Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 21 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Appel des économistes en faveur de Macron : petit comparatif avec les arguments de ceux qui soutenaient François Hollande en 2012

Les soutiens des économistes à Emmanuel Macron sont de plus en plus importants. Parmi eux, nombreux sont ceux qui avaient déjà soutenu François Hollande en 2012 et qui aujourd'hui semble miser sur le candidat d'En Marche !.

Remake

Publié le - Mis à jour le 7 Avril 2017
Appel des économistes en faveur de Macron : petit comparatif avec les arguments de ceux qui soutenaient François Hollande en 2012

Atlantico : En 2012, une trentaine d'économistes de gauche signaient une tribune pour défendre la candidature de François Hollande. Aujourd'hui chacun semble avoir choisi son camp : Philippe Aghion, Jean-Yves Lorenzi, Philippe Martin ou Élie Cohen du côté d'En Marche ! quand Thomas Piketty, Julia Cagé, Daniel Cohen ou Michel Aglietta sont restés au Parti Socialiste. Comment expliquer cet éparpillement aujourd'hui ?

Guillaume Mucherie : Ce n'est pas vraiment un éparpillement : un majorité du courant « mainstream » a rejoint Emmanuel Macron. Certes, au Parti Socialiste il y a la tentative d'emprise depuis quelque temps de de Thomas Piketty, qui a poussé et poussé au point d'en devenir économiste en chef aujourd'hui. Mais il a peu de chance, car il le devient au moment où le Parti Socialiste est au plus mal ! Du coup, peu d'économistes rejoignent le Parti Socialiste avec lui, car ils sentent que ce n'est pas le choix le plus efficace en terme de gestion de carrière.

Il faut bien voir qu'il n'y a pas vraiment de choix idéologique dans ces procédés : les uns et les autres attendent d'être nommés soit au Conseil d'analyse économique, soit dans tel ou tel comité politique, soit à la Caisse des Dépôts et Consignations... Ils ont tous ces objectifs en tête. Idem pour les nominations aux postes-clé de l'OCDE, de la Banque Mondiale, de FMI ou de la BCE. Cela passe par le fait de miser sur le bon cheval.

Certains n'avaient simplement pas vu le coup venir et s'était donc rapproché de Hamon en pensant qu'il serait en bonne position au second tour. Les autres sont allés vers En Marche ! C'est la démarche naturelle adoptée par l'économiste de centre-gauche qui a voté Hollande en 2012. C'est un mélange donc d'opportunisme et de quelques positionnementsd'ordre plus théoriques qui, heureusement, rentrent en compte un minimum. Mais aujourd'hui, le risque de soutenir Emmanuel Macron semble léger. Il y aurait plus de courage à soutenir François Fillon ou Jean-Luc Mélenchon. Pour les autres, soient ils étaient trop à gauche pour aller chez Macron, soient ils rejoignent Macron sans que cela ne corresponde réellement à un véritablement position politique centriste. 

Philippe Aghion signe aujourd'hui une tribune dans Les Échos où il défend la capacité du projet d'Emmanuel Macron a redonner du pouvoir d'achat aux classes moyennes. Ce nouveau soutien tire-t-il les conséquences de cinq années de Hollande au pouvoir ?

C'est compliqué, parce que la thématique de Macron est une thématique structurelle : en gros c'est « je suis à gauche mais je suis pour la réforme de l'offre productive ». C'est un discours de l'establishment centre-droit qui s'oriente vers des positions du centre-gauche en y mettant des éléments de sociale-démocratie nordique et d’efficacité technicienne à la mode ENA-new-age. Mais désormais, la démarche annoncée par M. Aghion promeut une défense du pouvoir d'achat. En gros, en caricaturant un peu, c'est la démarche inverse ! Et je ne vois pas vraiment la cohérence derrière tout cela.

Soit on est pour des réformes productives mais ce n'est clairement pas favorable, du moins dans un premier temps, au pouvoir d'achat. Soit on vise une stimulation de la demande agrégée et là on est dans la continuation d'un certain nombre de politiques telle celle de Nicolas Sarkozy, où l'on fait des réformes structurelles mais où en vérité on dope la demande. C'est contradictoire avec l'idée que l'on va insister sur la réforme de l'offre, l'ubérisation ou le digital comme l'a affirmé Macron.

Ce que dit Aghion, cela sent bon la dernière ligne à trois semaines de l'élection dans laquelle chacun fait son petit cadeau. Avec les classes moyennes, c'est génial, parce que cela concerne en gros huit Français sur dix ! S'agit-il une façon de critiquer le bilan de François Hollande ? En creux forcement ! Chaque candidat affirme être le candidat du pouvoir d'achat : François Hollande avait fait le coup, Nicolas Sarkozy avait fait le coup aussi, mais le pouvoir d'achat dépend des gains de productivité. On ne peut pas redistribuer si on ne gagne pas, et les gains de productivité sont très faibles en Occident, et en particulier en Europe, et en particulier en France. Cela demanderait des réformes structurelles ou encore monétaires pour financer les réformes structurelles par une dévaluation comme l'avait fait De Gaulle avec Jacques Rueff en 1959. On ferait alors un programme de cent jours à la Fillon financé par une forme de réforme monétaire. Mais comme on n'a plus de monnaie et que l'on ne veut pas embêter la BCE chez Macron, on fait des réformes à sec.

Et comme on est chez Macron, on ne veut pas vraiment faire des réformes à sec, donc on parle de pouvoir d'achat et on prépare des petites réformettes. C'est un peu la définition de la deuxième phase du hollandisme, celle des années Valls-Macron.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 05/04/2017 - 08:28 - Signaler un abus Les mêmes économistes ?

    Donc à éviter ! Ils ont fait leurs preuves !!

  • Par jc0206 - 05/04/2017 - 09:50 - Signaler un abus Mes mêmes économistes

    Produiront évidemment les mêmes effets ! Votez Macron, vous aurez du Hollande !

  • Par vangog - 05/04/2017 - 10:05 - Signaler un abus On prend la même grande famille d'incapables...

    et on recommence les conneries! La France tourne en rond, comme manipulée par un pervers narcissique de grande envergure et de grande famille...hé, France! Libère-toi de tes chaînes, car tu es au bord du précipice gauchiste et ces navets d'économistes gauchistes t'y entraînent en souriant...

  • Par Stargate53 - 05/04/2017 - 10:48 - Signaler un abus Non merci

    Oui messieurs les économistes, (du moins les mêmes qu'en 2012), vous pouvez ranger vos conseils et soutiens, nous avons compris votre inutilité depuis que vous avez soutenu F Hollande en 2012. Et les résultats sont une France en malaise profond alors restez dans votre monde de non-science et pour vos amphis svp. Ne vous mêlez plus d'élection surtout si vous êtes de gauche ! Assez de mauvais conseils !!

  • Par PLATYPUS - 05/04/2017 - 11:19 - Signaler un abus C'est vrai

    Hollande a tout réussi ! même ne pas se représenter, une première !,

  • Par filc - 05/04/2017 - 11:28 - Signaler un abus Vraiment NON - Pas ceux-la

    5 ans après, tout le monde peut constater où nous en sommes. Ca suffit !!! Tous sauf Macron ! Hollande bis

  • Par Liberdom - 05/04/2017 - 13:22 - Signaler un abus L'appel des nuls

    après Hollande, Macron : tout cette clique de chercheurs fonctionnaires du CNRS qui n'ont jamais rien trouvé que les moyens de remplir leurs poches avec leur emploi fictif appellent à voter pour leur copain Macron. C'est triste.

  • Par Pourquoi-pas31 - 05/04/2017 - 19:21 - Signaler un abus C'est bien connu

    l'economiste est tres compétent pour expliquer pourquoi le systeme n'a pas fonctionné comme prévu. Pour le futur, il vaut mieux consulter madame Soleil.

  • Par alam - 05/04/2017 - 22:33 - Signaler un abus Macron piège à c....

    Ce Macron nous prend vraiment pour des imbéciles. Avec son air angélique, il débite des platitudes à longueur de discours. Qui avec un minimum de bon sens peut le prendre au sérieux? Les journalistes l ' adulent. Pourquoi?

  • Par PLATYPUS - 06/04/2017 - 12:04 - Signaler un abus qui est

    ce" lou rav"i ???

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mathieu Mucherie

Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€