Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Air France : ce "Je vais bien, ne t'en fais pas" qui reste inquiétant

Air France va mieux. C’est en tout cas ce qu’on peut lire un peu partout dans les médias. Le groupe a en effet annoncé avoir dégagé un bénéfice d’exploitation au cours de l’année 2015, une première depuis 2008, tandis que la valeur du titre a bondi de 10 % en janvier, dans un marché en baisse de 7,5 %. Il n’en fallait pas davantage pour que la presse annonce la fin du plan B, et le retour aux jours heureux. Grisant mais étonnant.

On efface tout et on recommence

Publié le
Air France : ce "Je vais bien, ne t'en fais pas" qui reste inquiétant

Nouveau plan de réformes tout beau tout neuf, vraiment ?

« Air France referme la parenthèse du plan B » (Boursorama), « Le nouveau plan d’Air France exclut tout départ contraint d’ici à 2018 », (Le Monde),« Des possibilités d’embauche prévues dans un nouveau plan » (RTL Emploi). A lire les titres de la presse ces derniers jours, l’impression est donnée que le groupe Air France en a fini avec sa cure d’austérité, et démarre l’année avec des objectifs de croissance ambitieux. Ce n’est qu’en partie vrai.

Oui, le comité central d’entreprise (CCE) extraordinaire du 15 janvier dernier a promis une augmentation du nombre d’avions, qui passera de 104 avions en 2017 à 109 en 2020.

Oui, il a annoncé l’ouverture de nouvelles lignes, et présenté des bénéfices pour les salariés, notamment pour les pilotes qui verront leurs carrières se débloquer plus sûrement. Oui, cette stratégie prévoit un peu plus de croissance, et redonne le moral en interne. Mais concrètement, ce nouveau plan ressemble à s’y méprendre au plan A, ou plan Perform 2020, présenté par le PDG d’Air France Frédéric Gagey en 2015.

Comment expliquer que le personnel d’Air France et les médias aient la mémoire aussi courte ? A l’époque, le plan Perform avait été éclipsé par la menace du plan B, brandie par la direction en cas d’échec de cette première mouture. Une menace qui avait braqué tout le monde, occupé toute l’attention médiatique et syndicale, au détriment du plan A, dont les grandes lignes étaient passées inaperçues. Revoici donc ce dernier légèrement toiletté, légèrement dopé à la croissance, et tout le monde est ravi. Preuve que Perform 2020 ne devait pas être si mauvais. Preuve aussi qu’on s’était à l’époque emballé pour pas grand chose, et que tout est une question de perspective.  

Adieu le plan B… ou pas  

Si Perform 2020 vient d’être remis au goût du jour, il ne sonne pourtant pas le glas du plan B, comme on a pu le lire un peu partout. Le premier volet de ce plan, celui de 2016, est en effet engagé, faute d’accords avec les personnels lors des négociations. Tout l’enjeu du nouveau plan présenté le 15 janvier est justement de sortir de ce plan B le plus vite possible pour rejoindre une trajectoire de croissance, le but étant d’éviter la reconduction du plan B pour la tranche 2017, la plus lourde en emplois supprimés et en attrition d’activité.

Nouveau DRH pour un nouveau départ ?

Et pour parvenir à un accord avec les personnels, tous les yeux se tournent vers Gilles Gateau. L’ancien numéro deux du cabinet de Manuel Valls à Matignon s’est installé le 15 janvier dans le fauteuil de DRH d’Air France, en lieu et place de Xavier Broseta. Ancien dircab au ministère du Travail, Gateau est rompu au dialogue avec les syndicats, et plutôt apprécié de ces derniers, qui louent son sens de l’écoute. Une lune de miel que ne boude même pas le SNPL, syndicat majoritaire des pilotes pourtant pas spécialement connu pour sa jovialité envers la direction, ce qui ne l’a pas empêché de saluer une vidéo internet du nouveau DRH.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par OLYTTEUS - 01/02/2016 - 21:26 - Signaler un abus Etat français et Af-Klm

    Air France est trop lié à l'Etat et à ses dirigeants. Ceux d'AF sont entre deux chaises:l'Etat et le conseil d'administration.les pilotes sont de grands gatés qui se voient trop beaux et malgré les tarmacs vides d'avions d'AF , continuent de ne pas croire en la fragilité de la compagnie. La direction en changeant de cap,de discours brutalement vient de leur donner raison!!!!! mais cette volte face doit probablement beaucoup au gouvernement....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jacques Tarmac

Jacques Tarmac est un manager anonyme qui travaille au siège d’Air France depuis une dizaine d’années. Il a décidé de parler car il ne supporte plus les privilèges, les conservatismes, les ingérences politiques et syndicales et surtout le manque de fermeté de la direction générale, qui empêchent cette société d'être gérée comme une vraie entreprise, la conduisant lentement à sa perte.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€