Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les APL ou la preuve que la France ne peut pas être réformée (et qu'Emmanuel Macron gâche son capital politique à vitesse grand V en manquant d'ambition)

Le gouvernement En Marche ne semble pas être en mesure de réussir à construire un consensus autour de la réforme des APL. Serait-il finalement impossible de réformer la France ?

Manque d'ambition

Publié le
Les APL ou la preuve que la France ne peut pas être réformée (et qu'Emmanuel Macron gâche son capital politique à vitesse grand V en manquant d'ambition)

Atlantico : Est-ce que l'épisode des APL n'est pas la énième preuve qu'il est quasi impossible de réformer la France ?

Éric Verhaeghe : Il est toujours difficile de baisser des prestations, surtout celles qui sont accordées de façon généreuse. Sur le fond, on peut quand même considérer que le gouvernement n'a pas mis toutes les chances de son côté dans ce dossier. L'information sur la baisse des allocations a transpercé sous forme de "fuite". Elle a ensuite été confirmée par le gouvernement sans la moindre explication. Le procédé est curieux. L'équipe au pouvoir ne peut pas ignorer le coût politique marginal d'une baisse de ce genre, sauf à ne rien comprendre à l'état d'esprit du pays (ce qui est au demeurant possible).

Autrement dit, que vous baissiez les cotisations de cinq euros ou de cinquante euros, vous payez de toute façon le prix de l'impopularité. Quand on songe que la mesure en question rapportera à peine 400 millions en année pleine sur une dépense de 20 milliards, on peut se demander quel est le bon sens politique de la mesure: petites économies, défaut total d'explication, impopularité maximale! tout cela est absurde. Il me semble que bien expliquée, la mesure serait passée plus facilement. 

Erwan Le Noan : Je ne crois pas que la France soit plus rétive au changement que les autres pays. Son problème est que la puissance publique a multiplié les rentes de toutes sortes (statuts des fonctionnaires, distribution de subventions, etc.) : à force de tout figer, plus personne n’a intérêt à faire bouger les choses.

C’est dans ce contexte rigide qu’il faut analyser les débuts d’Emmanuel Macron. Pour réformer efficacement, il faut probablement avoir clairement expliqué avant son élection deux points : (1) quel constat on fait et (2) quelles réformes on veut mettre en œuvre. Or, Emmanuel Macron n’a jamais ni l’un ni l’autre. Il n’a d’abord jamais fait le constat clair qu’il y avait un problème avec la dépense publique (au contraire, il s’est inscrit en opposant à François Fillon qu’on accusait de vouloir faire des « purges »). Il n’a ensuite jamais expliqué clairement comment il voulait baisser la dépense publique. Les électeurs ont voté pour lui en partie parce qu’il semblait promettre la réforme sans douleur. Mais cela n’existe pas ; et on s’en aperçoit aujourd’hui.

 

À force de "petites mesures", Emmanuel Macron n'est-il pas en train de gâcher son capital politique pourtant considérable ?

Erwan Le Noan : Emmanuel Macron a bénéficié depuis son élection d’un crédit politique énorme. Il me semble prématuré de dire qu’il l’aurait gâché ou épuisé. Mais il est certain qu’on pouvait s’attendre à ce qu’il fasse de plus grandes réformes dans les premiers temps de son mandat. Plus de 70 jours  sont passés depuis sa prise de fonction et pourtant, on ne voit toujours pas poindre la moindre réforme structurelle. Le plus révélateur, c’est la dépense publique : rien n’est annoncé de vraiment sérieux et on en vient à se battre pour 5 euros d’APL (aucune vision de l’Etat ne semblant sous-tendre cette logique de rabot). Mais c’est vrai aussi de l’éducation : l’interview récente de Jean-Michel Blanquer, qui est pourtant brillant et excellent connaisseur du sujet, était particulièrement décevante et ne comportait pas le moindre début de réforme structurelle.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Piwai - 25/07/2017 - 11:01 - Signaler un abus Merci pour ces analyses

    Mais nous pouvons tout de même attendre la rentrée, il me semble que les francais attendent beaucoup des futurs "echanges"entre gouvernement et syndicats pour definir si leur vote sert encore a quelquechose... C'est certain qu'en l'absence de fermé sur les reformes majeurs: travail et chomage, le gouvernement risque de subir une tres violente reaction des francais qui habituellement ne decende pas dans la rue...

  • Par corbon1943 - 25/07/2017 - 11:48 - Signaler un abus Egalité sociale

    L APL concerne 6,5 millions de ménages , soit un ménage français sur 5 ; élargissons donc l' ISF à 6,5 millions de ménages ;

  • Par Ganesha - 25/07/2017 - 13:40 - Signaler un abus Personnellement, je l'en crois capable !

    Un peu de patience ! Évidemment, c'est dur de devoir écrire des chroniques quotiennes d'analyse politique en début de mandat, et, encore plus en été. Le gouvernement a été autorisé à préparer ses ordonnances sur la réforme de la Loi du Travail. Nous verrons quel sera le niveau du chômage et des salaires, après six mois d'application. Aux infos de ce midi, on voyait l'épisode particulièrement grotesque de la libéralisation du transport par car. Devant le parlement, Macron promettait 20.000 emplois : il y en a eu 1.500 et les perspectives ne sont pas optimistes. La vraie question, c'est : dans deux ans, confronté à son échec retentissant, Emmanuel Macron aura-t-il le courage et l'audace de créer enfin le ''Revenu Universel'' ? Personnellement, je l'en crois capable !

  • Par vangog - 25/07/2017 - 14:25 - Signaler un abus Je vous avais prévenu!

    Macron ne pourra rien faire, car il n'a pas le courage, ni les reins assez solides pour réaliser de vraies réformes structurelles. Les mesurettes sans avenir du précédent gouvernement continueront, avec la même punition au final pour les Français!

  • Par kelenborn - 25/07/2017 - 14:44 - Signaler un abus ouais

    Je ne sais si Mr Le Noan achete ses lunettes chez AFFLELOU !!! peut être Adriana Sledzikova lui a -t-elle tourné la tête mais je ne vois guère "l'énorme capital politique" qu'avait Macron! Surtout à l'issue du second tour des législatives! Quand on a pas beaucoup de sous faut pas les gaspiller!!! Mais non seulemnt il craque tout mais c'est en plus strass et paillettes. Ce type est immature et ça va mal se terminer pour lui !!! La hollandisation est une ornière dont on ne sort pas et pourtant il a déjà les pieds dedans! Flamby cherchait à faire oublier sa crasseuse nullité en inaugurant tout (même les comices agricoles qu'il devait prendre pour le salon de l'agriculture), en twittant sur la coupe d'Europe, en agitant les mains pour dire "Bonne nuit les petits"! Ben Macroléon est bien parti pour en faire autant!! Manque juste!!! Oui Jupiter en scooter, ce serait marrant!

  • Par gerard JOURDAIN - 25/07/2017 - 18:26 - Signaler un abus c'est malin....

    M Macron est surement un gros malin. en démontrant que de décider de baisser une allocation de 5 euros, le système; "des médias,des politiques, des syndicats, des assos en tous genres, montent comme des malades au créneaux!! il n'aura plus qu'à dire aux français; je vais diriger par décret. et ça passera. je le souhaite pour notre pays. je n'ai pas voté pour ce Président , mais pour l'intérêt des français..;malgré eux, il doit le faire.

  • Par LAMBERT G. - 25/07/2017 - 19:04 - Signaler un abus Des mesurettes pour boucher

    Des mesurettes pour boucher un trou de 9 milliards. Comme le paquet de cigarettes à 10 euros : ce n'est pas pour faire baisser la consommation de tabac hypocritement avancée mais bel et bien pour faire rentrer de l'argent (taxe) dans les caisses de l'état. A côté de ça on augmente les dépenses de la CNAM pour enrichir les laboratoires avec un vaccin à l'aluminium qui va "proteger" des nourrissons au système immunitaire immature contre 11 maladies. Le monde est fou tandis que "les hôpitaux psychiatriques sont remplis de fous géniaux" Dane RHUDYARD.

  • Par ajm - 25/07/2017 - 19:09 - Signaler un abus Être impopulaire pour rien.

    Être impopulaire est une chose mais l'être sans faire de vraies réformes courageuses est particulièrement bête. Il est vrai qu'en France on est moins impopulaire en augmentant des impôts,ce qui consiste tout de même à prendre de l'argent qui appartient à des gens qui l'ont gagné, que de réduire des prestations non contributives, ce qui consiste au contraire à donner de l'argent à des gens qui ne l'ont pas gagné.¥

  • Par Vincennes - 25/07/2017 - 22:55 - Signaler un abus Plutôt que de priver ceux qui ont le droit et besoin de l l'APL

    pourquoi pas faire payer les études menant à l'ENA puisqu'elles sont suivies, en très grande majorité, par des fils/fille BOBO ayant des parents qui ont les moyens de payer les études à leurs "chères têtes blondes" qui, pourtant, font payer la Société pour faire carrière !! là ce serait un grand pas en avant.......et beaucoup d"économies. La encore les "privilégiés" ne sont pas ciblés

  • Par pierre de robion - 25/07/2017 - 23:04 - Signaler un abus Il faut toujours revenir au Bouddha, pas vrai "Ganesh"?

    Le "Père Queuille" avait l'habitude de dire "qu'il n'est pas de problème qu'une absence de solution ne finisse par régler". En effet, Cas N°1:Ou le problème a une solution, et il se réglera, il suffit d'attendre que la solution s'impose. Cas N°2: Ou il n'en a pas, alors pourquoi en chercher? Il suffit là encore d'attendre que les choses évoluent pour arriver à une situation relevant du cas N°1!

  • Par alam - 26/07/2017 - 00:17 - Signaler un abus Trop facile

    M. Verhaeghe contempteur de F. Fillon ,le seul candidat présentant une analyse lucide de la situation pendant la campagne électorale, vous devez assumer vos actes et ne pas critiquer Macron.

  • Par essentimo - 26/07/2017 - 08:15 - Signaler un abus J'ai voté

    Macron par défaut ! A son arrivée, j'ai pensé qu'il pouvait être rationnel voire dur parce que la situation de la France l'exigeait. Je le vois aujourd'hui dictatorial -ce qui serait un moindre mal- si ses décisions et celles de ses ministres correspondaient à "logique et efficacité". Nous nous retrouvons dans le plus complet désordre et lui de s'occuper des enfants défavorisés à l'autre bout du monde quand il y a tant à faire ici. Quant à la rencontre des Syriens, veut-il se montrer à l'international. Ce n'est pas pour cela qu'il a été élu. Il faudrait sans doute revoir la définition du terme à l'origine.

  • Par Anouman - 26/07/2017 - 20:48 - Signaler un abus APL

    Baisser de cinq euros toutes les APL ce n'est pas réformer. C'est ne pas se poser la question de savoir pourquoi quelqu'un ayant un emploi à plein temps ne peut pas payer un loyer sans aide. Ce sont toutes les prestations de la CAF qui sont à revoir, mais ce n'est pas Macron qui va s'atteler à ce chantier. Et je ne vois pas qui , dans le paysage politique s'y attaquerait. Il est plus simple d'augmenter les taxes ou d'en créer de nouvelles.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Erwan Le Noan

Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.

Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été rapporteur de groupes de travail économiques et collabore à plusieurs think tanks. Il enseigne le droit et la macro-économie à Sciences Po (IEP Paris).

Il écrit sur www.toujourspluslibre.com

Twitter : @erwanlenoan

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€