Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 01 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Apprentissage pour les chômeurs de longue durée : derrière l'apparente bonne idée, l'usine à gaz

Le président de la République a préconisé lundi 28 avril que les chômeurs de longue durée puissent bénéficier du statut d'apprenti "quel que soit leur âge". Pour le moment, ce statut est réservé aux jeunes de 16 à 25 ans.

Fausse bonne idée ?

Publié le

Atlantico : François Hollande a demandé lundi 28 avril que les chômeurs de longue durée bénéficient du statut d'apprenti "quel que soit leur âge", avec une rémunération "maintenue au niveau de l'indemnisation telle qu'elle est prévue" afin de leur "ouvrir la porte des entreprises". Cette initiative pourrait-elle être bénéfique ? Peut-elle changer la donne pour les chômeurs de longue durée ? 

Jérôme de Rocquigny : Le problème est que l'on annonce uniquement la finalité. Alors oui, pourquoi ne pas permettre aux chômeurs de longue durée d'avoir accès à la formation. Puisqu'on fond, c'est cela que l'on veut dire.

Mais avant d'imaginer l'accès à l'apprentissage pour les chômeurs de longue durée, il faudrait refondre l'apprentissage pour permettre que les jeunes puissent y accéder. Car aujourd'hui, beaucoup de jeunes n'y ont pas accès. Pour lutter contre le chômage, il réformer la formation en alternance. Avant L'ANI, nous avions environ 280 000 contrats de professionnalisation et 200 à 250 000 contrats d'apprentissage. 

Aujourd'hui, nous enregistrons moins de 100 000 contrats de professionnalisation par an et l'apprentissage représente 220 000 contrats par an. Cela signifie que cet outil de lutte contre le chômage ne fonctionne pas de manière optimale. Il faut donc d'abord réformer le principe de l'apprentissage en France. Car l'apprentissage est aujourd'hui beaucoup trop cher pour les entreprises. Par exemple, si vous embauchez un jeune trois jours par semaine sur 35 heures, il peut coûter jusqu'à 1800 voir 2000 euros (charges comprises) par mois à l'entreprise. Le coût est trop élevé et n'incite pas les entreprises à avoir recours à ce dispositif. 

Avant les réformes de l'ANI, les entreprises bénéficiaient d'exonérations des charges patronales, les salaires conventionnels étaient plus raisonnables. Tout a changé, et le nombre de contrats d'apprentissage a chuté de manière spectaculaire.

Qui peut être contre le fait de donner accès aux chômeurs de longue durée à la formation professionnelle ? Tout le monde est d'accord mais encore faut-il que ce soit possible. Mais derrière les annonces, la mise en place de ces dispositifs de formation professionnelle n'est pas facilitée. Les ANI successives empêchent le déploiement de l'alternance en général, qu'il s'agisse d'apprentissages ou de contrats de professionnalisation. Avant ces réformes, 407 000 jeunes de moins de 26 ans étaient au chômage. Depuis ce sont plus d'un million d'entre-eux qui sont au chômage. 

Un alternant coûte cher, reste à savoir ce qui n'est pas précisé est si cet apprenti serait indemnisé par le Pôle emploi ou l'entreprise. Si les chômeurs de longue durée seront indemnisés par Pôle emploi, ce serait catastrophique pour les jeunes. Car là où un jeune coûterait plus de mille euros, un chômeur ne coûterait rien. 

A quelle condition cette mesure peut-elle être efficace et surtout quel en sera le coût ? 

Pour qu'elle soit efficace, il faut créer un statut unique de l'apprentissage en France. Aujourd’hui, il existe des centaines d'accord de branche, le coût horaire n'est jamais le même, la prise en charge non plus. Cela explique aussi la désaffection des chefs d'entreprise pour l'alternance. Il faudrait également exonérer toutes les charges patronales et fixer les salaires uniquement en fonction de l'âge. Car actuellement, les salaires sont fixés à la fois en fonction de l'âge et de la branche. Auparavant le salaire des apprentis était calculé sur le SMIG et maintenant il l'est en fonction des conventions de chaque branche, ce qui a considérablement augmenté le coût pour les entreprises. Dans un secteur comme celui de l'informatique par exemple, nous aurions tout intérêt à relancer l'apprentissage car il manquera bientôt un million de personnes qualifiées dans cette branche d'ici 10 ans en France. 

Il faut surtout faire de la mixité, faire un mariage public/privé pour la formation professionnelle. Car actuellement, nous avons d'un côté le contrat d'apprentissage et d'un autre côté le contrat de professionnalisation. Entre les deux modes de fonctionnement, il y a un fossé. Il faudrait mettre en place un contrat unique avec un mode financement unique, que ce soit dans les CFA ou les centres de formation. Cela permettrait un maillage sur tous le territoire car aujourd'hui, les CFA, qui sont une compétence des régions, sont déficitaires. Les régions n'ont plus d'argent pour ouvrir des CFA alors qu'il aurait dans certains endroits de gros besoins d'apprentissage mais qui ne peuvent pas se mettre en route. Des organismes de formation pourraient très bien répondre à ce type de besoins mais à qui on ne donne pas cette possibilité car les statuts sont différents. 

Les organismes de formation pas habilité à percevoir la taxe d'apprentissage, les contrats d'apprentissage dépendent eux des Conseils régionaux et il y a un statut particulier pour l’apprenti qui revient moins cher qu'un contrat de professionnalisation. Mais en période de crise, cela fait la différence.  

Cette initiative a le mérite d'innover en matière de formation professionnelle mais va-t-elle dans la bonne direction ? Qu'est ce qu'une bonne approche en matière de formation professionnelle ? 

Tout ce qui amène les partenaires sociaux à imaginer une nouvelle utilisation de la formation professionnelle est une bonne initiative. Aujourd'hui, pour une formation professionnelle plus efficace, il faut que les fonds de la formation professionnelle soient gérés par le gouvernement, les partenaires sociaux, les régions et les chambres de commerce. C'est la condition pour que ces fonds soient bien gérés. Le rapport Perruchot publié en 2012 faisait d'ailleurs état de la mauvaise gestion des fonds dédiés à l'apprentissage.
 
Aujourd’hui les POE qui dépendent de Pôle emploi marchent très bien. Et ce n'est autre chose qu'un apprentissage de courte durée sur une dizaine de semaines avant d'intégrer la personne en question dans l'entreprise. Les personnes en question sont indemnisées par le Pôle emploi. 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par GL57 - 29/04/2014 - 16:12 - Signaler un abus Oups.

    Usine à gaz, FUKUSHIMA OUI . Ce gouvernement est complétement zinzin. Déjà les jeunes ne trouvent pas de boulot et de ce fait on leurs colle des emplois bidons , si en plus on forme des plus anciens, les pauvres jeunes ne sont pas préts de bosser . Formons les jeunes à des vrais métiers , qu'ils bossent ( s'il reste du taf, bien sur parce qu'avec le détâchement .... 500 000 ) et dans ce cas ( improbable ) il cotiseront . On ne poura pas indéfiniment créer de l'emploi avec cette mécanisation galopante, ce détâchement qui commence à faire tâche, des importations incontrôlées et une émmigration grandissante. En plus , les former à quoi les jeunes de 55 ans et plus, combien de temps pour apprendre un métier et pour bien le pratiquer ? Le temps de maîtriser, il sera l'âge de la retriate, à moins bien sur que les ploutocrates veuillent faire bosser les gens jusqu'à 70 balais ( comme certains politique avaient avancés en allemagne, et comme on veut copier les méthodes Outre Rhin ... Tu vois un gars formé à des travaux de bâtiment à + de 50 ans, l'âge ou dans ce métier tu es cassé de partout . Il va falloir inventer des déambulateurs spécifiques pour grimper sur les échelles ....

  • Par lexxis - 29/04/2014 - 18:11 - Signaler un abus LE BONIMENT SOCIALISTE DU JOUR...

    Il est paradoxal mais d'une logique très socialiste que ceux qui viennent de détourner les fonds de l'apprentissage efficace vers les emplois-jeunes qui le sont beaucoup moins soient les mêmes qui parlent d'étendre l'apprentissage aux seniors. Pourquoi pas bientôt le retour des seniors en maternelle? En réalité, ils ne savent pas quoi faire. Pendant leur période d'opposition, ils n'ont réfléchi à rien et maintenant, ils se contentent pour occuper le terrain et pour passer le temps d'une succession d'annonces incohérentes. Ils nous prennent pour des demeurés ou quoi? Mariage et chômage pour tous, voici la triste réalité de deux ans de "Moi, Président,je" et de son équipe de ministres fonctionnaires.

  • Par Ravidelacreche - 29/04/2014 - 18:31 - Signaler un abus Cette initiative pourrait-elle être bénéfique

    Je me mets en grève jusqu'à la retraite!

  • Par Apicius - 29/04/2014 - 19:48 - Signaler un abus Enfumage indécent

    C'est uniquement un moyen de sortir des chômeurs des statistiques, afin que l'imposteur qui est au pouvoir puisse s'enorgueillir d'avoir fait baisser le chômage. Sa Grande Imposture ne se rend pas compte que derrière les nombres il y a des êtres humains. LAMENTABLE et INDECENT

  • Par jmpbea - 29/04/2014 - 20:26 - Signaler un abus Il faut mettre à la retraite...

    tous les jeunes chômeurs...ça fera de la place pour former les vieux à ne rien faire...les emplois vieux sont sur la table!!!

  • Par jurgio - 29/04/2014 - 21:08 - Signaler un abus Ou comment « inverser la courbe du chômage » !

    On se contentera d'un seul apprenti et malheureusement nous savons où il est allé se loger.

  • Par pave777 - 29/04/2014 - 21:35 - Signaler un abus @ jmpbea

    les vieux ça suffit ! cours de pétanque, jardinage, apéros et au lit ! place aux jeunes ! quoique si on supprime les budgets d'apprentissage pour les minots, les vieux en feront bon usage ! cours de massage Thaï , cours de langues, cours de Kamasutra, quand il reste peu à faire avant de crever , autant prendre la vie du bon côté ? 70...75..78...78, 5 tchao , lève l'ancre tout est payé , et merci pour tout ! société socialiste de merde ! les vieux travailleurs ne sont pas des crevures, qui finissent au conseil constitutionnel ! ils ont la décence de partir avant , sans faire de bruit !

  • Par Blurp - 29/04/2014 - 22:00 - Signaler un abus Mauvaise idée!

    L'emploi d'un quinqua à l'Elysée montre bien qu'il restera un apprenti toute sa vie et que jamais, oh grand jamais il ne recevra de formation diplomante! Pipeau!

  • Par caribou - 29/04/2014 - 23:09 - Signaler un abus A chaque sorti statistique, les mêmes âneries.

    LA FORMATION C'EST TOUTE UNE VIE. il faut sortir de l'école avec un métier, se PARFAIRE en entreprise, continuer à se former/diplômé quand on atteint et dépasse son pic de productivité et ainsi une perte d'emploi devient moins catastrophique à 50/55 ans. Il faut des réformes systémique: fin du collége unique, formation continu ( et pas un organisme de financement syndical), etc... pour les jeunes, les vieux, les entreprises et le pays il faut regagner une économie RÉMUNÉRATRICE!!!

  • Par nok - 30/04/2014 - 09:49 - Signaler un abus DE PLUS EN PLUS DE CHOMAGE ET DE MOINS EN MOINS

    D'industries en France ! Mais pourquoi ? Cela fait 30 ans que nos différents pouvoirs politiques ont fait ce qu'il fallait pour faire partir nos industries à l'étranger avec une sur - imposition, toujours plus de taxes, plus de dépôts de bilan et n'oublions pas l'immigration subie et non choisie ; A rajouter la mondialisation où tous nos politiciens de gauche comme de droite n'ont jamais protégé notre économie par rapport aux autres pays ! Comment voulez - vous ne pas atteindre une telle crise économique ? NOS POLITICIENS NE REGARDENT QUE LEURS INDEMNITES, LEURS PRIVILEGES, LEURS MANDATS SUCCESSIFS, LEURS GAMELLES ! LA RAISON, LE BON -SENS ECONOMIQUE ET L'INTERET DES FRANCAIS NE LES HABITENT EN AUCUN CAS, LEUR DEMARCHE EST UNIQUEMENT NOMBRILISTE !

  • Par nok - 30/04/2014 - 09:59 - Signaler un abus ET ARRETONS DE PARLER DE FORMATION !

    Et de prendre les français pour des ignares ! Nous savons nous adapter et TRAVAILLER ! Malheureusement en France, nous avons les politiciens que nous méritons, c'est à dire des NULS qui eux, vivent dans des palais dorés qui se protègent et n'ont aucune REALITE DU QUOTIDIEN ! CE SONT NOS POLITICIENS QUI DEVRAIENT ETRE FORMES AU BON - SENS ET A L'HONNETETE !

  • Par Imragen - 30/04/2014 - 10:08 - Signaler un abus Oh quelle est bonne cette idée !!!

    Dites moi, compte t on les apprentis dans les chômeurs ? . Voilà comment on va diminuer le nombre des seniors au chômage. . La technique de la poussière sous le tapis !!!! . Hollande est vraiment un habile gestionnaire (des statistiques, au moins...)

  • Par Thémis888 - 30/04/2014 - 11:46 - Signaler un abus Laissez-moi rire...

    N'en déplaise à certains, je m'estime encore assez "jeune" à 54 ans pour apprendre un métier (ils ne nécessitent pas tous 5 ans d'apprentissage - car pour ceux du gouvernement, vous avez vu ce que ça donne : 5 ans de droit et tout le reste de travers!) et pour ma part, ça fait des années que je réclame une reconversion et que PERSONNE n'a su me conseiller! Et une fois de plus, on donne dans l'enfumage, car même si c'est mis en place, il n'est pas dit qu'une fois la formation achevée le patron veuille embaucher un "senior" (il y a quelques jours, dans un JT, un recruteur a dit : "un senior coûte plus cher à l'entreprise"!). Et pourtant je ne demande qu'à travailler (marre du RSA et des contrats "aidés" qui n'aident personne!), mais j'ai beau postuler, je subis - outre la discrimination par l'âge - celle de l'anti-parisianisme primaire (je suis en Vendée, car je ne pouvais plus payer mon loyer parisien)! Et pourtant, je n'ai besoin que d'un CDD pour pouvoir me payer MOI-MÊME ma formation (par correspondance), afin d'acquérir le diplôme qui me permettrait de démarrer mon activité! Mais avec MoiPrésident, c'est loin d'être gagné!...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme de Rocquigny

Jérôme de Rocquigny est vice-président en charge de l’emploi et de la formation professionnelle au sein d'une association patronale, le Cerf

Il travaille également avec des représentants des autorités chinoises pour des projets de formation professionnelle. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€