Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Après sa visite à Poutine, Giscard prend tout le monde à contrepied

Il y a près d'un mois, l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing a rencontré Vladimir Poutine. Contrairement à son image de libéral pro-américain, il a ensuite défendu dans la presse une position pro-russe. Une vision de la realpolitik dont le but est l'indépendance de l'Europe face aux Etats-Unis.

"Dasvidania !"

Publié le
Après sa visite à Poutine, Giscard prend tout le monde à contrepied

Valéry Giscard d'Estaing a rencontré Vladimir Poutine Crédit Reuters

En prenant une position favorable à Poutine dans l'affaire ukrainienne, Valéry Giscard d'Estaing a pris tout le monde à contrepied.

La grande presse s'est contentée de signaler la rencontre entre Giscard et Poutine le 28 mai dernier et ses déclarations les plus générales : "Les relations entre l'Europe et la Russie seraient meilleures si Bruxelles était réellement indépendant". On n'a guère répercuté que l'ancien président est allé beaucoup plus loin dans un entretien avec Politique internationale, une revue pourtant atlantiste : il y justifie l'annexion de la Crimée qui, selon lui, a toujours été russe, et pense que "probablement" les événements de la place Maïdan et le renversement du président Ianoukovitch, il y a un an, sont le résultat d'une manipulation de la CIA.

Il considère que les sanctions, non seulement ne sont pas dans l'intérêt de l'Europe, mais sont contraires au droit international.  

Valéry Giscard d'Estaing prend ainsi à revers une classe politique française et européenne tellement tétanisée qu'aucune figure de premier plan n'y ose encore critiquer la ligne aveuglément proaméricaine de l'Europe occidentale à l'égard de la Russie. La servilité des dirigeants européens au dernier G7 est à cet égard significative. Une ligne proche de l'assujettissement dans le cas de Hollande qui, en refusant de livrer les Mistral sur ordre de Washington, discrédite la parole de la France.   

L'ancien-président prend aussi à contrepied tous ceux qui le tenaient depuis toujours, à tort, pour un "libéral atlantiste". C'est oublier qu'en 1981, il fut vaincu par une coalition de la gauche unie et de l'ambassade des Etats-Unis et qu'il avait en revanche reçu, contre le parti communiste, l'appui discret de l'ambassade d'URSS. Ses positions de fin de mandat où il avait cherché à jouer un rôle d'intermédiaire entre l'Est et l'Ouest (le "petit télégraphiste" dit Mitterrand) n'étaient guère appréciées à Washington. On peut certes discuter leur opportunité à un moment où la menace venant de Moscou était bien plus sérieuse qu'aujourd'hui. Mais elle témoignait d'une indépendance dont nous avons perdu l'habitude.

Différence de posture, différence d'envergure aussi avec tous ceux qui prétendent aujourd'hui à la magistrature suprême. Le président-académicien n'envisagerait-il pas de  se présenter à la primaire de droite ?

La position de Giscard est proche, ce n'est sans doute pas un hasard, de celle de son vieil ami Helmut Schmidt qui, il n'y a pas si longtemps, vitupérait la politique irresponsable de la commission de Bruxelles, à la fois incompétente et belliciste, faisant courir, selon lui, à l'Europe le risque de la guerre mondiale.

En prenant cette position audacieuse, Valéry Giscard d'Estaing va dans le sens de l'opinion française éclairée, celle qui ne se laisse pas influencer par le matraquage anti-Poutine des médias, une opinion de plus en plus décalée par rapport à la positon officielle de Hollande - et de la direction de l'UMP. Il y a un ou deux ans, les pro-russes se trouvaient isolés dans les dîners en ville. Aujourd'hui c'est inverse : presque personne, en dehors de quelques intellectuels ne prend plus parti pour les Etats-Unis dans les affaires de l'Ukraine.

Il ne s'agit bien entendu pas d'être pro-ceci ou pro-cela. Il s'agit que notre diplomatie soit celle de nos intérêts et non pas des intérêts de quelqu'un d'autre. Cela suppose qu'on évacue toutes considérations infantiles sur "qui est le bon ? " et "qui est le méchant ? " auxquelles se résume aujourd'hui la diplomatie dite des droits de l'Homme. En d'autres circonstances cela pourrait nous conduire à être antirusse - ou antisoviétique, mais en aucun cas à l'alignement absurde sur les Etats-Unis dont nous sommes aujourd'hui les témoins.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gré - 21/06/2015 - 11:40 - Signaler un abus L'UE n'est pas tout le monde

    "En prenant une position favorable à Poutine dans l'affaire ukrainienne, Valéry Giscard d'Estaing a pris tout le monde à contrepied." ----------- Tout le monde ? Non ! Seulement les aveuglés et ceux qui se trompent de siècle - en ce compris la commission européenne. Ceux dont la boussole du danger est devenue folle ...

  • Par vangog - 21/06/2015 - 13:24 - Signaler un abus "Un étatiste russophile"...

    Voila ce qu'a toujours été Giscard, et les medias gauchisants se sont plantés, encore une fois! Ah, la fameuse mise en case chère aux trotskistes qui ont colonisé nos medias...une fois mis en case, il est difficile d'en sortir, les patriotes le savent...ce cretin de Giscard n'a pas fait que des conneries, pendant son septennat, regroupement familial, obligation faite à l'état d'emprunter sur les marchés... il en rajoute: justification de l'annexion Crimeenne par le fasciste Poutine, justification de l'appui aux terroristes dans l'Est de l'Ukraine, exagération du rôle de la CIA...celui qui s'est soumis au terrorisme intellectuel des trotskyste telecommandés par Moscou, anti-armée et anti-frontières européennes n'a pas fini de lécher les bottes des dictateurs...

  • Par jurgio - 21/06/2015 - 14:30 - Signaler un abus Giscard n'a pas surpris tout le monde

    Je n'aimais pas trop l'homme mais j'ai amèrement regretté qu'il n'ait pas été reconduit.Nommer Barre, le seul serviteur véritable de l'État de son temps, pour rétablir l'équilibre des finances était évidemment un suicide politique mais il l'a fait pour le pays. On sait depuis ce que ce pays est devenu... La dynastie des menteurs-profiteurs (en France, les deux sont forcément liés) ... Giscard n'a pas intellectuellement décliné. Il avait une haute vue de la politique extérieure et sans a priori. Ce qui a un peu manqué à Sarkozy, trop nouveau, trop jeune ; mais qui est comme lui le seul à ne pas avoir agi par obsession de sa réélection)

  • Par Leucate - 21/06/2015 - 14:43 - Signaler un abus Trois présidents puis les rois fainéants

    La V° république a eu trois présidents de haut ou de bon niveau, De Gaulle le fondateur, Pompidou le continuateur et Giscard le moderniste. Après eux, on tombe dans le n'importe quoi après Mitterrand qui avait encore une vision, Chirac qui a tout raté, Sarkosy l'excité et enfin Hollande le Mol, celui qui décide de ne rien décider

  • Par cloette - 21/06/2015 - 14:50 - Signaler un abus Giscard est visionnaire

    n'en déplaise à certains ! La dépendance de l'Europe. aux US qui ( et c'est. normal) mettent en priorité leurs intérêts , est mauvaise à tout point de vue . Il n'y a pas d'allégeance à faire à quiconque et aux US en particulier

  • Par l'enclume - 21/06/2015 - 15:42 - Signaler un abus Et v'lan passe moi l'éponge

    vangogo - 21/06/2015 - 13:24 - Prudence lorsque vous parlez de trotskyste, vous en avez un ex dans vos rangs. Je veux parler de Maître Collard.

  • Par Gilly - 21/06/2015 - 16:42 - Signaler un abus M. Hureaux, qui a pris une volée de bois vert pour avoir dit :

    «(Les habitants) de Crimée choisissent la Russie, on ne peut pas leur reprocher» ou encore «La séparation entre l'Europe et la Russie est un drame. Que les Américains la souhaitent, c'est leur droit et c'est leur problème (...), mais nous ne voulons pas de la résurgence d'une guerre froide entre l'Europe et la Russie» ?. Ne serait-ce pas "la direction de l'UMP" ?

  • Par bjorn borg - 21/06/2015 - 18:37 - Signaler un abus vangog

    Comme d'habitude, a 50 ans de retard sur ses contemporains !

  • Par von straffenberg - 21/06/2015 - 19:33 - Signaler un abus Giscard

    Madame Françoise Giroud admirait l'intelligence brillante de Giscard avec néanmoins des réserves sur le personnage ( je me rappelle les cocasses dîners avec les" Français moyens" ) .Nul n'est parfait en tout cas cela fait plaisir que Giscard mette les pieds dans le plat au sujet de notre alignement pro us et anti poutine.....ah Van gogh va encore bondir.....et notre ancien président a conservé son intellect comme quoi la compagnie des jolies femmes préserve du gâtisme ( si l'on a des capacités.......)

  • Par Bretondesouche - 21/06/2015 - 22:09 - Signaler un abus La vieillesse est un naufrage

    A dit un de ses prédécesseurs

  • Par Marie-E - 21/06/2015 - 22:30 - Signaler un abus il y a tout de même

    des choses à reprocher à Giscard : la politique du regroupement familial et l'alignement de la politique française sur les politiques arabes (c'était pas le grand amour avec Israël, vous me direz avec de Gaulle non plus). et puis toutes les petites affaires Mais enfin Giscard avec Barre et sa petite phrase lors de l'attentat de la rue Copernic, je m'en souviens encore. Ceci dit il a raison de parles à Poutine et de moins s'aligner sur les USA

  • Par cloette - 21/06/2015 - 22:40 - Signaler un abus inutile d'être polytechnicien

    pour comprendre que on doit se méfier d'une grande puissance qui domine le monde même sans invasion mais avec d'autres méthodes , et qui avec la NSA pratique la surveillance de masse , les temps changent à toute vitesse . Ce que dit Giscard est bien !

  • Par Leucate - 22/06/2015 - 01:16 - Signaler un abus @vangog - quelques précisions pour Hibernatus

    Lénine, Staline, Kroutchev, Brejnev, Andropov, Tchernenko sont morts, Gorgatchev est encore vivant mais il n'y a plus de secrétaire général du Comité Central du Parti communiste de l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques depuis 1991. L'URSS a implosé en dix républiques indépendantes dont la Russie fait partie. Le communisme est mort en Russie qui est redevenu un pays chrétien aussi pratiquant que les USA. Elle a repris ses emblèmes, le drapeau impérial et l'aigle bicéphale byzantin, reconstruit ses églises, réhabilité les généraux des Armées blanches de la Guerre Civile, enterré dignement son dernier tsar. La propriété privée est revenue, dans l'agriculture, l'industrie, le commerce et pour les particuliers, la Russie est redevenue un pays "capitaliste" normal où chacun a le droit de posséder, d'acheter et de vendre à sa guise en se conformant aux lois. Il y a un président de la république, un gouvernement et un parlement qui s'appelle "Douma" comme sous l'empire. Le président actuel est certainement moins "autocrate" que ne l'était Alexandre III avec qui les barbapoux francs-macs de la république des Jules furent ravis de signer un traité d'alliance (1892-1917)

  • Par toupoilu - 22/06/2015 - 06:43 - Signaler un abus Francois Fillon est sur la meme longueur d'onde.

    (voir son blog: il faut penser l’Europe continentale).

  • Par Anguerrand - 22/06/2015 - 06:57 - Signaler un abus Giscard a raison

    La Russie c'est l'Europe, c'est une démocratie, Poutine que çà nous plaise ou non à été élu et garde une popularité 3 fois supérieure à un Hollande qui voudrait lui faire la leçon. Ce n'est pas la même forme de démocratie qu'en France ( et on a presque envie de dire heureusement) . L'Europe a besoin d'elle pour lutter efficacement contre l'islam, alors un peu de réal politique. Idem pour sur le plan économique, on a bonne mine avec nos deux bateaux dont on ne sait que faire. On a bien des relations avec la Chine, l'Arabie Saoudite, la Qatar, etc, alors pourquoi pas avec laRussie ?

  • Par scrat75 - 22/06/2015 - 09:44 - Signaler un abus au revoir !

    On a bcp rigolé en se tapant les mains sur les cuisses avec cette sortie de VGE ( pas moi à l'époque ) En attendant l'histoire lui donnera raison un jour, cet homme est un visionnaire. Vous avez encore le droit de vous taper les mains sur les cuisses en lisant cette observation de ma part..... Moi je garde mon admiration pour cet homme.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 22/06/2015 - 10:32 - Signaler un abus On n'a pas mérité ça

    Il n'est pas nécessaire de s'appeler Giscard pour avoir de temps en temps un éclair de lucidité. Il est bien évident que la plus grande inquiétude pour les américains est un possible rapprochement Europe-Russie. Se rapprochement s'il s'opérait briserait leur leadership, ce qu'il ne peuvent accepter. Alors rien de plus facile que de déclencher un petit conflit entre Ukraine et Russie quand on connait les craintes ancestrales des anciens pays du bloc de l'Est vis a vis du grand frère Russe. Et l'Europe tombe dans le panneau. Je pense surtout que nos gouvernants sont lâches et surtout que nos journalistes sont d'une bêtise crasse, ce thème n'ayant jamais été repris dans aucun canard... Ceci est dans la même veine que la position de la Russie vis à vis de la Syrie..... Avec le recul, Poutine avait raison !..; Là aussi nos journalistes suivaient aveuglément la position de Flamby. D'un autre coté on a peut-être les journaleux qu'on mérite.....!

  • Par Deudeuche - 22/06/2015 - 11:28 - Signaler un abus Giscard a raison

    Poutine est le rempart contre l'Islam et le post modernisme (de la CEDH, Taubira, les cathozombies et consort), les 2 forces anti judéo-chrétiennes. @Vangog, il est plutôt national-orthodoxe que troskiste, mais il est vrai que beaucoup de fils spirituels de feu l'URSS le soutiennent par atavisme géographique, alors que la sensibilité du monsieur penche nettement pour notre "Marine" nationale (aucune référence aux Mistrals).

  • Par vangog - 22/06/2015 - 13:04 - Signaler un abus Poutine, un rempart contre l'islam?

    Oui, dans sa zone d'influence, Poutine est un rempart contre tous ceux qui pourraient s'opposer à son autocratisme, Islam inclus! hors de sa zone d'influence et si cela peut affaiblir l'UE et les USA, le rempart ne sert plus à rien et les Chrétiens peuvent mourir a 200 kms de ses frontières, il s'en contrefout! Les naïfs Français qui croient qu'un homme fort manque à l'UE et à la France, sont les mêmes qui écoutaient avec envie le socialiste hitler. Non! Ce qui manque à la France, ce sont des institutions et une politique nationale et patriotique. Et Poutine n'a rien dit pour améliorer ce manque de clairvoyance de certains Français, en répandant ses trotskistes, femens et autres groupuscules ultra-gauchistes en UE...

  • Par Leucate - 22/06/2015 - 13:04 - Signaler un abus @Anguerrand - fédération

    ""Ce n'est pas la même forme de démocratie qu'en France ( et on a presque envie de dire heureusement) """ Et pour cause. Nous somme un pays ultra-centralisé alors que la Russie (..les USA, l'Inde, le Canada etc ..) est une fédération. Qu'est-ce qui caractérise le pouvoir central d'une Fédération ? le très grand pouvoir consenti au gouvernement fédéral (les USA disent "l'Administration") mais dans les limites plus ou moins étroites fixées par la Constitution. Il y a le domaine fédéral (en général la politique étrangère et l'armée, la monnaie, l'immigration, un certain nombre d'infractions fédérales jugées par une justice fédérale), tout le reste est de la compétence des Etats contractants. Le président fédéral (ou le premier ministre) semble avoir alors un pouvoir excessivement important vu de chez nous où tout est centralisé à Paris mais c'est oublier les limites très précises de son pouvoir.

  • Par zouk - 22/06/2015 - 14:53 - Signaler un abus RUSSIE

    Que ce soit par alignement aveugle sur les Etats Unis ou par faux moralisme (Poutine est un tyran, les Ukrainiens en sont les victimes), la position de la France et celle de l'Europe sont imbéciles. Tous les pays d'Europe on le plus grand intérêt à un dialogue continu avec les Russes: Syrie, Iran voilà deux sujets à examiner ensemble, et d'urgence. Et Anguerrand y ajoute des rappels essentiels. Giscard a entièrement raison, l'attitude du Général de Gaulle était d'ailleurs la même: partenaire difficile que la Russie? oui, mais partenaire tout de même.

  • Par Leucate - 22/06/2015 - 15:07 - Signaler un abus "Ukrainiens" victimes ?

    "(Poutine est un tyran, les Ukrainiens en sont les victimes),"" Ah bon ? qui appelez vous "ukrainiens" ? ceux de Kiev ? ou ceux du Donbass et de la Crimée. Parce que, si vous ne vous en êtes pas rendu compte, c'est une guerre civile qui se déroule dans ce qui était la république d'Ukraine, un peu du même type (mais moins intense) que celle qui eut lieu en ex-Yougoslavie entre serbes et croates, même peuple mais deux religions et deux histoires différentes.

  • Par Leucate - 22/06/2015 - 15:19 - Signaler un abus @zouk - de Gaulle et la Russie

    De Gaulle n'a jamais été "partenaire avec la Russie qui n'existait plus et pas encore à son époque. Il s'agissait de l'URSS et ses interlocuteurs, secrétaires généraux du PCUS, Staline, Kroutchev, et Brejnev n'étaient même pas russes, le premier étant géorgien et les deux autres ukrainiens. Il a cherché le dialogue avec l'URSS, l'autre superpuissance, de façon a ne pas rester seul face aux USA. Son fameux mot, l'Europe de l'Atlantique à l'Oural, présupposait que l'Empire soviétique redevienne l'empire russe c'est à dire qu'il rompe avec la religion communiste.

  • Par Deudeuche - 22/06/2015 - 15:50 - Signaler un abus @vangog

    Pour info, les femen et les troskystes sont envoyés en prison en Russie national-orthodoxe poutinienne, avec l'approbation des Russes. Pas vraiment les soutiens du régime!

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 22/06/2015 - 16:46 - Signaler un abus @Deudeuche

    C'est justement ce qui rend Poutine sympathique.....!

  • Par vangog - 22/06/2015 - 22:07 - Signaler un abus @Deudeuche vous n'avez rien compris à la politique Poutine!

    Tout ce qui peut nuir à son pouvoir est enfermé, contrôlé fiscalement, ridiculisé, ou empoisonné dans les frontières de la Russie. Mais lorsque les mafias oligarchiques peuvent déstabiliser le pouvoir des pays proches ou de la faible UE, lorsque les ONG et associations peuvent instiller leurs délires anti-militaristes et immigrationnistes dans les pays à affaiblir, alors le petit KGBiste dit bravo et encourage à l'étranger tout ce qui lui nuit. C'est le principe même de l'apprentissage de la guerre psychologique, biberonnés aux petits KGBistes dans les écoles du "socialisme triomphant"...ne soyez pas aveugle et demandez-vous pourquoi l'UE a été construite sans armée, ni frontières, outre ses nombreuses imperfections!

  • Par pguillermo - 23/06/2015 - 08:40 - Signaler un abus Giscard est mal placé pour donner des conseils

    Mais pour une fois il a bien raison. Les Ricains sont bien plus délétères pour nous que les Ruskofs. Les Ricains doivent d'ailleurs tirer la gueule de voir ainsi un atlantiste convaincu virer complètement de bord.

  • Par jlmr - 26/06/2015 - 19:30 - Signaler un abus Paulquiroulenamassepasmousse a

    grandement raison. Poutine est ce qu'il est mais il est flambant sur ce qui concerne nos maîtres américains. Nous le devons essentiellement à un certain Léon Blum tant encensé mais avait-il la possibilité de refuser ? Nous payons, l'Europe entière, les délires sanguinaires d'un autre crétin que le petit Napo jouant les paons sur le balcon des carnages. Les lobbies ont réussi à ratatiner un continent maintenant incontinent là où la francisque est tombée en vrille. Quant aux Russes, ce sont nos frères qui ont vécu les mêmes affres au cours des siècles. Leur culture s'imbrique en nous ; ce qui n'est pas le cas des Disney et autres westerns à dos de nigaud. Gogol-Zola, etc. et Poutine peut-être un peu lourd mais De Gaulle ?

  • Par JonSnow - 26/06/2015 - 19:44 - Signaler un abus Complètement d'accord§

    Et pour finir, on doit reconnaître le droit à l'auto-détermination du Dombass, la seule solution juste et démocratique. Autrement, on ne s'en sortira jamais.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de "La grande démolition : La France cassée par les réformes"

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€