Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 04 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’amateurisme de François Hollande sanctionné à Paris comme à Berlin

Alors que le Conseil constitutionnel vient de retoquer une des mesures phares du Pacte de responsabilité, la chancelière allemande Angela Merkel n’a pas même pas daigné répondre directement à la complainte française assurant que l’Allemagne était responsable de la faiblesse de la croissance en Europe.

Éditorial

Publié le
L’amateurisme de François Hollande sanctionné à Paris comme à Berlin

François Hollande. Crédit REUTERS/Benoit Tessier

Pas de trêve estivale pour François Hollande : dans son exil provisoire à la Lanterne, dans le parc de Versailles, et entre deux commémorations sur la grande guerre de 1914, il peut méditer sur le cafouillage de la politique française. Le Conseil constitutionnel vient une fois de plus, en retoquant une des mesures phares du Pacte de responsabilité concernant le volet social de mettre en cause la mauvaise pratique du pouvoir à jouer avec une des règles fondamentales en matière de fiscalité pour des raisons de basse politique intérieure.

Les Sages rappellent une fois de plus que le gouvernement revient sans cesse à la charge pour tourner les principes réaffirmés régulièrement par le Conseil, en raison de son obsession d’être accusé par sa gauche de favoriser les riches, si ces derniers venaient à bénéficier comme les plus modestes d’un abaissement  de la fiscalité. Pour maintenir l’équilibre précaire entre les fractions de sa majorité et les courants du PS, les sorciers de Bercy sont en effet appelés régulièrement à inventer de nouveaux stratagèmes susceptibles d’être à leur tour censurés et conduisant à un bricolage fiscal d’autant plus insupportable que les règles sont sans cesse modifiées.

Mais le second camouflet enregistré en une semaine par François Hollande est beaucoup plus humiliant parce qu’il émane d’Angela Merkel. Celle-ci n’a pas daigné répondre directement à la complainte française assurant que l’Allemagne, par sa fermeté, était responsable de la faiblesse de la croissance en Europe. Elle a chargé son porte-parole de préciser qu’il n’était nullement question pour Berlin d’apporter le moindre changement à une politique qui porte ses fruits outre-Rhin, alors que certains de ses partenaires manquent cruellement  de courage pour engager les réformes nécessaires à leur redressement. A la France de commencer par régler ses propres affaires et surtout de tenir les engagements pris depuis des années, sans cesse remis en cause en raison de l’absence de résultats. On est désabusé du côté allemand, car on sait bien que la démarche française est d’abord le signal que Paris va demander de nouveaux délais pour ramener sa dette dans les limites des 3% prévues par Bruxelles. Mais on ne veut pas faire un chèque en blanc à un gouvernement qui a perdu toute crédibilité, alors que la cote de popularité du Premier ministre s’effiloche pour glisser progressivement au niveau de celle du président.

La rentrée toute proche s’annonce particulièrement délicate, car le dispositif fiscal est en partie mis en pièces par le Conseil constitutionnel, alors que la moitié des économies annoncées dans le Pacte de responsabilité ne sont toujours pas précisées. Le pouvoir parle toujours de réformes, mais on sent bien qu’au niveau des différentes professions et lobbies de tous ordres, la résistance s’organise à tout changement, car l’idée qu’il puisse y avoir des gagnants et surtout des perdants est insupportable à la majorité de l’opinion. C’est ce qui justifie le slogan de François Hollande de vouloir calmer le jeu, en appliquant la vielle recette issue des moments les plus sombres de la Quatrième république selon laquelle "il n’y a pas de problème qu’une absence de solution ne puisse résoudre".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lexxis - 08/08/2014 - 14:59 - Signaler un abus LE DROIT IMPRESCRIPTIBLE À L'IGNORANCE!

    L'amateurisme est un grief bien faible, même aux yeux du Conseil Constitutionnel qui , bien que récemment renforcé à gauche, commence à voir dans les dérapages successifs du Président et de son équipe une sorte de provocation. En tous les cas en tant que contribuable, on ne peut que féliciter le Président, son Premier Ministre, le reste du Gouvernement et leurs nombreux et onéreux conseillers, l'ensemble des services ministériels le Parlement tout entier avec en tête les éminents Présidents de ses deux Chambres pour tout l'argent gaspillé dans ces palinodies, qui discrédite ceux qui s'y prêtent et appauvrissent ceux qui les financent à leur corps défendant. On a fait Sciences Po, on a fait l'ENA, on a des conseillers qui appartiennent ou ont appartenu au plus hautes juridictions administratives et on est toujours pas capable de faire le moindre texte ou presque sans encourir la censure. Tous ces gens-là ont beaucoup de chances de travailler dans le secteur public, ailleurs ce serait Pôle emploi et vite! Apparemment chez eux et à l'inverse du citoyen lambda, nul n'est censé connaître la loi

  • Par lexxis - 08/08/2014 - 15:29 - Signaler un abus CHERCHE DEUX OU TROIS CONSTITUTIONNALISTES SERIEUX...

    Le Monde dans le blog qu'il publie à propos de cette censure précise que le Conseil d'Etat lui-même aurait été consulté sur le projet, sans formuler la moindre réserve. On avait bien observé déjà que depuis quelque temps le Palais-Royal avait pris un certain nombre de libertés avec la Constitution, mais on ne pensait pas que cela irait jusqu'à la laisser piétiner de gaité de coeur par des hurluberlus irresponsables. Pourtant la règle est simple, les inégalités que l'on peut distiller à longueur de lois scélérates en fiscalité, on ne peut les injecter de force dans les cotisations sociales qui reposent sur un double fondement d'universalité et d'égalité. Décidément, même s'il a fait de brillantes études à Sciences Po, à l'ENA et à HEC, "Moi, Président,je" est toujours aussi nul en droit constitutionnel, non seulement parce qu'il ne connaît pas les textes, qu'il n'a pas mis à profit les deux premières années de son mandat pour combler cette lacune, mais aussi parce qu'il n'a pas trouvé le moyen de s'entourer de deux ou trois constitutionnalistes de bonne pointure qui lui auraient évité l'humiliation récurrente de censures à répétition. Errare humanum est, perseverare hollandicum

  • Par sheldon - 08/08/2014 - 17:10 - Signaler un abus Aux US les Républicains mettraient en marche l' impeachment !

    Mais la droite est occupée à d'autres "conneries" !

  • Par Benino - 08/08/2014 - 17:51 - Signaler un abus Poet Poet est il Sapeur Camembert ou docteur Diafoirus ?

    Les 2 mon capitaine ! Il ne sait rien faire disait de lui Dame Secotine. Il n'a jamais travaille...Tartine d'Arabie qui le déteste l'avait qualifie de Feignant, ce qui lui va bien. Un petit pois selon Bafius. Ce Zigou Zag d'opérette sait quand même faire quelque chose : Diviser les francais et faire rigoler la planète.

  • Par vangog - 08/08/2014 - 18:54 - Signaler un abus a-t-on verifié tous les diplômes des brêles gouvernementales?

    En cas de réponse négative, revérifier les CVs de A à Z!...

  • Par assougoudrel - 08/08/2014 - 20:13 - Signaler un abus Je n'appele pas ça amateur

    Il y a des amateurs qui apprenent vite. J'ai connu des jeunes officiers qui, sortant des écoles nous disaient discrètement: "je sors d'école, remplis de théories. Si j'amais vous voyez que je risque de faire une connerie, discrètement, dites-le-moi". En moins de deux, cet homme intelligent devenait très bon, aidé et aimé de tous. L'arrogant qui faisait péter son grade se faisant rembarrer par les vieux Sous-off qui lui disaient: mon lieutenant, j'ai plus de jours d'arrêt que vous n'aviez d'armée. Vous étiez dans votre baby-relax que j'avais déja l'arme sur l'épaule". Le pygmé de Tulle est dans le deuxième cas. Arrogant, bien qu'entouré de conseillers et spécialistes (qui nous coûtent cher), il ne les écoutent pas, ne fait qu'à sa tête. Un égo, un orgueuil sans pareil, entouré d'un ramassis de "traine ton cul par terre", tel des chiens qui ont des vers. Ce genre de personnage ne s'améliora jamais. C'est un nul, un mauvais, un "restant de la colère de Dieu". J'ai peur d'une chose. A l'armée on a connu des chefs tellement nuls, qu'on se disait vivement 2 ans qu'on ait un autre. Seulement, le suivant était pire, et on regrétait l'archi nul d'avant. Espérons que ce ne sera pas le cas.

  • Par sheldon - 08/08/2014 - 20:50 - Signaler un abus @assougoudrel: St Cyr ce n'est ni Sciences Po, ni l' ENA !

    Un énarque qui a fait HEC (à l'époque c'était 1 année de prépa) se croit "intelligent", et quand il est de gauche (comme beaucoup) il est d'autant plus intelligent qu'il fréquente ce qu'ils appellent des "intellectuels" : pour eux ça veut dire fort en blabla qui se veut intelligent dans les disciplines qui ne touchent surtout la science, les entreprises, les gens qui travaillent (eux ils ne s'occupent que des assistés au RMI/RSA, etc, etc). Quant au remplaçant mis à part Le Pen, Mélanchon, Eva Joly, Besancenot, on aurait du mal à trouver pire !

  • Par Orchidee31 - 08/08/2014 - 22:10 - Signaler un abus Bonsoir Lexxis

    Très bonne analyse - Cordialement

  • Par borissm - 09/08/2014 - 08:15 - Signaler un abus @ Lexxis

    Bonjour Lexxis. Votre analyse est claire, aussi bien sur la forme (bravo pour la fluidité de l'expression et la justesse du vocabulaire -- si tout le monde pouvait en faire autant) que, malheureusement, sur le fond. Mais y a-t-il une solution à tout cela ? Jusqu'à il y a peu, je pensais que la France -- qui est le seul pays au monde à avoir l'immense chance d'être peuplé de Français -- s'en sortirait toujours, même si ce serait passablement abîmée, sinon meurtrie et blessée. Maintenant, je commence sérieusement à douter. Franchement, voyez-vous quelque part dans le paysage politique français une relève susceptible d'assumer ? Bien à vous, Lexxis, et bon courage.

  • Par Ange-Baroudeur - 09/08/2014 - 10:39 - Signaler un abus Amateurisme ?

    Amateurisme, ce mot me gène. Il y a des amateurs éclairés, intelligents et incroyablement doués... Hollande est exactement le contraire, c'est un professionnel de la politique, pas un amateur, mais, sa caractéristique principale c'est l'Incompétence !! C'est un professionnel incompétent . Cela dit, ce n'est pas lui qui rédige la Lettre des lois qu'il propose, ce qui est encore plus déplorable c'est que les "spécialistes" qui l'entourent ne sont pas plus compétents tout cela est consternant.

  • Par l'enclume - 09/08/2014 - 11:21 - Signaler un abus En voila une idée qu'elle est mauvaise

    sheldon - 08/08/2014 - 17:10 Pour le moment, c'est vous qui dites de conneries, en France seul le président de la République peut annoncer sa démission. et, personne ne peut l'y obliger.

  • Par winnie - 10/08/2014 - 07:36 - Signaler un abus Alors!

    Quelle nouvelle anerie vient donc de faire notre IMPOSTEUR? ah, il voulait faire la lecon a Angela? Maman Angela lui a mis la fessee et la envoyer au coin avec le bonnet d ane,

  • Par EUROPE - 10/08/2014 - 08:39 - Signaler un abus Le chef et sa bande

    Le président normal et ses conseillers normaux car énarques, un seul mot peut les qualifier: décontraction (des neurones)

  • Par MEPHISTO - 10/08/2014 - 18:03 - Signaler un abus Le peuple peut défaire ce qu 'il a conçu

    Il serait de bon augure d 'introduire dans la constitution FRANCAISE , un " rappel devant l 'électorat " à mi-mandat présidentiel , en cas d 'absences de résultats économiques , par tout d 'abord une dissolution de l 'assemblée nationale, à la demande de l 'opposition ou des partis politiques ayant obtenus 10 % ou plus des bulletins de vote. et la nouvelle majorité parlementaire serait en droit d 'exiger que le chef de l 'état soit soumis au référendum d 'initiative populaire , concernant son mandat en cours .cette pratique institutionnelle existe aux USA , elle est effectivement appellée impeachment , mais elle est à l 'attention des gouverneurs de républiques , quand la situation économique l 'état se dégrade et que le chômage s' accentue ...le président fédéral ne peut être destitué que pour fraudes de toute nature , faux-témoignages, atteintes aux libertés publiques et individuelles ou trahison envers la nation ect...ect... mais on devrait aussi appliquer ce recours en FRANCE , sous conditions bien précises parce qu 'il ne faudrait pas retomber dans les travers de la quatrième république

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Garibal

Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€