Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 27 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les années passent, l’insatiable appétit de Mme Hidalgo pour la dette demeure

Les finances de la ville de Paris inquiètent : un endettement de plus en plus important mais surtout des dépenses de plus en plus contestables remettent en question la bonne gestion d'Anne Hidalgo.

Boulimie

Publié le
Les années passent, l’insatiable appétit de Mme Hidalgo pour la dette demeure

« Une dette flottante est un navire hypothéqué » écrivait Jean-Charles, humoriste, pointant, sans même pouvoir l’imaginer, la tragédie des finances de la Ville de Paris. À l’aube de l’année 2018, la cité capitale voit, en effet, ses cales budgétaires lentement mais sûrement envahies par les eaux sales de l’endettement. Et c’est dans un silence assourdissant que les capitaines de l’Hôtel de Ville jettent encore et toujours le vaisseau parisien vers les récifs des dépenses à l’efficacité douteuse, des emprunts systématiques & des budgets court-termistes.

Un endettement forcené et exponentiel : un navire à l’avenir hypothéqué

Si en apparence, la Ville de Paris semble insubmersible, se cache une tout autre réalité. Depuis près de 17 ans, en effet, une fuite en avant se poursuit inlassablement : celle de l’endettement. Année après année, budget après budget, le gouffre pélagique de la dette se creuse, étant passé de 1 milliard d’euros, en 2001, à 6, fin 2018. Pire encore, en l’espace d’un demi-mandat seulement, la majorité actuelle a réussi le sinistre & cynique exploit de peu ou prou doubler ce total (3,74 milliards en 2014 contre 6 en 2018) ouvrant dès lors d’inquiétantes perspectives pour l’avenir.

 Face à ces accusations, la Maire de Paris répond que le taux d’endettement de la collectivité est inférieur à celui d’autres grandes villes françaises, comme Lille & Marseille. Soit, l’argument pourrait tel quel être recevable. Or, la question de la dette doit se poser non pas au présent, au regard de l’endettement brut, mais à l’avenir. L’enjeu fondamental ici est celui de la capacité de remboursement. Selon l’estimation de la CRC d’île de France, il faudrait à la collectivité 22 ans afin de résorber son passif, soit bien plus que les 11 et 7 années  nécessaires respectivement à Lille & Marseille et même plus encore que le seuil d’alerte de l’endettement fixé à 12 ans par l’agence Standard & Poors. Il n’y a en conséquence aucun doute permis : la politique budgétaire de l’exécutif est et restera une impasse.

Dès lors, la promesse de ne pas augmenter les impôts ayant été faite – l‘exaspération fiscale ayant déjà atteint son paroxysme – l’exécutif a dû se résoudre à des mesures comptables d’urgence. Perception et comptabilisation en recettes annuelles des loyers demandés aux bailleurs sociaux. Démultiplication des prélèvements indirects et en premier lieu de ceux relatifs au stationnement - les recettes passeront cette année de 130 Millions d’euros à 334… En somme, tandis que gonfle paisiblement la dette, les facteurs d’instabilité s’accumulent et un état de satisfaction béate semble régner dans les bureaux de la Maire de Paris. Le risque existe, le risque est majeur, le risque est inéluctable & le risque pèse sur l’ensemble des parisiens.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gégé Foufou - 16/01/2018 - 08:40 - Signaler un abus Je ne pleure pas sur les pauvres parisiens

    C'est eux les bobos socialos qui l'ont élue (après Delanoë), alors maintenant il faut passer à la caisse et ça va faire mal, très mal....

  • Par Atlante13 - 16/01/2018 - 09:38 - Signaler un abus Elle est socialiste, non?

    les parisiens l'ont élue, grand bien leur fasse, alors qu'ils payent. Et le premier qui me parle encore de solidarité, je cogne.

  • Par Deudeuche - 16/01/2018 - 11:00 - Signaler un abus L’Etat cad les autres Français paieront

    Pour les conneries de Paris. Comme d’hab, Dans l’empire parisien. Pour info la province, “provinciale” désigne le territoire vaincu, qui n’a pas d’autonomie de décision.

  • Par essentimo - 16/01/2018 - 18:08 - Signaler un abus Tout le

    monde 'politique y compris l'Etat" le sait mais personne ne fait rien. Une entreprise serait déjà déclarée en faillite et le patron devant la justice !

  • Par vangog - 16/01/2018 - 21:51 - Signaler un abus Un socialaud-macroniste cherche toujours à être le premier...

    en endettement, s’il n’y parvient pas en chômage...Hidalgomygode cherche à faire mieux que Lille, gérée par une autre socialaud-macroniste...une course en avant vers le gouffre!

  • Par JG - 16/01/2018 - 22:56 - Signaler un abus Je ne vis pas à Paris mais je crains "l'impôt de solidarité"

    En faveur de tous ces connards de gauche parisiens qui ont voté pour elle et je pèse mes mots....

  • Par assougoudrel - 17/01/2018 - 09:27 - Signaler un abus Une taxe "indolore"

    à l'échelon nationale pour sauver les parisiens. Les "ploucs" de province sont bons pour ça.

  • Par ajm - 17/01/2018 - 14:35 - Signaler un abus Ne pas surestimer le vote bobo.

    Tous les Parisiens n'ont pas voté pour Hidalgo et sa clique. En fait, cette dernière n'a obtenu qu' une majorité de voix très , très faible malgré le clientélisme massif et le vote communautariste dans certains arrondissements Le problème c'est la division de la droite et le découpage des circonscriptions qui favorisent la gauche. Le vote " bobo" n'explique pas tout.

  • Par crobard007 - 17/01/2018 - 17:44 - Signaler un abus Paris...

    Ville musée du 19ème siècle qui à son avenir derrière elle. Dette + mauvaise gouvernance + JO.... Qui sauvera Paris ? Le tourisme, le Quatar, ou les bouseux travailleurs et industrieux de province au travers de l’impôt? La réponse est malheureusement évidente

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Dubus

Jérôme Dubus est Conseil de Paris, Porte-Parole du groupe Parisiens Progressistes Constructifs et Indépendants (PPCI), représentant de la Majorité Présidentielle dans le 17ème arrondissement et En Marche ! depuis mars 2017. Un site internet lui est consacré : http://www.jerome-dubus.fr/

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€