Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Anciens présidents : le scandale des avantages "hors la loi"

Une fois retraités, nos présidents continuent de bénéficier d'avantages conséquents. Collaborateurs, locaux, indemnités, transports ... autant de privilèges qui ne sont en rien prévus par la loi et la Constitution. Mais en ont-ils réellement besoin ?

J'irai dormir près de chez vous

Publié le
Anciens présidents : le scandale des avantages "hors la loi"

"La Constitution, par ailleurs, prévoit que les anciens présidents siègent à vie au Conseil constitutionnel"

Il est bon que la République traite honorablement ses anciens présidents. Mais qu’elle le fasse dans le cadre de la loi serait mieux encore. Après tout, l’article 34 de notre Constitution donne au Parlement le pouvoir de voter la loi de finances, et il me semble que l’un des grands principes de la République doit être la vigilance des élus du peuple quand il s’agit de dépenser l’argent public. Cet argent – faut-il le rappeler ? – est le nôtre, celui des contribuables. Il est donc légitime d’en critiquer son usage quand il est, littéralement, « hors la loi ».

Car les avantages consentis aux anciens présidents de la République, qui nous coûtent, selon le député de l’Aisne, apparenté PS, René Dosière, « entre 1,5 et 2 millions d’euros par an », ne reposent sur aucun texte juridique.

C’est un courrier privé, écrit le 8 janvier 1985, par Laurent Fabius à Valéry Giscard d’Estaing, sur les instructions du Président François Mitterrand, qui a fondé cette coûteuse coutume.

Le jour même de la passation de pouvoirs entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, nous apprenions que l’ancien président de la République – un homme qui n’a jamais fait preuve de frugalité concernant son salaire, ses déplacements, le budget de l’Elysée ou les aménagements de son nouvel avion - avait loué des bureaux rue de Miromesnil, dans le 8ème arrondissement de Paris. La location de ces bureaux s’élève à une somme, entièrement à la charge de l’Etat, de 180.000 euros par an, soit 15.000 euros par mois (plus de dix smic, établi en janvier 2012 à 1398 euros par mois). L’Etat paiera également les salaires de sept collaborateurs, qui pourront ainsi occuper les 323 m2, répartis en 11 pièces, des locaux de la rue de Miromesnil. La radio Europe1 qui, à ma connaissance, a été le premier média à donner cette information, nous propose le plan des bureaux sur son site web et quelques photographies.

Comme les autres anciens présidents, Nicolas Sarkozy bénéficiera également d’une voiture avec deux chauffeurs, d’une escorte de deux ou trois policiers, tandis que la gendarmerie se chargera de surveiller ses domiciles privés. Il voyagera gratuitement dans les trains de la SNCF, en avion d’Air France ou sur des navires français, dans la meilleure classe existante. Durant ses voyages à l’étranger, il sera accueilli par l’ambassadeur de France et logé dans sa résidence, comme le serait un président en exercice.

La loi devrait se saisir de ce sujet, et à cette occasion, donner un véritable cadre juridique à la situation de nos anciens présidents. A quoi servent-ils exactement ? Faut-il les protéger, et si oui, pourquoi, comment et combien de temps ? Peuvent-ils reprendre une activité, publique ou privée, et dans le même temps continuer à cumuler les salaires et avantages de leurs nouveaux emplois avec ceux, exceptionnels, de leurs anciennes fonctions ? La vérité, c’est qu’on imagine mal un ancien président dans le besoin. Des exemples étrangers (Tony Blair, Bill Clinton, Mikhaïl Gorbatchev, Gerhard Schröder, entre autres) nous montrent que les ex-chefs d’Etat ou de gouvernement, quand ils ont quitté le pouvoir sans être trop vieux, n’ont pas vraiment eu besoin des générosités publiques pour gagner des sommes d’argent considérables. Et s’ils restent au service de l’Etat, comme l’a fait par exemple Valéry Giscard d’Estaing, ces charges publiques supposent généralement un bon salaire, un bureau, un secrétariat, et pour des raisons de sécurité ou de prestige, on peut y ajouter souvent une voiture, un chauffeur et quelques flics. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Alex de M. - 17/05/2012 - 13:06 - Signaler un abus Mesquinerie ou bétise ?

    Un président ne gagne plus qu'un petit cadre dirigeant, 10 fois moins qu'un footballeur de base, 20 moins qu'un patron d'une boite cotée, 50 fois moins qu'une "STAR" très quelconque, en ayant des responsabilités sans commune mesure. Mais qu'elle médiocrité intellecturelle et morale faut il pour imaginer les rabaisser systématiquement au niveau des plus médiocres ??? Au fou furieux ! Alors si ils ont une toute petite rémunération différée par quelques avantage ultérieurs, f..ez leur la paix ! M^me pour un holla

  • Par Mamounette - 17/05/2012 - 14:05 - Signaler un abus Pourquoi ?

    Personne ne disait rien tant qu'il s'agissait de Giscard, Mitterrand ou Chirac. Les veuves Pompidou et Mitterrand ont percu la moitié de la "retraite" et ont continué à bénéficier de certaines largesses de la République. Maintenant il s'agit de Nicolas Sarkosi Enfer et damnation !!! la mesquinerie pousse le bouchon très loin. La question : depuis 1986, que date ces privilèges attachés à la fonction présidentielle, pour quoi n'a -t-on jamais rien dit ? Pourquoi certains veulent -ils remettre en question ce statut d'ancien président ? Ce texte donne l'impression de viser Sarkosi et de ce fait l'antisarkozysme primaire continu. Le Conseil des Ministres va enteriner la baisse des indemnités du président et des ministres, c'est vraiment une mesure populiste car l'économie réalisée est négligeable, la mesure aurait une autre allure si Pays Bas était revenu au temps de Chirac soit 7 000 €, il garde une partie de l'augmentation" scandaleuse". De plus l'écomonie sera moindre les ministtres sont plus nombreux !!! Et les indemnités des députés et sénateurs, personne n'en parle il serait peut-être temps de les diminuer, quand la Droite populaire à proposé une baisse de 5% la Gauche a refusé

  • Par guigou - 17/05/2012 - 14:10 - Signaler un abus La France est une monarchie républicaine, laïque et catholique

    Dans les manuels d'Histoire et dans le grand fantasme collectif, la France est une belle république laïque et fière, mais elle reste empêtrée dans une aura monarchique et catholique. On est laïque, mais plutôt catholique... On est une république, mais le vote ne sert qu'à donner les pleins pouvoirs à un seul homme ou presque... Une fois revenu à sa vie d'avant, le président redevient un homme lambda, avec des indemnités et des frais de 1.5millions d'euros par an...

  • Par jesuismoi - 17/05/2012 - 14:33 - Signaler un abus Monsieur Faure

    A partir du moment ou vous re-mettez ce sujet sur le tapis, en réalité plus pour enquiquiner NS que par souci d'économie réelle, il serait bon de parler de tous les autres salaires de nos élus (à tous niveaux). J'attends donc votre prochain article. Ce terrain est compliqué, car l' "économiquement correct" imposera de voir tous les comptes de la Nation et les exposer en place publique. -" Je veux savoir en détail ou va mon argent !" Si l'on décrète ce principe, je désirerai connaitre les montants alloués par l'Etat à ma Région, ce qui est utilisé, et comment... ce qu'il reste en fin d'exercice, et surtout ce qui est distribué à certains en fin d'année.... car il ne faut pas risquer un budget plus réduit pour l'année suivante. Gabegie ! Ceci pour les Régions, toutes à Gauche, mais aussi pour les Conseils Généraux, les VIlles, les Communautés Urbaines, les Collèges, les Lycées,...... Ca va loin, hein, ce petit jeu ? En attendant, NS a rendu visible dès 2007 les dépenses de l'appareil d'Etat, ce que personne d'autre n'avait osé faire.... et le gouvernement actuel ajoute au bas mot 34 salaires 'à vie' à la charge de l'Etat. La campagne a occulté ce sujet, bizarre ?

  • Par Benvoyons - 17/05/2012 - 14:44 - Signaler un abus Michel Faure :merci de nous fournir votre papier de 1985 contre

    la mise en place par Mitterrand et Fabius des avantages pour les anciens Présidents. Si vous êtes un honnête journaliste vous en avez forcément fait un non?

  • Par LouisArmandCremet - 17/05/2012 - 16:47 - Signaler un abus Méconnaissance...

    " Peut-on statuer, quand on est à la fois membre du Conseil et avocat, sur la constitutionalité d’une loi qui peut avoir été voilée par l’un de vos clients ?" Cette phrase implique une méconnaissance (volontaire au non) du statut d'avocat. Afin de clarifier les choses, cette profession regroupe à la fois les avocats plaidants (dont les clients sont susceptibles d'avoir violé la loi) et les avocats conseils (dont les clients veulent s'assurer qu'ils ne violent pas la loi). Nicolas Sarkozy appartenait avant de faire de la politique, à la seconde catégorie. Ceux si s'adressent principalement aux entreprises, et assurent justement leur rôle de conseil pour permettre au client de rester dans le champ d'action prévu par la loi... En faisant mime d'ignorer cette particularité, M Faure fait ou preuve de méconnaissance du sujet ou de mauvaise fois !

  • Par Jean-Francois Morf - 17/05/2012 - 19:59 - Signaler un abus "Nouvelle noblesse nantie" = anciens présidents!

    La "nouvelle noblesse" se sucre en endettant toujours plus les pays! Les Téra $ des Rothschild, Rockefeller, et des anciens chefs d'Etats restent totalement cachés dans la "Bank of England Nominee Limited", où leurs comptes sont tellement secret, que même Forbes n'arrive rien à évaluer! (Dans les registres d'actionnaires apparait uniquement Bank of England, et seule la Bank of England sait qui possède les Téra $ en titres divers). Ainsi, les billionnaires peuvent manipuler les marchés avec leurs Téra $: personne ne sait où sont leurs intérêt cachés! Imaginez que Bush et Blair aient eu des actions dans l'armement et le pétrole: vous comprendriez mieux pourquoi ils ont attaqué l'Irak par 2 fois! Rothschild, Rockefeller, Abdallah, Ben Ali, Mubarak, Gaddafi, Assad, Muhammed 6, Khamenei, Suharto, etc, peuvent donc dormir sur leurs 2 oreilles: jamais ils n'apparaîtront sur la liste Forbes des Giga $!

  • Par marco17 - 17/05/2012 - 21:55 - Signaler un abus jack pot

    ministre qlq semaines et hop remunere a vie idem pour tous les corps elus.et que dire de la baisse de revenu du nouveau roi quand meme une hausse de 45 pour cent par rapport au debuut du mandat de sarko mais,curieusement ça ne gene pas les medias.a quand une remuneration liee a des resultats tangibles et quantifiables comme dans nos vraies vies quoi!!......tu parles d'une exemplarite mdr

  • Par LouisArmandCremet - 18/05/2012 - 02:36 - Signaler un abus @Jean-Francois Morf

    Les classements manquent en effet quelques fortunes (que je connais mais que je ne pas citer car je suis soumis au secret bancaire) mais pas celles que vous citez. M&fiez vous des "on dit" et des suppositions lancées sans rien de solide. Les fortunes ne sont pas forcément où on les croit. "Pour vivre heureux, vivons cachés" !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Faure

Michel Faure est journaliste, écrivain et traducteur.

 
Il est vice-président du Mouvement des Libéraux de Gauche (MLG).
 
Il est l'auteur, entre autres, de Au coeur de l'Espoir (Robert Laffont / avril 2012), co-écrit avec le Dr Eric Cheysson.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€