Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 20 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Alliance LR / FN (RN) : la fausse question qui en cachait une vraie

"On ne peut pas être libéral si on est conservateur, c'est le libéralisme qui a mis à mal ces valeurs" disait Maurras. Côté LR, comme côté Rassemblement national, et avant d’envisager des stratégies d’alliance quelles qu’elles soient, la question clé semble être de trouver un moyen de dépasser -et contester- l’impossibilité de conjugaison de ces deux pôles idéologiques.

Un logiciel à revoir

Publié le
Alliance LR / FN (RN) : la fausse question qui en cachait une vraie

 Crédit Flickr

Atlantico : Dans un échange d'interviews entre Claude Askolovitch et Jean-Christophe Buisson, la question de la pensée de Charles Maurras dans le débat politique français est une nouvelle fois abordée, notamment sur la question de l'incompatibilité entre libéralisme et conservatisme que Charles Maurras défend par ces mots :  « On ne peut pas être libéral si on est conservateur, c'est le libéralisme qui a mis à mal ces valeurs. ». En quoi cette question de la tension entre libéralisme et conservatisme est centrale dans le débat politique à droite ? Qu'est-ce que la droite aurait à gagner en clarifiant une volonté de faire coexister ces deux notions, permettant à la fois de marquer sa différence avec le Front national, mais également avec Charles Maurras, et ce, sans avoir à renier son conservatisme ?

Edouard Husson : Libéralisme et conservatisme sont des notions qui marchent bien dans un contexte anglophone. En France, le conservatisme n’a pas bonne presse. Pas seulement parce que Maurras aurait utilisé la notion mais parce que la droite, historiquement, a failli à sa mission de conserver l’héritage de la nation. L’aristocratie a lâché Louis XVI en émigrant tandis que le haut-clergé, après l’avoir poussé à signer la Constitution Civile du Clergé, s’est retournée contre le roi dès que Pie VI eut fait savoir sa désapprobation. Quant à la bourgeoisie, soutien traditionnel depuis les Capétiens, elle est passée avec armes et bagages du côté de la Révolution. Les élites qui auraient dû être de droite, c’est-à-dire défendre l’autorité royale (comme les Tories au XVIIè siècle en Grande-Bretagne) ont abandonné le peuple, nombreux  à défendre le roi jusqu’au-delà du 10 août 1792. Ensuite, au XIXè siècle, Charles X, l’ancien comte d’Artois, qui avait lâchement poignardé son frère Louis XVI dans le dos par le manifeste de Brunswick (tout comme Provence, le futur Louis XVIII) ne tient pas trois jours face à l’émeute en 1830; le fils de Philippe Egalité ne fait pas mieux en 1848. Et puis il y a, sans être exhaustif ni pratiquer d’amalgame, l’étrange renoncement de Chambord, la cassure provoquée par le ralliement d’une partie des catholiques à la République (sur demande de Léon XIII), la trahison vichyssoise. Seul De Gaulle a été capable d’inventer un conservatisme efficace et porteur d’avenir. Le conservatisme, c’est en fait le parti de la transmission. Transmission d’une culture, d’un héritage, d’une épargne en même temps que d’un appareil de défense. Mais les successeurs du Général de Gaulle à droite l’ont oublié au profit d’un pur libéralisme. A vrai dire, pour se faire comprendre, on devrait plutôt parler d’individualisme. La révolution correspond à une grande poussée individualiste. Le libéralisme est le parti de l’individu. A vrai dire, le conservatisme est le vrai parti de la liberté car il protège l’individu des empiètements de l’Etat en misant en particulier sur la cellule familiale pour la socialisation de l’enfant, la sécurité des adultes et le soutien aux personnes âgées. Pour moi, Maurras a usurpé le beau nom de conservateur qu’un Chateaubriand avait porté si haut. Et ses élucubrations conspirationnistes le disqualifient dans contestation possible.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 13/03/2018 - 10:54 - Signaler un abus Mercenaires

    Joli cours d'histoire, et l'on agite devant nos yeux (ébahis) de bien belles idées, des concepts enthousiasmants ! Mais la réalité est beaucoup plus simple et prosaïque : Sarkozy, Hollande, Macron et Wauquiez l'on prouvé de manière aveuglante lorsqu'ils ont exercé le pouvoir : ils ne sont que des ''laquais du grand Capital'' ! Simples escrocs dépourvus de tout sens moral, ne tenant pas leurs promesses électorales, ils ne sont que des mercenaires serviles du Medef, des banques et des milliardaires !

  • Par assougoudrel - 13/03/2018 - 11:32 - Signaler un abus Wauquiez

    Je ne savais pas qu'il avait été président de la République. J'ai dû hiberné trop longtemps.

  • Par Ganesha - 13/03/2018 - 11:48 - Signaler un abus Démagogie

    Laurent Wauquiez a déjà été ministre et il se conduit actuellement comme une prostituée au rabais, promettant des ''pipes gratuites'', en lançant une campagne d'une démagogie répugnante au sujet de la limitation de vitesse à 80km/h.

  • Par assougoudrel - 13/03/2018 - 12:05 - Signaler un abus Ganesha

    Un ministre, n'est qu'un exécutant et il est dit que si il n'est pas content, la lourde est grande ouverte. Au-dessus de lui, il y a le premier "exécutant" ministre et le président. C'est à ce dernier qu'il faut demander des compte. par contre, macron a été le conseiller de Hollande, avant d'être ministre, ce qui n'est pas la même chose.

  • Par Ganesha - 13/03/2018 - 12:35 - Signaler un abus Assougoudrel

    Dans la bonne tradition des discussions internet, vous réagissez seulement aux six premiers mots de mon commentaire : '' Laurent Wauquiez a déjà été ministre'' et vous ne répondez pas à mon second argument : Emmanuel Macron s'est révélé être un brillant élément, alors que Wauquiez, l'idole des abonnés d'Atlantico, n'est qu'un ''second couteau'', envers qui Nicolas Sarkozy lui-même n'éprouve que du mépris ! Président en 2022 ? Vous prenez les français pour des idiots ?

  • Par vangog - 13/03/2018 - 13:54 - Signaler un abus La question de l’union des droites est une question...

    trop sérieuse pour être traitée par Husson ou Askolovitch, deux gardiens du conservatisme gauchiste...

  • Par assougoudrel - 13/03/2018 - 15:40 - Signaler un abus Ganesha

    Je ne suis l'idole de personne, surtout pas d'un politicien. Pour le moment, nous sommes loin de 2022 et il nous restera à choisir le moins pire. Chacun choisira son coq, mais je ne me fais aucune illusion et je ne fais aucune allusion.

  • Par l'enclume - 13/03/2018 - 17:19 - Signaler un abus Toujours aussi aussi con !!!!!

    Ganesha - 13/03/2018 - 11:48 - "Laurent Wauquiez a déjà été ministre et il se conduit actuellement comme une prostituée au rabais, promettant des ''pipes gratuites'',"C'est vous le maquereau de Wauquiez ??

  • Par l'enclume - 13/03/2018 - 17:20 - Signaler un abus Toujours aussi aussi con !!!!!

    Ganesha - 13/03/2018 - 11:48 - "Laurent Wauquiez a déjà été ministre et il se conduit actuellement comme une prostituée au rabais, promettant des ''pipes gratuites'',"C'est vous le maquereau de Wauquiez ??

  • Par ajm - 13/03/2018 - 19:15 - Signaler un abus De Gaulle et Maurras.

    Réflexion intéressante de E Husson mais assez contestable dans l'opposition radicale qu'il semble mettre entre Maurras et De Gaulle. En réalité, comme beaucoup d'hommes de droite de sa génération, De Gaulle a été influencé par la pensée de Maurras, en particulier dans sa conception de l'organisation de l'Etat (constitution de la V république ) , sa vision de la politique étrangère de la France ( indépendance de la France, refus des blocs et des "machins" supranationaux...).

  • Par BABOUCHENOIRE - 13/03/2018 - 19:49 - Signaler un abus Vous êtes tous trop savants. Combien sur les millions de

    votants connaissent Maurras et ses idées? Tous ces débats philosophiques sont bons pour des discussions d'historiens qui entre eux ne sont pas toujours d'accord. Mitterrand a fait alliance avec le péril rouge et cela a bien marché par lui pas trop pour les cocos, la fin justifiant les moyens principe élémentaire mitterrandien.

  • Par clint - 13/03/2018 - 21:01 - Signaler un abus V. Calmels, n°2 de LR, affirme en permanence être "libérale" !

    Et la majorité de LR est libérale ! C'est ainsi que beaucoup regardent avec admiration la politique de Macron et de son collaborateur Philippe.

  • Par ajm - 13/03/2018 - 23:11 - Signaler un abus Liberal.

    Clint: en économie tous les gens serieux sont "liberaux" . Les autres sont communistes ou assimilés.

  • Par ajm - 13/03/2018 - 23:50 - Signaler un abus Les deux M

    Babouchenoire: Mitterrand dans sa jeunesse était très Maurrassien !

  • Par GP13 - 14/03/2018 - 10:02 - Signaler un abus L'Angleterre est une ile !!

    Conservatisme et libéralisme font bon ménage en pays anglophone remarque notre auteur. L'Angleterre a toujours été le champion du libre échange, et donc favorable à ce que les autres pays ouvrent leurs frontières...... alors qu'elle a une frontière naturelle infranchissable. Les migrants bloqués à Calais nous démontrent chaque jour cette réalité. L'Angleterre est une ile et démontre que la géographie a son mot à dire dans l'élaboration des doctrines, religieuses, politiques, économiques, militaires.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Edouard Husson

Edouard Husson est historien. Ancien vice-chancelier des universités de Paris, ancien directeur général d'Escp Europe, il a fait ses études à l'Ecole normale supérieure et à Paris Sorbonne, dont il est docteur en Histoire. Edouard Husson a été chercheur à l'Institut für Zeitgeschichte de Munich (1999-2001) et chercheur invité au Center For Advanced Holocaust Studies de Washington (en 2005 et 2006). Il a également été fait docteur honoris causa de l'Académie de Philosophie du Brésil (Rio de Janeiro) pour l'ensemble de ses travaux sur l'histoire de la Shoah.

Il est aussi vice-président de l'université Paris Sciences et Lettres (www.univ-psl.fr)

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€