Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Après Mossoul, Raqqa : sauf que personne ne sait qui attaquera le dernier bastion de l'Etat islamique

Le Pentagone estime que l'assaut sur Raqqa, capitale de l'Etat Islamique, devrait commencer d'ici quelques semaines. Pour autant, les préparatifs ne sont pas tout à fait finalisés : personne ne sait encore qui va attaquer.

THE DAILY BEAST

Publié le - Mis à jour le 4 Novembre 2016
Après Mossoul, Raqqa : sauf que personne ne sait qui attaquera le dernier bastion de l'Etat islamique

à, l’allié militaire le plus fiable contre l'EI a été le YPG kurde. Deux officiels de la Défense américaine ont déclaré au Daily Beast que le YPG fera uniquement partie des troupes qui devront "isoler" Raqqa. Crédit DELIL SOULEIMAN / AFP

Copyright The Daily Beast - Nancy A. Youssef.

Le plan pour faire tomber la ville de Raqqa, la capitale autoproclamée de l’Etat Islamique, pourrait commencer d’ici "deux semaines". C'est ce qu'a déclaré un officiel de la Défense américaine au Daily Beast, le 27 octobre. Une question demeure : quelles sont les troupes qui vont entrer dans Raqqa après sa chute ? Comment la coalition américaine choisira les alliés impliqués dans la prise de la ville ? Ces interrogations n'ont pas encore de réponse.

En d’autres termes l’armée américaine, qui a beaucoup communiqué sur  la "bataille finale" pour vaincre l'EI, n’a pas encore finalisé les détails de la bataille de Raqqa. Les officiels de la Défense contactés par le Daily Beast l'ont concédé. Plusieurs plans de bataille émergent, qui impliquent différents partenaires des Etats Unis au sein de l’OTAN.

La coalition américaine affirme que les combats pour Raqqa sont sur le point de commencer avec le YPG kurde en première ligne. La Turquie, elle, cherche à stopper le YPG. L’armée américaine pense que le meilleur moyen de vaincre l'Etat Islamique est de lancer simultanément des attaques contre les deux grandes villes encore sous contrôle du groupe terroriste. Il s'agit de Raqqa et de Mossoul, les deux capitales syrienne et irakienne du califat.

Les Irakiens ont lancé la campagne pour libérer Mossoul il y a une dizaine de jours. Il n’existe pas, cependant l’équivalent d’une armée irakienne alliée en Syrie. Là, l’allié militaire le plus fiable contre l'EI a été le YPG. Deux officiels de la Défense américaine ont déclaré au Daily Beast que le YPG fera uniquement  partie des troupes qui devront "isoler" Raqqa, c’est-à-dire encercler la ville afin d’empêcher des mouvements de l'EI vers l’extérieur ou l’intérieur. Ces mêmes officiels nous ont assuré que le YPG n’entrerait pas dans la ville, concession faite aux Turcs qui considèrent le YPG comme un groupe terroriste. Le YPG fait partie des Forces Syriennes Démocratiques (SDF), qui incluent également des combattants arabes. Les Etats-Unis ont précisé que les membres arabes de la SDF, outre d’autres forces en cours de formation, allaient entrer dans la ville de Raqqa. D’après le site Buzzfeed, la Turquie a commencé ce mois-ci à former certains de ces combattants en vue de la bataille.

La situation créé un blocage entre les Etats-Unis et la Turquie, son allié de l’Otan, même si les deux pays disent vouloir en finir avec l'Etat Islamique en Syrie. Jeudi dernier, les officiels américains ont admis que des discussions étaient en cours avec la Turquie concernant les opérations de libération de Raqqa. Les tensions entre la Turquie et les Etats-Unis n’ont cessé d’augmenter ces deux dernières semaines depuis que les Etats-Unis ont déclaré vouloir travailler avec les forces du YPG, malgré les objections turques.

Lors d'un discours à Ankara le même jour, Recep Tayyip Erdogan a déclaré que les troupes turques débarasseraient les villes de Manbij (nord de la Syrie) des forces Kurdes. Il a également annoncé qu'elles feraient de même à Raqqa. Les Kurdes ont libéré repris Manbij à l'EI en août dernier. Cette déclaration accompagnait une opération militaire turque baptisée "Bouclier de l’Euphrate" qui a pour but de repousser l'EI, ainsi que les troupes kurdes, hors du nord de la Syrie. La Turquie partage une frontière avec cette région. La Turquie demande à ce que la libération de la ville de Raqqa se déroule différemment, sans l’aide du YPG.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 02/11/2016 - 10:17 - Signaler un abus Soutien total au YPG et aux forces kurdes

    qui reconquerront Raqqa, comme elles ont conquis Manbij. Si les turcs attaquent les premiers défenseurs de l'Occident contre l'islamisme, alors celui-ci doit oublier son apathie et réagir vigoureusement contre la Turquie d'Erdogan le fasciste! Celle-ci nous a déjà envoyé l'invasion islamiste depuis les côtes turques, avec l'aide des collabos gauchistes, qui sont miraculeusement silencieux face à la dictature turque naissante (indignation à géométrie très variable du gauchisme...) et préfèrent la soumission à la lutte...

  • Par assougoudrel - 02/11/2016 - 11:19 - Signaler un abus On ne sait jamais combien

    de temps durera une guerre ou une bataille. Il n'y a rien de plus compliqué pour les militaires que des combats dans une localité et Mossoul est une ville trois fois plus grande que Paris. Les Islamistes ont piégé la ville, ont des kilomètres de galeries souterraines et les "forces spéciales" irakiennes foncent têtes baissées, afin d'être les premiers "sauveurs", au risque de se retrouver encerclés; il veulent atteindre rapidement le centre ville pour hisser le drapeau. Chaque maison est piégée et des voitures suicides leur foncent dessus. Alors, avant de parler de Raqqa, il faut détruire la racaille dans Mossoul, ce qui est très loin d'être fait et cela pourrait durer des mois. Quand aux turcs, ils deviennent aussi nuisible et dangereux que les islamistes. Ils deviennent très belliqueux , car sûr de leur force dans la région et ils ont une dent contre les occidentaux qui ont été assez crétins pour leur faire confiance.

  • Par ikaris - 02/11/2016 - 12:53 - Signaler un abus Et la Syrie dans tout ça ?

    ça ne choque personne que les USA commandent des opérations en Syrie sans mandat de l'ONU et sans accord du gouvernement de l'état sur lequel ça se passe. Pour le reste le Daily Beast nous prend pour des truffes, une fois de plus : c'est pas parce que les officiels ne disent pas qui sera en ligne qu'ils n'ont pas planifié le truc. On peut tout imaginer : tchetchenes, djihadistes "modérés", employés de SMP ... les USA ne sont pas regardants !

  • Par Anouman - 02/11/2016 - 19:01 - Signaler un abus Raqqa

    Sauf erreur cette ville est en Syrie. A quel titre les états-unis interviennent ils là-bas? Auraient ils été invités par El Assad? Faites ce que je dis pas ce que je fais doit être leur devise.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nancy A. Youssef

Nancy A. Youssef est une journaliste égypto-américaine. Elle est correspondante pour The Daily Beast.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€