Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 24 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Angela, Christine, Janet et Hillary… les nouvelles maîtresses du monde : 2016 sera-t-elle l'année de la bascule du pouvoir vers les femmes ?

La journée de la femme de cette année nous permet d'entrevoir la féminisation des postes de pouvoir. Si dans les faits l'identité sexuelle est moins jugée pour laisser place à la compétence, il faut voir dans la présence des femmes à ces positions clés une évolution sociétale importante en Occident.

Dominantes

Publié le - Mis à jour le 11 Mars 2016
Angela, Christine, Janet et Hillary… les nouvelles maîtresses du monde : 2016 sera-t-elle l'année de la bascule du pouvoir vers les femmes ?

Atlantico : La Journée de la Femme millésime 2016 pourrait avoir une saveur toute particulière, si elle était celle de l'année où Hillary Clinton devenait présidente des Etats-Unis, c'est-à-dire la personne la plus puissante du monde. Il y a fort à parier que la chose ne surprendrait pas réellement l'opinion ; on sait que des postes majeurs de l’exécutif occidental sont déjà tenus par des femmes aujourd'hui : Dilma Rousseff au Brésil, Janet Yellen à la FED, Christine Lagarde au FMI ... Qu'est-ce qui explique cette "féminisation", encore difficile à imaginer il y a quelques décennies à peine, de ces très hautes fonctions ?

Comment y sont-elles parvenues ?

Nicole Bacharan : C’est un mouvement très général qui découle tout d’abord d’un accès progressif des femmes à l’éducation et d’années de lutte féministe. Il y a aussi tous les efforts mis en place pour imposer plus de parité. Je ne crois pas que les femmes soient intrinsèquement meilleures dirigeantes que les hommes : certaines le sont, d’autres pas.

Est-on en train de passer un cap symbolique important d'un point de vue historique, comme l'élection de Barack Obama a pu l'être dans un autre registre ?

Il est vrai qu’une présidente des Etats-Unis serait un symbole fort et emblématique, et il me semble que la majorité des Américains accepterait tout à fait l’idée d’avoir une présidente. Je ne sais pas si cette femme est Hillary Clinton, mais viendra un jour une pionnière qui quand elle aura poussé la porte, laissera entrer les autres avec elle. Cette féminisation devient banale. Barack Obama avait passé ce cap ; aujourd’hui il me semble que tout le monde oublie qu’il est noir, et il me semble qu’une femme très influente comme Christine Lagarde n’est plus jugée en tant que femme. C’est une belle et grande femme : cela ne veut donc pas dire qu’elle a perdu sa féminité en route. Mais celle-ci n’est plus ce que tout le monde remarque : aujourd’hui, c’est sa compétence. En ce sens c’est un cap symbolique mais dans les faits, elle est une dirigeante avant d’être une femme aux yeux du public

Ces personnalités ont-elles une pratique du pouvoir spécifique en tant que femmes ? Le fait que ces postes clés soient désormais aux mains de femmes bouleversera-t-il les grands équilibres du monde, ou tout continuera-t-il comme avant ?

J’espère ne pas tomber dans des lieux communs, mais dans mon expérience des femmes dirigeantes, je dirai qu’elles ont une faculté qu’ont moins les hommes d’accepter qu’on les contredise. Quand elles s’aperçoivent qu’elles font fausse route, que les faits sont contre elles, je les trouve beaucoup plus capable d’envisager des alternatives. C’est peut-être lié au fait que la plupart des femmes doivent jongler entre de multiples registres toute la journée (entre vie professionnelle, vie privée, de famille), ou au fait que malgré tout elle reste encore et toujours essentiellement responsable de l’aspect pratique de la vie. C’est difficile à dire, mais je les trouve plus réceptives, plus à même de sortir de la théorie pour se confronter au réel.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Aldebaran45 - 08/03/2016 - 12:38 - Signaler un abus Bemol

    Une suggestion, il faudrait éplucher les statistiques plus en détail avant de suggérer que le célibat de 51% des americaines serait toujours voulu ou même une bonne chose. Les mères célibataires ou divorcées (et leurs enfants) sont aussi très souvent dans des situations de paupérisation, notamment les femmes noires qui vivent très rarement en couple. Les féministes diront certes que mieux vaut pas de mariage qu'un mauvais mariage, mais la facilité avec laquelle on divorce aujourd'hui et la tolérance des naissances hors mariage avantage tout de même beaucoup les hommes volages ou en position dominante (salaire et statut). Il me semble qu'en parlant du célibat comme d'une liberté Mme Bacharan pense peut-être surtout aux femmes issues des CSP supérieures. Ceci dit la progression des femmes aux postes de responsabilité est indéniablement une bonne chose.

  • Par A M A - 08/03/2016 - 16:44 - Signaler un abus Pour .que la France n'aille

    Pour .que la France n'aille pas vers son déclin, le vieil adage du Moyen-Age disait :" il ne faut pas que le Royaume tombe en quenouille". Est-ce valable pour l'Occident d'aujourd'hui, déjà en quenouille sous bien des aspects, alors que les puissance montantes, les Russie, les Chine et autres sont dans les mains d'affreux "machos" nullards. Tenter l'expérience du pouvoir suprême aux femmes est sans doute séduisant si l'on en a le gout de l'aventure, mais n'est-ce pas courir un grand risque, surtout si "femme" veut dire "féminisme". Alors là, c'est perdu d'avance....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicole Bacharan

Nicole Bacharan est historienne et politologue, spécialiste de la société américaine et des relations transatlantiques.
Elle a co-écrit avec Dominique Simonet  "11 septembre le jour du chaos" (Perrin, à paraître le 18 août 2011).

Son prochain livre est Le guide des élections américaines de 2012, co-écrit avec Dominique Simmonet,  à paraître aux éditions Perrin.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€