Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les Allemands ont-ils encore besoin de nous et de la zone euro (à part pour les week-ends Angela-François) ?

Sortir ou rester dans la zone euro, telle est la question que se posent bon nombre d'économistes au sujet de l'Allemagne. Pour certains, le pays n'en a plus besoin, pour d'autres, celui-ci est trop dépendant de ses partenaires pour effectuer le grand saut. Un bon sujet de conversation entre François Hollande et Angela Merkel, dont le weekend au bord de la Baltique se termine ce samedi.

Cavalier seul

Publié le
Les Allemands ont-ils encore besoin de nous et de la zone euro (à part pour les week-ends Angela-François) ?

Quelle est la part de l'économie allemande qui joue ailleurs qu'en Europe ?

Bernard Maris : "En 1992, François Mitterrand a ouvert une deuxième guerre de Trente ans en croyant par la monnaie unique arrimer l’Allemagne à l’Europe.

L’Allemagne réalise sans le vouloir par l’économie ce qu’un chancelier fou avait déjà réalisé par la guerre : elle détruit à petit feu l’économie française. Certes, elle n’est pas responsable de cette situation, au contraire ; elle n’est jamais intervenue dans la politique intérieure de la France, elle a tendu la main aux Français du temps de Balladur pour réaliser un début d’unité fiscale et budgétaire (qui lui fut refusée).

C’est François Mitterrand qui à deux reprises a voulu arrimer la politique monétaire de la France à celle de l’Allemagne, détruisant une industrie qui n’allait pas bien fort : en 1983 d’abord, avec le tournant de la rigueur et la politique du "Franc fort", en 1989 ensuite, en paniquant après la réunification allemande, et en avalisant celle-ci au prix d’une monnaie unique et d’un fonctionnement de la BCE calqué sur celui de la Bundesbank.

Plus de vingt ans de guerre économique ont passé, et l’industrie allemande a laminé les industries italienne et surtout française. Aujourd’hui la guerre est terminée et gagnée. La part des exportations de l’Allemagne en zone euro représente 10% du total. Le reste est hors zone euro, aux Etats-Unis et en Asie. L’Allemagne n’a plus besoin de la zone euro. Au contraire : la zone euro commence à lui coûter cher, à travers les plans de soutien à la Grèce, au Portugal, et à l’Espagne, à tel point qu’elle songe elle aussi à quitter l’euro."


Atlantico : Bernard Maris, dans son article (voir ici), prétend que "l'Allemagne n'a plus besoin de la zone euro" du fait de son économie puissante et de ses exportations qui seraient faites à 90% hors de la zone euro. Pourquoi cette situation lui permettrait-elle de se passer de la monnaie unique ? Est-ce aussi "simple" que cela ?

Bruno Bertez : Première remarque, ce n’est pas pour cela que l’Allemagne est en position de force : elle a des créances considérables sur l’Europe et ne veut pas les perdre; c’est le passé ainsi cristallisé et c’est sa faiblesse, en particulier bancaire.

Seconde remarque, l’Europe est le cache-sexe de l’Allemagne, le string de son impudeur, elle peut grâce à l’Europe mener une politique mercantiliste, sans être trop critiquée et attaquée. Elle est utile dans le dispositif global Américain car elle affaiblit géopolitiquement la France, cet empêcheur traditionnel de "baiser" le monde en rond. L’optimum Allemand est un sous optimum partiel Américain.

Troisième remarque, l’Allemagne est compétitive mondialement parce qu’elle étale déjà une partie de ses coûts fixes sur ses vassaux Européens. Les pourcentages d’export en regard des exports totaux induisent en erreur, car la compétitivité se joue à la marge, tout comme les cash-flow et les marges bénéficiaires. C’est la même chose avec la Suisse, le surproduit de la rente bancaire irrigue toute l’économie, bien au-delà de sa part dans le GDP.

L’exemple des crises monétaires passées et en particulier celui de la crise de 1992 montre que la dislocation monétaire est gérable et que l’argument du tsunami est un argument de propagande (Voir les études des constitutionnalistes allemands et celles de la Banque d’Angleterre. Sur un plan plus théorique et libéral, voir les travaux de J.J. Rosa). On ne justifie plus le maintien de la monnaie unique que par la terreur de sa disparition, c’est là qu’il faut se battre et c’est là qu’il faut travailler à démystifier. Il est évident que lorsque ce sera l’intérêt des pays de la zone Mark de sortir, alors la propagande va s’inverser, on montrera que l’opération est gérable. Et les économistes à la botte prêteront leur concours.

Je doute que le Sud soit perdant. Tout dépendra des modalités et surtout des mesures d’accompagnement. Si des mesures fiscales adaptées sont prises, si des moratoires et restructurations de dettes sont mises en place, si les banques sont mises sous tutelle temporaire, alors l’avenir sera déblayé et les conditions de redressement seront réunies.

Nicolas Goetzmann : Selon les derniers chiffres fournis par l’agence de statistique officielle allemande, Destatis, les exportations de biens en provenance d’Allemagne et destinés à la zone euro représentent 57% et non 10% du total du pays. La France importe à elle seule 100 milliards de biens alors qu’elle n’exporte "que" l’équivalent de 64 milliards en Allemagne. Le déficit français vis-à-vis de son partenaire est donc de 36 milliards d’euros, on peut donc considérer que la France a "offert" 1 point de croissance à l’Allemagne en 2013. L’Allemagne est en fait totalement dépendante de la zone euro car ses exportations constituent 50% du total de son PIB. Il s’agit du modèle allemand, tourné vers l’export. Le pays n’a pas connu de déficit commercial depuis 1951, cela fait partie de l’ADN du pays. Il en va tout autrement de la France qui est un modèle bien plus tourné vers l’intérieur. Cette différence résume assez bien les difficultés de la zone euro car la doctrine monétaire européenne "contraint" la France à changer son modèle. Et pourtant, il n’est en rien avéré que l’un serait supérieur à l’autre. Par exemple, Les Etats-Unis ressemblent plus à la France qu’à l’Allemagne dans ce domaine. Ils n’ont pas connu de surplus commercial depuis près de 40 ans et ne s’en portent pas plus mal.

Mais ce n’est pas tout. Le déficit commercial français est le plus important de la zone euro. La France est ainsi le "maillon faible" de la zone qui permet à l’euro de ne pas s’envoler à un niveau encore plus élevé que celui que nous connaissons aujourd’hui. Ce qui est un coup de pouce supplémentaire apporté à notre voisin pour ses exportations hors zone euro. Même si les exportations à destination de l’Asie et de  l’Amérique ne représentent respectivement que 18% et 8% du total. Encore une fois, l’Allemagne est bien eurodépendante.

******

Les pays du sud, un fardeau pour l'Allemagne ?

Bernard Maris : "Il est bien évident que ni la Grèce, ni le Portugal, ni l’Espagne, ni même la France et l’Italie ne pourront jamais rembourser leur dette avec une croissance atone et une industrie dévastée. La zone euro éclatera donc à la prochaine grave crise de spéculation contre l’un des cinq pays précités.

La Chine et les Etats-Unis contemplent avec ravissement cette deuxième guerre civile interminable, et se préparent (pour les Etats-Unis une deuxième fois) à tirer les marrons du feu. La Chine et les Etats-Unis pratiquent une politique monétaire astucieuse et laxiste. On pourrait ajouter à la liste des pays pratiquant une politique monétaire intelligente la Corée du Sud, et aujourd’hui le Japon. La Grande Bretagne, elle, prépare tout simplement un référendum pour sortir de l’Europe."


Atlantico : L'Allemagne développe un sentiment eurosceptique de plus en plus important, notamment à l'égard des pays du Sud. Pour quelles raisons ?  

Nicolas Goetzmann : L’Allemagne est le plus vertueux des pays de la zone euro en termes de budget, budget qui devrait être équilibré pour l’année en cours. La comparaison avec les autres pays de la zone laisse penser à la population allemande qu’elle paye pour les autres, pour les Grecs, les Espagnols, les Français etc... Ce sentiment s’est également accentué suite aux interventions de Mario Draghi au cours des deux dernières années, qui ont fait croire à la population qu’ils seraient les victimes d’une telle politique. Encore une fois. Ces deux facteurs ont effectivement fait naître un sentiment eurosceptique assez surprenant, car bien que premier bénéficiaire de la monnaie unique, le pays est plus méfiant que la Grèce par exemple, vis-à-vis de l’euro. Les différents plans de sauvetage qui ont été menés en Europe sont également perçus comme étant des "dons" faits par l’Allemagne aux pays du sud. La réalité est que la mise en place de ces plans a surtout permis aux banques allemandes de ne pas exploser. Parce que les vilaines dettes du sud étaient détenues par ces mêmes banques. Sauver le sud, c’était sauver le système bancaire local.

Je suis à peu près convaincu que les élites allemandes sont conscientes du bénéfice que le pays tire de la zone euro. Et ce bénéfice est gigantesque car il permet à un pays en situation de fort déclin démographique de s’en sortir par le haut. Le coût est immense pour les pays du sud et pour la France, il serait donc grand temps d’équilibrer le débat pour éviter d’atteindre le point de non-retour. La France est le premier client de l’Allemagne, et notre exécutif semble avoir oublié que le client est roi.

 ******

Sortir de l'euro : à la manière forte, ou en douceur ?

Bernard Maris : "On a le choix : sortir de l’euro ou mourir à petit feu. Sinon, le dilemme pour les pays de la zone euro est assez simple : sortir de façon coordonnée et en douceur, ou attendre le tsunami financier.

Une sortie coopérative et en douceur aurait le mérite de préserver un peu de construction européenne, un tsunami sera l’équivalent du Traité de Versailles, les perdants étant cette fois les pays du Sud. Et au-delà des pays du Sud, toute l’Europe.

La sortie douce et coordonnée est assez simple, et a été déjà envisagée par nombre d’économistes. Il s’agit tout simplement de revenir à une monnaie commune, servant de référentiel aux différentes monnaies nationales. Cette monnaie commune, définie par un "panier de monnaies" nationales, atténue les spéculations contre les monnaies nationales."


Atlantico : Si l'Allemagne sortait de l'euro unilatéralement, quelles seraient concrètement les conséquences ? 

Nicolas Goetzmann : Un scénario de sortie de la zone euro ne vaut que si on propose réellement quelque chose de concret à la place. Admettons que pour l’Allemagne, le projet soit de maintenir une politique de monnaie forte, et un modèle tourné vers l’export. Dans un tel cas, la monnaie locale deviendrait immédiatement plus forte que l’ensemble des monnaies de ses anciens partenaires européens. Deux conséquences; les exportations subiraient une perte de « compétitivité » et les produits d’importations deviendraient plus attractifs. La balance commerciale en prendrait un sérieux coup et la croissance avec elle. Ce qui nous amène au deuxième effet kiss-cool : l’Allemagne est en situation de déclin démographique à raison de 200 000 personnes en moins chaque année. Pour pallier cela, le pays permet l’immigration de 500 000 personnes tous les ans pour parvenir à un accroissement de la population de 300 000 personnes. Une chute de croissance et une perte d’attractivité ne permettrait pas à l’Allemagne de faire venir suffisamment d’immigrés qualifiés pour couvrir ses besoins. Immigrés cruellement utiles pour soutenir la croissance et payer les retraites. Ce qui signifie que le pays serait contraint de relancer l’activité par la voie monétaire, c’est-à-dire exactement ce qu’il se refuse de faire pour la zone euro aujourd’hui. Sans l’euro, ce serait l’austérité et la déflation en Allemagne.

 ******

Le retour au Franc, une douce illusion ?

Bernard Maris : "C’est un retour au SME (Système monétaire européen) ? Oui. Des marges de fluctuations autour de la monnaie commune. Une stabilisation de la spéculation par des limitations des mouvements de capitaux, stabilisation qui pourrait être accrue par une taxe type Tobin sur ces mêmes mouvements de capitaux. Mais le SME a échoué, direz-vous… Oui, parce que le SME ne s’était pas donné de lutter contre la spéculation, et n’avait pas adopté une "Chambre de compensation" comme la souhaitait Keynes dans son projet pour Bretton Woods (abandonné au profit du projet américain).

Le meilleur moyen de rendre l’Europe odieuse, détestable pour longtemps, de faire le lit des nationalismes les plus étroits, est de poursuivre cette politique imbécile de monnaie unique associée à une "concurrence libre et non faussée" qui fait se pâmer de joie ceux qui en profitent, Chinois, Américains et autres BRICs.

Bien évidemment la mainmise du politique sur la monnaie ne suffit pas à faire une économie puissante : la recherche, l’éducation, la solidarité sont certainement aussi importantes. Mais laisser les "marchés" gouverner les pays est tout simplement une honteuse lâcheté."


Atlantico : Un retour au franc, à plus ou moins long terme, est-il inéluctable ? L'euro peut-il se remettre un jour de la tendance défavorable qui l'accompagne pratiquement depuis sa création ? 

Bruno Bertez : Il est évident que si aucune mesure d’accompagnement n’est prise et que la sortie ou l’éclatement ne correspondent qu’à un objectif, pouvoir retrouver les délices des financements monétaires, alors il vaut mieux ne rien changer du tout.

Retrouver la souveraineté monétaire ne doit pas équivaloir à retrouver la maîtrise de la planche à billets pour financer la consommation, les super bénéfices des ultra-riches et des kleptocrates. Une réforme en profondeur qui réoriente les ressources, réduit les inégalités, met le secteur financier à la portion congrue, interdit le clientélisme, réforme la Constitution et les lois électorales, etc. s’impose.

En fait la perte de souveraineté a dénaturé la démocratie et même le système politique. Nous sommes dans un système à deux vitesses, un système compradore. Sortir du carcan européen est un projet politique.

Il faut être ambitieux et voir grand, je répète, il n’est de Vérité - et d’efficacité - que du tout.

La mise en place d’un Grand Projet pour la France ne peut se faire en douceur. Cela est désolant, mais c’est ainsi. Il ne faut pas rêver d’un miracle qui changerait les Français d’une part et leur donnerait un personnel politique valable d’autre part. L’un est le reflet de l’autre ou plutôt, c’est la concrétisation, la cristallisation d’un système.

Nicolas Goetzmann : Dans la configuration actuelle, c’est-à-dire un euro à la mode Bundesbank et Banque de France, la mort à petit feu me semble être un acquis. Quand on voit le gouvernement espagnol faire des prévisions hasardeuses sur le retour de la croissance tout en se réjouissant de prévoir la baisse du taux de chômage sous le niveau de 20% en 2017, on peut se rendre compte de l’absurdité totale de la situation actuelle.  

Par contre il n’est pas interdit de réformer la BCE, même si les paroles en ce sens n’ont jamais été suivies d’effets. Le minimum vital serait de mettre la BCE sur la même ligne que la Réserve Fédérale américaine, c’est-à-dire un mandat "dual" : maîtrise des prix et recherche du plein emploi. Pour le moment, seule compte la maîtrise des prix et on voit bien le résultat sur l’emploi. C’est évidemment la piste à privilégier: un euro de la croissance.

Sans cela, et en refusant le scénario de la mort à petit feu qui se profile pour le moment, la sortie est en effet inéluctable. Un tel scénario relève de la politique fiction, mais l’essentiel serait ici de proposer une alternative crédible à la monnaie unique. Et notamment de chercher un banquier central de niveau mondial pour prendre en charge l’opération.

 ******

Les fragments ci-dessus sont extraits d’un article de Bernard Maris initialement publié sur le blog de Gilles Raveaud pour l’Économie politique. Vous trouvez à leur suite les réponses de l’économiste Bruno Bertez (tirées du Blog A Lupus) et de Nicolas Goetzmann, responsable du pôle économie d’Atlantico.


Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"


 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par pave777 - 10/05/2014 - 09:29 - Signaler un abus ALLEMAGNE

    Un pays qui a eu le courage de sacrifier, 2000 milliards pour libérer l'Allemagne de l'Est des vainqueurs de 1945, aura la volonté et les moyens de quitter l'Euro pour retrouver sa monnaie nationale, et sa souveraineté . Les teutons ont des valeurs patriotiques qu' hélas, que nous n'avons plus, leur avenir passera par une union économique et énergétique de plus en plus resserrée avec la Russie, pendant que nous, nous resterons les otages du mondialisme et les paillassons des ricains. Vladimir et Angela ont de bonnes raisons de s'entendre, même culture continentale, ethnique, historique, même volonté de se séparer des diktats de Washington et de Tel Aviv, de Wall Street et de la City. Flamby l'apatride, mélangiste, universaliste, pro gays, laicard, anti cathos, polygame, a peu de chance de comprendre quoi que ce soit ! son idéologie, socialo bobo débile, lui a figé les neurones. Demain, un groupe solidaire, ALLEMAGNE CHINE IRAN, pourrait bien surprendre, ceux qui se prétendent, les maitres du monde.

  • Par GL57 - 10/05/2014 - 09:44 - Signaler un abus Dans l'article ... un fardeau pour l'Allemagne ...

    Soit ; dissolution de cette m.... qu'est l'Europe. Par ce que pour ce qui est de la promesse des lendemains qui chantent et d'un avenir idyllique.... On repassera. Ils veulent tous d'une Europe unie, mais chacun roule pour soi , combien de fois nous ententons '' nos amis et concurrents ... '' ? Étrange langage, un concurrent est un ennemi . Ne parle t on pas d'adversaire commercial ... La carpe , le lapin et tous les autres , c'est ça l'Europe. Qui se ressemble s'assemble dit on , mais , c'est le contraire. Trop de divergences dans ce mariage impossible ( divorce inéluctable, une séparation à l'amiable serait moins afflgeante pour tous et chacun ) Et comme dit l'autre, on ne mélange pas les torchons avec les serviettes.

  • Par lucuis - 10/05/2014 - 10:13 - Signaler un abus @pave777

    vous avez parfaitement raison pave, je pense que tôt ou tard l'Europe penchera vers l'Est. Hollande incarne la décadence du socialisme français, le crépuscule d'un monde qui agonise. le voyage d'Hollande en Germanie deux semaines avant les élections européennes ne trompe personne. Il s'agit d'une campagne de communication pour montrer que l'Europe actuelle marche bien a travers le couple franco-allemand alors que Hollande ne s'est jamais entendu avec Merkel. ridicule !!!

  • Par zouk - 10/05/2014 - 10:24 - Signaler un abus Allemagne et auro

    Cet article laisse perplexe. Mais les commentaires que je lis me paraissent d'une grande indigence de pensées. Alors? Perplexité accrue.

  • Par gwenola - 10/05/2014 - 10:31 - Signaler un abus angela l a roule dans la farine

    elle est maligne, ce type sans charisme qui s est permi de la tutoyer comme du bon pain ( apres on trouvait sarkozy trop familier!) elle ne comprends pas le français je doute qu elle apprecie ce genre de familiarite surtout venant de la part d un goujat avec les femmes comme son poye dsk et quelques autres au ps !

  • Par Gamelledebouse - 10/05/2014 - 10:33 - Signaler un abus Sortie de l'Histoire

    Avec ou sans zone Euro l'Allemagne domine l'Europe . Avec ou sans UE la France est déjà "sortie de l'Histoire " , comme dit Mézigue -Président . Nous faisons juste de la figuration et les Allemands font semblant par charité de nous accorder un minimum de considération , mais cela ne trompe personne .

  • Par cloette - 10/05/2014 - 10:49 - Signaler un abus Angela

    Quand elle n'aura plus du tout besoin de l'Europe, elle reprendra ses billes, et on restera là tout stupéfait ! Tant qu'elle a besoin elle reste !

  • Par phiphi1 - 10/05/2014 - 11:15 - Signaler un abus J'aime

    Oui, j'aime la photo, cela me fait penser au conte "la Belle et la Bête", sauf que la, le conte s'intitule "la Bête et l' Idiot du village" ! Devinez qui est qui...

  • Par pave777 - 10/05/2014 - 11:32 - Signaler un abus @ lucuis

    Depuis de nombreuses années l'Allemagne n'a plus besoin de panzers divisions, pour assurer son espace vital à l'Est . Elle a su conquérir les anciens pays communistes, laissés en débandade par un régime criminel, en leur donnant du travail pour pas cher ! ça lui a permis de doper son commerce extérieur, sans avoir à subir comme la France, l'invasion de hordes allogènes inutiles et dangereuses, pour nos caisses sociales, pour notre identité et notre sécurité, Le résultat ? nous l'avons sous les yeux, une Allemagne prospère, et une France ruinée ! merci l'UMPS ! heureusement, nos traitres de politicards se portent à merveille et se renouvellent, telles des dynasties mortifères au service du mondialisme, des lobbys, et de l'anti France. Il ne tient qu'à nous de renverser la table ! ça urge ! A+ Lucius, nous n'aurons aucun mal à faire notre choix aux européennes, au moins ça ? c'est tout ce qui nous reste !

  • Par prochain - 10/05/2014 - 12:24 - Signaler un abus 30 ans après la réunification on comprend mieux Mytherrand

    ...et son invention la monnaie unique, et pourquoi on n'entend plus le père de l'euro depuis qu'il a déclaré ne pas être le père "de cet euro là" ...

  • Par cronos - 10/05/2014 - 12:41 - Signaler un abus l'Allemagne..

    utilise la bêtise des collabos de l'UE qui lui cirent les pompes...Elle engrange l'argent des traitres..des citrons qui sans jus seront jetés a la poubelle..!

  • Par Spheroide - 10/05/2014 - 12:55 - Signaler un abus Finis Franciae...qu'on peut lire

    furtivement dans "La réforme intellectuelle et morale" D'Ernest Renan...on y est, depuis longtemps...cela dit, qui voudrait chez nous du Franc ? Pas ceux qui disposent de revenus "assurés" et, grâce à l'Euro, bénéficient d'un pouvoir d'achat exceptionnel...cela fait, au moins, 50% de l'électorat...il y a 50 ans, du temps des 30 glorieuses, un clochard régnicole buvait une piquette suspecte dans une bouteille étoilée...son héritier mondialiste jouit aujourd'hui d'un téléphone cellulaire chinois...tout va bien... :-)

  • Par Gilles - 10/05/2014 - 12:56 - Signaler un abus Irréversible

    De ma fenêtre je vois la Forêt Noire. Ce qui signifie que je suis souvent outre-Rhin et que je connais également très bien ce pays depuis des décennies. Le contraste entre l’Alsace et le Pays de Bade est flagrant. Une autoroute nord-sud encore inachevée sur la rive gauche du Rhin et une à 2x3 voies sur la rive droite. Et ainsi de suite. Les portiques de péage pour PL fonctionnent depuis 5 ans en RFA. Bientôt sera instaurée une vignette annuelle pour les voitures. Aucune manif avec casse de matériel à ce jour. Il ne faut pas s’y tromper : ces « visites amicales » françaises outre-Rhin sont en fait des convocations. D’ailleurs Sapin et Montebourg avaient dû faire le voyage de Berlin. Montebourg va bientôt se féliciter de la reprise de Alstom par Siemens alors qu’il n’avait de mots assez durs vis-à-vis du grand voisin.

  • Par Gilles - 10/05/2014 - 12:59 - Signaler un abus Détail

    Même pas de drapeau français ou même européen sur le bateau... Il ne faut pas oublier au passage qu'Angela parle russe (citoyenne de RDA en son temps oblige). ce qui facilité les conversations avec Vladi.

  • Par cloette - 10/05/2014 - 13:00 - Signaler un abus angela (suite)

    Elle est extrêmement intelligente, logique pragmatique intuitive, et même sympathique, mais elle défend les intérêts des Allemands, et c'est normal, nous on n'a pas ça !

  • Par pratclif - 10/05/2014 - 13:03 - Signaler un abus L'Allemagne exporte; la France importe!

    Force est de constater que notre balance commerciale est très négative http://bit.ly/1og8p00 ce que la balance des services ne parvient pas à compenser. C'est tout un ensemble d'activités à l'export qui manquent et qui participent à la causalité du chômage élevé en France depuis des décennies. L'Allemagne a une balance commerciale très excédentaire reflet d'activités à l'export http://bit.ly/1og8Ze2. Voir mon article http://bit.ly/1og7ZXg

  • Par kermitt - 10/05/2014 - 14:13 - Signaler un abus UE Babelisée

    Enfin ce n'est pas le 1er pays à se poser la question sur sa continuité dans l'UE. Même les Anglais souhaitent un référendum, mais pas à la Sarko, un vrai , respecté. Pourtant la perfide Albion n'a pas adopté l'Euro, pas folle la guêpe.

  • Par François Homeland - 10/05/2014 - 15:14 - Signaler un abus La seule chose dont je sois sûr à titre personnel

    C'est que moi je n'ai pas besoin des teutons pour continuer d'exister... Qu'ils se cassent et tout le monde reprendra ses billes en attendant de faire une nouvelle Europe resserrée, entre pays fréquentables et aux frontières enfin protectrices pour ses membres !

  • Par Anguerrand - 10/05/2014 - 15:23 - Signaler un abus Quel défaitisme chez les français

    L'Allemagne après de vraies réformes a mis une dizaine d'année à se " refaire" ,elle n'a pas toujours été dans une situation favorable. Elle a redémarré après ces réformes. Qu'attendons nous pour faire de même, la France à un vrai génie , celle du coq qui chante dans la m.... Il nous reste de nombreux points forts technologiques, pour les développer, il " suffit" de faire un pont d'or à l'entreprise, seule créatrice de richesse, d'oublier notre communisme rampant dans les esprits, et surtout faire une cure d'amaigrissement sans précédent de l'état et des avantages scandaleux et ruineux dont nous acceptons encore l'existence comme le nombre de fonctionnaires, les régimes spéciaux et les millions de profiteurs de laRepublique à qui nous permettons de vivre tout en restant à la maison . Avons nous oublié les 30 glorieuses ou la France n'avait rien à envier à l'Allemagne, il est vrai que nous travaillions beaucoup plus que maintenant avec 3 semaines de congés, 46 heures, retraite à 65 ans, etc. C'est le socialisme de 1981 qui a déréglé l'économie française ( nationalisations, " avancées sociales" qui ont commencées à ruiner doucement laFrance; 5semaines, 35 heures, retraite 60 ans...

  • Par Anguerrand - 10/05/2014 - 15:26 - Signaler un abus À Homeland

    Alors vous devrez vous serrez la ceinture, comme dit dans l'article nous importons 100 milliards à l'Allemagne, dont le plus important des machines outils, des robots indispensables à notre développement

  • Par Salvatore Migondis - 10/05/2014 - 15:34 - Signaler un abus Tout finit par des chansons...

    Même si la France ne gagne pas souvent, il restera toujours le concours de l'Eurovision.

  • Par Benvoyons - 10/05/2014 - 15:48 - Signaler un abus Nous avons un membre du conseil général de la Banque de France.

    Nous avons un Lupus, et notre Goetzman permanent chez Atlantico. Ils ont tout dis, que l'Allemagne est la perte de l'Europe, en voulant détruire les autres, mais aussi que l'Allemagne sans l'Europe ne serait rien; C'est sûr ils ont fait le tour de la question. Mais il me reste une question ( Pourquoi l'Allemagne ferait tout pour s'autodétruire et détruire les autres puisque l'Europe ne peut survivre sans l'Allemagne et sans les autres et que les autres sans l'Allemagne et sans l'Europe cela serait idem).? D'ailleurs pour l'UK et bien sans l'Europe même avec sa fameuse monnaie ni survivrait pas. Pour nos adeptes le Japon applique depuis un peut plus d'un an la politique qui est prônée par nos économistes dans cette article (injection de milliards de Yen), manque de chance le Japon vient d’annoncer une baisse importante de ses prévisions pour 2014,.2015,.2016.,va savoir Charles! Pour moi le Japon c'est notre prochain effet Bernard Madoff , mais je ne prend pas de paris de nos économistes car il n'y aura pas assez d'argent dans la Banque du Japon et autres Banques pour pouvoir me payer. LOL

  • Par prochain - 10/05/2014 - 15:56 - Signaler un abus Benvoyons bonjour,

    Tchernobyl était le début de la fin de L'URSs que signifie la catastrophe de Fukushima pour le bilan financier du Japon?

  • Par prochain - 10/05/2014 - 15:58 - Signaler un abus Europe sans l'Allemagne ...

    Comme un train sans locomotive.

  • Par Benvoyons - 10/05/2014 - 16:01 - Signaler un abus La France se meurt de ses propres insuffisances, pas à cause

    de l'€. La France se meurt du Socialisme depuis 1981 et comme le Français aime bien Mr Plus et bien il voudrait bien tâter de l’Extrême Socialisme FN. Le Socialisme ou l'Extreme Socialisme FN n'apportera que les mêmes turpitudes à la France car les fondamentaux sont les mêmes.

  • Par Benvoyons - 10/05/2014 - 16:12 - Signaler un abus prochain - 10/05/2014 - 15:56 La "fuite" en avant Banzaï

    il faut bien que nos économistes puissent réussir leurs placements, et pouvoir écrire encore un petit livre sur leur Ego.

  • Par François Homeland - 10/05/2014 - 17:10 - Signaler un abus @ Anguerrand

    La réindustrialisation de la France passe par le retour à des productions d'excellence comme l'étaient autrefois les machines-outils produites par Manhurin... Les français ne sont pas moins intelligents que les allemands, ils ont juste besoin d'être bien dirigés !

  • Par Aswan - 10/05/2014 - 17:22 - Signaler un abus L'euro est une aubaine pour l'Allemagne

    je pense que l'euro est une aubaine pour l'Allemagne. En effet, si l'euro est bien trop fort pour la réalité économique des pays du Sud de l'Europe, l'euro est particulièrement bas et faible pour les pays du Nord de l'Europe. Imaginez que l'Allemagne retrouve une monnaie nationale qui lors du passage de l'euro vers cette nouvelle monnaie se ferait à la parité 1 euro contre 1 unité de la nouvelle monnaie. Un mois après, il faudrait 1,10 euros pour 1 nouvelle unité monétaire allemande et la stabilisation se ferait à 1,35 à1,40 euro pour cette nouvelle unité monétaire. Croyez-vous vraiment que vendre une Mercedes 35 à 40% plus cher serait une bonne chose pour les exportations allemandes? Il y aurait un avantage pour l'Allemagne à long terme. Avec un euro très faible et trop faible pour elle, l'Allemagne vit sur ses lauriers.Pourquoi faire des efforts de productivité si on peut vendre facilement avec une monnaie "cassée"? La réévaluation inévitable de 35 à 40% de la nouvelle monnaie allemande obligerai l'Allemagne à reprendre ses efforts de compétitivité.

  • Par Aswan - 10/05/2014 - 17:36 - Signaler un abus L'euro est une calamité pour les pays du Sud de l'Europe

    Les pays qui souffrent de l'euro sont les pays du Sud de l'Europe et ils sont fous de vouloir rester dans cette zone. La France dit que l'euro est trop cher, qu'il faudrait le dévaluer. C'est vrai pour la France et les pays du Sud de l'Europe, c'est faux pour les pays du Nord de l'Europe. Comme la majorité du commerce de la France se fait avec des partenaires de la zone euro, une dévaluation de l'euro n'aurait aucune conséquence pour le commerce interne à la zone euro. Le problème de la France et des pays du sud de l'Europe est que ces pays ne peuvent pas dévaluer unilatéralement, alors que le seul et unique moyen de relancer l'économie dans ces pays est une dévaluation forte, non seulement vis à vis du US$, mais également et surtout vis à vis de la monnaie utilisée dans l'ancienne zone mark. Il n'y aura pas de relance sans cette dévaluation du sud par rapport au Nord. La moins mauvaise solution serait que l'ancienne zone mark sorte de la zone euro et crée une nouvelle monnaie nordique, laissant l'euro à la France et aux pays du Sud de l'Europe. Jadis, la France avait la plus forte des monnaies faibles et le BELUX la plus faible des monnaies fortes.

  • Par Aswan - 10/05/2014 - 17:50 - Signaler un abus Hollande et Sarko ont la même politique

    Il y a une différence de style entre Hollande et Sarkozy mais une convergence totale de politique. Hollande poursuit avec la même rage la politique de Sarkozy, comme cette même politique est tout aussi mauvaise du temps de Nicolas que du temps de François, la France n'a aucune chance de s'en sortir. Le traité de stabilité ne sera, heureusement, pas respecté, il ne le sera jamais que ce soit Sarkozy ou Hollande aux commandes, car ce traité est impossible à respecter et qu'un fait est plus fort qu'un Lord maire ! Les deux compères veulent tous les deux conserver la zone euro actuelle et c'est cette volonté farouche de préserver cette zone euro qui est la cause des 28% de chômeurs en Grèce, du déclin de la France, de la paralysie de l'Espagne etc. Marine Le Pen aurait-elle raison? NON ! Elle veut la fin de l'euro pour des raisons sentimentales, démagogiques, par principe. L'euro est une très belle idée, mais venue trop vite. Nous aurions dû procéder par cercles. L'ancienne zone euro aurait dû créer une monnaie unique pour elle. La France et l'Italie aurait dû organiser une union monétaire, ainsi que l'Espagne et le Portugal.

  • Par Aswan - 10/05/2014 - 18:00 - Signaler un abus Fusion des monnaies(suite)

    Plus tard, la monnaie unique franco italienne aurait dû fusionner avec la monnaie de l'ancienne zone mark et ainsi de suite. La Grèce, Malte, Slovaquie, Slovénie, Chypre etc auraient dû garder leurs monnaies nationales au moins jusque 2025. La charrue avant les bœufs, voilà l'erreur! Mais l'idée est excellente! Il fallait plus de temps, c'est tout ! La sortie de l'ancienne zone mark de la zone euro serait, je pense, la moins mauvaise des solutions.

  • Par Aswan - 10/05/2014 - 18:03 - Signaler un abus Nous aurions dû procéder par

    Nous aurions dû procéder par cercles. L'ancienne zone euro (ERREUR ! ancienne zone mark !) aurait dû créer une monnaie unique pour elle. Je vous prie de bien vouloir m'excuser, il fallait tire "l'ancienne zone MARK et non euro ! 1001 excuses !

  • Par Aswan - 10/05/2014 - 18:06 - Signaler un abus Par Benvoyons - 10/05/2014 -

    Par Benvoyons - 10/05/2014 - 16:01 - Signaler un abus La France se meurt de ses propres insuffisances, pas à cause de l'€. La France se meurt du Socialisme depuis 1981 ! J' Ignorais que Chirac et Zarkozy étaient socialistes ! Quelles taupes de talent ces deux la !!!!

  • Par Benvoyons - 10/05/2014 - 18:49 - Signaler un abus Mrs, Keynes a une vision économique sur du cour terme alors que

    nous sommes dans une période de transformation structurelle (donc sur du long terme) ce que ne veut pas faire la France. Ce changement de structure doit emmener la France vers 48% du PIB alors que nous sommes sur 57.3% en 2013. Si la France ne change pas, et bien avec € ou avec le Franc le résultat sera le même (déconfiture) Donc finalement quitter l'Euro ne sert absolument à rien si la France change du tout État. D'ailleurs Keynes n'était pas favorable du tout État à la Française. Keynes a dit aussi une chose intéressante " l'hypothèse qu'il y ait une connaissance certaine n'est pas possible en économie" Maintenant aux grands adeptes de faire parler les morts que savaient vous de l’ÉVOLUTION de la pensée de Keynes (alors qu'il travaillait sur du cour terme) sur les contraintes de maintenant. Si vous me dites qu'il serait rester pur et dur sans évolution je serai très surpris car il est évident qu'il était un chercheur. Donc il était capable de ce remettre en cause, ce qui n'est pas le cas de nos apprentis adorateur du Dieu Keynes dans une pensée rigide.

  • Par prochain - 10/05/2014 - 18:52 - Signaler un abus Aswan@ il y a tromperie sur la marchandise

    Des produits du système ils sont tous + ou - sauceialistes, il ne suffit pas de lire les étiquettes Aswan, Chirac rad.soc, a voté pour Moaje... Loi n° 2012-347 (relatif) Dispositif d'accès à l'emploi titulaire de Sarko. Wauquiez La Droite sociale...du matin au soir.

  • Par Benvoyons - 10/05/2014 - 19:03 - Signaler un abus Aswan - 10/05/2014 - 18:06 Tout simplement pour faire

    avancer la France tu dois utiliser les Haut Fonctionnaires qui eux malheureusement sont de culture économique et philosophique Socialiste Marxiste. Comment tu transformes l’École en France impossible de changer le formatage socialomarxiste existant. Donc l'élitisme, que le patron est un salop, que le travail c'est de l'exploitation etc etc. Comment changer la France alors que 55 à 60% des députés, sénateurs,régions sont Fonctionnaires. Tu crois que Caton va faire moins d’État tu peux te chatouiller. Tu crois qu'en ayant tous les pouvoirs les Fonctionnaires veulent moins d’État tu peux te chatouiller. Les pays qui se transforment son les pays démocratiques qui interdisent aux Fonctionnaires d'être en même temps des élus. ( UK, L'Allemagne, l'Autriche, les Pays-Bas,etc etc. Et bien c'est aux Français de faire le nécessaire. 5 millions de Français à Paris à la Concorde et les Champs etc et bien l’État votera immédiatement cette loi. Un Fonctionnaire ne peut pas être aussi un élu.

  • Par Benvoyons - 10/05/2014 - 19:16 - Signaler un abus Pour info le DM est toujours en circulation car l'Allemagne n' a

    jamais mis une date d'abandon. Les Allemands avaient des bas de laine et l'utilise toujours. Mais la monnaie DM n'est plus produite. Vous pouvez taper sur l'Allemagne c'est sûr elle s'en sortira. Mais pour la France et bien continuer a voter pour élire vos Fonctionnaires qui continueront à vous enfiler les suppos du Socialisme Marxiste. C'est clair il y aura de plus en plus de monde pour la redistribution et comme il y aura de moins en moins de donateurs et bien la maison France sera sous perfusion du FMI,et des Pays du NORD.

  • Par pave777 - 10/05/2014 - 19:19 - Signaler un abus Une occasion ratée pour Charlemagne !

    Lors de la création de l'Europe et du pacte du charbon et de l'acier, le chancelier Adenauer avait proposé au Général de Gaulle un gouvernement commun Franco Allemand, le Général refusa, non pas qu'il y était opposé, mais la proximité de la guerre, ne permettait pas d'avoir l'assentiment des populations respectives. Ce fut une des rares occasions, de construire une Europe politique, plutôt qu'une Europe des marchés, livrée à la spéculation et aux banksters mondialistes ! qui s'en souvient ? certainement pas le clown Élyséen ! l'Allemagne n'a plus besoin ni de l' Europe ni de l'euro, sa population par son courage et son travail, a gagné définitivement le droit à l'autodétermination, et à sortir des diktats des vainqueurs de 1945. Nous nous apercevrons alors que la nouvelle Allemagne, n'a plus besoin de personne pour exister ! Fin des palabres pour ou contre l'Europe ! il lui restera à alimenter, Ia pompe aspirante, de la sangsue mémorielle israélienne , jusqu'en 2030, tel que c'est prévu. Demain une union ALLEMAGNE RUSSIE CHINE IRAN avec certains pays d' Amérique du Sud, sera la première force politique mondiale, militaire et économique ; on y est presque Flamby l'africain ! KAPUT !

  • Par bellini - 10/05/2014 - 22:55 - Signaler un abus la plan allemand de 1914

    "Il faut créer une union économique de la Mitteleuropa par des accords douaniers communs avec la France, la Belgique, la Hollande, le Danemark, l’Autriche-Hongrie, la Pologne et, éventuellement, l’Italie, la Suède et la Norvège. Ce groupement, probablement sans couronnement institutionnel commun, avec égalité extérieure de droits pour ses membres mais effectivement sous direction allemande, doit stabiliser la prépondérance économique allemande dans la Mitteleuropa." plan du chancelier Bethman Holweg de septembre 1914 réalisé en ...2014

  • Par Aswan - 10/05/2014 - 23:35 - Signaler un abus Les anciens billets peuvent, souvent, encore être échangés

    Les billets DEM ont été détruits. Le DEM n'est plus une monnaie en circulation, mais cela ne veut pas dire qu'il soit impossible d'encore échanger des vieux billets DEM en euros. Certains pays acceptent encore d'échanger des billets du XIX siècle. Exemple: la SUISSE. Certains pays acceptent de changer les billets anciens contre des euros, mais à partir d'une certaine date (Exemple la BELGIQUE) Tous les billets belges émis APRES 1944 (Après l'opération GUTT) peuvent être encore échangés contre des euros, mais les vieux billets en francs belges sont détruits. Par contre, certains pays s'empressent de démonétiser leurs vieux billets rapidement Exemple LA FRANCE. Cela permet à la France de gagner quelques milliards de FRF! A chaque changement de billets, l'Etat y gagne toujours et le gain est d'autant plus grand que le délai d'échange est court.

  • Par gile - 11/05/2014 - 00:18 - Signaler un abus Une chose est sûre

    L'allemagne n'entend pas payer pour assainir les comptes des canards boiteux, comme la France et la Grèce. Elle va donc encore insister pour que ces canards boiteux se décident à régler leurs pbs budgétaires. Mais s'il apparaissait que certains pays, et notamment la France, continuaient à traîner des pieds, alors l'allemagne pourrait finir par sortir de l'euro car beaucoup d'économistes allemands mènent actuellement campagne sur le thème suivant "sortir de l'euro causera des pbs difficiles à l'allemagne mais rester dans une zone euro qui ne se disciplinerait pas autant qu'il le faudrait lui coûterait encore plus cher". En gros "vaut mieux perdre un bras que de perdre la vie". Ces économistes discutent actuellement pour fonder un parti qui défendrait une sortie de l'euro.

  • Par mx - 11/05/2014 - 01:03 - Signaler un abus C'est drole

    Les économistes du bistro du coin nous expliquait il ni a pas si longtemps que les idées économique du FN étaient absurde et menaient a notre suicide collectif, cette article prouve le contraire non ?.

  • Par Benvoyons - 11/05/2014 - 01:05 - Signaler un abus Plus de 13.6 milliards de DM en circulation en Allemagne

    L'Allemagne est le seul pays en Europe de l'Euro qui n'a jamais verrouillé son ancienne monnaie. Elle n'en fabrique plus mais n'a pas mis une date de fermeture de l'utilisation. Le DM circule légalement.

  • Par un_lecteur - 11/05/2014 - 02:59 - Signaler un abus Toujours cette vue étriquée

    Il n'y a pas si longtemps, la France ignorait le reste du monde. D'ailleurs, à voir la place des questions européennes dans nos élections, c'est toujours le cas. Nous détruisons notre économie tous seuls. L'Allemagne à compris qu'elle est en concurrence avec les USA, les japonais, les chinois...et elle a agi en conséquence. Voir http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-france-detruit-propre-puissance-economique-christian-harbulot-sabordage-francois-bourin-editeur-1064835.html De plus, le libre échangisme est aussi destructeur. http://www.marianne.net/Le-testament-de-Maurice-Allais_a198475.html L'Europe telle qu'elle est faite ne pourra pas continuer longtemps.

  • Par mariejeanne419 - 11/05/2014 - 06:42 - Signaler un abus France/Allemagne

    La différence entre la France et l' Allemagne est énorme . Madame Merkel a une tête et elle s'en sert pour diriger son pays . Les Français ont mis un âne à l' Elysée qui a la tête entre les jambes ....cherchez l'erreur !

  • Par faineant - 11/05/2014 - 07:40 - Signaler un abus la solidarité franco-allemande nécessaire

    Je ne suis pas pur politicien mais à mon humble avis la solidarité franco-allemande est plus que nécessaire. Je m'explique : - l'immigration reste un problème résolu par les pays de l'UE et en particulier les frontaliers (et non seulement par la France seule) - la France et liée solidement à la zone euro. Sa sortie serait la catastrophe monétaire, économique et même politique à plus ou moins longue échéance - dans les circonstances actuelles de la situation internationale, ex.: Ukraine la solidarité franco-allemande est plus que nécessaire si nous voulions aider l'Ukraine (malgré les critiques tous azimuts actuels) de pouvoir rester dans l'UE - le poids politique que le couple franco-allemand exercé reste prépondérant au sein de l'UE

  • Par cronos - 11/05/2014 - 08:16 - Signaler un abus Je refuse...

    que mon pays soit aux mains de la teutonne et de son IV Reich après que mon arrière grand père..mon grand père..et mon père se soient battus pour sauver la France...!

  • Par Jankroirien - 11/05/2014 - 08:31 - Signaler un abus Merci à pave 777

    Je suis totalement en accord avec ce que vous venez d'écrire. Je vous en félicite grandement. Là, mon pseudonyme ne s'applique pas car je crois dur comme fer que vous avez raison sur toute la ligne

  • Par Benvoyons - 11/05/2014 - 10:50 - Signaler un abus un_lecteur 11/05/2014 - 02:59 1) Mais Maurice Allais a-t-il

    toujours raison. Bien évidemment l'on peut être d'accord sur sa théorie de l'entente par plaque économique géographique pour réguler. Mais en pratique cela ne fonctionne pas non plus car les plaques voudront un maximum de rendement pour elle et donc cela freinera l'économie mondial. En plus dans les plaques tu n'auras jamais le même niveau d'efficacité politique ( tu n'as que voir entre la France et l'Allemagne)donc en pratique cela ne fonctionne pas.L'OMC ne fait qu'une recherche d'équilibre avec des compromis sur déjà des plaques économiques, et avec chaque pays pour une économie mondiale, pour libérer la dynamique de l'économie Mondial. Donc les propos de Maurice Allais sont utopiques. La parfaite égalité, la parfaite entente n'existeront jamais. Il vaut mieux avancer d'une manière dynamique sans chercher l'égalité parfaite. Alors que l'inverse n'entrainera que des conflits et des freins dans tout. Le problème du chômage en France n'est pas du à la Mondialisation en directe, mais du à notre politique économique interne qui est resté dans la dominante du Socialisme Marxiste depuis 1945 et encore plus après 1981. Nous avons un État à 57.3% du PIB en 2013.

  • Par Benvoyons - 11/05/2014 - 11:03 - Signaler un abus un_lecteur 11/05/2014 - 02:59 2) Mais Maurice Allais a-t-il

    Même avec toutes les régulations que tu veux , même le Franc, la planche à billet, toutes les Frontières de la France et bien ton problème reste le même. L'Économie de La France ne sera toujours pas adaptée avec son 57.3% de charge sur son PIB, avec sa philosophie des Fonctionnaires qui veulent garder tous les pouvoirs de l'Education National dont le letmotif est le capital est le mal absolu, le travail c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. La France pour produire de l'égalité a besoin de plus de liberté économique, c'est aussi simple que cela. D'ailleurs le résultat de l'OMC en 10 ans donne "Le pourcentage d’individus ayant moins de 1,25 dollar par jour pour vivre a baissé de façon spectaculaire dans les pays en développement au cours des trois dernières décennies, tombant d’un niveau égal à la moitié de leurs habitants en 1981 à 21 % en 2010 — alors même que la population de ces pays augmentait dans le même temps de 59 %.Donc bien evidement il est normal de considérer que cela n'est assez , mais il vaut mieux la liberté économique qui améliore les choses au dictat de politique qui ne marche pas, et on le voit en France par sa politique Socialiste Marxiste depuis 1945

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bernard Maris - Bruno Bertez - Nicolas Goetzmann

Bernard Maris est un économiste, écrivain et journaliste français. Il est également chroniqueur sur France Inter, et membre du conseil général de la Banque de France.

Bruno Bertez est un des anciens propriétaires de l'Agefi France (l'Agence économique et financière), repris en 1987 par le groupe Expansion sous la houlette de Jean-Louis Servan-Schreiber. Il est un participant actif du Blog a Lupus, pour lequel il rédige de nombreux articles en économie et finance.

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.

Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :


et auteur d'un rapport sur la politique monétaire européenne pour le compte de la Fondapol (2012).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€