Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 16 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Air France tombe dans l’œil du cyclone social. Air France n‘est pas immortelle, contrairement à ce que croient les pilotes

Pour sauver Air France, il existe deux solutions : faire appel à l’Etat en demandant au contribuable de payer l‘addition ou alors faire appel à des actionnaires étrangers.

Atlantico Business

Publié le
Air France tombe dans l’œil du cyclone social. Air France n‘est pas immortelle, contrairement à ce que croient les pilotes

La situation à Air France est devenue inextricable et la réalité, c’est que la compagnie, qui était en voie de redressement s’est mise en risque devant la concurrence. Contrairement à ce que beaucoup de personnels croient, Air France n’est pas immortelle.

Le transport aérien est en situation de concurrence très dure. Le pétrole coute cher, pour tout le monde, à l’exception peut être des compagnies du Golfe. Les avions coutent chers, les conditions de sécurité coutent chères et les droits d’atterrissage coûtent chers.

La seule variable sur laquelle peuvent jouer les compagnies pour survivre et pour se développer se situe dans la gestion du personnel. Un équilibre entre le cout en salaires et la qualité de services qui fidélise la clientèle.

Air France a fourni un effort considérable pour se redresser et surtout pour éponger son endettement. L’effort est tel que les résultats de l’exercice ont été plutôt satisfaisants, à tel point que certaines catégories de personnes (les pilotes en particulier) ont demandé à participer à ces résultats sous forme de rattrapage de salaires.

Le message a été entendu sauf que pour la direction, les frais de personnel sont encore presque 10% supérieurs à la moyenne de ce qui se passe dans les autres compagnies. Ne parlons pas des lowcost qui, avec un modèle très sobre, réussissentà drainer une grande partie de la clientèle nouvelle.

La direction a toujours pensé que Air France n’était pas sortie des zonesà risque. Il lui fallait reconstituer des réserves et financer des investissements pour affronter la concurrence et surtout, pour amortir une crise internationale comme en 2008 et 2009, qui a collé au sol bien des compagnies.

Le conflit est donc né de cette incompréhension.

Le problème, c’est que maintenant, la compagnie a perdu beaucoup d’argent, près de 300 millions d’euros, pratiquement l’équivalent de ce qu’aurait couté l’ajustement des salaires réclamé.

Comme il s’y était engagé, le PDG a présenté sa démission après les résultats du referendum, mais ce départ ne règle rien. Il met les actionnaires dans une situation un peu embarrassante. Et comme l’Etat français est encore un actionnaire important bien que minoritaire, il va lui falloir trouver l’oiseau rare. Le manager qui connaitrait bien le transport aérien mais qui en plus va devoir affronter cette fronde sociale. Pas facile.

Pas facile parce que si Air France n’est pas menacée, Air France, dans son identité actuelle, n‘est pas immortelle.

Il faudra bien poursuivre le plan stratégique, retrouver des moyens de se développer et financer le gâchis de la grève.

C’est au conseil d’administration de trouver une solution et au seuil de ce conseil, ça sera à l’Etat de donner le là.

Deux solutions : ou l’Etat accepte de reprendre le lead et de reprendre une participation financière. Mais c’est évidemment le contribuable qui devra payer.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par A M A - 05/05/2018 - 10:19 - Signaler un abus Qatar Airways est aux aguets

    Qatar Airways est aux aguets pour rafler les activités du grand corps malade. Doha ne manque pas d'appuis au plus haut niveau....

  • Par Ex abrupto - 05/05/2018 - 11:07 - Signaler un abus Et si l'état

    rachetait la marque "AIRFRANCE" et logo etc... Et on laisse crever cette société telle qu'elle est. Et on la recrée ensuite....en filtrant les embauches. Et en traitant mieux son petit personnel. De toutes façons il y a belle lurette que je ne vole plus sur AF à cause du comportement de ses pilotes...

  • Par gerard JOURDAIN - 05/05/2018 - 11:33 - Signaler un abus ça coûte..;tout ça...

    Fermons air France. Nombreux Français ne prennent plus cette compagnie. Trop de risque de grève; pas sympa et tarif pas mieux; Alors le rapport qualité prix est in the street...

  • Par Atlante13 - 05/05/2018 - 11:42 - Signaler un abus Faut pas rêver,

    si l'Etat pouvait racheter la marque AF, d'abord ce serait avec de nouveaux impôts, ensuite rappelons que l'Etat ne possède qu 16% d'AF actuellement et les autres actionnaires risquent de ne pas accepter de vendre. Ensuite si c'est pour re-créer ce qui existe déjà, aucun interêt car l'Etat est le plus mauvais employeur et gestionnaire qui soit. L'Etat n'est qu'un conglomérat de politiciens opportunistes et incompétents qui se mettent d'accord ponctuellement mais jamais de façon durable. Toutes les entreprises nationales sont des catastrophes financières.

  • Par assougoudrel - 05/05/2018 - 12:23 - Signaler un abus J'ai travaillé 4 ans les les aéroports parisiens

    Un employé d'Air France commence son travail quand il a mis la clé dans sa serrure pour partir et il finit quand il remet la clé au retour. Il est payé pour son trajet domicile- travail. Les avions partent avec du retard, car ceux qui sont responsables de l'embarquement ont ce retard ajouté sur leur retraite. Les équipages veulent être logé au Carlton à l'étranger. Si il n'y a pas de place, ils montent dans l'avion jusqu'à la prochaine escale pour un autre hôtel Carlton réservé. Les employés ont droit à des voyages payés 10% du billet, à condition qu'il y ait de la place dans les avions. Tous les moyens sont bons pour qu'il y en ait. J'ai connu un qui était au guichet et qui habitait la Réunion (un métropolitain); il n'a jamais eu de problème pour rentrer à la maison au moins une fois par semaine. Il faisait des heures sup et avec les RTT, il organisait ses allers et retours Paris-La réunion. Comme j'avais mes entrées jusque dans les avions, j'avais droit aux prêts de livres, de CD et autres choses au CE (40 000 livres dans la bibliothèque) et je mangeais pour trois fois rien dans leurs cafétérias et autres points repas du personnel. On peut écrire un livre sur leurs privilèges.

  • Par Pharamond - 05/05/2018 - 12:31 - Signaler un abus Le nouveau PDG

    Quel investisseur bien dans sa tête va investir dans une entreprise sous perfusion? On suggère de nommer JL.Mélenchon et son équipe pour la diriger jusqu'au dernier hoquet!

  • Par brennec - 05/05/2018 - 13:45 - Signaler un abus Erreur de perspective

    " pratiquement l’équivalent de ce qu’aurait couté l’ajustement des salaires réclamé." Sauf que les salaires c'est tous les ans!

  • Par Ganesha - 05/05/2018 - 13:49 - Signaler un abus Privilèges

    Comme d'habitude, sur un tel sujet, vous pouvez lire ci-dessus les bavardages des ''abonnés aisés'' d'Atlantico, ceux qui se déplacent en avion, comme d'autres prennent le métro : ''Oui, Mr. Macron, allez-y ! Abolissez tous les privilèges ! Sauf, bien sûr les miens, qui sont si modestes et parfaitement mérités et justifiés !''

  • Par assougoudrel - 05/05/2018 - 14:31 - Signaler un abus @Ganesha

    Quand vous allez en République Dominicaine mener la vie, vous ne voyagez pas dans un container maritime.

  • Par jurgio - 05/05/2018 - 14:42 - Signaler un abus Rétrospectivement j'ai pris peur

    d'avoir pris des avions pilotés par des pois chiches.

  • Par Ganesha - 05/05/2018 - 15:29 - Signaler un abus Assougoudrel

    Je me suis rendu en République Dominicaine avec Air Canada, avec un changement dans leur pays . Sur ce long voyage, aucun repas n'était prévu. En payant deux euros, j'ai obtenu un bol de nouilles chinoises instantanées.

  • Par assougoudrel - 05/05/2018 - 15:49 - Signaler un abus @Ganesha

    Et les réacteurs tenaient avec du fil de fer et vous voyagiez dans une remorque. En l'Europe, vous prenez le Terrebus, un avion sans aile qui roule tout le long, sans prendre les autoroutes à péage.

  • Par lexxis - 05/05/2018 - 17:43 - Signaler un abus AIR FRANCE? ON A DÉJÀ DONNÉ...ET BEAUCOUP DONNÉ

    Que le contribuable mette la main à la poche afin que les pilotes, le personnel navigant et les autres agents de cette arrogante compagnie puissent se bâfrer de salaires insensés, en faisant grève à tout bout de champ sans se demander le moins du monde s'ils ne vont pas couler la boîte, c'est proprement honteux et scandaleux. On peut parfaitement voler en et hors de France sans Air France et à de meilleurs prix et avec un meilleur service. En plus, on a déjà donné et lourdement pour tous ces nantis voici trois ou quatre décennies, quand a vu défiler avec nos sous dans la presse la tronche réjouie de tout le personnel d'Air France du commandant de bord au balayeur. et quand on constate ce que cela donne, on n'a vraiment pas envie de recommencer. Si après tout, ils ne veulent pas voler, qu'ils arrêtent....Mais il n'y a aucune raison de forcer le contribuable à financer une fois encore de sa poche des salaires aussi exorbitants.

  • Par Anguerrand - 05/05/2018 - 19:14 - Signaler un abus Ganesha le prolo du FN

    Vous soutenez la manif ratée de l'extrême gauche, vivez comme un grand bourgeois, si j'en crois vos récits, que vous semblez haïr. Vous êtes un gauchiste qui soutenez Melenchon qui veut l'ouverture des frontières aux immigrants et MLP qui veut arrêter cette immigration. Vous semblez écrire pour écrire et vous faire remarquer. Un vrai looser

  • Par Liberte5 - 05/05/2018 - 20:16 - Signaler un abus L'Etat doit sortir du capital d'Air France.

    Il doit faire sortir les contribuables de cette entreprise où le personnel bénéficie de privilèges que les Français n'ont pas. Soit Air France coulera ou sera racheté par une autre compagnie sera réorganisé, restructuré pour faire face à la compagnie. En attendant, et ce depuis longtemps je voyage avec Lufthansa, BA, Delta Airlines, ANA. et AF ne me manque pas.

  • Par Liberte5 - 05/05/2018 - 20:20 - Signaler un abus erreur: pour faire face à la concurence

    C'est le challenge que devra relever le personnel sans l'appui du contribuable qui en a assez d'être le payeur.

  • Par vangog - 05/05/2018 - 21:39 - Signaler un abus Comme pour la SNCF, l’état PS-macroniste

    fera payer les con-tribuables français pour conserver les privilèges de cette noblesse gauchiste pervertie...la merde, quoi!

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 06/05/2018 - 08:37 - Signaler un abus si les français, comme

    si les français, comme aujourd'hui une majorité d'étrangers choisissaient d'autres compagnies, quitte à payer un peu plus cher...le problème ne se poserait déjà plus......Air-France aurait vécu !

  • Par Ganesha - 06/05/2018 - 11:07 - Signaler un abus Litanie

    Litanie pathétique de vieillards aigris et désespérés.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 06/05/2018 - 13:36 - Signaler un abus Ganeshaneries pitoyables d'un

    Ganeshaneries pitoyables d'un petit vieux qui a eu une vraie vie de merde et qui en veut au monde entier de ne rien avoir branlé pendant toute son existence de ganeshânebâté...

  • Par Totor Furibard - 12/05/2018 - 09:52 - Signaler un abus Ce que papy Syslvestre ne dit pas ....

    C'est que Air France lutte contre à la fois des compagnies low cost qui payent bien moins, mais aussi les compagnies du moyen orient, subventionnés par leur gouvernement. Ce n'est qu'Air France n'est pas rentable, même avec les augmentations demandées, c'est que cela ne permettrait pas de rémunérer les actionnaires comme ils le veulent, c'est à dire énormément. Le problème n'existerait pas si on avait pas privatisé cette compagnie: On pourrait facilement satisfaire les employés sans que cela ne coûte rien au contribuable, et même investir. C'est le poids de la rançon à payer (les dividendes), qui comme dans beaucoup d'entreprises plombe les comptes, l'investissement, et maltraite les salaires.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€