Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’Afrique émergente : cette fable à laquelle nous avons tant envie de croire

La situation du continent africain est souvent analysée à travers un prisme qui provoque un décalage entre perception et réalité.

Espoir de demain

Publié le
L’Afrique émergente : cette fable à laquelle nous avons tant envie de croire

 Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

Atlantico : Dans un article "Et si l'Afrique émergente était une fable", publié par Le Monde, François Giovalucchi décrit un story telling qui positiverait à l'excès la situation du continent africain alors que ce dernier serait confronté à un contexte plus alarmant. Quelle est la réalité du décalage entre perception et réalité ?

 
 
Serge Michailof : Il y a souvent eu un décalage entre perceptions  et réalités africaines. Rappelons tout d’abord qu’il n’y a pas une Afrique mais beaucoup d’Afriques, qui se distinguent par leurs populations, leurs géographies, leurs climats, leur histoire et  leurs niveau de vie qui varie dans une proportion de 1 à 40…  Ceci dit il y a aussi des similitudes qui permettent de parler “de l’Afrique” au sens large.
 
L’image de l’Afrique a été profondément abimée par la longue période de crises économiques et politiques qui l’ont caractérisée jusqu’à la fin des années 1990. Or l’afro-pessimisme, produit de cette situation, a subsisté bien après cette période, au point qu’un magazine aussi sérieux que “The Economist” qualifiait encore l’Afrique en 2001 de “continent sans espoir”,  alors que l’Afrique avait engagé depuis plusieurs années une phase de très forte croissance qui allait durer plus de 15 ans.
 
Nous sommes actuellement prisonniers de la perception très optimiste correspondant à cette période faste, où tous les indicateurs, des revenus par tête aux taux de scolarisation sont passés au vert. Malheureusement la chute des prix des matières premières a provoqué à partir de 2016 un effondrement de la croissance africaine. Elle s’était stabilisée autour de 5 à 6 % pendant plus de 15 ans, or elle est tombée à 1,5 % en 2016 et 2,6 % en 2017, ce qui compte tenu de la démographie correspond à une chute ou à une stagnation du revenu par habitant qui risque de se poursuivre en 2018.
 
Cette chute du PIB africain a mis en évidence de multiples faiblesses des économies africaines, trop peu diversifiées, trop dépendantes du prix de quelques matières premières, dont l’agriculture est encore bien peu productive, dont l’industrialisation surtout est à la traine. Enfin un certain nombre de crises politiques et sécuritaires ont aussi révélé la très grande fragilité de ces pays, liée à l’hétérogénéité ethnique, à des systèmes politico économiques prédateurs et des démocraties largement de façade.   
 
 
 

En quoi cette perception faussée peut-elle conduire à une erreur d'approche politique concernant les relations entre France, Europe et continent africain ? 

 
Je crois qu’il faut se débarasser tant de l’afro-pessimisme généralisé des années 1990 que de l’afro-optimisme exagéré qui a cours aujourd’hui et qu’il faut être réaliste. L’Afrique est un prodigieux réservoir de matières premières et dispose de ressources humaines considérables. Mais aucun pays de l’Afrique sub-saharienne à l’exception de Maurice et dans une certaine mesure de l’Afrique du Sud, ne présente les caractéristiques des pays émergents. C’est d’ailleurs la conclusion d’une remarquable étude réalisée par le think tank Ghanéen “African Center for Economic Transformation” intitulée “Growth with Depth”.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par TADD - 05/09/2018 - 10:59 - Signaler un abus C'est sans issue

    Ce n'est pas la richesse du sous sol qui fait la richesse d'un pays , mais la faculté que les autochtones ont, à transformer leur sous sol en bien de consommation . Pour ça il faut des grandes écoles et des usines qu 'ils n'ont pas. L'Afrique restera encore très longtemps un boulet pour nous tous . Un boulet dangereux qui va devenir insupportable.

  • Par Pharamond - 05/09/2018 - 11:47 - Signaler un abus Une croyance occidentale?

    En 1980,le fameux Club de Rome avait développé un calcul qui tenait compte d'un développement du Tiers Monde ultra optimiste de 4.4% avec en parallèle un ralentissement du Nord à 2.7% .Je passe sur les calculs pour ne retenir que la conclusion:"Ce calcul est certes très théorique,mais prouve deux choses-le rattrapage du Nord par le Sud est pratiquement impossible - la croissance exponentielle de la population et de la consommation aux taux actuels est impossible..." Un autre livre majeur sur le sujet du professeur Gilbert Rist en 2001 était intitulé:"Le développement-Histoire d'une croyance occidentale" dans lequel on peut lire:"la "coopération au développement" s'inscrit dans le droit fil des Lumières. Ainsi donc au coeur du dispositif occidental se trouve l'idée qu'il existe une histoire naturelle de l'humanité,c'est-à-dire que le "développement" des sociétés,des connaissances et de la richesse correspond à un principe "naturel",auto-dynamique ,qui fonde la possibilité d'un grand récit". Certes ces références sont anciennes,elles ont cependant l'avantage de montrer que les années passent,mais que les problèmes demeurent.

  • Par J'accuse - 05/09/2018 - 13:37 - Signaler un abus Enjeu mondial

    L'Afrique est riche de son sol, de son sous-sol, et de sa population nombreuse et jeune, mais c'est le continent économiquement le plus arriéré, et là où se trouvent le plus de pauvres. Les prédateurs extérieurs et intérieurs maintiennent les populations dans le sous-développement, c'est-à-dire dans la misère, la famine et les maladies. De nombreux jeunes Africains ne veulent pas y rester et migrent en masse; les descendants d'esclaves vivent mieux en Amérique qu'eux chez eux. Le défi de l'humanité n'est pas dans une "transition écologique" d'idéologues, ni dans la colonisation capitalistique de Mars, mais dans le développement du continent qui a vu naître Sapiens.

  • Par moneo - 05/09/2018 - 16:38 - Signaler un abus l"Afrique du Sud à part ???

    les dirigeants sont en train de scier la branche sur laquelle ils se vautrent depuis l'avènement del 'indépendance noire Un programme d'appropriation des biens des blancs est en cours, sans indemnisation selon le modèle zimbabwéen voisin , les blancs vont être désarmés et à mots à peine couverts on parle de génocide à venir L'australie et la Russie propose aux afrikaners de les accueillir .... qui en parle en france ? et le résultat est connu d'avance les statistiques sont des mensonges ,les chiffres positifs résultent seulement de l'envolée des prix des matières premières l'Afrique ne se nourrit pas , fabrique rien et produit des guerres tribales pour le contrôle des richesses minières ;la venue des "réfugiés" que nous voyons déferler ,niée par les autorités est juste la preuve que depuis l'indépendance l'Afrique a été incapable de se mettre au diapason du monde moderne la Corée fait honte à l'Afrique,les africains juste des gens qui s'écoutent parler et qui continue par ses structures tribales à échouer la ou les asiatique sont entrain de bouleverser l'ordre établi. le colonialisme a bon dos

  • Par Olivier62 - 05/09/2018 - 16:54 - Signaler un abus Pas de problème, ils peuvent émigrer en France !

    Mais oui au fait. Un pays qui vous tend les bras, diversité et ouverture à l'autre, et logements, aides sociales en veux-tu en voilà (manquerait plus qu'on ait à travailler), éducation, santé, tout gratis. Le seul problème est qu'il faut supporter la vue des "de souche" -tout juste bons à payer. Mais heureusement bientôt on ne les verra plus; ils sont en voie "de remplacement". Ouf ! Seul petit bémol : où iront-nous lorsqu'il n'y aura plus que des z-immigrés en France ? Il faudra trouver un autre pays où immigrer...

  • Par Zendog - 05/09/2018 - 17:02 - Signaler un abus Tout simple

    Quand toute l'Afrique ou presque sera en Europe, les Européens iront en Afrique et la développeront !

  • Par TADD - 05/09/2018 - 18:12 - Signaler un abus Un apartheid à l'envers

    Mr Michailof a t'il lu sur Wikipédia ce que l'on dit sur l'Afrique du sud . J'invite à tous de consulter le site . Voici un tout petit extrait .

  • Par TADD - 05/09/2018 - 18:17 - Signaler un abus suite

    mon ordinateur refuse de faire un copier coller. Toutefois je vous invite de consulter le site : c'est édifiant .

  • Par JG - 05/09/2018 - 23:28 - Signaler un abus @Olivier62

    Entièrement d'accord....Merci qui pour ce grand remplacement ? TOUS les politiques sans exception depuis Giscard et Chirac en 1976 (le regroupement familial) jusqu'à Macron. Tant que nous n'aurons pas un gouvernement extrême sur ce point (la remigration est la seule solution) nous continuerons à nous laisser remplacer. Quand dans chaque immeuble de France et de Navarre, il y aura deux ou 3 familles d'immigrés qui foutent le bordel, les FDS voteront peut-être correctement ....mais il sera trop tard s'ils sont tous naturalisés !!! Donc les amis....fourbissez vos armes et prévoyez de vous planquer à la campagne. Quand la guerre civile est là , les villes deviennent des coupe-gorges.....

  • Par JG - 05/09/2018 - 23:29 - Signaler un abus Et je précise

    Que j'ai acheté une maison très très loin au fond de la France entourée de paysans chasseurs donc armés et que j'ai moi même 4 armes dans cette maison...Avis aux amateurs un peu trop éloignés du FDS qui voudraient m'emmerder....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Serge Michailof

Chercheur à l’Iris, enseignant à Sciences Po et conseiller de plusieurs gouvernements, Serge Michailof a été l’un des directeurs de la Banque mondiale et le directeur des opérations de l’Agence française de développement (Afd). Il est notamment l'auteur du livre Africanistan - L'Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? (Fayard, 2015). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€