Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 15 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Alexandre Benalla : scandale d’Etat en raison des agissements du collaborateur d’Emmanuel Macron ou de la tentative de l’Elysée d’étouffer l’affaire ?

Les Français, pourtant habitués à admettre le mensonge comme l’un des outils de la vie politique, semblent cette fois bien moins tolérants, à l’instar des citoyens américains.

Action ou vérité ?

Publié le
Alexandre Benalla : scandale d’Etat en raison des agissements du collaborateur d’Emmanuel Macron ou de la tentative de l’Elysée d’étouffer l’affaire ?

 Crédit CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Atlantico : Dans l’affaire Alexandre Benalla, n’a-t-on pas l’impression que le scandale d’Etat tient moins aux agissements du collaborateur d’Emmanuel Macron qu’à la tentative de l’Elysée d’étouffer l’affaire, à l’utilisation d’une communication politique rodée en décalage avec la réalité ?

Olivier Rouquan : ll y a un peu des deux. Dans un premier temps, il a été considéré que l’affaire en elle-même était secondaire. Ce qui n’est pas le cas. Mais il est vrai que ce qui a d’abord interpellé, c’est en effet le comportement, la gestion, la communication de l’Elysée, bien plus encore que celle du ministère de l’Intérieur, d'ailleurs. 
 
Mais avec les nouvelles révélations, on se rend compte que l’affaire en tant que telle est grave, et on en arrive à un cocktail très explosif.
Il y a à la fois une gestion qui choque, ne serait-ce du fait de la volonté manifeste d’étouffer l’affaire. Et c’est d’autant plus choquant que le nouveau pouvoir, le pouvoir macronien, a fondé une partie de sa légitimité sur sa volonté de rigueur morale, sur la volonté de renouveler les principes, se revendiquant d’une vraie transparence… Il y a le fait important qu’Emmanuel Macron lui-même dans sa communication veut incarner une forme de rigueur sur le plan moral. Donc là, avec cette affaire, il y a un grand écart qui n’est pas tenable, qui choque. Ni Jacques Chirac ni François Mitterrand ne se plaçaient sur ces thèmes dans la posture du donneur de leçon. Le décalage est en effet en lui-même très choquant. Sur le fond, on voit cependant bien que l’affaire est aussi très grave, qu'elle renvoie à des principes informels de la pratique du pouvoir, aux traitements réservés à certains membres de l’entourage présidentiel qu’on croyait relever d’autres époques.
 

L'affaire Benalla met particulièrement en cause la communication de l'exécutif. Une telle affaire se serait-elle déroulée de la même façon dans un pays comme les Etats-Unis ?

Corentin Sellin : Aux Etats-Unis, une telle affaire aurait été gérée différemment, pour plusieurs facteurs. D’une part, et même si le tumulte de l’ère Trump a pu produire une impression de la confusion, la communication présidentielle a un organigramme très clairement défini avec la fonction bien identifiée de press secretary (porte-parole de la Maison Blanche) qui est le seul à pouvoir donner quotidiennement lors de conférences de presse les positions officielles de la Maison Blanche. Cette confrontation quotidienne avec la presse accréditée à la Maison Blanche qui peut devenir très conflictuelle en cas d’actualité chaude sert de première interface entre le président et l’opinion. Mais d’autre part, Truman à la fin des années 1940, avec la diffusion des médias de masse (radio puis télévision), a popularisé par sa formule venue du poker The buck stops here (qu’on pourrait traduire par « la défausse s’arrête ici ») l’idée que le président des Etats-Unis doit toujours assumer en personne et expliquer aux citoyens étatsuniens ses actions ou ses difficultés. Et depuis lors, en cas de scandale, le président s’exprime directement pour apaiser les inquiétudes. Le  «modèle » contemporain du genre est la déclaration télévisée solennelle de Reagan en mars 1987 lors du scandale de l’Irangate (livraison clandestine d’armes à l’Iran pour la libération des otages au Liban). Après avoir choisi un long silence pour laisser la justice pénale et parlementaire faire son travail, face à la chute de sa popularité, Reagan avait repris la main en reconnaissant être à l’origine de l’échange armes contre otages tout en précisant que « son cœur et ses meilleures intentions » lui disaient que ce n’était pas vrai.
 
 

Qu'est-ce qui choque dans le rapport à la vérité dans l'affaire Benalla ?

 
 
Olivier Rouquan : Il y a cette volonté d’assourdir l’écho, de dissimuler les choses. Et on se rend compte progressivement qu’en plus cela serait la haute administration de l’Elysée qui serait concernée, ce qui est véritablement sidérant. Le mensonge. Il n’y a pas à proprement parler un changement de culture, ou un basculement dans une culture à l’anglo-saxonne. Le problème vient du fait que le nouveau pouvoir a fondé du partie de sa légitimité sur son ambition de proposer un nouveau monde qui serait débarrassé des erreurs d’antan. Et comme cela ne se passe pas comme cela, ça choque. 
 

La France renoncerait-elle à une forme de tolérance vis-à-vis du mensonge, qu’elle semblait accepter quand il s’agissait de ses anciens hommes d’Etat mais qui ne passe plus depuis quelques années, comme l’a montré par exemple la désapprobation générale vis-à-vis des mensonges de Jérôme Cahuzac, et encore plus l'affaire Benalla ?

Olivier Rouquan: On sort de 25 ans de problèmes, que cela soit lié au financement de la vie politique ou d’autres types affaires. Il y a 6 ans, François Hollande est arrivé en pleine conscience au pouvoir, et de ce point de vue il a été exemplaire. Le moindre écart de ses collaborateurs a été suivi d’une sanction, ce qui lui a posé des problèmes politiques internes d’ailleurs. Mais de ce point de vue il y avait une conscience des exigences des Français, qui ne cherchent en effet plus à comprendre, parce qu’ils constatent qu’il y a trop d’échecs sur des politiques publiques majeurs. Le niveau d’exigence se reporte donc fortement sur ce genre de choses, sur la déontologie politique. Et le niveau de défiance politique est resté très fort, avant comme après l’élection d’Emmanuel Macron. L'affaire actuelle montre l’effet tout relatif de cette « nouvelle génération politique » qui prétend changer de façon de faire de la politique. Nous vivons un moment charnière, car si l’opinion prête vraiment une oreille à cette affaire, si elle n’est pas encore trop en vacances, la chance que pouvait avoir ce pouvoir de redonner un élan à la démocratie et aux valeurs démocratiques sera passée. Cette affaire va alors faire de gros dégâts, et cela sera un retour brutal au climat qui prévalait auparavant.
 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tubixray - 24/07/2018 - 08:34 - Signaler un abus Un peu des deux ?

    Autant que deux manifestants soient molestés par un fonctionnaire chargé de la sécurité du chef de l'état relève du fait divers sans intérêt (combien de policiers blessés par des individus violents chaque jours ?), autant que l'Elysée tente d'étouffer ou de faire fonctionner des fusibles pour se protéger du statut on ne peut plus douteux de ce brave Alexandre sent le souffre ....Dans la série House of cards, un des rôles secondaires majeurs revient au garde du corps personnel du président des USA; les connaisseurs apprécieront !

  • Par cloette - 24/07/2018 - 08:39 - Signaler un abus cette affaire

    causée par les agissements du collaborateur, ou de la tentative d'étouffement de la part de l'Elysée, est surtout une preuve que quelque chose ne tourne par rond dans ce gouvernement ,le président élu par effraction, sa chambre de députés toute entière à sa botte formés d'opportunistes totalement inconnus apparus dans le paysage, tout est irréel, et les Français n'ont jamais autant mérité d'être qualifiés de veaux ....

  • Par zombikiller - 24/07/2018 - 08:44 - Signaler un abus Alors Hollande a été exemplaire ?

    Et les sorties en scooter ? Ca ne choque plus personne ? Cela n'enlève rien à la gravité de l'affaire Bennala mais de grâce restons honnêtes intellectuellement

  • Par Ganesha - 24/07/2018 - 09:06 - Signaler un abus Actif/Passif

    Que notre président soit homosexuel, la plupart d'entre nous l'avaient deviné depuis son apparition en politique. Nous savons maintenant qu'il est ''passif'', et que son amant actuel est un ''actif'', hyper-viril, qui éprouve de temps en temps le besoin de libérer sa testostérone en pratiquant le combat de rue. Oui, Emmanuel Macron a commis des ''abus de pouvoir'', n'a pas respecté certaines procédures légales, et ses subordonnés vont devoir mentir pour le couvrir. Les français sanctionneront-ils Macron électoralement ? Certainement pas ! Les frasques sexuelles de nos rois et nos présidents nous font sourire, elles nous amusent !

  • Par JG - 24/07/2018 - 09:17 - Signaler un abus Qu'un petit con gauchiste se fasse défoncer la gueule

    Par la police, rien de plus normal, et pour une fois que les gauchos en prennent plein la tête, cela me ferait plutôt rire....Mais par la police, qui a en démocratie le monopole de la violence légitime et est assermentée pour cela, pas par un espèce de barbouze "réserviste de la gendarmerie". Quand on compare entre le lieutenant colonel Arnaud Beltrame et le "lieutenant-colonel"-rapide promotion canapé peut-être ?- Alexandre Benalla, on s'étouffe un peu....

  • Par J'accuse - 24/07/2018 - 09:30 - Signaler un abus Aucun peuple n'accepte les mensonges de ses gouvernants

    Nous serions habitués à admettre le mensonge comme outil politique? Bien sûr que non. C'est uniquement lorsqu'on n'a pas la preuve du mensonge qu'on est obligé de prendre les dires pour argent comptant. Mais là, on l'a: l’Élysée ne parvient pas à justifier les prérogatives et avantages ahurissants accordés à un simple garde du corps, et tous les protagonistes (ministre, préfet, directeur de cabinet, officiers de police) se contredisent et s'accusent mutuellement sur son rôle mystérieux et ses agissements coupables, pendant que Macron feint l'indifférence. Tout ça est évidemment exploité par une opposition décomposée, mais c'est toute la crédibilité présidentielle qui est mise en cause, et donc sa légitimité. Giscard ne s'en était pas sorti avec ses diamants.

  • Par ISABLEUE - 24/07/2018 - 09:54 - Signaler un abus les deux mon général

    ce qui est ahurissant, c'est le choix de ce président de s'entourer de racailles !! Je ne comprends vraiment pas;. c'est très inquiétant pour la république. A moins que c'était "son projet"...... Des inconnus aux dents qui raient le parquet sont arrivés.. comme jupiter est pas mieux, cela ne m'étonne guère.. Ce petit crétin vire un général l'année dernière .... le 14 juillet et embauche une racaille... très très inquiétant...

  • Par Citoyen-libre - 24/07/2018 - 10:00 - Signaler un abus Un client embarassant

    C'est pas si sûr que la Macro-connerie se débarrasse si facilement du Ben Allah. Le gugus, il doit en savoir des choses, et pas qu'un peu !!!!. Et comme il a tout d'un bon catho (pour faire plaisir à Ganesha) on peut être sûr que son prochain job , sera auprès du Pape.....Généralement ces types là fonctionnent au plus offrant. Le contribuable, parce que c'est de ça qu'il est question, un Etat n'a pas d'argent si ce n'est celui des contribuables, risque de passer méchamment au bassinet. Autre point, la vraie question est de parvenir à comprendre, comment un type plus proche de la philosophie que du caniveau, comme Macron, a t-il pu fricoter assez intimement avec un abruti plus proche du caniveau que de la philosophie. Seul un esprit brillant comme Michel Serres pourrait peut-être nous éclairer, sans doute avec humour !

  • Par alainb - 24/07/2018 - 10:06 - Signaler un abus Tout va bien !!!!!!

    Dans quelques jours, nous allons apprendre que ce type est fiché "S" ou bien une seconde affaire MARKOVIC .

  • Par ocean5 - 24/07/2018 - 10:11 - Signaler un abus Hollande....

    Exemplaire !!!, quand un célèbre dialoguiste a dit : " les cons çà ose tout ", il a tout dit, F. Hollande est certainement le plus pourri des présidents de la V, le plus grand des faux cul le plus hypocrite, chez lui tout ce passait par derrière.

  • Par lijaro - 24/07/2018 - 10:13 - Signaler un abus benalla mirebalai ?

    26 ans. état de civil peut etre modifié. zéro parcours professionnel extérieur. zéro état de service dans l'armée ou la police. salaire de haut fonctionnaire. armé, équipé haut de gamme police, secret défense. logement de fonction dans l'antre des secrets de l'élysée... serait-il le mirebalai du royaume de sa majesté?

  • Par GP13 - 24/07/2018 - 10:28 - Signaler un abus La politique vue comme un théatre.....

    Macron s'est donné un rôle de composition, tout comme Fillon, comme d'autres avant eux ,comme Michel Noir. Nous sommes dans un effondrement de nos institutions par la faute d'élus indignes.

  • Par vauban - 24/07/2018 - 10:55 - Signaler un abus Quand l’affaire de violence illégitime va se compliquer d’une

    Affaire de mœurs subventionnées par le contribuable.....Cela va devenir très difficile pour les locataires du quai Branleurs pardon Branly Imaginez les pancartes pour accueillir notre président en France et à l’étranger........L’image de la France? Delanoë avait été plus prudent et discret l’elysee ce n.est pas l.hotel de ville

  • Par lasenorita - 24/07/2018 - 11:18 - Signaler un abus La Ripoublique.

    Un cadre de la Préfecture a déclaré ''sous serment'' que l'Elysée a menti.. Macron serait-il un menteur???..ce qui est sûr:c'est que Macron a appris,dès le 1er mai, les agissements de son ''garde du corps'' et qu'il a CONTINUE à l'employer.. au lieu de le licencier!... LREM=Les Ripoux En Marche...Pourquoi Macron est-il si ''généreux'' (avec les sous des contribuables français) envers toute cette islamo-racaille? Macron reçoit-il des sous des musulmans??..Une bague d'une valeur de 39.000€ est portée par Brigitte depuis quelques mois...Macron a distribué des passe-droits et des privilèges insensés à Benalla POURQUOI???...Quand on protège un voyou, c'est que l'on est, soi-même,un voyou!...Pourquoi Macron a-t-il déclaré, à Alger, que ''la colonisation est un crime contre l'humanité''. .que lui ont- promis et donné les muzz??..On parle beaucoup de Sarkozy et de Khadalfi, mais on se tait sur les ''dons'' reçus par Macron durant sa campagne présidentielle.. Il doit y avoir, sûrement, de ''l'argent sale'' dans ces dons… .mais ''l'argent n'a pas d'odeur'' pour l'arriviste et le ripoux Macron!...

  • Par vangog - 24/07/2018 - 12:08 - Signaler un abus Comment les derniers journaleux gauchistes tentent encore

    de se défausser sur Donald...mais, cette fois-ci, ça ne « marchera » pas! Malgré trois ans d’acharnement médiatique, aucun journaleux gauchiste n’a pu prouver que les russes s’étaient ingérés dans l’élection américaine (et puis, qu’est-ce-que ça aurait changé?...). Pourtant, en France gauchiste, ils ne parviennent pas a investiguer sérieusement sur leurs copains au pouvoir des Français...la peur de la fin des subventions les paralyse sans doute?...alor, c’est plus facile pour eux d’évoquer les USA...mais ce n’est pas le sujet, messieurs les enfumeurs!

  • Par jjames - 24/07/2018 - 12:16 - Signaler un abus 1 BENNE À LA POUBELLE

    Si j'étais Lafontaine je broderai sur la royauté républicaine

  • Par cloette - 24/07/2018 - 12:49 - Signaler un abus A mon humble avis

    Tout commence à partir en c......s

  • Par domdom99 - 24/07/2018 - 13:09 - Signaler un abus Info exclusive...

    Il parait que la contemplation de la situation de Macron fait des miracles... Giscard a repris son accordeon et va en jouer pendant toute la derniere etape du Tour de France Chirac s'est leve d'un bond de son fauteuil roulant en criant vive les bleus Sarkozy, Hollande et Fillon se sont rendus dans 3 filiales differentes de Leon de Bruxelles" et ont tous repris deux fois des moules...

  • Par tiopere 1 - 24/07/2018 - 13:42 - Signaler un abus dérive a l'africaine

    Macron avait bien commencé , puisqu'il avait réussi son coup d'état sans effusion de sang tout en étant minoritaire en voix , mais cela lui est monté a la tète . On se demande en effet comment la famille Macron a pu s'enticher d'un aventurier au culot phénoménal au point de disposer de biens appartenant a la nation pour les lui offrir. Ces actes sont plus proches des coutumes de plusieurs régimes africains que de celles qui règnent dans les pays européens en particulier dans les pays nordiques . La sanction devrait ètre exemplaire , mais la tradition Française permet aux pires des ripoux de s'en sortir sans dommages , voire même de refaire une carrière politique .

  • Par cloette - 24/07/2018 - 13:58 - Signaler un abus eh oui tiopere 1

    ya bon Benania

  • Par kelenborn - 24/07/2018 - 14:47 - Signaler un abus ah

    Je ne pensais pas qu'ils me regretteraient autant:Cher kelenborn, Nous avons bien pris en compte votre demande de non renouvellement de votre abonnement. Celui-ci ne sera donc pas reconduit à la fin de votre période d'abonnement actuelle, soit le 18/08/2018. Nous espérons vous revoir prochainement sur notre site. Cordialement, C'est Ben qui va se faire remonter les bretelles pour m'avoir caviardé

  • Par cloette - 24/07/2018 - 14:53 - Signaler un abus kelenborn

    Vous ne renouvellerez pas votre abonnement, pourquoi donc ?

  • Par LOTHARINGIEN 31 - 24/07/2018 - 15:22 - Signaler un abus PROMOTION ?

    de quelle promotion est issu Mr Benallah qui l'a fait passer de brigadier à lieutenant colonel à l'âge de 25 ans ? que les mauvais esprits ne répondent surtout pas : Promotion Canapé ...

  • Par moneo - 24/07/2018 - 16:02 - Signaler un abus Guerre des polices ?

    la question déjà éludée pourquoi les milliardaire propriétaires des médias se sont lancés contre macron.là est la réponse...et accessoirement ont ils utilisé la guerre des polices réfractaires devant l'idée d'être "coordonnés" par un bureau central ou Benalla aurait été le maître de cérémonie..;( on peut comprendre)

  • Par Citoyen-libre - 24/07/2018 - 16:29 - Signaler un abus Kelenborn

    Si vous partez, je crois que vous me manquerai. Votre humour parfois trop délirant me gênait, et j'appréciai moyennement vos attaques personnelles, un peu en dessous de la ceinture, mais ça faisait partie du personnage, et j'aime les hommes libres. Par contre j'appréciai beaucoup vos analyses, au fond, quand ce matin là, vous n'aviez pas envie de tout prendre en dérision. Ce qui hélas, devient de plus en plus, une très forte tentation face à la Macro-connerie, ou à la Wauquiez-MLP-Fillon-Sarko-Hollande tout aussi pourris et dérisoires.

  • Par Xavier le Normand - 24/07/2018 - 17:58 - Signaler un abus quand on est pas blanc-bleu..."on ferme sa grande gueule"

    Eh oui le Président ne lave pas plus blanc que le blanc, et pour le moins il semble très mal informé sur les choix de ses proches collaborateurs.Il lui reste à assumer, ce à quoi il semble se refuser formellement. Ses grands subordonnés soit se refusent à payer pour lui soit essaient de contredire maladroitement leurs propres déclarations , aux seules fins de rester en cour encore un peu. C'est pitoyable! Que notre Président soit une tante et/ou son épouse une cougar, on s'en fout complètement tant que cela reste dans l'intimité...il nous importe à nous autres que la France soit gouvernée, et pas par quelqu'un qui donne l'impression de ne pas savoir quoi faire, quoi dire!!! Ancien officier supérieur, j'apprécie que le chef commande au sens premier du terme...et donc assume ses erreurs , ses fautes etc...sans quoi comment aura-t-il de nouveau la confiance de ses subordonnés, comment pourra-t-il les regarder les yeux dans les yeux.? Allez Monsieur le Président dites donc ce que vous avez sur le coeur, votre silence en dira hélas long s'il se prolonge....

  • Par Tattegrain - 24/07/2018 - 18:07 - Signaler un abus Affaire d'Etat ?

    Dire que c'est une "Affaire d'Etat" est une aberration. Toutefois, un certain capital de confiance disparaît et ceci ne va pas faciliter la tâche d'E. Macron alors qu'il y a encore tant de réformes à faire. La bêtise d'un lampiste énervé peut compromettre la réforme de la Constitution ! Ah ! que le système démocratique auquel nous sommes presque tous attachés est fragile !

  • Par A M A - 24/07/2018 - 18:15 - Signaler un abus Pas lieu de s'étonner. Il

    Pas lieu de s'étonner. Il fallait s'y attendre. A l'Elysée, où tout est permis, règne une odeur de faisandé. Attendons la suite. Mais tout cela va se dissoudre dans la brume politicienne, dans la chaleur de l'été. Les enjeux sont trop énormes pour que tout soit remis en question par une affaire croustillante et salace.

  • Par essentimo - 25/07/2018 - 06:07 - Signaler un abus Où est

    Charlie Hebdo ?

  • Par Motlibre - 25/07/2018 - 11:15 - Signaler un abus Je suis encore bien plus choquée par autre chose !

    Je trouve encore bien plus inquiétant que notre ministre de l'Intérieur semble à peine savoir qui est ce Benalla, alors même que celui-ci vit dans l'intimité du chef de l'Etat ! Et cela à une époque où, nous dit-on, police et services de renseignement sont "aux aguets" pour débusquer tout risque terroriste ! Mais notre président de la République, lui, peut nommer, apparemment, sans qu'aucun contrôle serré soit effectué et sans que soient épluchés le parcours et les agissements du "favori", qui il veut ? Mais se souvient-on, tout de même, que M. Macron n'est pas juste "chez lui"' à l'Elysée, mais qu'il tient dans ses mains le sort de notre pays, avec le bouton nucléaire à portée de main, et une immaturité et une inexpérience politique flagrante qui plus est ? Le chef de l'Etat n'est-il pas lui-même supposé accepter d'être surveillé, n'a-t-il pas à respecter le rôle de chacun, dont les services de sécurité, et la sécurité du président – donc de la République française – n'est-elle pas du ressort du ministre de l'Intérieur ??? Et le ministre de l'Intérieur n'est pas censé rendre compte devant le Parlement ? Or il semble qu'il n'ait pas eu grand-chose à dire !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Olivier Rouquan

Olivier Rouquan est docteur en science politique. Il est chargé de cours au Centre National de la Fonction Publique Territoriale, et à l’Institut Supérieur de Management Public et Politique.  Il a publié en 2010 Culture Territoriale chez Gualino Editeur,  Droit constitutionnel et gouvernances politiques, chez Gualino, septembre 2014, Développement durable des territoires, (Gualino) en 2016, Culture territoriale, (Gualino) 2016 et En finir avec le Président, (Editions François Bourin) en 2017.

 

Voir la bio en entier

Corentin Sellin

Professeur agrégé d'histoire CPGE. Spécialiste de politique américaine. Il est le co-auteur des EtatsUnis et le monde (1823-1945) aux Editions Atlande (2018).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€