Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 22 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’Allemagne, grande perdante de l’élection de Donald Trump

C’est l’Allemagne qui a effectivement perdu les élections américaines. Pendant que les aristocrates français en restent à leurs mimiques déconfites de mondains sidérés, les Allemands ont un peu de souci à se faire : ils sont les grands perdants de l’élection de Trump aux Etats-Unis.

Zut

Publié le
L’Allemagne, grande perdante de l’élection de Donald Trump

La question de l’alliance avec la Russie

Sans que nous n’en soyons forcément très conscients, l’Allemagne entraîne l’Europe depuis plusieurs années dans une politique hostile à la Russie, qui contrarie d’ailleurs la tradition française. Historiquement, en effet, la France s’allie à la Russie pour contre-balancer le poids de l’Autriche et de la Prusse. La construction communautaire a obligé la France à rompre avec cette stratégie séculaire.

L’Allemagne utilise volontiers le bouclier militaire américain pour provoquer la Russie ou se livrer à une guerre d’influence dans l’ancienne sphère prussienne.

C’est notamment le cas en Ukraine. Le renversement d’alliance promis par Donald Trump, et qui pourrait signifier un retour partiel à la logique de partage avec l’Union Soviétique, devrait refroidir les ardeurs allemandes à l’Est.

La question de l’Otan

Parallèlement, Donald Trump a beaucoup dénoncé le coût de l’Otan pour les Etats-Unis. Contrairement à ce qu’a affirmé Hillary Clinton, il n’a pas proposé la "fin" de l’Otan, mais seulement la modification des termes économiques de l’échange actuel. Pour Trump, l’Otan coûte cher et ne rapporte pas assez.

"NATO is unfair, economically, to us, to the United States. Because it really helps them more so than the United States, and we pay a disproportionate share". (L’Otan n’est pas juste, économiquement, pour nous les Américains. Parce qu’en réalité elle les aide plus qu’elle n’aide les USA, et nous payons une part trop élevée).

Tout le monde a compris que Trump allait entreprendre ce que la France aurait dû exiger depuis longtemps de ses voisins : ils vont payer pour leur sécurité. Au premier chef, Trump devrait présenter l’addition à l’Allemagne, qui se vante tant d’avoir retrouvé son équilibre budgétaire…

Flop définitif du Tafta ?

Du côté du libre-échange, Trump a dit tout le mal qu’il pensait des accords commerciaux multilatéraux. Son élection constitue donc un sacré boulet pour le Tafta, auquel Angela Merkel tenait tant. Rappelons là encore que l’Allemagne est le seul grand pays européen exportateur net, donc bénéficiaire du libre échange. La signature du traité constituait donc un enjeu important pour Merkel.

Avec l’arrivée de Trump, les termes même du commerce international pourraient connaître une profonde mutation. Dans la durée, la situation pourrait donc devenir très compliquée pour l’Allemagne.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Benvoyons - 11/11/2016 - 11:17 - Signaler un abus Vous voyez il vaudrait mieux pour vous d'en parler

    avec plus de discernement. J'ai peur que vous regrettiez votre prose sur le sujet :)::))

  • Par adroitetoutemaintenant - 11/11/2016 - 11:21 - Signaler un abus Excellente la photo !

    On dirait la version blanche de Michelle Obama la prognathe.

  • Par zouk - 11/11/2016 - 11:38 - Signaler un abus Opposition allemande à la Russie?

    A. Merkel a-t-elle oublié la tradition allemande de l'Ostpolitik? Au reste, il est vrai que la véritable tradition diplomatique française est de rechercher l'alliance avec la Russie, ce qui nous a sauvés plusieurs fois. Il aura fallu Fabius et Hollande pour de montrer aveuglément pro-américains.

  • Par Deudeuche - 11/11/2016 - 15:23 - Signaler un abus Excellent article si ce n'est l'abus du mot

    prussien! Facile de susciter l'intérêt du lecteur gaulois en brandissant des symboles belliqueux à la Hansi ! Ceci dit l'analyse est pertinente. L'Allemagne gravement libérale-progressiste prise en otage dans ses médias par les Linke et les Verts, sent lentement son "rêve" d'une Europe allemande s'effriter de plus en plus vite. Et cela n'a rien de "Prussien" mais est bien "Allemand"!

  • Par assougoudrel - 11/11/2016 - 15:24 - Signaler un abus On verra certainement moins

    de belles berlines allemandes dans les films et séries américaines. Pour Trump, cela devait sentir l'arrogance. Un sursaut national et on verra à nouveau les américaines. Toyota et Nissan qui ont leurs usines au Mexique et qui les ramènent (leurs voitures) aux USA, verront les taxes grimper bien haut, d'où la chute de la bourse de Tokyo à l'annonce de sa victoire.

  • Par L.Leuwen - 11/11/2016 - 17:21 - Signaler un abus Historiquement faux

    La France ne s'est pas toujours "historiquement" alliée à la Russie contre la Prusse et l'Autriche. En 1870 et en 1939, ce fut même l'inverse. Et les deux fois furent des catastrophes.

  • Par Olivier62 - 12/11/2016 - 12:48 - Signaler un abus L'erreur de nos élites

    Les "génies" qui nous gouvernent ont eu tout faux comme d'habitude. Depuis le départ de de Gaulle, le dernier véritable dirigeant que nous ayons eu, la seule politique menée a été d'abandonner notre souveraineté économique et politique à l'UE et militaire à l'OTAN. Ceci nous a ramené au rang de simple exécutant et de pays de second rang (en attendant le troisième), en voie de dissolution ethnique de surcroît par la politique folle de l'immigration de masse. Maintenant l'UE est un échec évident, et l'OTAN, qui n'était que la mainmise américaine sur le continent, pourrait bien disparaître à son tour, les USA étant peut-être fatigués de payer pour un empire qu'ils n'ont plus les moyens de maintenir !

  • Par lafronde - 12/11/2016 - 16:32 - Signaler un abus Mieux vaut une Allemagne gernanique que turque !

    Le vrai danger en Europe est la colonisation musulmane, turque en particulier, à cause de la solidité du lien communautaire, et de la capacité militaire turque. Il est temps de dire aux allemands que la responsabilité de la prise de pouvoir par Hitler, incombe à la République de Weimar, et son Président du Reich, Hindenburg, revenchiste acharné ! Que si la Nation allemande porte une responsabilité historique, le Peuple allemand actuel, les vivants n'en ont aucune. Qu'il serait temps que les jeunes allemands fondent leur famille et leur lignée. Que l'immigration de masse est en voie de surclasser la Nation germanique chez les jeunes hommes. Un immigré, c'est comme un colon, ça vient avec sa bite et son couteau ! Où est le peuple germanique qui résista aux légions romaines, aux huns, aux mongols, aux turcs, et même aux français ! Peuple allemand, tes chefs te trahissent, des étrangers te dépouillent, réveilles-toi, lèves toi et marche !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€