Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 16 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Airbnb, le grand méchant qui chagrinait tant la mairie de Paris

Posséder un bien, en France, fait immédiatement de vous un nanti, un riche, un propriétaire ventripotent. Si, par quelque malice torve d’un destin crapuleux, vous poussez le vice jusqu’à louer votre bien au lieu d’y séjourner, fortes sont les chances que vous ne soyez qu’un de ces méprisables vendeurs de sommeil. Et si ce n’est pas le cas, vous mériterez de toute façon le pal fiscal et la taxe vexatoire.

Collectivisme

Publié le

Ben voyons.

Mesure, calme, pondération et précision, toutes qualités dont le collectiviste moyen saura se départir avec rapidité si une belle taxation est à la clé : vite, lançons Bercy sur la piste et tentons de récupérer le magot en utilisant l’excuse facile du « Rassurez-vous, c’est pour votre bien. C’est français, c’est l’Etat français. »

Chaque jour qui passe démontre s’il était besoin le paradigme dans lequel s’est volontairement placé une partie du pays, de ses dirigeants et de son administration : en donnant la parole et – pire !

– le pouvoir à toute une clique de collectivistes à la petite semaine, en fournissant un véritable boulevard au socialisme et à tous ces adeptes d’une redistribution forcée, la France s’écarte tous les jours de la croissance et de l’enrichissement de la population.

On régule, on encadre, on taxe, on traque, on dénonce, on spolie et on se retrouve, après quelques décennies de ce régime stupide, avec un pays en ruine, une classe moyenne percluse d’impôts, un niveau de vie en baisse, un chômage galopant et des créateurs de richesses qui s’expatrient, discrètement, loin de ces tsunamis d’idioties. Et pour lutter contre ces fléaux, que proposent nos élites ? Plus d’impôts, plus de taxes, plus d’encadrements, pardi !

Forcément, ça va bien marcher.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

H16

H16 tient le blog Hashtable.

Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€