Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Angela Merkel sauve sa tête… mais pas forcément sa ligne politique et voilà les conséquences pour l’Europe (et pour Emmanuel Macron)

Le ministre de l'Intérieur allemand Horst Seehofer a annoncé ce dimanche vouloir démissionner à cause du conflit qui l'oppose à Angela Merkel sur la crise migratoire. Finalement, un accord a été trouvé mais la coalition reste fragile et la chancelière allemande est plus fragile que jamais.

Europe

Publié le
Angela Merkel sauve sa tête… mais pas forcément sa ligne politique et voilà les conséquences pour l’Europe (et pour Emmanuel Macron)

 Crédit CHRISTOF STACHE / AFP

Atlantico : Alors que CDU et CSU peinent encore à s'entendre sur la question migratoire - un débat incarné par Angela Merkel et son ministre de l'intérieur Horst Seehofer, cette journée du 2 juillet avait pour objet de tenter une conciliation. Au regard de ces rencontres, comment anticiper la suite des événements ? Angela Merkel est-elle finalement parvenue - comme à son habitude -à désamorcer la crise ? 

Edouard Husson : Angela Merkel reste une redoutable négociatrice et elle a fini, non pas par laisser Seehofer aller au bout de ses menaces de démissionner mais par trouver un accord avec lui. Cepndant, il est frappant de voir comme la Chancelière a perdu l’initiative. L’opinion allemande s’est retournée contre elle, au cours de l’année 2016, non pas par refus de l’accueil de réfugiés; mais parce que la Chancelière ne cessait de répéter “Wir schaffen das”, “Nous allons y arriver” (à intégrer toutes les personnes que nous accueillons) mais qu’elle ne mettait aucun moyen supplémentaire, extraordinaire, à disposition des communes, des associations, des écoles etc....Vous aviez, d’un côté, le dévouement extraordinaire de la société allemande et, en face, le maintien de la limitation des investissements publics et des dépenses extraordinaires, alors que le pays s’est rarement porté mieux économiquement .

Ensuite sont venus peser d’autres facteurs comme l’attitude contre-prductive des médias refusant de parler de l’intégration telle qu’elle se passait réellement, avec son cortège de réussites extraordinaires et d’échec flagrants. Aujourd’hui, la société allemande reste positive sur l’intégration: elle continue à croire que tout se passera bien pouvu qu’on y mette les moyens. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Seehofer a senti le sol se dérober sous ses pieds depuis dimanche: une majorité de l’opinion juge son attitude excessive après ce qui apparaît comme un compromis trouvé à Bruxelles entre Etats européens. Mais Angela Merkel, comme Horst Seehofer sont confrontés à une AfD qui a fait 12% aux dernières élections. A la fois cela ne traduit pas un rejet massif de l’accueil des immigrés mais c’est suffisant pour troubler durablement tout le jeu politique allemand. 

Dans le cas d'une poursuite des tensions entre CDU et CSU, (parti dont le renouvellement est en cours notamment sous l'impulsion de Alexander Dobrindt ) et d'une scission politique entre les deux partis, quelles pourraient en être les conséquences aussi bien du point de vue de la politique intérieure allemande que pour l'Europe ? Le maintien d'une CSU remaniée au sein de la coalition n'est-elle finalement pas plus problématique pour Angela Merkel ? 

Les tensions sont momentanément retombées parce que, même à la CSU, on reproche à Seehofer de vouloir être plus royaliste que le roi. Même les durs en matière de politique d’immigration lui ont demandé de reconnaître que l’on pouvait difficilement refuser l’accord de Bruxelles à partir du moment où Giuseppe Conte et le groupe de Visegrad l’avaient entériné. Il ne faut pas personnaliser à outrance le débat. Nous sommes dans un pays qui ressemble plus à la Grande-Bretagne qu’à la France en matière de force et de discipline des partis. A joué en faveur de la Chancelière le souhait de la CDU et de la CSU d’éviter une crise gouvernementale et d’avoir à affronter de nouvelles élections. Cependant, c’est un sérieux coup de barre à droite qui a été donné, à l’occasion du sommet de Bruxelles et du bras de fer avec Seehofer. Comment le SPD, membre du gouivernement lui aussi va-t-il l’accepter? Il n’aura vraisemblablement pas le choix; mais cela veut dire que la CSU sort renforcée au sein de la grande Coalition; et que la CDU est maîtresse du jeu - sur une ligne à la fois de maintien de la coalition et de durcissement des conditions d’accueil des étrangers. On pourrait dire que les deux perdants au sein du gouvernements sont Madame Merkel elle-même et le SPD; et les deux gagnants sont la CDU et la CSU. Madame Merkel, depuis qu’elle est devenue chancelière en 2005, avait eu tendance à déplacer le centre de gravité de son parti du centre-droit vers le centre-gauche. A présent, le vieil équilibre des forces politiques allemandes semble reprendre ses droits. 

Quels sont encore les risques qui pèsent sur Angela Merkel ? D'un statut d'inamovibilité qui la caractérisait avant les élections de 2017, le tendance politique a pu lui être défavorable depuis lors. Son action actuelle peut-elle permettre de renverser cette tendance ou s'agit-il plutôt d'une tendance plus lourde ? 

ngela Merkel aura du mal à finir son quatrième mandat de chancelière. C’est un peu comme Napoléon durant la campagne de France. Le brio manoeuvrier est toujours là, peut-être même n’a-t-il jamais été aussi affirmé; mais l’environnement est de plus en plus hostile. Ce qui la maintient au pouvoir, c’est la peur du vide, en Allemagne et en Europe. Cependant, plus ou moins ouvertement, en Allemagne comme en Europe, on reproche à Angela Merkel d’être à l’origine de la crise qu’elle s’emploie à contenir: n’est-ce pas son cavalier seul en matière d’ouverture des frontières qui a fait basculer la Grande-Bretagne d’une courte victoire du Remain annoncée par les sondages à une courte victoire du Brexit? N’est-ce pas son absence de concertation avc les partenaires européens sur la politique d’accueil des réfugiés qui a rendu possible des foires d’empoigne comme le récent sommet de Bruxelles? Depuis l’attentat de Berlin de la fin 2016, où l’on vit la Chancelière pour la première fois totalement désemparée face à une caméra, elle a perdu la maîtrise des évenements. Pour autant, aucune autre personnalité politique allemande n’a réussi à incarner, jusqu’à présent, un élément d’alternative crédible. Donc la société allemande et le système partisan gardent Angela Merkel, faute de remplaçant. Comme on disait à la fin de l’ère Schröder, en 2004-2005: “Avec lui, c’est impossible; mais sans lui c’est impossible aussi”. La Chancelière vient d’obtenir un répit jusqu’aux prochaines élections bavaroises, qui ont lieu le 14 octobre 2018. On verra alors si le durcissement de la CSU a porté ses fruits et permet à ce parti de garder sa prépondérance en Bavière. On verra alors qui, de Horst Seehofer ou des partisans du compromis ont eu raison. Pour regagner la majorité absolue en Bavière, la CSU doit faire en sorte de ramener l’AfD largement sous la barre des 10%. 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par guy bernard - 03/07/2018 - 10:58 - Signaler un abus on temporise...

    Angela Merkel temporise jusqu'aux élections d'octobre en Bavière, mais il va de soi que la politique qui suivra sera moins accommodante à notre égard et vis à vis de l’Europe. notre pays, une grèce à peine déguisée, risque de souffrir.

  • Par vangog - 03/07/2018 - 11:06 - Signaler un abus Tout cela ressemble à de l’acharnement thérapeutique...

    pour une UE moribonde...laissons le grand malade s’éteindre tranquillement...

  • Par Podoclaste - 03/07/2018 - 13:01 - Signaler un abus Le sens de l'UE

    Une des différences majeures entre Français et Allemands est l'importance accordée à l'Union européenne. Cela tient à la connaissance théorique et pratique qu'en ont les uns et les autres. Le Brexit fournit aux ignorants un cours de rattrapage assez éloquent. L'Allemagne va donc tenir l'Europe (et donc la France) en vie pour exactement les mêmes raisons que la Chine finance les USA : pour se garder un marché où écouler sa production. Sans copains, pas de business.

  • Par lémire - 03/07/2018 - 14:03 - Signaler un abus Hubris

    Elle semble vraiment croire qu'elle peut façonner l'Europe selon sa volonté, sans aucune limite : elle a gagné face à la Grèce, à la France, mais perdu face au groupe de Visegrad et à l'Italie (le match avec Trump et celui avec le Brexit sont encore en cours). Macron au moins ne croit pas à ses propres affabulations, il fait juste semblant. La carte de la dépense publique, elle peut encore la jouer, mais sachant qu'elle vient de renier ses promesses sur les 2% pour la défense, je ne crois pas qu'elle osera. Elle va finir comme la Mannschaft...

  • Par Tande - 03/07/2018 - 16:15 - Signaler un abus titre décalé

    Le contenu de l'article, malgré une question explicite, ne correspond pas au titre... on n'y parle que de politique intérieure, c'est intéressant, mais décevant par rapport çà l'accroche. L'AfD ne peut que monter, on le verra dès octobre. Quiconque est allé à Munich et a croisé un samedi soir des jeunes de bons milieux (pas des hooligans) habillés de manière traditionnelle et célébrant la Bavière pas loin de la fameuse taverne, peut se douter que la poussée de la droite dure est inévitable. On se serait cru vers 1932...

  • Par ajm - 03/07/2018 - 23:28 - Signaler un abus Rappel historique .

    Il faut arrêter d'assimiler stupidement la Bavière au national-socialisme, cliché résultant de l'origine de Hitler qui était Autrichien à la frontière Allemande, et dont les débuts politiques se situaient, comme on le sait, en Bavière . Quand on regarde la carte électorale de l'Allemagne en 1933, election encore libre, le NASP a obtenu ses scores les plus faibles dans l'Allemagne catholique du sud -ouest. Les régions du centre, de l'est (Berlin), plutôt protestantes , ont voté beaucoup plus pour les nazis. L'électorat catholique du sud- ouest, plus traditionnel et paysan, se méfiait des extrêmes et votait plutôt pour le Centrum, parti conservateur de type democrate chrétien. Évidemment, presque tous les commentateurs , ignares ou malhonnêtes, ou les deux , préfèrent surfer sur les crétineries médiatiques de journalistes analphabètes.

  • Par philippe de commynes - 04/07/2018 - 17:45 - Signaler un abus Nationalisation de la Csu ?

    Les sondeurs prêtent à la Csu, devrait elle sortir de son pré carré bavarois, 18 % des voix, juste derrière la cdu, 22 %.Est ce le début d'un mouvement à la lega, ou Salvini en l'étendant aussi au sud est passé de 4 à 30% ? ou est ce un fantasme de sondeur ?

  • Par Haddock36 - 04/07/2018 - 19:43 - Signaler un abus AfD

    Bien que mon allemand laisse beaucoup à désirer, j'ai suivi la séance du Congrès de l'AfD qui se tenait le weekend dernier. Pas de nuques de taureau ni de hooligans ni de skinheads. Je n'ai vu que des allemands d'âge mur principalement et des classes moyennes. Nos journalistes dont le mot nazi a été sans doute le premier qu'ils ont éjaculé à la naissance, devraient sortir un peu le dimanche.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Edouard Husson

Edouard Husson est historien. Ancien vice-chancelier des universités de Paris, ancien directeur général d'Escp Europe, il a fait ses études à l'Ecole normale supérieure et à Paris Sorbonne, dont il est docteur en Histoire. Edouard Husson a été chercheur à l'Institut für Zeitgeschichte de Munich (1999-2001) et chercheur invité au Center For Advanced Holocaust Studies de Washington (en 2005 et 2006). Il a également été fait docteur honoris causa de l'Académie de Philosophie du Brésil (Rio de Janeiro) pour l'ensemble de ses travaux sur l'histoire de la Shoah.

Il est aussi vice-président de l'université Paris Sciences et Lettres (www.univ-psl.fr)

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€