Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Alors, on se la fait, cette petite guerre civile ?

Depuis les envolées de Gilles D quand j’avais 14 ans jusqu’aux discours du GUD quand j’en avais 20, les saisons ont passé, la prophétie a été reportée mais elle est toujours là : nous allons au devant d’une guerre civile. Au cours des années, la prophétie a un peu muté. Ce n’est plus exactement leur origine qui est reproché aux autres, c’est leur religion. Je n’ai, pour ma part, jamais pu me départir d’un doute : s’agit-il d’une prophétie à regret, ou d’une prophétie impatiente ?

Prophéties

Publié le
Alors, on se la fait, cette petite guerre civile ?

Aussi prématurée que soit leur analyse, les événements de ce week-end – la vidéo de Daech de vendredi et les événements de Joué-les-Tours et de Dijon – ne manquent pas de conforter ces oracles, malgré les 157 passages en psychiatrie du dernier gars1.

Ils constituent peut-être un point de basculement, rendant plus difficile encore, si cela est possible, un discours pondéré sur l’islam, et annonçant des positions plus violentes encore demain qu’hier. Car l’interprétation qui est faite conduit à considérer que nous sommes affligés d’une irréductible menace intérieure.

La polémique Zemmour, autour du terme qu’il n’a pas prononcé mais de la réalité qu’il n’a pas évacuée, traduit bien la solution prônée, ou son esprit : reconduire les Sarrasins à la mer.

De fait, si ce que nous avons vécu ce week-end correspond au visage profond de l’islam, si cela est dans la nature profonde de tout musulman, si, comme on me le dit, le musulman non violent est un mauvais musulman, alors il ne reste que trois possibilités : la conversion, l’exil, ou l’extermination (certes pas envisagée).

Si j’ajoute que l’on pourrait aussi envisager, alternativement, l’instauration d’un statut spécial pour les musulmans, vous comprendrez que je me trouble un peu de trouver là quelque ressemblance avec ce qu’a pratiqué Daech avec les Chrétiens. Daech, que je pensais que l’on chercherait plus à le combattre qu’à l’imiter.

Comprenez que je tente d’explorer les alternatives. Car ladite guerre civile, que les allumés de chaque camp appellent fébrilement de leurs vœux, est un embrasement que, par définition, nul ne maîtrise.

Le fait est que je me refuse à considérer que le musulman authentique soit nécessairement le musulman sanguinaire. J’étais, jeudi dernier, à un dîner de charité pour les Chrétiens d’Orient à la même table qu’un diplomate irakien. Musulman. Le dîner a commencé par une minute de silence pour tous les martyrs d’Irak. Ce diplomate était face à moi. A la fin de cette minute de silence, il avait les larmes aux yeux. Au cours du dîner, un court documentaire sur les chrétiens d’Irak, The last plight, nous a été diffusé. Cet homme en face de moi avait les yeux rouges. Cette émotion fait-elle de lui un mauvais musulman ?2

Sur un plan plus historique, doit-on oublier tout ce que le monde arabe et musulman a apporté, ne serait-ce que les chiffres que nous utilisons chaque jour ? Certes, l’époque d’Averroès commence à dater mais cette époque faste se fondait bien sur le même Coran. Comment est-ce possible si le Coran ne peut produire qu’ignorance et barbarie ? Il semble que la fin de cette époque corresponde aussi à la fin d’une période acceptant un rapport critique au texte du Coran, ce qui serait une forme d’explication.

Je ne peux pas non plus considérer comme nulle et non avenue la pratique d’un islam paisible : la pratique d’une religion n’est pas indifférente à sa réalité. Au contraire, elle en est aussi une part constitutive.

Est-ce à dire que la violence et la barbarie qui se déchaînent n’ont rien à voir avec l’islam ? Dans les débats en ligne, il semble n’y avoir qu’une alternative : considérer soit que cette violence n’aurait rien à voir avec l’islam, soit qu’elle serait inhérente à l’islam. Dans la préface d’un de ses ouvrages, René Rémond expliquait se méfier de toutes les interprétations monistes et être "assez près de penser que le nombre de la réalité n’est pas le duel mais le pluriel". Je ne pense pas partager toutes les analyses de Pascal Bruckner, mais c’est aussi ce qu’il dit ici : "L’islam en soi n’existe pas, il y a plusieurs islams". Le Père Delorme, familier de l’islam, ne dit pas autre chose lorsque, en titre de son ouvrage, il parle de "l’islam que j’aime, l’islam qui m’inquiète".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Alain Briens - 27/12/2014 - 10:38 - Signaler un abus A la recherche du "vrai islam"

    J'applaudis à votre tentative de penser le complexe. Mais la recherche du "vrai islam" s'apparente de plus en plus à la recherche du "vrai communisme" dont se gargarisaient naguère les mêmes élites qui s'aplatissent aujourd'hui devant les imams. Le vrai communisme, nous disait-on alors, n'a rien à voir avec le système concentrationaire soviétique, rien de commun avec le moloch chinois, aucun rapport avec la répression castriste, aucun lien avec l'holocauste cambodgien, etc. Si l'islam de Mohammed Merah n'est pas le vrai islam, peut-on vous demande où vous situez celui-ci, non pas à l'époque d'Avicennes mais aujourd'hui ? Chez les talibans afghans ou pakistanais ? Chez Boko Haram ? Chez les coupeurs de main saoudiens ou chez les lapideurs iraniens ? Chez les égorgeurs de Daech ou chez les futurs assassins de Asia Bibi ? Dans le GIA algérien peut-être, ou chez les shebabs somaliens ? Les exciseurs égyptiens ? Je crains que votre quête de l'islam pacifique et tolérant soit aussi irénique que le fut la quête du communisme libérateur, même s'il existe des musulmans pacifiques comme il existait des communistes idéalistes.

  • Par vangog - 27/12/2014 - 11:49 - Signaler un abus @Alain Briens Votre parallèle entre islamisme et communisme

    est intéressante, car ces deux idéologies procédent des mêmes mécanismes totalitaires, confondant conduite de l'état et conduite religieuse et/ou idéologique. Cette confusion permet toutes les interprétations, des plus modestes aux plus extrêmes, bien que ces idéologies assurent leurs grands dieux être étrangères à tout compromis ou interprétation... La seule solution possible? Une séparation franche entre la conduite de l'état et la conduite religieuse, mais qui signerait la fin d'une religion islamique incapable de se compromettre dans un concordat. Voila pourquoi les islamistes préferent tabler sur la faiblesse des démocraties occidentales catho-gauchisantes, afin de leur extorquer des concessions sans concordat; complaisance des associations anti-nationales, mosquées légales et illégales, conseil du culte musulman qui est le terreau de tous les islamismes, compromissions malsaines avec les pays financant le terrorisme... Ces dérives sont les mêmes que celles du communisme et aboutissent à la même infiltration des corps intermédiaires des démocraties les plus faibles, comme la France.

  • Par langue de pivert - 27/12/2014 - 12:10 - Signaler un abus Charité bien ordonnée etc etc ☺

    Article argumenté, plein de bon sens (de bons sentiments ? :-) et de mesure...mais le problème est ailleurs ! La question n'est pas de savoir si l'islam est bon ou mauvais mais de savoir si il est utile à "l'occident" ou nuisible ? Quant à l'apport historique évoqué il appartient plus à la civilisation arabe qu'à sa religion (même si l'exemple "tarte à la crème" des chiffres - et de l'algèbre - peut être discuté et même remis en question car les chiffres les arabes les avaient empruntés à d'autres civilisations que la leur :-) La réponse à la question est non bien sûr ! Que nous apporte l'islam ? RIEN ! Que des problèmes ! Il aurait sa place si il s'insérait dans la discrétion (comme le bouddhisme ou le judaïsme par exemple) mais il essaye d'imposer ses particularités ! C'est intolérable ! Gardons notre énergie pour venir en aide aux minorités persécutées au moyen-orient, si les mahométans ne sont pas capables de faire le ménage dans leur rang qu'ils en tirent les conclusions ! Le Qatar embauche...il y a déjà les mosquées, les tapis, les foulards et tout le folklore !

  • Par Texas - 27/12/2014 - 13:21 - Signaler un abus Manifestations de joie..

    ... à Nouakchott et Nouadhibou , après la condamnation à mort pour apostasie d' un jeune forgeron de 30 ans . Pas d' indignations médiatiques françaises sur ce cas particulier ? . Sont tous occupés à scruter le méchant comportement des flics blancs sur les délinquants noirs ? .

  • Par valencia77 - 27/12/2014 - 16:45 - Signaler un abus valencia77

    La revolution en France? peut etre perdre les allocations de toute sorte, les 36 heures, la retraite a 51? 55? Naaa, aucune chance que ces veaux se reveillent.

  • Par Michèle Mossan - 27/12/2014 - 19:57 - Signaler un abus les chiffres dits arabes

    La Vérité historique n'est pas toujours celle à laquelle on aimerait croire Ainsi des chiffres dits arabes mais qui en fait ont été créés en Inde Ainsi du "Paradis Andalou" : lire "Le complexe occidental" d'Alexandre Del Valle ou "Aristote au Mont Saint Michel" La Civilisation arabo-musulmane a plus transmis qu'elle n'a inventé Quant à l'Islam cette même vérité historique oblige à dire que c'est une religion prosélyte et qui régit le temporel comme le spirituel A court , moyen ou long terme il sera nécessaire de choisir et d'agir si l'on veut que perdure la civilisation européenne

  • Par bjorn borg - 27/12/2014 - 20:15 - Signaler un abus Oui

    c'est à dire, sans doute la remigration de tous les muslims! Que l'on soit, enfin, chez nous et entre nous. Après, il faudra détruire toutes les mosquées et remettre des églises à leur place. Il en dit quoi le maire de Bordeaux?

  • Par Benoit 2011 - 28/12/2014 - 07:38 - Signaler un abus Un diplomate irakien a pleuré

    Alors tout va bien.....

  • Par Anguerrand - 28/12/2014 - 08:21 - Signaler un abus À Briens et vangog

    Une belle analyse le parallèle entre l'islam et le communisme est tout à fait remarquable, de plus on retrouve les mêmes " élites autoproclammées " avec les mêmes arguments et le même soutien inconditionnel. Un autre point commun, autant il est de bon ton de se repentir du nazisme ( à juste titre) autant pour ces 2 idéologies totalitaires vous n'aurez JAMAIS quelqu'un pour regretter de les avoir soutenu ( PC, artistes de gauche Montant , Signoret, Melanchon, etc.)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Koz

Koz est le pseudonyme d'Erwan Le Morhedec, avocat à la Cour. Il tient le blog koztoujours.fr depuis 2005, sur lequel il partage ses analyses sur l'actualité politique et religieuse

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€