Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 08 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'appel du pied de Sarkozy à Macron

Ce jeudi 28 janvier, Nicolas Sarkozy était invité sur le plateau de C à vous pour faire la promotion de son ouvrage. Il a eu des mots plutôt élogieux à l'égard d'Emmanuel Macron. Par le passé, il avait également invité le ministre de l'Economie à rejoindre les rangs des Républicains. Des attentions probablement pas dénuées d'intentions.

Qui déstabilise qui ?

Publié le
L'appel du pied de Sarkozy à Macron

Atlantico : Ce jeudi 28 janvier, Nicolas Sarkozy était invité sur le plateau de C à vous pour faire la promotion de son ouvrage. A l'attention d'Emmanuel Macron, il a eu quelques mots plutôt élogieux, estimant que "Beaucoup de ce que dit Emmanuel Macron est intéressant et justifié." Par le passé, il avait également invité le ministre de l'Economie à rejoindre les rangs des Républicains. En quoi ces diverses déclarations de Nicolas Sarkozy sont un bon, ou un mauvais calcul de la part de l'ancien chef de l'Etat ?

Maxime Tandonnet : Les propos de Nicolas Sarkozy sont sincères. En effet, les positions prises par Emmanuel Macron sur les 35 heures, sur la fonction publique, sur l'entreprise ou la libéralisation de l'économie rejoignent les positions de l'ancien chef de l'Etat. On ne voit pas bien comment ce dernier pourrait ne pas être en adéquation avec les déclarations du ministre de l'Economie sur ces sujets. Quant à la dimension politique de ces éloges, ils expriment une volonté de l'ex-président de la République de transcender les clivages et de se donner une image d'union nationale dont il ne souhaite pas laisser le monopole à son concurrent probable aux primaires de la droite et du centre, Alain Juppé. Mais en même temps, il atténue son profil clivant qui plaît à une partie de ses soutiens. L'équation est complexe. En même temps, il est difficile d'envisager une élection présidentielle sans passer par l'appel à l'unité. Souvenons nous de son discours de janvier 2007 ou M. Sarkozy invoquait Jean Jaurès et Léon Blum puis de sa politique "d'ouverture".

Une telle approche permet-elle à Nicolas Sarkozy de souligner la contradiction de l'approche d'Emmanuel Macron par rapport à la ligne traditionnelle du PS ? Est ce un moyen d'isoler encore un peu plus le ministre de l'économie vis à vis des membres du Parti socialiste ?

Franchement, je n'en sais rien... Comment connaître, voire deviner ses intentions profondes? A priori, l'intérêt d'isoler davantage M. Macron ne paraît pas évident. Au contraire, l'ex-chef de l'Etat n'a pas forcément avantage à renforcer l'isolement du ministre de l'Economie à gauche au point d'en faire un nouveau héros de la droite. Je ne suis pas certain que l'idée de diviser et d'affaiblir davantage le parti socialiste qu'il ne l'est aujourd'hui soit une priorité pour Nicolas Sarkozy. Sa préoccupation fondamentale concerne son image dans l'opinion publique. Contrairement à la plupart des commentateurs, je suis certain qu'il ne bluffait pas en affirmant qu'il ne se présenterait à la présidentielle que s'il y voyait un "intérêt". Il me semble que sa candidature dépend d'un frémissement en sa faveur dans l'opinion. Je ne le vois pas bien aller aux primaires puis à la présidentielle, au risque d'une défaite humiliante, s'il n'est pas porté d'ici là par un courant favorable. Sa priorité du moment est là.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par A M A - 01/02/2016 - 11:42 - Signaler un abus Macron.

    Fort de ses soutiens bien connus, Mr.Macron se joue de Mr.Sarkhozy dont il peut nourrir efficacement les ambitions.

  • Par Deudeuche - 01/02/2016 - 13:51 - Signaler un abus Nicolas qui?

    connaît pas, un bonimenteur de marché probablement.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Maxime Tandonnet

Maxime Tandonnet est historien, et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. Il est l'auteur de Histoire des présidents de la République (Perrin, 2013), et alimente régulièrement son blog personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€