Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 21 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Aqmi : ce que changerait la mort d'Abou Zeid

Abou Zeid, l'un des principaux chefs d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), aurait été tué vendredi lors de combats au nord du Mali, selon le président tchadien Idriss Déby. Un décès non confirmé par Paris, mais qui aurait un fort impact sur l'organisation terroriste.

Pari sur l'avenir

Publié le
Aqmi : ce que changerait la mort d'Abou Zeid

Abou Zeid aurait été tué lors d'un raid conjoint entre les armées française et tchadienne dans le Nord du Mali. Crédit Reuters

Atlantico : Abou Zeid, cadre haut-placé d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), aurait été tué lors d'un raid français dans le Nord Mali, selon l'annonce faite vendredi par le président tchadien, lors d'un hommage à des soldats tués pendant cette opération. Sa mort, si elle était confirmée, pourrait-elle affaiblir Aqmi ?

Antoine Tisseron : Oui, indéniablement, Aqmi serait affaiblie par la mort d’Abou Zeid. Cela poserait – puisque la France n’a encore rien confirmé ce matin et qu’à plusieurs reprises déjà, tant Zeid que Belmokhtar ont été annoncés comme morts – la question de la présence militaire d’Aqmi dans le Sahara, et même de l’influence des dirigeants d’Al-Qaïda dans la région.

En effet, comme le rappelait en 2010 l'universitaire Jean-Pierre Filiu, Zeid avait une connexion directe avec Al-Qaïda central, et notamment l'Égyptien Ayman Al Zawahiri.

Qui pourrait lui succéder en termes de leadership ? Makhar Bel Mokhtar, l'instigateur de l'attaque contre le site gazier d'In Anemas, pourrait-il revêtir cet habit ?

C’est une bonne question. Elle est pour l’instant soumise à l’annonce de la mort d’Abou Zeid par le chef d’Aqmi. Quoi qu’il en soit, une succession ne sera pas facile. Zeid est la figure de proue d’Aqmi au Sahel, voire selon Mathieu Guidère le dernier représentant officiel de l’organisation dans la région.

Ensuite, si Aqmi souhaite rester dans le Sahara après l’offensive militaire menée par la France et ses alliés, elle devra choisir un homme qui connaît bien la zone et un meneur d’hommes, ce qui restreint les possibilités. Comme vous le suggérez, Belmokhtar serait un successeur potentiel. Ceci étant, il a pris ses distances avec Aqmi fin 2012 et les relations entre Belmokhtar et Abdelmakel Droukdel, le chef d'Aqmi, ont été à plusieurs reprises ces dernières années conflictuelles. Un éventuel retour dans l’organisation de Belmokhtar montrerait ainsi qu’Aqmi ne dispose pas d’autre possibilité, et pourrait être interprété comme un signe de la faiblesse du mouvement.

Une autre hypothèse serait, pour Aqmi, d’adouber un mauritanien ou un malien, ce qui serait un geste fort dans le sens ou il marquerait la fin d’une hégémonie algérienne. Reste à voir si la direction y est prête.

Abou Zeid est considéré comme l’instigateur des enlèvements d’étrangers. Si sa mort est confirmée, peut-on parier sur un changement de stratégie, moins axée sur la prise d'otages ?

Abou Zeid est un partisan du djihad global et de l’application stricte de la charia. Indéniablement, sa mort affaiblirait en cela la ligne dure au sein d’Aqmi. Cependant, il ne faut pas oublier que Droukdel est aussi un rigoriste qui souhaitait appliquer la charia dans le nord du Mali.

Surtout, les prises d’otages ne sont pas seulement un acte religieux : les Occidentaux capturés sont une ressource politique et financière. Alors le choix d’un éventuel successeur indiquera si oui ou non la direction d’Aqmi a opté pour un assouplissement idéologique au nom d’un pragmatisme combattant. Mais de là à considérer que la mort de Zeid réduise l’attrait que constituent les prises otages, cela me semble très peu probable.

En quoi sa mort pourrait-elle faciliter, ou compliquer, l’action de la France au Mali ?

Je ne pense pas que la mort de Zeid facilite ou complique particulièrement l’action de la France au Mali. Certes, elle mettrait fin à un ennemi sévissant dans la zone depuis 2003 et son apparition lors du rapt de 32 touristes européens dans le grand sud algérien, revendiqué par Abderrezak el Para. Il s’agirait également d’une victoire symbolique, même si elle pose des questions sur l’avenir des otages et les nouveaux interlocuteurs dans le cadre de discussions. Mais je crois qu’il faudrait surtout la prendre comme un révélateur de la violence des coups qui sont portés aujourd’hui dans le nord du Mali par les opérations conjointes tchadiennes et françaises. Des coups qui ne doivent pas faire oublier que la principale difficulté au Mali réside dans la construction d’une paix solide et durable, à travers des actions politiques dans lesquelles Paris n’a d’autre choix que de s’engager.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par shaï - 02/03/2013 - 13:40 - Signaler un abus Rien ne changera.

    Un autre ramassera le flambeau. La cupidité, l'ego flatté au plus haut point, belle aventure non ?. Quels autres moyens ont-ils de posséder armes, 4x4, femmes, sans trop travailler ? Le pouvoir et la gloire sont des moteurs puissants alimentés par des otages (Pas si innocents quand on veut aller jusqu'au fond du problème) Il n'y a qu'une solution, et si je l'écris, je me fait virer de la classe. Bon week!

  • Par CN13 - 02/03/2013 - 17:07 - Signaler un abus Ce qui est sûr !

    avec les annonces en boucle sur les chaînes de TELE sur la mort d'un assassin jihad quelque chose, n'arrangeront pas la vie des otages. Mais çà, Hollande n'en a cure. Il a eu "sa plus belle vie" au Mali et çà lui suffit !

  • Par Bara - 02/03/2013 - 22:41 - Signaler un abus Mokhtar Belmokhtar viendrait de se désister pour la succession..

    ... si on en croit l'état-major tchadien !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Antonin Tisseron

Antonin Tisseron est chercheur associé à l’Institut Thomas More.

Il est spécialisé dans l'étude des doctrines militaires, des questions de sécurité en Afrique et des enjeux de défense européenne. Il travaille principalement sur le Maghreb et le Sahel.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€