Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 10 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Armée : après la grogne, le temps de la fronde chez les hauts-gradés ?

Inefficacité de la lutte contre le terrorisme, moyens resserrés, garde à vue du général Piquemal... Plusieurs officiers généraux de l'armée française sentent poindre une colère au sein des effectifs. Une grogne qui vise notamment François Hollande, alors que Jean-Yves Le Drian est (pour l'instant) épargné.

Colère de moins en moins muette

Publié le - Mis à jour le 18 Mars 2016
Armée : après la grogne, le temps de la fronde chez les hauts-gradés ?

Depuis plusieurs mois, l’Armée grogne et s’interroge. Quid de l’efficacité de la lutte contre le terrorisme ? De la sécurité ? Telles sont les raisons principales de ce mécontentement. A cela s’est ajoutée récemment la mise en garde à vue du général Piquemal qui était allé manifester à Calais aux côtés du mouvement Pegida. Certains officiers généraux ne se privent plus de parler haut et fort. Dans leur ligne de mire, essentiellement le président de la République, chef des Armées. Quant à Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, très apprécié par les militaires, il est épargné.

  • Depuis quelques mois, plusieurs officiers généraux ne se privent pas de faire savoir que le pays va mal. Et que la sécurité n’y est plus assurée à la hauteur de ce qu’elle devrait être 

  • Certains hauts gradés pensent que si la France était à nouveau la cible d’attentats, l’instauration de l’état de siège serait nécessaire

  • Cette grogne (qui sait si elle ne transformera pas en fronde ?) vise essentiellement François Hollande et non le ministre de la Défense, très aimé des militaires

  • Ce desamour avec le pouvoir socialiste démarre surtout en décembre 2013 lorsque le général Soubelet, numéro 3 de la gendarmerie, dénonce implicitement la politique pénale laxiste du Gouvernement

Attention ! Vent de force 7 dans l’armée. Depuis quelque temps, ici et là, quelques officiers généraux s’impatientent. Grognent. Et le font savoir. Un général, qui souhaite conserver l’anonymat, le dit clairement : "La situation nous inquiète. La France connait une grande insécurité. Et si demain, d’autres attentats survenaient sur le territoire, ce n’est plus l’état d’urgence qui devrait être mis en branle, mais l’état de siège… Ce qui signifierait que l’autorité politique devrait transmettre le pouvoir à l’autorité militaire"… Cet officier général n’est pas le seul à avoir cette analyse. Sur les 663 généraux actuellement en activité, une large majorité, sous le sceau de la confidence – devoir de réserve oblige – la partagent. "La grande Muette retrouverait-elle une partie de sa voix ?", interroge Jean-Claude Fabre-Bernadac, ancien officier de gendarmerie et fin observateur de la vie militaire.

En tout cas, la lettre que viennent d’adresser trois officiers généraux au président de la République est sans ambiguïté. Ces hauts gradés ne sont pas n’importe qui, puisqu’il s’agit du général de corps d’armée Pierre Coursier, ancien gouverneur militaire de Lille et des généraux Antoine Martinez et de Jean du Verdier, tous deux de l’armée de l’Air. Qu’écrit ce trio rebelle, dont la missive a été révélée par Le Figaro ? "Calais et le Calaisis sont abandonnés de facto par les autorités de la République". Et d’interpeller François Hollande : "Vous ne pouvez pas vous dérober à vos devoirs". Et le groupe des trois de "s’indigner de la situation désastreuse qui est faite aux habitants de cette région, qui vivent dans la terreur des bandes mafieuses".

Derrière cette rébellion verbale se cache une autre indignation : la garde à vue infligée le 6 février au général Christian Piquemal, interpellé à Calais pour avoir manifesté aux côtés du mouvement Pegida. "Vous savez depuis quand un général n’a pas été placé en garde à vue ?", nous interroge, à titre de devinette. Depuis plus de cinquante ans. C’était lors du putsch d’avril 1961. Le général s’appelait Maurice Challe et ne faisait pas mystère de ses sympathies socialistes. C’était l’un des quatre putschistes aux côtés de Jouhaud, Zeller et Salan. L’incident Piquemal risque de laisser des traces indélébiles, nous confie un officier. Notamment du côté de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense très estimé à la fois des militaires et de la population. Or, il a décidé de mettre à la retraite le général. Du coup, la température ne cesse de monter chez les officiers généraux. Une température déjà montée d’un cran avec l’opération Sentinelle qui mobilise à tour de rôle 10 000 soldats, soit 10% de l’effectif total. Or, tous ces militaires qui se baladent dans les zones dites sensibles, les banlieues promptes à s’embraser, ont découvert que nos territoires n’étaient pas, à leurs yeux suffisamment sécurisés. Ils ont découvert aussi "la jungle" de Calais. Bref, ils ont le sentiment que l’ordre fait place au désordre. Ils sont inquiets. Très inquiets. Certes, de façon prémonitoire, ils n’ont pas attendu les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper-Cacher de la porte de Vincennes en janvier 2015 ou encore le bain de sang du 13 novembre suivant (130 morts) dans le XIème arrondissement de Paris pour dresser un tel constat.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 12/03/2016 - 12:42 - Signaler un abus Opinions de la hiérarchie militaire

    Ils sont certainement suivis par une grande partie de la population, au moins celle dont les opinions ne sont pas polluées ou dévoyés par le PS, ses laxismes et la "gauche de la gauche" toujours prête à enfourcher le destrier des "victimes de la société", dont les délinquants au premier rang.

  • Par Cervières - 12/03/2016 - 13:03 - Signaler un abus Ce n'est pas pour rien....

    qu'il a éloigné l'Armée au Mali, il en a la trouille ....

  • Par Arthur75015 - 12/03/2016 - 13:29 - Signaler un abus Un président légal mais plus légitime

    Hollande est un homme fini qui a dramatiquement affaibli la France. Il n'est que temps qu'il parte, il n'est plus légitime.

  • Par Borgowrio - 12/03/2016 - 15:20 - Signaler un abus Non assistance à pays en danger

    Le général Piquemal , un être humain avant tout , qui ne peut se résoudre de rester les bras croisés devant la bombe à retardement que sont devenus politique pénale et immigration . Devoir de réserve ou assistance à état en danger ? ... Il a choisi ... Soutenons le

  • Par clint - 12/03/2016 - 15:46 - Signaler un abus Le role de l'armée n'est pas le maintien de l'ordre médiatique !

    En revanche on devrait préparer notre armée à des combats de rue. Le gouvernement, mais pour un autre ce serait guère mieux, risque de ne pas pouvoir se relever de nouveaux attentats, et ça les islamiques le savent !

  • Par vangog - 13/03/2016 - 03:17 - Signaler un abus L'armée représente la Nation!

    Et lorsque la Nation souffre, l'armée souffre, et ce n'est pas seulement ses généraux. Il faut avoir de la patience, Généraux, car la prise de conscience est générale...et elle se concrétisera par le départ de cette clique malfaisante et malodorante, ecolo-trotskystes, grecs, italiens, coréens et espagnols opportunistes de la détresse française, ils devront s'effacer, ces mauvais, car la France les bousculera dans le ruisseau de la honte, lorsqu’ils auront épuisé leurs dernières forfaitures...

  • Par joke ka - 13/03/2016 - 12:15 - Signaler un abus un désastre

    un président élu grâce à une population qui hait notre culture judéo chrétienne (85% des banlieues) ,conseillé par des think tank gauchistes médiatisés (terra nova) qui prônent un remplacement de population et recherchent les nouveaux électeurs dans les populations immigrées (non intégrées) par une éducation qui dénigre notre histoire ou passe à la trappe ceux qui l'ont faite

  • Par Yves3531 - 13/03/2016 - 12:44 - Signaler un abus L'armée, les généraux, on ne les achète pas...

    avec une niche fiscale comme les journalistes, ou un régime susucre comme les intermittents, ... l'armee c'est la France d'abord, les vendus l'ont oublié, ils n'en ont cure ... beurk beurk

  • Par A M A - 13/03/2016 - 16:41 - Signaler un abus Attention. Les Généraux sont

    Attention. Les Généraux sont de piètres politiques et leurs interventions toujours prématurées ont été la plupart du temps vouées à l'échec. Leurs indignations et leurs bons sentiments aussi louables soient-ils ne sont pas suffisants. Il vaudrait mieux qu'ils attendent de se faire désirer par le pays et que la situation soit devenue désespérée pour le gouvernement.

  • Par Anguerrand - 14/03/2016 - 10:03 - Signaler un abus Dans quelques années nous seront peut être...

    ravi d'avoir l'armée sur le plan intérieur pour sauvegarder nos Valeurs et notre Civilisation contre l'islam et ses envahisseurs. Je crois que notre armée est démocratique et saura après avoir "fait le travail " restituer un pouvoir démocratique. De toute façon rien ne pourrait être pire que la politique socialo actuelle qui fait de la France un pays de seconde zone.

  • Par Liberte5 - 14/03/2016 - 18:07 - Signaler un abus Des paroles aux actes ......

    il y a du chemin.La prise de parole par quelques généraux ne montre pas un basculement de l'armée. Beaucoup de généraux et d'officiers supérieurs pensent avant tout à leur carrière et ensuite à la France.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Gaetner

Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à l'Express, chargé de l'investigation.

 

Il est l'auteur de La République des copains (Flammarion, 2005), Réglements de comptes pour l'Elysée et La Manipulation Clearstream dévoilée (Oh! Editions, 2006, avec Jean-Marie Pontaut), et La République des imposteurs (L'Archipel Editions, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€