Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 15 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Alerte sur le niveau de lecture des petits Français : la faute à qui ? À nous tous (oui, vous aussi)

Les compétences en lecture des petits Français ne cesse de régresser. Oui l'école est en partie responsable. Mais elle n'est pas la seule...

Ecole

Publié le
Alerte sur le niveau de lecture des petits Français : la faute à qui ? À nous tous (oui, vous aussi)

Un paragraphe choc s'étale dans les unes des journaux nationaux : « Les compétences en lecture et compréhension des petits écoliers français en classe de CM1 sont en baisse par rapport au début des années 2000. L'étude internationale Pirls réalise ce test tous les cinq ans depuis 2001 dans cinquante pays et la France se place en 34ème position. Elle a le privilège avec les Pays-Bas, de régresser. Le problème est que ce n'est pas une surprise et les commentateurs qui pointent l'école du doigt pratiquent la simplification outrancière, comme si un tel classement, pour une démocratie de premier plan, pouvait tenir d'une responsabilité unique.

A l'école...

Que l'école balaie devant sa porte, si elle n'a pas tous les torts, elle en a quelques-uns. Elle lit et fait lire moins et moins longtemps. Le temps consacré aux apprentissages des bases du français a diminué drastiquement et un certain nombre de règles de français ne font plus l'objet d'apprentissages systématiques. A partir du CP, la lecture c'est comme le sport, plus on lit et mieux on lit, plus on systématise, avec des apprentissages par cœur, plus la lecture devient une habitude, un réflexe, quelque chose qui ne passe plus par le décryptage ânonné et laborieux entendu chez une majorité d'élèves de fin de CP, quand on en est là. Mais également, l'apprentissage de la langue passe par l'écrit, décrété rébarbatif et souvent délaissé, voire abandonné, au profit de cette chose supposée magique qu'est le clavier. Détrompons nous, tracer, c'est s'approprier, reconnaître, engranger, structurer et mettre en application ces règles devenues non ou peu apprises. Cette perte de sens et d'exigence ne date pas d'hier, elle a lentement fait son nid depuis une vingtaine d'années et plus même, mais les résultats tangibles sont là.

 

Ces élèves de CM1 d'aujourd'hui, testés en berne, sont les élèves de CP de Vincent Peillon, Benoît Hamon et Najat Vallaud-Belkacem, plus préoccupés de temps scolaires, avec une réforme en quatre jours et demi sur laquelle tout le monde sera revenu à la rentrée 2018. Du tripatouillage pour rien donc. Plus préoccupés aussi de grandes causes sociales : la lutte contre l'homophobie dès le CP, par exemple, si ce n'était pas si grave, on en rirait. Mais aussi la nutrition, le tri sélectif des déchets, le secourisme, le brevet de piéton, qui n'ont rien à faire à l'école, laquelle alterne les sensibilisations à une alimentation saine et la fête des anniversaires en classe avec des sodas, des gâteaux et des bonbons, on n'en est plus à une contradiction près. Plus préoccupés encore, de politique, avec la théorie du genre qui a fait couler beaucoup d'encre, l'accompagnement des sorties scolaires par des femmes voilées, les tentatives sans cesse alambiquées pour obliger les parents à une mixité ethnique à laquelle ils se refusent. Sur ces trois volets, l'école a laissé entrer en son sein des conflits et des préoccupations qui n'ont rien à faire dans les cartables, perdu beaucoup de temps et surtout perdu de vue ses missions principales. Mais le terrain était déjà bien prêt pour ces trois ministres dont on ne gardera pas un grand souvenir.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Djib - 06/12/2017 - 10:24 - Signaler un abus Ca n'aurait rien à voir ...

    avec de plus en plus de classes où le petit Français de souche devient une bête curieuse et où tous les autres sont enfermés par leurs parents dans un ghetto culturel haineux et rétrograde, comme en témoignent les paraboles de leurs logements, tournées vers le sud? Bon je dis ça, je dis rien.

  • Par Mario - 06/12/2017 - 11:10 - Signaler un abus une question bête des

    une question bête des quartiers défavorisés, il n'y en a qu' en France? et si on n'est pas capable d'apporter l'enseignement nécessaire à ces nouveaux venus , pourquoi les faire venir , sachant qu'on n'a pas de boulot , d'argent et de logements depuis les années 80?

  • Par kelenborn - 06/12/2017 - 11:16 - Signaler un abus OUI

    On ne peut que souscrire entièrement à ce que dit ce monsieur: oui Ferry a raison et ce fut le seul ministre de l'éducation respectable avec aujourd'hui Le Blanquer. Le politiquement correct et sa gangrene sont coupables mais la "femellisation" de la société (quel horreur fachosphérique) n'y est pas pour rien non plus : montée des impératifs de protection au détriment de l'action ). Les ordures terranovistes ont eu ce qu'elles voulaient( dézinguer l'ascenseur social) , enfin presque car il est encore loisible de se tourner vers l'école privée si la publique est trop pourrie: Un bémol quand même: Pierre Duriot est un résistant comme il y en avait peu en 1941: où sont ses petits camarades? Ah oui: ils chantent "Belcassine nous voila"!

  • Par MALOR - 06/12/2017 - 11:20 - Signaler un abus Ouf! Enfin un bol d'air!...

    Enfin des vérités qui dérangent mais qui prennent vraiment en compte toutes les causes de ce naufrage.Mais sont-elles audibles par les corps d'inspection trop souvent totalement hors sol?

  • Par assougoudrel - 06/12/2017 - 11:24 - Signaler un abus Ce n'est pas le chevelu

    Juppé qui a dit que "l'immigration est l'avenir de la France"!?

  • Par jurgio - 06/12/2017 - 11:29 - Signaler un abus Comme on entend aussi bien qu'on écrit

    la baisse des capacités mentales devait être un atout pour certains politiques.

  • Par hermet - 06/12/2017 - 13:16 - Signaler un abus Juppé

    Si l'immigration est l'avenir de la France, l'émigration est l'avenir des Français.

  • Par Anguerrand - 06/12/2017 - 14:49 - Signaler un abus Mais le problème est aussi issu des enseignants eux meme

    Ils sont d'une génération qui a appris à lire et écrire avec entre autres la méthode globale et n'écrivent plus une ligne sans faire de fautes. Alors leurs eleves ne peuvent être supérieur à leurs instits ! C'est tellement vrai que l'actuel ministre de l'EN, remarquable en faisant tout le contraire de Belkem, veut faire faire des stages de remises à niveau des enseignants. Dans certaines matières certains ont été reçu au concours des profs avec des notes de ....4,3 / 20 . Merci Najat. Et puis l'immigration n'a rien arrangés surtout pour des enfants veulent travailler mais sont obligés de s'aligner sur le niveau le plus bas.

  • Par morsang - 06/12/2017 - 15:04 - Signaler un abus la lecture,ce vice impuni

    On a fait en France du livre un objet à part tellement noble qu'il ne saurait s'assimiler à une vulgaire marchandise et c'est ainsi que le prix du livre comme celui des médicaments a'un prix défini par l'éditeur qu'il est interdit de ne pas respecter.(corporatisme quand tu nous tient) Et l'on constate par ailleurs que l'éducation nationale fabrique à la chaine des illétrés qui n'ouvriront jamais un livre . Finalement les choses sont bien faites le livre est un produit trop cher mais comme quasiment personne ne lit...

  • Par cloette - 06/12/2017 - 15:41 - Signaler un abus « Mais comment ne pas

    « Mais comment ne pas regretter la sagesse d’avant, comment ne pas donner un dernier souvenir à cette innocence que nous ne reverrons plus. […] On ne parle aujourd’hui que de l’égalité. Et nous vivons dans la plus monstrueuse inégalité économique que l’on ait jamais vue dans l’histoire du monde. On vivait alors. On avait des enfants. Ils n’avaient aucunement cette impression que nous avons d’être au bagne. Ils n’avaient pas comme nous cette impression d’un étranglement économique, d’un collier de fer qui tient à la gorge et qui se serre tous les jours d’un cran. […] De tout ce peuple les meilleurs étaient peut-être encore ces bons citoyens qu’étaient nos instituteurs. Il est vrai que ce n’était point pour nous des instituteurs, ou à peine. C’étaient des maîtres d’école. […] " QUI a écrit cela ? et quand ? Aujourd'hui ?

  • Par vangog - 06/12/2017 - 21:12 - Signaler un abus Le nivellement par le bas socialiste!

    Les causes de cette régression? L’abandon des enseignements structurants et fondamentaux au profit d’enseignements parasites, alternatifs...inutiles! Et puis, l’abandon de l'émulation: les notes « traumatisantes » selon une gauche déjà très traumatisée, elle-même...fin du redoublement censé écarter les retardataires...l’immigration à but électoral, sans goût pour la France, méprisante de ses symboles et de enseignements, encouragée par des enseignants neo-trotskystes rétrogrades et falsificateurs d’histoire...une avalanche d’erreurs gauchistes! un naufrage prévisible...

  • Par cloette - 06/12/2017 - 23:14 - Signaler un abus Celui qui dit dans mon texte

    Celui qui dit dans mon texte précédent que c’etait mieux avant et que les instituteurs étaient meilleurs avant est mort en 1914 ( Ch Peguy)

  • Par Carl Van Eduine - 07/12/2017 - 07:57 - Signaler un abus La faute à qui ?

    Ce n'est pas la faute de l'école si l'on privilégie les intérêts communautaristes au bien commun. Ce n'est pas la faute de l'école si l'excellence républicaine a été tuée par une fiscalité déresponsabilisante. Ce n'est pas la faute de l'école si le politique chaque jour enfonce de plus en plus le pays dans la dette. Ce n'est la faute de l'école si l'on paye nos intellectuels à déconstruire aujourd'hui quand ils sont incapables de proposer un projet demain. Ce n'est pas la faute de l'école si l'hydre antisémite se réveille. Ce n'est pas la faute de l'école si la laïcité n'est plus que ce qu'elle était autrefois, une arme contre les catholiques. Ce n'est pas la faute de l'école si chaque jour, Darwin y meure un peu. Ce n'est pas la faute de l'école si les grands hommes d'hier sont jugés par les crétins d'aujourd'hui. Ce n'est pas la faute de l'école si la femme n'est pas de facto l'égale de l'homme. Ce n'est pas la faute de l'école si de vains pédagogistes la régulent, sans qu'elle n'apprenne la pédagogie. Ce n'est pas la faute de l'école, si l'éthique politique oublie l'impératif de Kant et privilégie la gestion des notes de frais. C'est de sa responsabilité, et de la nôtre.

  • Par pale rider - 07/12/2017 - 08:29 - Signaler un abus Ma faute , oh non ! Mes enfants lisent et écrivent tres bien

    Mais à quel prix ! 20 ans à les suivre , les encourager au quotidien et sans relâche. Une lutte contre l'éducation nationale pieds à pieds car cette dernière prêchait la lecture globale qui a failli emporter à tout jamais ma cadette. Une éducation nationale souvent servie par des larbins serviles, lâches, incultes qui servent l'ogre œillères bien fermées , oreilles bien bouchées et divulguent à l'envie l’idéologie gauchisante, malheur aux déviants ! Parfois dans ce parcours à travers les ruines fleurit un enseignant résistant, quel bonheur alors ! C'est tellement rare mais il faut les saluer, ils existent , nombreux . Le mammouth est presque mort , enfin ! Faisons en sorte que ces nombreux courageux prennent le relais

  • Par lasenorita - 07/12/2017 - 14:21 - Signaler un abus Autrefois...

    Autrefois, nous obtenions de meilleurs résultats en orthographe! Les bacheliers ne faisaient pas de fautes d'orthographe! Peut-être que les enseignants et les élèves attachaient plus d'importance à la ''langue française'' qu'actuellement.... ainsi mes sœurs,qui ont quitté l'école à l'âge de 14 ans, avec le Certificat d'Etudes, à Alger, ne font pas de fautes d'orthographe....pour obtenir ce Certificat d'Etudes il ne fallait pas avoir zéro dans une matière, or si on faisait 5 fautes en orthographe, c'était éliminatoire: on comptait la ponctuation (un quart de faute),les fautes ''d'usage''(une demi-faute),les fautes de grammaire (une faute entière):c'était au temps de ''l'Algérie française'' et les musulmans, également, parlaient et écrivaient correctement ''le français''...

  • Par A M A - 07/12/2017 - 16:58 - Signaler un abus La faute à nous tous? Il ne

    La faute à nous tous? Il ne faudrait quand même pas exagérer. On peut quand même se désolidariser d'un système semblant être soigneusement organisé pour faire des petits français de parfaits abrutis..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Duriot

Pierre Duriot est enseignant du primaire.

Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les familles.

Il est l'auteur de Ne portez pas son cartable (L'Harmattan, 2012) et de Comment l’éducation change la société (L’harmattan, 2013). Il a publié en septembre Haro sur un prof, du côté obscur de l'éducation (Godefroy de Bouillon, 2015).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€