Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 21 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les ambiguïtés de la relation Macron Poutine

Les relations qui semblent s’instaurer entre le nouveau président Macron et son homologue Poutine, quoiqu’elles marquent un progrès par rapport au temps de Hollande, restent marquées du sceau de l’ambiguïté.

Ambigu

Publié le
Les ambiguïtés de la relation Macron Poutine

On pouvait craindre  le pire : la liste des soutiens de Macron ressemblait  furieusement à un comité anti-Poutine ; rien dans les idées du nouveau présidentqui laissâtespérer unchangement par rapport à la ligne Hollande.

Une ouverture aux effets mitigés

L’invitationlancée au président russe à  venir célébrer le 300e anniversaire de la visiteà Versailles du tsar Pierre le Grand a été à cetégardune heureuse surprise - dont la genèseexacte reste  à éclaircir. Elle a failli être gâchée par l’arrogance du nouveau président français lors  l’entretien bilatéral où  les leçons de démocratie alternaient, dit-on,  avec les accusations touchant  les questions de l’Ukraine et de la Syrie.  Macron ne semblait pas  s’être libéré de la doxa otanienneselon laquelle Poutine  est un  dictateur et un agresseur et  les dirigeants de l’OTAN des démocrates et   des défenseurs du droit, un point de vue qui ne tient évidemment pas compte du fait que la grande majorité des violations du droitinternationaldepuis 20 ans  ont été  commises par l’Occident, ni que la disqualification  judicaire de concurrents   n’est pas le propre de la Russie.

Mal venue  aussi ont paru, lors de la conférence de presse conjointe les critiques de Macron contre  les deux médias  sous  influence russe, RT et Radio-Spoutnik, dont 98% des Français ignoraient l’existence. Ils auraient  colporté pendant la campagne des bruits sur son homosexualité…Une rencontre de ce niveau était-elle bien le lieu pour une  telle mise en cause ? Gage sans conséquence à la camarilla antirusse qui l’a porté au pouvoir ?

Rappelons aussi que la France participe aux prochaines manœuvres de l’OTAN aux frontières de la Russie ( imaginons que la Russie organise des manœuvres « défensives » au nord du Mexique !)  .

Il semble cependant que , malgréces accrocs,  les points de vue des partenaires se soient rapprochés. Qu’ils soient    tombés   d’accord pour  dire que leur ennemi commun était le terrorisme islamiste n‘est pas une révolution  : tout le monde en convient  depuis longtemps même ceux qui le soutiennent en douce.  Sur  l’Ukraine,  chacun reste sur ses positions  . Sur la Syrieen revanche, Macronsembleavoirrenoncé à faire du retrait du président Bachar el Assad une condition  préalable au retour à la  paix. Cette exigence maintenue par Obama et Hollande, et même,par intermittence,par Trump, constituait  non seulement une entorse  au principe de non – ingérence mais un blocage absolu au processus de  paix ,  les Russes n’étant  pas prêts  à lâcherAssad, au moins sous la pression  occidentale.

Une ligne encore incertaine

Il reste cependant bien des ambiguïtésdans la position de Macron  : il vient de  s’ associer à Trump pour menacer la Syrie d’une interventionmilitaireen cas de nouvelle utilisation d’armeschimiques. Or les prétendus recours aux  armes chimiques par Assad se sont  avérés  chaque fois des  provocationsde ses adversaires destinées à le discréditer. Elles visent  aussi à offrir un alibià  une interventionmilitaire, destinée à empêcher  l’Etat syrien de consolider sa  position et donc à  faire obstacle au retour de  la paix. Il y a   tout lieu d’être inquiet de cette déclaration.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par von straffenberg - 29/06/2017 - 09:32 - Signaler un abus Macron Poutine

    Macron a fait l'erreur de vouloir s'imposer par la communication face à un fin politicien qui à mon avis - et cela n'engage que moi - dépasse intellectuellement beaucoup de décideurs politiques occidentaux .Il eut été préférable de recréer les conditions d'un vrai dialogue ainsi que des relations fortes dont nous avons tant besoin sans pour autant négliger l'oncle Sam Bien mal en a pris à notre Président puisque Poutine a recadré habilement Macron quelques temps après ,fait discrètement passé sous silence dans la majorité des médias .

  • Par cloette - 29/06/2017 - 10:30 - Signaler un abus Gros sabots

    Cela n'est pas étonnant , la stratégie habituelle cousue de fil blanc continue . Malheureusement pour lui, Poutine n'est pas aussi manipulable que les 24 % d'èlecteurs macroniens .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes ainsi que de L'actualité du Gaullisme, Les hauteurs béantes de l'Europe, Les nouveaux féodaux, Gnose et gnostiques des origines à nos jours.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€