Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

La mission impossible
de François Hollande :
amadouer les marchés sans
renier ses promesses électorales

Le Président de la République pourra-t-il appliquer les mesures de son programme alors que la crise exige une réduction des dépenses publiques ?

EDITORIAL

Publié le

L’environnement économique s’annonce délétère. Selon un rituel bien établi, le sommet de Rio a prononcé les antiennes rituelles sur la croissance, le développement durable et autres figures imposées, mais sans décisions concrètes. Les pays émergents continuent de soupçonner les nations riches de vouloir freiner leur développement au nom du sauvetage de la planète, mais en réalité pour diminuer la concurrence qu’elles  subissent de leur part. L’Europe continue d’être accusée de tous les maux, au moment où l’économie américaine trébuche, alors que la reprise ne parvient pas à s’installer malgré les injections massives de liquidités.  Les élections grecques n’ont pas  apporté la clarté qui aurait été nécessaire. La situation bancaire espagnole demeure critique : les taux d’intérêt atteignent un niveau record qui relancent la crainte d’un effet de contagion sur les Etats voisins.

Quinze grandes banques européennes viennent d’être dégradées par l’agence de notation Moody’s, ce qui va contribuer à renchérir leurs prêts aux particuliers. L’Allemagne commence à son tour à être touchée par le ralentissement de la conjoncture.

Les atermoiements des politiques, l’impression que le monde est livré à lui-même, malgré la multiplication des réunions des dirigeants, continuent de faire prévaloir une situation chaotique sur les marchés avec une volatilité extrême et la crainte d’un effondrement des bourses...

Dans ce contexte, le gouvernement français marche sur des œufs.  Les cadeaux prodigués récemment par le gouvernement comme le retour partiel à la retraite à 60 ans le placent dans le collimateur de la spéculation. Au moindre faux pas supplémentaire, celle-ci pourrait se déchaîner. Pour montrer qu’il a compris le message, deux signaux viennent d’être donnés par le gouvernement : le coup de pouce au Smic annoncé à son de trompe pendant la campagne prendra une forme minimaliste, de l’ordre de 2%, c’est-à-dire bien au-dessous de ce que réclament les syndicats. Par ailleurs, une réduction du nombre des fonctionnaires est bel et bien dans les tuyaux, les démentis officiels étant là pour la façade.

De toute manière, il faudra aller plus loin, car l’objectif de ralentissement du déficit pour cette année risque d’être remis en cause : les impôts rentrent moins bien en raison de la conjoncture tandis que l’aggravation de la pression fiscale met en péril les entreprises déjà touchées par la faiblesse des  marges et le manque de compétitivité. Le mur des lamentations et des résistances au changement prend de l’ampleur. Et ce ne sont pas les talents d’homme de la synthèse reconnus à François  Hollande qui permettront de le renverser, alors qu’il faudrait concentrer tous les efforts sur la réduction de la dépense publique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kassian - 22/06/2012 - 16:20 - Signaler un abus le cauchemar, c'est maintenant

    Hollande commence lentement à comprendre que tout son programme économique de candidat à la présidentielle est à jeter à la poubelle : 1) il n'aura pas les eurobonds 2) il devra signer le pacte budgétaire sans avoir pu négocier en contrepartie une marge de manoeuvre sur la relance keynesienne 3) avec la hausse du smic et le retour en arrière sur la retraite à 60 ans il se tire une balle dans le pied alors qu'il vient à peine d'entamer son marathon Ce qu'il faut faire pour éviter le pire ? Rendre le travail plus flexible, améliorer l'efficacité du pôle emploi, diminuer les aides au chômage, privilégier l'innovation. Autant de sujets qu'un François Hollande ne pourra jamais aborder sans renier son électorat. Comme le disait Morpheus : "Bienvenue dans le monde réel" ...

  • Par jean-paul - 22/06/2012 - 16:30 - Signaler un abus "il se tire une balle dans le pied"

    voilà la mentalité française en ce qui concerne l'économie...pas étonnant qu'on a voté Hollande

  • Par ARES - 22/06/2012 - 21:19 - Signaler un abus Sarkosy lui avait dit !!

    Commequoi celui qui nous a bassiner lors de ce debat avec MOI? JE SERAI UN PRESIDENT QUI ... Qui rien du tout qui en fait fera ce que Nicolas Sarkosy faisait des restructurations pour que notre taux d 'emprunt pour financer notre dette surtout n augmente pas !! Hollade arrive et croit qu il aura en depensant a tout va un super accueil avec UE et avec l allemagne dont Il faut préciser qu elle lui a dit en live qu il fallait plus d Europe et que tous les pays aient en gros une discipline budgetaire et cette fleche était pour nous chose logique ... il n a rien eu , ni obtenu ...et il FERA CE QUE NICOLAS SARKOSY LUI AVAIT DIT !! PS = on liste tes promesses hollande et la droite te battra à chacune de tes promesses envers tes ELECTEURS !! J'ai bien aimé les verts aussi il apparaitrait que le gazoil déjà consideré comme polluant donnerait le cancer ? avez vous entendu quelqu un des verts ou des manifestants crier au scandale ?? comme quoi l accord ne donne plus de credibilité a ceux -ci !! Grace au PS en fait on va se debarrasser d'eux, des verts et qui sait des syndicalistes ... car on attend de voir les couac d embauches de certain fonctionnaires et d autres qui devront ejecter!

  • Par Ganesha - 23/06/2012 - 01:35 - Signaler un abus Amadouer les marchés

    Amadouer les marchés, les amener dans un traquenard, et leur confisquer tout ce qu'ils nous ont volé...

  • Par Imragen - 23/06/2012 - 09:31 - Signaler un abus Les agences de notation

    qui sont, comme on le sait, d'horribles suppots de la droite réactionnaire et capitaliste surveillent notre brave président et ses décisions pour rétablir les finances du pays : retraite, augmentation des dépenses, réduction des marges des entreprises... Peut être vont elles admirer ces efforts et donner une note qui surprendra mais coûtera plus cher : les taux vont augmenter sur le marché et en septembre on augmentera encore les impôts pour financer les largesses avec l'argent raclé dans nos poches.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Garibal

Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€