Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 08 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Alexandra Laignel-Lavastine : "Quand la haine des Juifs et de l’Occident s’avance sous le masque de l’antifascisme"

Dans son essai, "La Pensée égarée", la philosophe dénonce l’interminable aveuglement des prêtres du politiquement correct. À ses yeux, ces clercs obscurs continuent d’armer le bras des assassins et se font ainsi les meilleurs agents électoraux des nouveaux populismes européens.

Réquisitoire

Publié le
Alexandra Laignel-Lavastine : "Quand la haine des Juifs et de l’Occident s’avance sous le masque de l’antifascisme"

"La haine des Juifs et de l’Occident s’avance sous le masque de l’antifascisme". Crédit Reuters

Atlantico  : Vous dénoncez avec vigueur la complaisance de trop nombreux intellectuels à l’égard de l’islam radical ou "identitaire". Vous nous refaites La Trahison des clercs de Julien Benda ?

Alexandra Laignel-Lavastine : Lulien Benda fustigeait en 1927 l’étrange fascination de ses pairs pour le fascisme, leur « religion du particulier » et leur « mépris de l’universel ». Il se trouve que je suis une historienne du fascisme et j’observe une rhinocérisation analogue depuis le 11-Septembre, si ce n’est qu’elle se déploie désormais… au nom de l’« antifascisme » ! Consternant. Par crainte d’alimenter « l’islamophobie » et pour cause de substantif amalgamant, l’Europe pensante s’est illustrée dans le déni et l’art de se crever mentalement les yeux face à l’émergence du nouveau totalitarisme : l’islamisme.

Après les massacres de janvier 2015, on aurait pu croire que ces esprits faux devenus fous se tapiraient dans la honte — décence minimale oblige. Et bien non ! Ils ont réussi à nous faire retomber dans « l’avant-Charlie » aussitôt après : voilà que le 11 janvier serait une « imposture » et qu’il ne s’agit déjà plus de combattre l’islam radical ou antisystème des banlieues et leurs compagnons de route, mais le Front national, le « Parti de l’ordre » et les « islamophobes »… Le président François Hollande vient d’en remettre une couche dans son discours au Panthéon en parlant, avec un pluriel hautement confusionniste, « de devoir de vigilance face aux haines de la démocratie » — trois poncifs en une proposition, un exploit ! Alors oui, nous assistons à une nouvelle et gravissime déraison des clercs.

Où risque de nous emmener cette pente régressive ?

Droit dans le mur, ou plutôt vers une Europe submergée par la vague nationale-populiste qui monte partout. Magnifique « première » : ce sont cette fois nos élites somnambules et enivrées par leur politiquement correct qui risquent de porter l’extrême droite au pouvoir et de faire ainsi advenir le politiquement abject. Il est suicidaire de continuer à ne pas prendre en charge les angoisses identitaires, l’insécurité culturelle et les inquiétudes qu’inspire l’islam à plus de la moitié des Européens. Ces derniers sont déjà désemparés par une mondialisation qui les détrône et les déprime tant ils ont le sentiment d’y avoir perdu la maîtrise de leur destin. Cette conjoncture est très dangereuse. Les gens — à commencer par les musulmans éclairés qu’on méprise —, voient bien que des discordances opposent souvent le corpus de valeurs européen à celui porté par une partie de l’immigration musulmane — sur la laïcité, l’égalité des sexes, le droit d’être différent de sa différence, le primat de l’individu autonome sur le groupe culturel d’origine, le blasphème, un délit abrogé en France depuis 1791. Un seul exemple parmi beaucoup d’autres de ce clivage dérangeant : dans les années 2000, quand les caricatures de Mahomet enflammaient déjà le monde arabe, huit musulmans sur dix en Europe de l’Ouest incriminaient le non-respect de leur religion. Proportion inversée chez les non-musulmans qui pointaient au contraire l’intolérance des fidèles du Prophète. Nous avons perdu une bonne décennie de rattrapage pédagogique. Depuis, le bébé est tombé dans le bain. À se demander si les aveugles n’espèrent pas secrètement le retour de la bonne vieille « bête immonde » pour s’épargner d’épuisantes contorsions devant cet islamo-fascime qui ne cadre pas avec leur catéchisme binaire et rance : d’un côté une Europe ontologiquement coupable, de l’autre des « damnés de la terre » forcément innocents. On ne saurait en tout cas mieux s’y prendre. Le Mal surgit de ce qu’ils croyaient être le « camp du Bien » ? Ils répondent en interdisant aux faits toute incursion dans l’univers de leurs croyances idéologiques. C’est le règne de la pensée magique. Ces antiracistes égarés sont presque aussi effrayants que les islamistes enragés.

Vous vous estimez encore de gauche ? Vous êtes sûre qu’elle ne vous a pas perdu, vous aussi ?

e n’ai jamais abandonné l’héritage universaliste de la gauche : c’est elle qui m’a abandonné avec beaucoup d’autres intellectuels qualifiés de « néo-réactionnaires » (traduction : des défenseurs de l’héritage des Lumières) — un comble ! La vérité, c’est que la gauche a rompu avec elle-même en délaissant le combat pour la liberté et l’égalité des droits individuels au profit de la théologie multiculturaliste, du culte des particularismes et de la relativité des valeurs. Bref, elle nous fait du lepénisme à rebours. Religion du particulier, mépris de l’universel, disait Benda… Nous y sommes derechef. Du coup, j’avoue que la droite républicaine modérée me semble plutôt mieux armée pour traiter les grands problèmes du jour. Parce que l’accès à la réalité du fondamentalisme lui est facilité par l’absence de surmoi tiers-mondiste, d’où sa lucidité face à la recrudescence de la haine des Juifs et de l’Occident quand elle émane de prétendus « déshérités ». Et parce qu’en valorisant davantage la responsabilité, elle évite cette rhétorique de l’excuse qui commence à friser l’indécence : Merah était un enfant des cités, mais les trois soldats d’origine musulmane qu’il a assassiné — des hommes debout et des Français exemplaires —, l’étaient aussi.

• La Pensée égarée. Islamisme, populisme, antisémitisme. Essai sur les penchants suicidaires de l’Europe, Grasset, 220 pages, 18 €.

Prix de la Licra 2015.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ISABLEUE - 01/06/2015 - 10:43 - Signaler un abus Rhinocérisation ??

    Mais encore ??

  • Par ISABLEUE - 01/06/2015 - 10:46 - Signaler un abus Merah étant enfant des cités qui n'avait jamais bossé de sa vie

    les trois soldats étaient français et faisaient quelque chose de leur vie !. Je ne comprends pas l'origine musulmane.... La Musulmanie est-elle un pays ??? C'est la novlangue de goche ??

  • Par Texas - 01/06/2015 - 11:54 - Signaler un abus Clercs obscurs ( la redaction est en forme )

    On en ferait bien un tract à larguer sur Solferino de cet article ! .

  • Par adroitetoutemaintenant - 01/06/2015 - 15:24 - Signaler un abus Mais comment donc

    cette femme, semble-t-il intelligente, a-t-elle encore le courage et l'audace de se dire de gauche après tous les génocides opérés en son nom ?

  • Par Deudeuche - 01/06/2015 - 20:29 - Signaler un abus Les 3 soldats n'étaient pas tous musulmans

    l'un était chrétien, arabe, mais chrétien.

  • Par vangog - 02/06/2015 - 00:32 - Signaler un abus L'extrême-droite....politiquement abjecte???....

    Je me suis arrêté de lire à ce grand moment de littérature primaire...je n'avais d'ailleurs rien appris des premières lignes!

  • Par La science - 23/11/2015 - 16:28 - Signaler un abus Merah ne savait pas que 2 des 3 soldats etaient musulmans,

    Merah ne savait pas que 2 des 3 soldats etaient musulmans, il avait repondu une annonce pour des militaires. C4est des militaires qu'il visait.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandra Laignel-Lavastine

Alexandra Laignel-Lavastine est philosophe, essayiste et journaliste. Elle a reçu le prix de L’Essai européen en 2005 pour Esprits d’Europe : autour de Czeslaw Milosz, Jan Patocka, Istvan Bibo (Calmann-Lévy, 2005 ; Folio Gallimard, 2010) et a beaucoup publié sur le fascisme intellectuel des années 30. Elle est l'auteur de La pensée égarée - Islamisme, populisme, antisémitisme : essai sur les penchants suicidaires de l'Europe aux éditions Grasset, paru en mai 2015.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€