Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Affaire du Carlton de Lille : et si DSK n'était qu'un grand naïf ?

Accusé de proxénétisme, René Kojfer plaide non coupable et évoque avec Martin Leprince une instrumentalisation politique de l'affaire dont il ne serait qu'une victime collatérale, la cible principale étant Dominique Stauss-Kahn. Extrait de "Carlton, le dossier X de dsk" (2/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Affaire du Carlton de Lille : et si DSK n'était qu'un grand naïf ?

Fidèle à sa défense, Dominique Strauss-Kahn a affirmé à de plusieurs reprises qu’il ignorait totalement que de nombreuses jeunes femmes qui participaient à ses parties fines étaient des prostituées. À ses yeux, elles n’auraient été que des « libertines » qui ne cherchaient en aucune façon à tirer un avantage financier de leurs ébats. D’ailleurs, se défend-il, comment aurait-il pu le savoir puisque, lorsqu’elles sont nues, rien ne différencie une femme qui se fait payer d’une femme qui accompli un acte sexuel pour son seul plaisir ?

Pour ce qui est de la façon dont les filles étaient habillées, il affirme qu’il avait souvent vu dans des soirées échangistes des jeunes femmes arriver en portant des vêtements classiques puis aller se changer pour se vêtir de tenues affriolantes qui les faisaient ressembler à des prostituées, sans pour autant qu’elles en soient. Il a aussi prétendu que, dans le libertinage comme ailleurs, il ne considérait en aucun cas les femmes comme des objets et que, dans le cadre des parties fines auxquelles il participait, il n’y avait jamais eu de sa part ni violence, ni rapport brutal, ni même une « vision dégradée de la femme ». Au cours de l’instruction, de nombreux témoignages tendent pourtant à dresser un portrait bien moins flatteur.

Pour ce qui est de sa connaissance éventuelle de la présence d’escort-girls lors des soirées, Dominique Strauss-Kahn a maintenu la même version depuis le début de l’affaire. Non, jamais, au grand jamais, il n’aurait pu se douter un seul instant que les filles que lui ramenaient Fabrice Paszkowski et David Roquet pouvaient être des prostituées. Ses arguments : « Je n’ai pas attendu Paszko pour satisfaire mes besoins sexuels, je les satisfais d’ailleurs depuis des décennies en dehors de Pasko » ; « Pour ce qui est de la différence d’âge, ce qui fait qu’un homme ou une femme séduit quelqu’un n’a rien à voir avec leur âge. La littérature et le cinéma sont pleins d’exemples. » Lorsque les policiers lui demandent comment il aurait réagi s’il avait su que des prostituées étaient présentes lors des rencontres sexuelles, DSK répond : « Je n’aurais pas souhaité participer à ces soirées, pour deux raisons. La première est que justement le libertinage suppose le consentement et le plaisir commun, ce qui n’est pas le cas à ma connaissance d’une prostituée. La seconde est que, autant je pensais pouvoir faire confiance à des hommes et des femmes avec qui je partageais le goût du libertinage, autant je n’aurais pas fait confiance à des prostituées qui sont susceptibles de faire l’objet de toutes sortes de pressions ».

Dominique Strauss-Kahn certifie pareillement que lorsqu’il envoyait des SMS à Fabrice Paszkowski, il ne s’agissait en aucun cas de lui demander d’organiser des parties fines ou de lui faire rencontrer des escortgirls. Car, à ses dires, Paszkowski n’était pas pour lui un affilié chargé de le fournir en « chair fraîche » mais simplement un ami qui le conviait à des soirées où il n’était qu’un invité parmi d’autres. Questionné sur le nombre important de SMS échangés entre lui et Fabrice Paszkowski, dont le contenu était très majoritairement relatif à l’organisation des rencontres sexuelles, Dominique Strauss-Kahn se contentait de répondre qu’il s’agissait d’un « moyen simple de communication » pour convenir des dates de leurs rencontres. Lorsque Paszkowski utilisait dans ses messages la formule « meilleures candidatures » pour désigner des jeunes femmes susceptibles de participer aux voyages à Washington, DSK avance qu’il ne s’agissait pas de sélectionner des prostituées mais d’une référence aux nombreuses femmes qui se révélaient « séduites et intéressées » pour venir le voir. Ainsi, l’ancien ministre avance que les jeunes femmes qui se déplaçaient de Paris jusqu’à Washington pour un séjour très bref dans le but unique d’avoir des relations sexuelles avec lui ne le faisaient pas parce qu’elles étaient payées mais uniquement parce que cette perspective les « séduisait ». Dans le même ordre d’idées, lorsque Paszkowski le sollicitait dans ses messages pour savoir si telle ou telle fille « l’intéressait », il ne s’agissait pas de lui demander quelle prostituée il Dominique Strauss-Kahn certifie pareillement que lorsqu’il envoyait des SMS à Fabrice Paszkowski, il ne s’agissait en aucun cas de lui demander d’organiser des parties fines ou de lui faire rencontrer des escortgirls. Car, à ses dires, Paszkowski n’était pas pour lui un affilié chargé de le fournir en « chair fraîche » mais simplement un ami qui le conviait à des soirées où il n’était qu’un invité parmi d’autres. Questionné sur le nombre important de SMS échangés entre lui et Fabrice Paszkowski, dont le contenu était très majoritairement relatif à l’organisation des rencontres sexuelles, Dominique Strauss-Kahn se contentait de répondre qu’il s’agissait d’un « moyen simple de communication » pour convenir des dates de leurs rencontres. Lorsque Paszkowski utilisait dans ses messages la formule « meilleures candidatures » pour désigner des jeunes femmes susceptibles de participer aux voyages à Washington, DSK avance qu’il ne s’agissait pas de sélectionner des prostituées mais d’une référence aux nombreuses femmes qui se révélaient « séduites et intéressées » pour venir le voir. Ainsi, l’ancien ministre avance que les jeunes femmes qui se déplaçaient de Paris jusqu’à Washington pour un séjour très bref dans le but unique d’avoir des relations sexuelles avec lui ne le faisaient pas parce qu’elles étaient payées mais uniquement parce que cette perspective les « séduisait ». Dans le même ordre d’idées, lorsque Paszkowski le sollicitait dans ses messages pour savoir si telle ou telle fille « l’intéressait », il ne s’agissait pas de lui demander quelle prostituée il Dominique Strauss-Kahn certifie pareillement que lorsqu’il envoyait des SMS à Fabrice Paszkowski, il ne s’agissait en aucun cas de lui demander d’organiser des parties fines ou de lui faire rencontrer des escortgirls. Car, à ses dires, Paszkowski n’était pas pour lui un affilié chargé de le fournir en « chair fraîche » mais simplement un ami qui le conviait à des soirées où il n’était qu’un invité parmi d’autres. Questionné sur le nombre important de SMS échangés entre lui et Fabrice Paszkowski, dont le contenu était très majoritairement relatif à l’organisation des rencontres sexuelles, Dominique Strauss-Kahn se contentait de répondre qu’il s’agissait d’un « moyen simple de communication » pour convenir des dates de leurs rencontres. Lorsque Paszkowski utilisait dans ses messages la formule « meilleures candidatures » pour désigner des jeunes femmes susceptibles de participer aux voyages à Washington, DSK avance qu’il ne s’agissait pas de sélectionner des prostituées mais d’une référence aux nombreuses femmes qui se révélaient « séduites et intéressées » pour venir le voir.

Ainsi, l’ancien ministre avance que les jeunes femmes qui se déplaçaient de Paris jusqu’à Washington pour un séjour très bref dans le but unique d’avoir des relations sexuelles avec lui ne le faisaient pas parce qu’elles étaient payées mais uniquement parce que cette perspective les « séduisait ». Dans le même ordre d’idées, lorsque Paszkowski le sollicitait dans ses messages pour savoir si telle ou telle fille « l’intéressait », il ne s’agissait pas de lui demander quelle prostituée il souhaitait « consommer » mais simplement d’une « fanfaronnade » de la part de son comparse. Pourquoi Fabrice Paszkowski n’organisait-il des soirées que lorsque DSK était présent : « Je pense qu’il voulait m’impressionner », certifie l’ancien ministre. Pourtant, les SMS qu’écrivait l’ancien patron du FMI à son ami laissent entendre une tout autre musique : « Veux-tu (peux-tu) venir découvrir une magnifique boite coquine à Madrid avec moi (et du matériel) ? » (13 juin 2009) ; « En dehors de la délégation, des copines ? » (7 janvier 2010) ; « Alors, qui auras-tu dans tes bagages ? » (23 janvier 2010). De son côté, Fabrice Paszkowski pouvait écrire à l’ancien ministre des messages tel que : « J’ai de très belles et nouvelles choses pour mon déplacement à DC !!! Je pars à Courchevel pour tester ce mercredi. Tu repars quand ? Tu me confirmeras tes dates fin mars ou tout début avril… » (20 février 2011). D’un point de vue sémantique, DSK jure que les différents termes employés comme « copines » ou « petite » ne désignaient pas des prostituées mais encore une fois des « libertines », admettant que le terme « matériel » était « inapproprié et inconvenant ». Surtout, affirme-t-il encore, il n’a jamais eu le sentiment que les parties fines étaient organisées « particulièrement » pour lui.

Dominique Strauss-Kahn ignorait-il tout de l’intendance gérée par Fabrice Paszkowski et David Roquet pour le « fournir » en nouvelles filles ? En tout cas, les deux hommes ne rechignaient pas à la tâche. Au cours de l’enquête, les policiers ont découvert un mail adressé par une escort à Fabrice Paszkowski qui ressemblait à un véritable casting. Photos à l’appui, elle décrivait plusieurs de ses « amies escort » : « N. 25 ans. Un corps canon ! Parfait de haut en bas. Vraiment très sympa, souriante et entreprenante. Taille 1,65 m pour 48 kg. Parisienne d’origine marocaine. » « V. 24 ans. Grande et mince. Super visage, super caractère. Taille 1,70 m pour 50 kg. 75D. » « A. 28 ans. Très élégante et charmante. Super caractère. Très intelligente et cultivée. Taille 1,65 m pour 50 kg. », etc.

Pour dénicher de nouvelles prostituées, Fabrice Paszkowski et David Roquet se rendaient parfois dans des clubs en Belgique. Selon un témoignage, ils ne se rendaient pas dans ces établissements pour leur bon plaisir mais seulement dans la perspective de recruter des filles. Peu de temps avant une partie fine organisée à l’hôtel Murano, les deux comparses s’étaient ainsi déplacés dans un club où, sans même boire un verre, ils se sont directement entretenus avec la patronne pour lui demander si certaines de ses employées pouvaient participer à leurs parties fines. La patronne s’est ensuite rendue dans une cuisine où se trouvaient les prostituées pour leur expliquer que les deux hommes avaient besoin d’escorts pour un déplacement à Paris.

Extrait de "Carlton, le dossier X de dsk", René Kojfer Martin Leprince, (Editions Jacob-Duvernet), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par amanda - 13/10/2013 - 10:36 - Signaler un abus Naïveté ... ben voyons ..

    Il peut donner n'importe quelle interprétation à ses sms qui sont pourtant plus clairs que celle qu'il en donne .. quand au fait de recevoir ces femmes dans SON appartement, fin prêt pour ces parties "fines", si ça n'est pas une forme de proxénétisme, j'ai des doutes .. Naïf, dites vous .. on se fout de qui ? Il est tout sauf naïf mais pervers, manipulateur, et honteusement hors de prison, ce qui lui donne d'autant plus le sentiment d'impunité .. Bien sûr, toute cette histoire du Carlton n'a été montée que pour l'évincer de la présidence, et pourquoi pas aussi parce qu'il est juif ? Un complot, quoi .. Comme les tours au US ont été détruites par les amerlocks eux mêmes, bien entendu .. etc ... Une saleté, un porc, qui se balade tête haute main propre sur les marches de la Croisette, avec sa nouvelle pouff, comme si de rien n'était .. Depardieu finissant de jouer son rôle dans ce film sûrement mairdique que je n'irais pas plus voir que beaucoup d'autres, mais alors celui là on me paierait que je n'irais pas ! Menteur, faux derche, cherchant à se défausser.. à sa place, je me planquerais .. et pas qu'un peu .. et plus de miroirs chez moi ... la honte !

  • Par totor101 - 13/10/2013 - 11:10 - Signaler un abus Naïf !

    Dans ce cas 99% de la population est composée d'attardés mentaux qui vivent dan un immense hôpital psychiatrique ! moi je le qualifierais plutôt d'obsédé ......

  • Par totor101 - 13/10/2013 - 11:10 - Signaler un abus Naïf !

    Dans ce cas 99% de la population est composée d'attardés mentaux qui vivent dan un immense hôpital psychiatrique ! moi je le qualifierais plutôt d'obsédé ......

  • Par Ravidelacreche - 13/10/2013 - 11:37 - Signaler un abus un grand naïf

    Un nom que je ne connaissait pas ! :o))

  • Par gliocyte - 13/10/2013 - 11:45 - Signaler un abus Son unique défense

    Tiendrait au fait que ces filles auraient cédé à sa séduction.... Il s'est regardé?

  • Par gliocyte - 13/10/2013 - 11:45 - Signaler un abus Son unique défense

    Tiendrait au fait que ces filles auraient cédé à sa séduction.... Il s'est regardé?

  • Par yavekapa - 13/10/2013 - 12:15 - Signaler un abus Un grand naïf avec plein de pognons

    Je veux bien l'être. Mais pas dégoûtant avec les dames. Et ça a failli être président, et bien sûr encensé par les médias, qui nous l'ont bien caché, sa tare. De toute façon, c'est pas sa faute, c'est un complot. Et si ça avait été Sarko, je vous dis pas !!! Ca aurait fait un président naïf en somme, comme l'actuel nullard. Décidemment la France n'a pas de chance.

  • Par saint just - 13/10/2013 - 12:41 - Signaler un abus Impatient

    Impatient de voir notre président se faire piéger dans une partie fine avec son premier ministre. . Il n'y a pas plus tartufe qu'un socialiste aujourd'hui. Tout ce qu'ils ont reproché à Sarko, ils le font, mais en pire. Il a eu sa guerre au Mali, comme l'autre en Libye, avec les résultats que l'on sait. Il voulait recommencer en Syrie, avec BHL comme ministre des affaires étrangères( le même que Sarko, comme c'est bizarre). BHL, DSK, Hollande, Sarko, cherchez les points communs ...

  • Par smiti - 13/10/2013 - 14:49 - Signaler un abus Allons donc, lui, l'homme le

    Allons donc, lui, l'homme le plus puissant de la planète, comme aimaient à nous le ressasser les médias du temps de sa splendeur, juste avant son épisode new-yorkais, lui un naïf ? je n'ose le croire. Alors, les médias nous racontaient des salades en ces temps pas si lointains, quand ils nous préparait les présidentielles de 2012 ! Vraiment on ne sait plus à qui se fier.

  • Par Ganesha - 13/10/2013 - 15:07 - Signaler un abus Copié-Collé

    Suis-je le seul à avoir lu un tout petit peu attentivement cet article : le troisième paragraphe est constitué du copié-collé trois fois de suite du même texte ! Les commentateurs ne seraient donc que de petits branleurs que voilà pris en flagrant délit !

  • Par zouk - 13/10/2013 - 15:09 - Signaler un abus DSK

    Imagine-t-il que le monde n'est peuplé que d'imbéciles?

  • Par Atlante13 - 13/10/2013 - 18:20 - Signaler un abus Ben oui, il prend vraiment

    les français pour des demeurés Remarquez, quand on se suivent, il était le chou-chou des sondages et avait mis toute la presse française à ses pieds. Cela explique peut-être le mépris qu'il affiche pour les français.

  • Par jean fume - 13/10/2013 - 23:12 - Signaler un abus C'est cela, oui !!!

    Vu le physique d'apollon de DSK, les jeunes femmes en question ne pouvaient être là que pour ça !! C'est la plastique de DSK qui les faisaient se pâmer. Comment pourrait-il en être autrement ? Qui pourrait en douter un seul instant ? Les gens sont d'une méchanceté ! Il se pourrait bien que ce soit même de la jalousie. Les gens sont petits. C'en est dégoutant.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Martin Leprince - René Kojfer

René Kojfer est l'ancien responsable de la communication du Carlton.

Martin Leprince est journaliste d'investigation.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€