Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 24 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Après le Conseil économique social et environnemental, la Manif pour tous fera-t-elle du Sénat sa deuxième victime ?

Le projet de loi sur le mariage pour tous sera examiné au Sénat à partir du 4 avril.

Nouvelle cible

Publié le
Après le Conseil économique social et environnemental, la Manif pour tous fera-t-elle du Sénat sa deuxième victime ?

Manifestation contre le projet de loi du mariage pour tous. Crédit Reuters

Il n’est pas sûr que le Conseil économique, social et environnemental (Cese) se remette de son refus de prendre en considération la pétition de 700.000 signatures lui demandant de se pencher sur le projet de loi instituant le mariage entre personnes du même sexe. Même si la démarche des pétitionnaires était juridiquement incertaine, le moins qu’on puisse dire est que le Jean-Paul Delevoye, président du Conseil, n’a pas eu la manière, à la fois par la sécheresse de son refus et parce qu’il donné l’impression fâcheuse qu’il était aux ordres du Premier ministre.

Le Sénat, autre institution contestée dans un pays où l’antiparlementarisme, malheureusement, progresse, pourrait subir sur le même sujet un coup analogue.

Le sénateur Patrice Gélard a fait il y a quelques jours dans Le Monde une déclaration d’autant plus étrange qu’il est le porte-parole désigné par le groupe UMP dans le débat sur le "mariage pour tous" qui doit débuter le 4 avril.

Alors que ce débat n’a pas encore eu lieu, l’intéressé annonce déjà que "le texte va passer dans les deux assemblées". Reprenant complaisamment les arguments du gouvernement - entièrement fallacieux puisque ces sujets ne sont absolument pas séparables - tendant à disjoindre mariage, adoption et PMA, renvoyant celles-ci à un texte sur la famille et ne se privant pas d’une pique contre Christine Boutin, il semble même tout fier de rappeler que "le projet de loi a été adopté en commission avec des voix des sénateurs UMP, Christian Cointat et Christophe-André Frassa". Quelle combativité !

Il est vrai que pour lui, la manifestation du 24 mars, peut-être la plus nombreuse de l’histoire de la République, "ne change rien". En tous les cas pour le Sénat. Car elle pourrait par contre influencer, dit-il, le Conseil constitutionnel : "C'est une institution qui se prononce sur des questions juridiques, mais qui prend en compte aussi les situations politiques."

Professeur agrégé de droit, Monsieur Gélard fait du Sénat un lieu de discussion technique et renvoie au Conseil constitutionnel la prise de responsabilité politique ! N’est-ce pas le monde à l’envers ?

Quand nos élus nationaux comprendront-ils que ce que l’opinion leur reproche d’abord, c’est de ne pas prendre leurs responsabilités - et donc de ne paraître servir à rien ? Entre les directives européennes, les proliférantes "autorités administratives indépendante" et maintenant le Conseil constitutionnel, les alibis ne leur manquent jamais ! Freud distingue la cause réelle d’une frustration, parfois inconsciente, et la revendication manifeste, qui ne lui correspond pas forcément : gageons que les émoluments ou le cumul des mandats des parlementaires ne seraient pas tant critiqués s’ils prenaient un peu plus leurs responsabilités.

Les assemblées sont le lieu par excellence de la théâtralisation des affrontements politiques. Et, selon M.Gélard, il ne se serait rien passé le 24 mars qui mérite d’y trouver un écho !

Il y a plus grave : comment le pronostic péremptoire du porte-parole de l’UMP sur l’issue du vote , avant tout débat, n’ouvrirait-il pas la porte au soupçon que, entre la droite et la gauche, les choses seraient déjà arrangés en coulisse, que les rôles auraient été distribués ? Les défections à droite viendraient compenser à point celles des gens de gauche qui, courageusement, comptent faire prévaloir des convictions sincères sur les logiques de parti.

Si l’homme qui doit être le principal porte-parole de l’opposition au Sénat prend les choses aussi froidement, par qui se sentiront représentés les millions d’opposants au projet ? Et pour qui voteront-ils aux prochaines élections ?

Si l’opinion a le sentiment que droite et gauche se sont arrangées pour laisser passer le texte, un coup fatal serait porté à l’image de la Haute assemblée et peut-être de la République. Que le texte voté soit différent, ouvrant la voie à une navette à l’issue incertaine, ne serait pas non plus satisfaisant dans le contexte actuel.

Une situation exceptionnelle que le Sénat doit prendre en compte

Le Sénat a, il est vrai, des habitudes. Il évite généralement de désavouer l‘Assemble nationale sur des questions emblématiques. Mais, dans le cas d’espèce, depuis le vote de l’Assemblée nationale, près de deux millions de personnes ont défilé !

Et les risques de fracture ne s’arrêtent pas là : les sénateurs ne sauraient oublier la quasi-unanimité qui règne outremer à l’encontre de ce projet de loi, dont l’adoption en l’état ferait planer une menace sérieuse sur l’unité de la République. Un argument que pourrait aussi considérer M. Gélard, même si, comme président de la Cocoe (instance interne à l’UMP charge d’arbitrer l’élection de son président en novembre 2012), il n’a pas paru très familier de l’outre-mer français !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par la saucisse intello - 01/04/2013 - 10:43 - Signaler un abus Il faut que je vous explique.....

    Au début, ce "machin" n'était QUE "social". Seulement il devenait trés difficile de justifier que 225 personnes casées là par pure complaisance puissent percevoir 4200 euros/mois pour deux réunions de 45 minutes. Réunions où d'ailleurs on parlait....pour ne rien dire ! Et comme les frais sont intégralement remboursés, une "élue" des DOM-TOM en délicatesse avec la justice pour trop grande probité et éclopée des élections y avait été recasée. Elle racontait avec beaucoup de sincérité que "les réunions du C.E.S lui permettaient de venir voir sa fille et de faire les boutiques à Paris !. Alors on a ajouté "environnemental". Parce que, vous comprenez, "l'environnement", c'est "vendeur".....ça sert surtout à cacher (en partie) ce parasitisme d'état qui nous mène gentiment à la révolution. Et c'est tant mieux ! NOTA : Maintenant, on nomme les "méritants" à l'IGAS. Là, c'est du 7500 net/mois.....+ la carte bancaire du ministère, le chauffeur et la bagnole. Contribuables, à la votre !

  • Par Equilibre - 01/04/2013 - 11:16 - Signaler un abus Donc, sus au sénat

    En même temps, il est grand temps de virer tous ces inutiles et de réinventer autre chose. Au passage, merci à l'UMP de s'aligner sur les positions du PS. Après, ils viendront pleurer de se faire accuser de fausse droite, d'aile droite du PS, ...

  • Par mcb92 - 01/04/2013 - 11:48 - Signaler un abus conséquences

    Si le Sénat vote pour la loi AVEC LES VOIX DE DROITE, je sais pour qui un très grand nombre de concitoyens vont voter la prochaine fois. Ce n'est pas une menace, c'est une constatation.

  • Par Barbachar - 01/04/2013 - 12:18 - Signaler un abus Correction démandée

    Il s'agit de Patrice Gélard et non Patrick Galard. Il est Sénateur-Maire de Saint-Adresse en Seine Maritime et s'est récemment brillamment illustré par son incapacité à compter correctement les voix lors de la primaire UMP.

  • Par Barbachar - 01/04/2013 - 13:11 - Signaler un abus Il reste a corriger les mots clefs....

    Merci pour votre correction rapide. Il reste à corriger dans les mots clefs la mention de patrick Galard ;-)

  • Par Jacquet - 01/04/2013 - 15:43 - Signaler un abus tout serait plus simple si l'on était " sénateur à vie "

    J'ai déjà averti mon sénateur que mes prochains votes lors des futurs scrutins , seront fonction de son vote à lui sur cette question . J'ai ajouté que cela devrait alimenter sa réflexion , étant donné les résultats de la récente partielle dans l'Oise

  • Par Liberte5 - 01/04/2013 - 18:09 - Signaler un abus La connivence PS/UMP

    L'UMP a du mal à se faire entendre dans l'opposition. Tout simplement car sa ligne politique est proche de celle du PS. Voter PS ou UMP revient au même. Quant aux fromages dans lesquels tous les profiteurs du système se gavent. Le PS et l'UMP ne les feront pas disparaître. Mais un espoir émerge, le système commence à toucher à sa fin.

  • Par batmanou - 01/04/2013 - 18:42 - Signaler un abus Eviter de perdre son sang froid...

    ... et se souvenir que les manifestants ne représentent tout au plus que 300.000 à 400.000 personnes (surface des avenues couvertes x 4 personnes au m2). Et cette estimation est très généreuse car elle ne défalque pas les arbres, bancs publiques, et elle considère que la densité était équivalente à un métro aux heures de pointes, ce qui était loin d'être le cas. Ensuite, il y avait de nombreux enfants dans cette manifestation et les enfants ne votent pas; Et pour finir, l'immense majorité des français qui n'a pas manifesté attend de l'assemblée nationale qu'elle fasse sa politique sans tenir compte des braillards qui bloquent les rues, chahutent le président pour imposer leur vision alors que l'attention des politiques mériterait d'être focalisée sur d'autres points plus importants. La démocratie commence par l'acceptation de son mode de fonctionnement. La rue et son égérie Barjot n'ont pas été élues, me semble t'il? Je refuse qu'ils parlent en mon nom !!!

  • Par Equilibre - 01/04/2013 - 20:12 - Signaler un abus @batmanou , mais oui

    Et ben si, http://www.ndf.fr/nos-breves/31-03-2013/comptage-manif#.UVnMCsqROuI http://cestpasnormal.fr/un-mensonge-detat-en-video/ Et pour finir, un partie des français n'a pu se déplacer, n'étant pas parisien ou tout simplement pas là. Nan, je n'ai pas fini. QUI a voulu placer cette loi? QUI est responsable du planning? QUI ment? QUI veut nous imposer ceci? QUI a refusé le référendum? Pourquoi le présiglan s'est agenouillé devant un lobby de 300 personnes max, adepte de la marchandisation du corps humain, financé sur le dos du con tribuable? Et tant que tu y es, bisounoursou, t'as qu'à interdire toute forme de manifestation, petit totalitairou en devenir. Tu seras dans la droite ligne des gentils totalitarismou qui ont égayé le XX siècle.

  • Par JG - 01/04/2013 - 23:11 - Signaler un abus A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire

    Comme il est plus facile de lancer du gaz lacrymogène sur des enfants que d'empêcher la CGT de dévaster une préfecture (tout en l'amnistiant au passage, d'ailleurs....), je suis convaincu que Mollandouille 1er va s'arcbouter sur ce projet comme il va se débalonner sur tout ce qui intéresse vraiment les français (sécurité, chomage, etc...). "Le mariage pour tous (sauf pour lui....)" : en voilà une mesure phare que la postérité retiendra : vas-y mon François, n'hésite pas. Une bonne loi comme cela ne coûte rien, permet de bien montrer ces vilains de faschistes cathos de droite (pas trop nombreux en plus, merci Mr Le Préfet de Paris) à la télé en train de passer par dessus deux grilles et menacer de leur landaus de pauvres policiers et de montrer aussi que tu as des c.... face à la rue menaçant la république.... Mollandouille 1er : "j'ai vaincu le terrorisme islamique au Mali (jusqu'à ce qu'il nous pête à la gueule quelque part ailleurs) et je me suis opposé au retour de la bête immonde : ces fachos-cathos de droite qui veulent s'opposer à l'immense progrès pour la France (et donc l'humanité) qu'est le mariage pour tous (sauf pour moi, faut pas déconner quand même)

  • Par Gamelledebouse - 02/04/2013 - 09:19 - Signaler un abus Machin

    Quel politique , quel parti aura le courage ou l'intelligence de supprimer ce machin inutile et coûteux qu' est le Conseil Economique etc... ? Quel journaliste "d'investigation " fera un bon reportage réaliste sur cette planque à copains digne d'une république bananière ? La démocratie serait-elle menacée si on renvoyait tous ces parasites chez eux ?

  • Par mikado75018 - 02/04/2013 - 11:39 - Signaler un abus mémoire d'éléphant

    NKM a préféré s'abstenir de voter le projet de loi à l'Assemblée... je m'en souviendrai pour les prochaines élections puisqu'elle souhaite se présenter à Paris... Je ne m'abstiendrai pas de voter mais je voterai pour un représentant de l'état qui s'est engagé sur la question... A bon entendeur, salut... C'est une question de responsabilités civiques

  • Par Léa - 02/04/2013 - 11:49 - Signaler un abus Démocratie, le sens des mots

    @batmanou Au moins, cette manif aura eu le mérite de révéler l'ignorance de certains quant à la langue française. Par exemple, je prends le mot "démocratie" que certains définissent comme "notre avis" alors qu'il veut dire "pouvoir par le peuple". En partant de cette définition (la vraie, celle du dico), le lobby LGBT, un groupuscule subventionné par le fric de Pierre Bergé qui espère imposer la loi d'une infime minorité à un peuple qui n'en veut pas est anti-démocratique et totalitaire. Une manif d'1 400 000 personnes, au bas mot, est la partie émergée d'une énorme masse de français. C'est du jamais vu sous la Vème République. Qu'est-ce que ça fait au lobby LGBT et à leurs soutiens d'être du côté des tyrans ? J'espère qu'au moins, c'est grisant. Qu'ils ne soient pas du mauvais côté de l'Histoire pour rien !

  • Par batmanou - 02/04/2013 - 13:13 - Signaler un abus @Léa - 02/04/2013 Je crois

    @Léa - 02/04/2013 Je crois que cette "manif pour tous" ne fait que confirmer le niveau lamentable des fançais en mathématique : surface x densité = nbre de participants. 1.400.000 manifestants, c'est tout simplement IMPOSSIBLE. Quant aux provinciaux qui n'auraient pas pu se déplacer, je vous rassure, pour rien au monde ils n'auraient raté l'événement. Mobilisé comme vous êtes, ceux qui ne se sont pas déplacé ne représentent qu'une part infime de ceux qui pensent comme vous. Ensuite, que l'opposition au mariage gay soit devenu l'événement le plus rassembleur de la Vème république prouve simplement que ce pays marche sur la tête. On aurait aimé voir les catho mobilisés sur d'autres sujets. Mais je crois qu'on ne peut pas en attendre grand chose, on le voit tous les jours, et la perte d'influence de l'église en France est aussi la conséquence de la confiscation du catholicisme par une élite citadine détachée des préoccupations de la majorité des français, crispée sur des questions de morale alors que le catholicisme avait un message pour l'humanité et pouvait jouer un role dans cette crise. Encore une occasion de perdue. A quand la fin de l'imposture Boutin et consor ?

  • Par batmanou - 02/04/2013 - 13:23 - Signaler un abus @ Equilibre - 01/04/2013 -

    @ Equilibre - 01/04/2013 - 20:12 Acceptez que d'autres pensent différemment de vous, acceptez les règles de la républiques, reconnaissez que vous n'étiez pas 1.400.000 (faut quand même pas sous estimer l'aptitude des français à mesurer une surface et à la multiplier par une densité, vous aussi vous pouvez faire le calcul), acceptez que ce sujet qui vous passionne est parfaitement anecdotique pour la grande majorité des français et que s'il contribue à simplifier la vie de certaines catégories de population alors pourquoi s'y opposer, acceptez aussi que votre morale n'est pas celle qu'applique les français : sur beaucoup de sujets, les cathos ont pris de positions qui ne correspondent pas à celles de la grande majorité des français et le dogmatisme voire l'activisme dont vous faites preuve n'incite pas à vous faire spontanément confiance. Enfin, cessez de vous comporter comme ces jeunes des banlieues si vous voulez qu'on vous prenne au sérieux. Chercher l'affrontement avec les CRS, ce n'était pas une bonne idée.

  • Par Léa - 02/04/2013 - 15:02 - Signaler un abus Où est l'argent ?

    Bien dit, Monsieur Hureaux. Si, dans un autre article, vous aviez pointé du doigt les socialistes comme seuls idéologues porteurs de ce nouveau nihilisme, vous répartissez ici plus justement les responsabilités. Y a-t-il une volonté de modernisme de la part d'une droite frileuse à la remorque d'une gauche ultra-cool ? Ce serait une question de "branchitude" obligatoire ? Allons donc ! Les ultralibéraux, de gauche comme de droite, ceux de Bruxelles comme ceux de Paris, de Londres ou de Washington, n'ont rien d'humanistes ou de philantropes, ce sont des technocrates qui ont le gain pour seul horizon. Personne n'a semblé relever ce fait, qui me semble pourtant, au délà des considérations égalitaristes fumeuses de ce projet de loi qui, rappelons-le, va créer une catégorie de sous-citoyens (les enfants-objets) au bénéfice d'une ultra-minorité repliée sur ses obessions normatives, la véritable motivation d'élites qui n'ont pas pu perdre la tête à ce point. Ma question : à qui profite le crime ?

  • Par PATRIE63 - 02/04/2013 - 18:27 - Signaler un abus @batmanou

    Si le sujet est "anecdotique", on est alors surpris de l aveuglement et de l 'intransigence du pouvoir à le faire passer de manière brutale ety san aucune concertation..quant au nombre d e manifestants vous pouvez multiplier ce que vous voulez, vos arguments pseudo scientifiques sont simplement risibles Juste un peu de bon sens: on a vu dimanche la foule écoutant la bénédiction papale à Rome foule unanimement estimée à 250 000 personnes...lorsqu'on rapproche le simages de cette foule avec celles de l afoule du 24 mars, n'importe quel imbécile, à oeil nu, pourra constater qu' à Paris il y avait au moins 3 à 4 fois plus d emonde qu 'à Rome..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de "La grande démolition : La France cassée par les réformes"

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€