Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Agaçante, sans doute, mais douée

Côté création, 2018 est une bonne année pour Christine Angot: après un remarquable spectacle théâtral, "Dîner en ville', voici un roman, Angot pur jus, provocant mais intense, intelligent et vrai.

Atlanti-Culture

Publié le - Mis à jour le 21 Septembre 2018
Agaçante, sans doute, mais douée

LIVRE
 
UN TOURNANT DE LA VIE
DE CHISTINE ANGOT  
 
ED.  FLAMMARION
 
92 PAGES,
 
18 EUROS
 
Publié le      2018
 
RECOMMANDATION
 
Excellent
 

THÈME

Une femme vit une relation imparfaite mais tranquille avec Alex, un homme qui l’aime et avec lequel elle vit depuis plusieurs années. Elle croit mener une existence consistante et sûre jusqu’à ce qu’elle recroise par hasard Vincent, son précédent amour qu’elle a fui par peur de souffrir. La violence imparable du choc né de cette soudaine proximité ne peut que lui faire admettre qu’elle l’aime encore. La voilà partagée entre l’excitation de revoir Vincent, d’avoir le sentiment de vivre plus fort, de ressentir un bonheur sans appel et la volonté de préserver Alex tout en se préservant elle-même.
Renouant malgré elle avec Vincent et se détournant peu à peu d’Alex, elle s’apprête à devoir choisir entre l’amour qui apaise et l’amour qui met en danger.   
 

POINTS FORTS

Le thème de l’opposition et du déchirement entre ces deux sortes d’amour, celui qui rassure mais risque de lasser et celui qui transporte mais peut blesser au plus haut point est à la fois archi-classique et universel. Chacun pourra se reconnaître dans ce dilemme et apprécier dans ce livre, du moins pour leur justesse, les descriptions des sentiments de plénitude ou de lassitude coupable et celles des sensations de l’évidence d’un amour sans appel, imposées par le corps lui-même.  
 
 
Le livre se lit d’un trait de la première à la dernière page ; la scène de départ plantant brutalement le décor de l’intrigue, le « tournant de la vie » de la narratrice prend, si l’on peut dire, un virage immédiat qui parvient à capter l’attention du lecteur ; et le retour de l’amant maudit est aussi attendu que savoureux.
 

POINTS FAIBLES

Une telle sincérité crue se dégage de l’écriture, écriture qui semble coller coûte que coûte aux dialogues les plus violents comme aux plus quotidiens, qu’elle pourra sans doute irriter certains lecteurs. Cette irritation pourra également naître du fait de la popularité polémique de l’auteur du livre ainsi que de celle de son amant (Bruno Beausir, alias Doc Gynéco, rappeur star des années 90) et de la difficulté de s’en abstraire. Cependant, il y a dans ce livre une distance jusque-là inconnue dans les romans de Christine Angot qui, pour la première fois depuis bien longtemps, transforme ici les prénoms de ses personnages, ne se nomme pas et donne à son histoire une impression de suspension dans le temps ; on pourra l’apprécier si l’on s’efforce de garder soi-même une distance nécessaire avec les personnes que l’on peut reconnaître dans le texte.
 

EN DEUX MOTS ...

Si la célébrité de Christine Angot et ses coups d’éclats télévisuels montés en épingle suscitent l’indiscrétion et un intérêt ambigu pour ses livres, il faut pourtant parvenir à oublier ce cirque médiatique pour apprécier « Un tournant de la vie ». Il s’agit d’un roman d’amour, mais aussi d’une histoire sur la part que tiennent dans l’amour le hasard et la volonté. Une femme est perdue entre deux hommes, une soudaine proximité avec celui qu’elle croise au détour d’une rue, le surgissement d’un vieux rêve, un appel impérieux de son corps la poussent à renouer la relation la plus intense et la plus toxique, buvant elle-même un poison qui, jadis, l’avait blessée, aux dépends d’un homme à qui elle tente malgré tout de rester loyale.  Mais son dilemme amoureux se résout à la fois par hasard et par un choix qui s’impose : guérir pour de bon celui ou celle qui ne fait jamais, au fond, que « s’empoisonner lui-même ».
 

UN EXTRAIT

« J'ai poussé la porte de la salle de bain. Un grand miroir allait d'un mur à l'autre. Je me suis vue. Je me suis souri. J'ai pensé : « Je ne sais pas où j'en suis. On verra. Pour l'instant je ne réfléchis pas. » J'étais heureuse. C'était le sentiment qui dominait. La baignoire était en marbre vert. J'ai ouvert le robinet. L'eau sortait à gros bouillons d'une bouche de lion en bronze. Un peignoir était suspendu de chaque côté de la porte. Pour me rendre compte de l'épaisseur du tissu, j'ai pris un pan dans ma main, et je l'ai froissé entre mes doigts ». p110.
 

L'AUTEUR

Christine Angot, écrivain et chroniqueuse pour l’émission de télévision « On n’est pas couché », est l’auteur d’une vingtaine de romans dont « Vu du Ciel » (1990), «Pourquoi le Brésil » ? (2002) et « Les Désaxés » (2004). 
 
Elle s’est fait connaître du grand public en 1999 avec la publication de «L’Inceste », roman dans lequel elle décrivait les relations sexuelles destructrices imposées par un père à sa fille. 
 
Elle est également l’auteur de pièces de théâtre et de chroniques littéraires.
 
Elle a obtenu le prix de Flore en 2006 pour « Rendez-vous ». 
 
Son roman précédent, « Un amour impossible », vient de faire l’objet d’une adaptation cinématographique dont la sortie est prévue pour novembre 2018.
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par VV1792 - 20/09/2018 - 16:44 - Signaler un abus P..! Ca c'est de la

    P..! Ca c'est de la litterature, du souffle, de l' epique, du suspense, du tourmente enfin certainement du tres haut vol spirituel et intellectuel.. Rien qu' a lire la prose de l' extrait, niveau CM2 ( des annees 60 s' entend hein, pas de maintenant qui correspondrait au niveau agreg de francais..) on constate deja qu' il n' y a meme pas besoin de lire un tel ouvrage; au poids de papier, cela doit etre encore rentable de s' en faire un bon papier cul pour la cabane au fond du jardin.. Indigent..On comprend pourquoi la francophonie est devenue une fumisterie..

  • Par Anouman - 20/09/2018 - 19:57 - Signaler un abus Point fort

    Pour ceux qui auraient encore envie de lire le livre après avoir lu le sujet, et "goûté" à la la haute qualité de l'extrait cité, le plus gros point fort sera le fait que ça ne dépasse pas 92 pages.

  • Par VV1792 - 20/09/2018 - 21:15 - Signaler un abus @Anouman

    Je vois qu' on se comprend..C' est quand meme bizarre que nos journaleux critique, eux, avec un extrait a la prose indigente, arrivent a titrer que c'est un roman, excusez du peu: '' provocant, intense, intelligent(!) et vrai...''Avant que Kindle ne generalise l' absence du papier et nous balance des ouvrages de cet acabit a la chaine, il faut se precipiter chez les libraires pour acheter les chefs d' oeuvre de literature, bientot ils ne seront meme plus reedites car il n' y aura plus de lecteurs pour les comprendre..ne resteront que des gogos lisant leurs tablettes chargees avec des ecrits bon pour passer le temps sur les chiottes.. une certaine fin du monde quoi, ou d' un monde plutot. Ne resteront que quelques resistants, comme les Polonais durant toutes les occupations allemandes et russes, pour preserver dans les caves et ensigner aux enfants en secret ce qu' il reste de leur culture, pour qu' elle renaisse.. On est qd meme tres mal..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Marine Baron pour Culture-Tops

Marine Baron est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€