Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Alors que la CGT s'embourbe, la CFDT s'envole…

A Marseille, la CGT a offert le spectacle d'un dinosaure de la vie syndicale embourbé dans ses archaïsmes et des certitudes gravées par un demi siècle de position dominante, le tout arrosé d'idéologie communiste sur le marché français du syndicalisme.

Atlantico Business

Publié le

Ce qui est intéressant dans cette évolution, c'est que la CFDT, particulièrement depuis Nicole Notat, s'est engagée dans une mutation importante sur le terrain de la culture du compromis.

Alors que la CGT, aujourd'hui encore, se complaît dans la culture du conflit et de l'épreuve de force, la CFDT a mis en place des moyens et des procédures pour essayer à chaque fois de négocier un compromis avec le patronat ou le gouvernement. Eviter le blocage, l'immobilisme conservateur et avancer.

D'un côté, on multiplie les arrêts de travail, les grèves et les manifestations de rue. De l'autre, on tente la négociation aussi souvent que possible.

On l'a bien vu, encore très récemment, la CFDT a tout tenté pour sauver la loi El Khomri sur le travail.

La stratégie de la CFDT s'appuie sur un diagnostic très simple. "La mondialisation est incontournable, il faut donc s'y adapter. L'économie de marché s'est imposée dans le monde entier. La construction européenne offre une opportunité formidable, il faut donc participer à sa régulation. Quant au progrès technologique, il faut évidemment l'assumer". 

Avec Laurent Berger, le patron actuel, la CFDT a confirmé la nécessité de la négociation et du compromis. En fait, la CFDT fonctionne de plus en plus comme un syndicat allemand. La seule différence, c'est évidemment une représentativité différente.

Alors ça énerve un peu l'establishment français et les médias mais c'est un fait. Les syndicats allemands n'ont pas obtenu de résultats plus mauvais que ceux obtenus par la méthode forte de la CGT.

Politiquement, la CFDT se retrouve donc assez souvent en phase avec les libéraux et les socio-démocrates. D'où la capacité de nouer des compromis pour assurer le fonctionnement du système et surtout retrouver sa dynamique de création de richesses et d'emplois.

L'important dans cette mutation, c'est qu'un discours comme celui de la CFDT rencontre aujourd'hui plus facilement l'adhésion d'une partie de l'opinion.

Quand il s'agit de nouer des accords de compétitivité dans l'industrie automobile ou d'assurer plus de flexibilité dans l'organisation du travail, les salariés préfèrent adhérer à ce discours-là plutôt qu'à l'attitude assez raide de la CGT.

Paradoxalement, la CGT tout comme FO, se retrouvent plus à l'aise dans le milieu de la fonction publique où les salariés sont protégés que dans le secteur privé où le chômage détruit tout le tissu social et où les acteurs ont besoin avant tout de restaurer les capacités d'emploi. Alors pas à n'importe quel prix, sauf que le chômage lui, fait des dégâts irréparables sur des millions d'êtres humains.

La CFDT a tout misé sur le retour à l'emploi alors que la CGT a toujours l'ambition de remettre à plat la totalité du système ?

La cohabitation est très différente. La CGT a toujours été engagée à gauche, elle s'est même directement prononcé en faveur de François Mitterrand en 1981, ou en faveur de François Hollande en 2012… Son problème c'est que quand la gauche au pouvoir se retrouve dans l'obligation de chercher un compromis avec les forces du marché (en 1983 avec Mitterrand puis en 2014 avec Hollande), la CGT se retrouve déboussolée.

La CFDT, elle, cherchera le compromis avec soit une gauche, soit une droite au pouvoir. L'essentiel pour elle est que le résultat soit profitable à l'emploi et aux salariés. Ce discours rappelle étrangement celui d'un Macron, ou d'un Valls et il serait tout autant compatible avec les programmes d'action d'un Juppé ou d'un Fillon.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jurgio - 20/04/2016 - 14:14 - Signaler un abus Attention un syndicat lourdingue

    peut en cacher un autre. Pas encore à la hauteur mais cela ne saurait tarder. Un syndicat ne doit pas être laissé seul.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€