etats-Unis et la France sont-ils en train de se rendre compte de l’erreur commise en prenant Bachar el-Assad comme ennemi numéro 1 en Syrie ?

La récente découverte en Syrie de la fabrication et de l'utilisation d'armes chimiques par l'Etat islamique pourrait bien faire évoluer les positions Franco-américaines vers une position plus convergente avec la Russie.

Remise en question

Publié le - Mis à jour le 17 Septembre 2015
Armes chimiques de l’Etat islamique : les Etats-Unis et la France sont-ils en train de se rendre compte de l’erreur commise en prenant Bachar el-Assad comme ennemi numéro 1 en Syrie ?

Les Etats-Unis et la France vont-ils revoir leur position sur Bachar el-Assad ?  Crédit Reuters

Atlantico : Avec cette nouvelle, en quoi pourrait faire remettre en question le choix de François Hollande et Barrack Obama de mettre Bachar El Assad en ennemi n°1, plutôt que l’Etat islamique ?

Alexandre del Valle : Il est certain qu’il y a une évolution des positions du côté de l’Union Européenne. Notamment celle de François Hollande, qui était le plus anti-Bachar avec les Américains, voire pire que les Américains il n’y a pas très longtemps. Tout à coup, même si Laurent Fabius reste anti-Bachar, François Hollande a fait comprendre que, finalement, nous pourrions nous accommoder d’un Bachar qui aurait un nouveau rôle, sans réellement avoir du pouvoir pendant un certain temps. Ensuite nous nous acheminerions vers une solution plus pragmatique, où l’on mettrait à la table à la fois les gens du régime et ceux qui ne le sont pas.

Avant François Hollande voulait exclure d’emblée Bachar du régime. Dans mon livre le Chaos syrien, que nous avions écrit avec l’opposante syrienne Randa Kassis nous avions justement dit que cette solution n’était pas réaliste et qu’il fallait absolument associer les deux partis. Nous ne pouvons pas exclure d’emblée un régime. Nous revenons enfin à la raison. C’est un vrai changement. Nous allons vers une solution où certain du régime seront associés à une part des négociation pour un « après Bachar » , mais en attendant Bachar serait confirmé, et ses amis russes et iraniens seraient chargés de lui faire accepter de se retirer progressivement.

 

Forcement, la position de Barack Obama va changer elle aussi un peu, mais ce n’est pas officiel. Il y a des experts à l’ONU qui font une véritable enquête. Pour le moment, nous n’avons qu’une première révélation, ça n’a pas été corroboré par des experts sur le long terme, je ne pense pas que cela suffise pour changer radicalement la position de Barack Obama. Mais il est certain que cette nouvelle révélation laisse penser que nous avons peut-être été un peu rapide en assurant pendant des années que la pre-condition était la chute de Bachar. 

Nous sommes donc en période de transition et cela va certainement beaucoup plus changé dans les semaines qui viennent.

Jusqu’où cette évolution peut-elle aller ?

Même s’il y a des gesticulations contrôlées contre les russes, je pense qu’il y a une réalité aujourd’hui: si les russes continuent à aider massivement le régime, il va être beaucoup plus difficile de soutenir la position anti Bachar d’il y a quelques mois et pire encore de faire des frappes contre le régime.

 

La position des américains d’avant était claire : le régime et Bachar sont des ennemis n°1. Aujourd’hui le fait que les Russes soient présents sur le terrain, rend très difficile de conserver cette vision.

Les Russes sont beaucoup critiqués, mais je pense que leur simple présence rend difficile de conserver la position actuelle. De facto, malgré les gesticulations et l’évolution des discours chez les occidentaux, cette révélation sur les armes chimiques, ainsi que la présence russe en Syrie rend impossible le fait de démanteler totalement le régime et  nous allons essayé de trouver une solution un peu plus intelligente et pragmatique.

En quoi la Russie peut-elle jouer le rôle de médiateur entre d’un côté la coalition France/USA, et de l’autre Bachard el Assad ?

La Russie veut un front commun total contre les djihadistes. La position russe est très claire. Désirant un front commun - qui nous inclue - et étant allié à l’Iran et la Syrie: la Russie est le seul pays qui peut permettre de faire le lien et l’équilibre entre la Syrie et les occidentaux. Nous ne pouvons pas avoir d’autre interlocuteur qu’elle. Les occidentaux savent très bien que les russes sont plus raisonnables que les iraniens. Ils sont extrêmement présents en Syrie avec une vision beaucoup moins détachée que les russes. Les Russes acceptent que Bachar partent. Ils l’ont assuré depuis très longtemps qu’ils pouvaient s’accommoder d’une Syrie dans laquelle Bachar n’était pas inamovible. Ils ont de facto la capacité et même les idées préparées pour essayé de pousser Bachar à se retirer progressivement et à accepter le nouveau rôle que l’occident veut justement lui donner depuis quelques temps. Bizarrement nous n’avons pas arrêté pas de critiquer les Russes, alors qu’en fait les Russes et européens sont entrain d’évoluer vers une position qui est beaucoup plus convergente qu’il y a 2 ou 3 ans.

 

La Russie a un rôle centrale. Ce qu’ils préconisent depuis 3 ans est que nous sommes entrain finalement d’accepter. Nous avons accusé la Russie d’avoir blanchi le régime, et d’avoir empêché de défaire le régime. Aujourd’hui nous nous rendons compte qu’ils avaient raison. Leur volonté d’avoir une solution pragmatique qui fasse dialoguer toutes les parties, et pas uniquement les pro-sunnites, est reprise aujourd’hui par l’occident. Randa Kassis avec qui j’ai rédigé le Chaos Syrien , était très souvent en Russie pour essayé de convaincre les Russes qu'ils pouvaient aider les Syriens tout en acceptant que Bachar El Assad était un problème. Elle avait réussi à obtenir des Russes un engament sur le fait qu’il n’était pas inamovible. Elle a été diabolisé pour avoir osé proposer de travailler avec les Russes et dans une moindre mesure avec avec l’Iran. Elle avait même été accusée d’être une fausse opposante … Quand il y a une guerre civile à un moment ou à un autre, nous sommes obligés de trouver une solution de paix qui associe à la fois le bon camp et le mauvais camp.

La solution que nous proposons dans le Chaos Syrien est celle du pragmatisme : associer les Russes et les Iraniens à une position de sortie, et progressivement un départ par une porte honorable par Bachar el Assad plutôt que d’exiger son éradication. Les positions BHL de l’Elysée et du quai d’Orsay depuis quelques mois avec une surenchère pro sunnite pour faire plaisir à l’Arabie saoudite et l’exigence du départ conditionnel préalable de Bachar, tout cela était totalement irréaliste et ils commencent à l’admettre.

Nous n’avons pas pu prouver que la Syrie utilisait des armes chimiques. Sommes nous certains que l’Etat islamique en a utilisé ?

Peut-être que nous aurons des preuves. Ce n’est pas évident. Des experts y travaillent. Je pense que dans les semaines à venir nous y verrons un peu plus clair. Je ne dirais pas que le régime n’en a jamais utilisé. Ce qui est certain, c’est qu’il est très probable que l’Etat islamique ce soit emparé des stocks de gaz Sarin et moutarde des Syriens et il est extrêmement probable qu’ils en produisent eux-même. Ils ne s’en sont pas vraiment cachés. Ils n’ont aucune limite dans leurs moyens.

Propos recueillis par Cécile Picco

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Bretondesouche - 14/09/2015 - 11:32 - Signaler un abus Un tyran

    Devenu frequentable

  • Par Malaparte - 14/09/2015 - 12:50 - Signaler un abus mane thecel pharès

    En politique encore plus que dans tout autres domaine, les erreurs de jugement, les lâchetés à la petite semaine et les aveuglements idéologiques se paient cash. Pour ne pas avoir su ou voulu retenir les leçons d'une Histoire pourtant foisonnante en la matière, les occidentaux peuvent s'attendre à des jours bien sombres.

  • Par Gré - 14/09/2015 - 20:44 - Signaler un abus Les "fachos" auraient-ils eu raison ??

    Mise à part la période de l'URSS, la Russie a toujours été l'alliée des Occidentaux. Bon sang, ce sont eux qui vont nous sauver la mise. Cela aussi, Marine Le Pen l'avait dit avant tout le monde. Quand les Français comprendront-ils que les fossoyeurs de la France ne sont pas là où les politiques actuels veulent leur faire croire qu'ils sont ?

  • Par jpplaton - 15/09/2015 - 00:56 - Signaler un abus orthographe

    L'orthographe, les fautes de français et les fautes de frappe rendent la lecture pénible. Sur le fond, le point de vue exprimé dans l'article se défend.

  • Par vangog - 15/09/2015 - 01:06 - Signaler un abus Seule une alliance avec Bachar-el-Assad résoudra le conflit...

    syrien et la crise de l'invasion musulmane, dite "crise des migrants" par les bobo-gauchos...il faut exiger de l'ONU qu'elle se bouge le cul et mérite son salaire, en instaurant un état Kurde, à la frontière de la Turquie, de la Syrie et de l'Irak, point de départ d'une coalition de combattants, armés par l'UE pour combattre l'EI. Il y a urgence pour le monde, menacé d'une implosion de la faible UE social-démagogique...

  • Par Eolian - 15/09/2015 - 14:26 - Signaler un abus @vangog

    vous avez observé que de "clandestins" nous sommes passé par "migrants" et maintenant ce sont des "réfugiés", c'est nettement mieux de la part des bobo-gauchos pour faire pleurer dans les chaumières. Les Turcs profitent de la situation pour bombarder les Kurdes en visant un tout petit peu... sur les prises de Daech, comme c'est pratique, d'une pierre deux coups, pas vrai?

  • Par vangog - 16/09/2015 - 01:21 - Signaler un abus @Eolian Comme vous, je suis étonné de l'incroyable

    impunité dont bénéficient les Turcs! Dès les immenses efforts de Sarozy pour faire franchir à la Turquie, 2 étapes parmi les cinq nécessaires à l'obtention du permis de commercer en UE avec l'Euro ( le permis de commercer à bas coûts de main d'œuvre avait déjà été conquis contre la très faible UE...), le Front National avait mis en garde contre le jeu pervers des dirigeants Turcs. Nul ne peut nier, aujourd'hui, que la Turquie a une triple responsabilité, dans le financement et les liens commerciaux avec daesh, dans l'exportation du terrorisme jihadistes vers l'UE, et dans l'ouverture des vannes de l'émigration des réfugiés vers l'UE laxiste, pour des raisons de politique intérieure, mais aussi de stratégie du chaos en UE, par esprit de revanche ( une obscure rancune contre l'UE qui ne lui aurait pas permis de créer une zone tampon en Syrie...pourquoi ne l'a-t'elle pas fait en Turquie?). La liste des turpitudes turques n'est malheureusement pas exhaustive, et de nombreux analystes estiment qu'elle est plus dangereuse que daesh...moi aussi!

  • Par Anouman - 19/09/2015 - 23:11 - Signaler un abus Erreur

    Je ne crois pas que ce soit une erreur. Ils voulaient que El Assad dégage quitte à favoriser les islamistes. Mais le résultat ne semble pas conforme à leurs rêves et là ils comment un peu à s'inquiéter, mais pas au point d'admettre qu'il faudrait aider la Syrie. D'ailleurs la Russie est toujours aussi critiquée par les Américains pour aider militairement la Syrie.

  • Par Pragman - 11/10/2015 - 17:51 - Signaler un abus relire SVP

    C'est difficile de s'intéresser aux propos tant le français est malmené : correcteur orthographique défaillant, traducteur automatique approximatif ??

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France SoirIl Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur associé au Cpfa (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment l'auteur des livres Comprendre le chaos syrien (avec Randa Kassis, L'Artilleur, 2016), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (éditions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (éditions du Toucan), Les vrais ennemis de l'Occident : du rejet de la Russie à l'islamisation de nos sociétés ouvertes (Editions du Toucan)

Son dernier ouvrage, La statégie de l'intimidation (Editions de l'Artilleur) est paru en mars 2018

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€