Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Affaires Ferrand et Sarnez : mais comment le gouvernement parviendra-t-il à faire rentrer dans sa bouteille le mauvais génie de la "moralisation-arme-politique" ?

La moralisation de la vie politique a-t-elle mis à bout nos politiques? Ces derniers semblent, depuis un certain temps, se livrer à un petit jeu de dénonciation, perturbant ainsi tout débat de fond en France.

Victimes (ou coupables?) expiatoires

Publié le
Affaires Ferrand et Sarnez : mais comment le gouvernement parviendra-t-il à faire rentrer dans sa bouteille le mauvais génie de la "moralisation-arme-politique" ?

Atlantico : Le débat politique est aujourd’hui saturé par les affaires, depuis le cas François Fillon jusqu'au dernier épisode incarné par Richard Ferrand, dans une climat reposant désormais bien plus sur les passions que sur la raison. Dans un tel climat irraisonné, ne peut on pas considérer que la dernière option envisageable, pour rétablir la reprise des esprits, n'est-elle pas d'en passer par une victime expiatoire, un bouc émissaire ?

Bertrand Vergely : Le monde politique qui est le nôtre ne manque pas de gens intelligents, capables de débattre d’une façon intelligente à propos des grandes questions qui concernent notre société. Seulement, il y a un problème de taille. Notre société est une société du spectacle qui aime que la politique fasse le spectacle. En conséquence de quoi,  encouragés par certains medias ainsi que par les réseaux sociaux, pour faire le spectacle,  un certain nombre de politiciens n’hésitent pas à faire de la provoc.  D’où, quelque chose qui ressemble aux jeux du crique hier à  Rome dans les arènes sous la forme d’une mise à mort médiatique d’un homme politique.

Le Canard enchaîné qui, en l’occurrence mériterait de s’appeler plutôt le Canard déchaîné, l’a parfaitement compris. Pour faire de l’audience et engranger ainsi de substantiels bénéfices que fait-il depuis un certain temps ? Il offre à la foule qui n’attend que cela la mise à mort spectaculaire d’un homme politique pour cause de malhonnêteté. Forcément, le ressentiment dans notre société à l’encontre des politiques est tel que  cela fait un tabac.

On se demande d’où vient le climat de passion qui agite notre monde et comment il serait possible d’y mettre fin. On a la réponse.  Ce climat vient de ce que nous sommes une société du spectacle. Et la façon de calmer ce climat de passion réside dans le spectacle lui-même, le spectacle étant à la fois notre poison et notre remède. 

Quel pourrait être l'effet d'un bouc émissaire politique, sur la classe politique elle même, comme sur les électeurs ?

La classe politique est effectivement le bouc émissaire de notre monde, cette classe étant jugée responsable de tous les maux qui nous accablent. L’effet que cela a sur la classe politique elle-même ? Un effet de renforcement. Pourquoi ? Parce que, très astucieuse, la classe politique a très bien compris comment faire quand elle est mise au banc des accusés : prendre la tête d’une croisade contre la politique et les politiciens afin de moraliser ceux-ci.

Souvenons nous de la campagne présidentielle il ya peu. Comment se sont présentés notre actuel Président de la République Emmanuel Macron  et ses adversaires Marine Le Pen ou  bien encore Jean-Luc Mélenchon ? Comme des candidats antisystème. Et que fait aujourd’hui notre actuel Garde des Sceaux François Bayrou ? Une loi pour  moraliser la vie politique. Ce qui, encore une fois, est fort intelligent. Quand les hommes politiques sont les premiers à organiser une croisade morale pour qu’il y ait moins de spectacle et plus de morale, faisant le spectacle tout en étant contre le spectacle ils obtiennent l’assentiment de tous. Ce qui est le but recherché. Le fait de faire du politique le bouc émissaire de tous nos maux a donc du bon quand on sait bien l’utiliser. Et nos politiques qui sont malins savent fort bien le faire

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Aldel - 02/06/2017 - 09:59 - Signaler un abus Ferrand et Sarnez : deux affaires très différentes

    J'attend que les médias nous explique enfin que les cas de Mariel de Sarnez et Richard Ferrand sont très différents : pour l'une, il s'agit d'une dénonciation (probablement calomnieuse, l'avenir le dira) et il n'est pas nécessaire d'être spécialiste pour voir que ça ne tient pas débout (le Maire de ma ville qui est une grande ville est aussi conseiller régional, et il semble que cela soit possible d'être conseiller régional et avoir une activité professionnelle à coté: la vrai question c'est le montant aberrant des indemnités de conseiller régional, d'autres mandats électifs locaux dans les petites villes sont bien plus prenant et ne sont pas payés autant) ; pour l'autre il y a un fort soupçon d'enrichissement personnel, ce qui n'est pas du même acabit.

  • Par llorbott - 02/06/2017 - 15:03 - Signaler un abus titre calomniateur

    Le titre de cet article est calomniateur. Comment mettre les deux affaires ensemble ? Les attachés parlementaires européens relèvent de l'Europe et donc de la juridiction du parlement européen . Qui dénonce ? Une députée FN poursuivie elle-même par le Parlement Européen ; et donc qui veut se venger . Le suivi de cette affaire par la presse est fort éclairant sur la presse française . Le terme "mise en examen " est à supprimer tant il est pour les citoyens déjà une condamnation .

  • Par joke ka - 02/06/2017 - 15:05 - Signaler un abus Pour Ferrand,il s'agit d'un

    Pour Ferrand,il s'agit d'un montage financier très bien manigancé et organisé qui ressemble fort à une arnaque ,en tout cas favoritisme, délit d'initié et peut-être abus de bien social aboutissant sur un enrichissement fulgurant Ferrand a bien signé la vente en faveur de sa compagne , accordé le contrat de location (avant le montage de la SCI) nécessaire pour l'obtention du prêt :une opération juteuse pour un investissement de 100 euros: peu de gens peuvent bénéficier de tels infos quand ils ne connaissent pas le dirigeant qui va acheter pour louer à un organisme à but non lucratif fonctionnant sur les cotisations des adhérents

  • Par vangog - 03/06/2017 - 00:39 - Signaler un abus Les medias ÉTAIENT capables de faire de bonnes choses!"

    Nous profitions d'émissions de divertissement de grande qualité, d'une audace et d'une créativité que permettaient la Liberté accordée à tous les créatifs, . Depuis Jack Lang-de-pute, le spectacle est en congé...grâce à ce manipulateur de jeunesse, une clique consanguine et gauchiste a assuré sa mainmise sur les médias. Depuis lors, toute créativité a disparu, comme par désenchantement...Les émissions de Maritie et Gilbert Carpentier, qui nous proposaient plusieurs stars à l'affiche, chaque semaine, ont été remplacées par les médiocres météorites de la star-académie, dopées aux effets spéciaux du son frelaté...idem pour les comédies cinématographiques, truculentes et drôles, autrefois, devenues les vecteurs affligeants de la pensée unique écolo-régressive et bêtement droidelhommistes, et de la boboitude la plus frileuse et la plus sectaire...Guy Lux, revient!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bertrand Vergely

Bertrand Vergely est philosophe et théologien.

Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€