Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 24 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Affaire Benalla, croissance au ralenti, Europe à l’arrêt…Emmanuel Macron a-t-il bénéficié d’un "a priori de compétence" disproportionné par rapport à ses capacités ?

La gestion de l’affaire Benalla a montré de profondes failles dans le dispositif du chef de l’Etat, des failles qui s’observent également dans la manière de traiter les plus grands dossiers de l’Elysée. C’est la question de la compétence face aux défis du monde actuel qui se pose dès cette première année complète d’exercice.

Scandale de l'été

Publié le
Affaire Benalla, croissance au ralenti, Europe à l’arrêt…Emmanuel Macron a-t-il bénéficié d’un "a priori de compétence" disproportionné par rapport à ses capacités ?

 Crédit CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Affaire d’Etat ou tempête dans un verre d’eau, le résultat est finalement le même. La gestion de crise menée par le gouvernement laissera une empreinte d’amateurisme sur le quinquennat qui n’aura rien à envier à celle laissée par le précédent locataire de l’Elysée. Des faits commis par Alexandre Benalla, au temps de réaction de l’Elysée en passant par les arguments avancés ici ou là (le bagagiste remporte la Palme) et le torse bombé du président (« Qu’ils viennent me chercher ! »), c’est un aérosol de médiocrité qui s’est diffusé en France au lendemain d’une coupe du monde qui avait pourtant donné le sourire aux Français.

Malheureusement, ce sentiment ressenti n’est pas isolé dans l’action politique menée depuis le mois de mai 2017, car cette affaire s’inscrit dans une structure plus large de doute sur les capacités intrinsèques de l’exécutif. Ainsi, la vérification de l’a priori de compétence dont a bénéficié Emmanuel Macron, à la lumière de l’affaire Benalla, permet de troubler largement cette image du « meilleur d’entre nous » du XXIe siècle.
 
Ce nouveau président a en effet pu profiter d’un immense capital politique au lendemain d’une élection remportée face à l’épouvantail populiste français qu’incarnait parfaitement Marine Le Pen. Cependant, ce capital politique s’est érodé au fil des mois pour en arriver à flirter avec les scores de Nicolas Sarkozy aux mêmes instants du quinquennat. Cette dégradation n’est pas la seule conséquence des déclarations à l’emporte-pièce du président et trouve également sa source dans les résultats de sa politique. Désormais les Français perçoivent l’action gouvernementale comme inefficace (pour 65% des Français  - Odoxa Le Figaro le 6 juillet) en plus d’être inégalitaire pour une majorité encore plus importante.
 
Et pour cause. La supposée habileté du chef de l’Etat dans le domaine économique se traduit pour le moment par deux trimestres consécutifs de croissance à 0,2%, rendant improbable la bonne tenue des prévisions budgétaires réalisées pour cette année 2018. Les chiffres du chômage peinent encore à baisser. Il est aujourd’hui envisageable que le meilleur chiffre de croissance que connaitra ce quinquennat sera celui de 2017, cette année ou les résultats économiques ne devaient pratiquement rien au président nouvellement élu. De l’autre côté de l’Atlantique, les Etats Unis de Donald Trump pourraient connaître une croissance près de deux fois plus élevée pour l’année en cours.
 
Il serait sans doute injuste de faire peser ces résultats sur les seules épaules de l’un ou de l’autre des présidents, mais c’est précisément ce que l’on peut reprocher à Emmanuel Macron. Il a, tout comme ses prédécesseurs de l’ancien monde largement, ignoré la réalité macroéconomique européenne. De façon insensée. En se concentrant sur l’accessoire, il rate évidemment l’essentiel et se prive des seuls moyens d’action réellement efficaces d’une politique économique. Une nouvelle fois, la simple réalité de l’existence de la plus grande crise économique mondiale depuis 1929, dont l’Europe peine à s’extraire depuis 10 ans, a simplement été ignorée. Il en récolte logiquement les résultats aujourd’hui. Travail ou Pacte, les législations mises en place ratent leurs cibles et ne sont qu’une énième tentative d’appliquer une forme de modèle allemand à la France.
 
Une refondation européenne avait pourtant été présentée comme structurante du projet d’Emmanuel Macron. Si le détail des réformes proposées peinait à convaincre de la capacité d’un tel agenda à faire face aux enjeux réels du continent - dont la demande intérieure a été écrasée pendant 10 années - il restait intéressant d’évaluer les talents de négociation d’Emmanuel Macron face à Angela Merkel. L’échec a été douloureux. Les curieuses déclarations « d’accord historique » ne sont pas parvenues à masquer le vide obtenu, dans le fond et dans la forme. Emmanuel Macron a ici poursuivi la tendance initiée par le cache misère que fut le « pacte de croissance » de François Hollande signé en 2012.
 
Les autres dossiers économiques sont à l’avenant. La guerre commerciale fut une opportunité pour la France de faire entendre raison à Berlin de rééquilibrer ses positions, pourtant déjà critiquées sous l’ère de Barack Obama, mais le gouvernement a raté le coche tout en défendant une vision qui lui est défavorable. En l’espèce, les déséquilibres dont souffrent les Etats-Unis ont les mêmes causes que ceux qui affectent l’économie française. Un choix d’autant plus inacceptable que le sujet commercial est décisif pour lutter contre la poussée populiste que connaissent les démocraties occidentales. Mais là encore, faute de diagnostic, faute de réelle attention portée au monde tel qu’il est, le prétendu nouveau monde est resté muet.
 
Quelles autres victoires ? Les dossiers géopolitiques n’ont pas été plus favorables, entre Russie Iran, et cette relation « spéciale » entretenue avec Donald Trump que ce dernier a fait voler en éclats lors du dernier G7 au Canada.
 
Ce constat est celui du résultat de la politique menée par Emmanuel Macron, celle du « cercle de la raison » qui voit ses recettes échouer années après années depuis plusieurs décennies, et dont le nouveau chef de l’Etat n’était que l’incarnation nouvelle. C’est bien la compétence de l’exécutif face aux défis actuels qui pose désormais question. Parce que c’est là le moteur du populisme. Quand ceux qui prétendent détenir les capacités et le savoir échouent, tout devient possible, souvent le pire. Le cercle de la raison doit profondément se remettre en question pour éviter des conséquences dont il est seul responsable.
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Marie-E - 31/07/2018 - 07:52 - Signaler un abus Tout est dit dans la derniere phrase

    Quand ceux qui prétendent détenir les capacités et le savoir échouent, tout devient possible, souvent le pire. Le probleme est qu'ils ne reconnaitront jamais leur incompetence dans tous les domaines et leurs erreurs. Ils continueront encore et encore a mepriser les "petits" qui ne comprennent decidement rien

  • Par vieux croco - 31/07/2018 - 07:59 - Signaler un abus le cercle de la raison

    dont Alain Minc est le porte drapeau n'est qu'un groupe de sur diplômés qui tourne en rond mais ne tourne pas rond . Nous sommes arrimés à l'Allemagne mais nous fonctionnons comme les Etats-Unis . C'est sans issue avec le modèle du cercle de la raison que nous propose Macron . Trop tiède . Il l nous fallait un traitement de choc à la Fillon , maintenant c'est trop tard . On aura donc un vide politique dans 3 ans .

  • Par cloette - 31/07/2018 - 08:45 - Signaler un abus Grand diseux

    petit faiseux !

  • Par cloette - 31/07/2018 - 09:08 - Signaler un abus @Marie-E

    Il faut remettre en cause l'école de l'ENA qui apprend à "bien causer", à bien "administrer",Des têtes bien formatées sans idées ,inutiles pour relever le niveau d'un pays qui s'enfonce...école aussi de "caste" essentiellement , dommage !

  • Par Bobby Watson - 31/07/2018 - 09:30 - Signaler un abus Question rhétorique

    qui porte sa réponse. Tout à fait d'accord avec vieux croco. Occasion ratée en 2017... A nous de subir maintenant.

  • Par Marie-E - 31/07/2018 - 09:33 - Signaler un abus Cloette

    vous avez tout a fait raison. Je ne remets pas en cause leurs connaissances mais je remets en cause le fait qu'ils aient accapare le pouvoir en placant un peu partout leurs amis de la meme ecole. Il regne donc une pensee unique qui est desastreuse pour le pays...Comme il viennent de la meme ecole formatee a gauche en plus, on n'est pas pres de s'en sortir

  • Par Max.B - 31/07/2018 - 09:48 - Signaler un abus Je ne vais pas dire mais.....

    Je ne vais pas dire mais je n'ai pas voté pour lui (première fois que je voyais blanc) ce n'eat pas pour cela que je n'en suis pas responsable. Macron oublie qu'il a été élu faute de candidat à gauche et à droite, un programme inexistant sauf je suis jeune, j'ai des idées de jeunes et moi je suis pur vous avez marre de magouilles moi cela va changer. Son programme c'est le plus beau numéro d'illusioniste du plus grand cabaret

  • Par Carol Langloy - 31/07/2018 - 09:50 - Signaler un abus tout est bon pour abattre Macron

    L'affaire Benalla est en train de faire "pschitt". il faut donc trouver autre chose pour abattre le trouble-fête que nous avons élu, quitte à affaiblir la France. Macron serait "incompétent" après des présidents miraculeusement efficaces comme Mitterrand, Chirac (!), Sarkozy, Hollande ? Non, je crois surtout que sa volonté d'agir sur les causes plutôt que sur les effets comme ses prédécesseurs l'amène à emprunter une voie plus lente. Mais tellement plus sûre à terme. Rendez-vous dans quatre ans. En attendant laissons les travailler au lieu de s'ingénier à leur mettre des bâtons dans les roues.

  • Par Ganesha - 31/07/2018 - 10:02 - Signaler un abus La vraie, la grande question

    La vraie, la grande question, et pour laquelle je n'ai encore que des hypothèses de réponse : quelle est la raison profonde de la haine irrationnelle, du rejet empreint de terreur, que manifeste mr. Goetzmann envers le Populisme ? Il y a désormais des centaines de millions d'électeurs européens qui votent pour des partis souverainistes, et les portent au pouvoir dans leur pays. Certes, ces simples particuliers ne jouissent pas, les malheureux, de l'intelligence super-naturelle de notre chroniqueur-expert, mais de là à les considérer comme des salauds et des imbéciles !

  • Par Olivier62 - 31/07/2018 - 10:06 - Signaler un abus Pas son problème

    Il est inutile de demander à Macron plus qu'il ne peut donner. Il n'est qu'un petit arriviste "construit" intégralement par les médias. C'est une marionnette nommée par le système financier international pour défendre ses intérêts, pas ceux des français ! Que le pays coule lentement mais surement est le cadet de ses soucis; qu'est-ce que ça lui rapporte à lui personnellement que le pays aille bien ou mal ?

  • Par Ganesha - 31/07/2018 - 10:09 - Signaler un abus Mafia

    Évidemment, mr. Goetmann ne fait ici que s'aligner sur les convictions du Medef et des milliardaires, qui possèdent l'intégralité des médias, ce qui leur a permis de téléguider le vote de deux tiers de veaux et de moutons. Mais ce constat ne fait que déplacer la question. Cette oligarchie, cette Mafia, a-t-elle le pressentiment que si Marine Le Pen arrivait au pouvoir, elle mettrait aussitôt fin à leurs activités immensément lucratives, à leur ''petit business'', si juteux ?

  • Par Ganesha - 31/07/2018 - 10:17 - Signaler un abus Abonnés d'Atlantico

    Au niveau des abonnés d'Atlantico, l'explication, la réponse est un peu plus facile : ils et elles viennent ici, naïvement, quotidiennement, se confesser. Ce que ces pieux dévots et ces grenouilles de bénitier reprochent d'abord à Marine Le Pen, c'est qu'elle semble déterminée à agir de façon égalitaire envers les 65 millions de citoyens français. Pour ces ''momies de droite'', c'est l'exacte définition d'une ''dangereuse gauchiste''. Mais encore plus incroyablement hilarante, c'est la conviction farfelue qui sévit parmi ces gentils retraités catholiques aisés : le magnifique Laurent Wauquiez, ce macho avec sa mâchoire carrée et son blouson rouge, serait la réincarnation de François Fillon, du même niveau hiérarchique que Jésus-Christ, un prophète envoyé par Dieu lui-même, avec une seule et unique mission : sauvegarder leur patrimoine !

  • Par adroitetoutemaintenant - 31/07/2018 - 10:26 - Signaler un abus Quelle époque formidable !

    L'histoire de la 5 ème république est une succession de présidents dont le QI diminue. Avec ce saltimbanque on en est à environ 110. Bien sûr, plus le QI est bas et plus l'effet Dunning-Kruger est important. Cet effet explique pourquoi moins on en connaît et plus on croit en connaître! Ce qui explique bien le "venez vous mesurer à moi" du couillon!

  • Par cloette - 31/07/2018 - 10:32 - Signaler un abus @Carol Langlois

    Macron a été mis là par la haute finance, ce qui veut dire que la priorité n'est pas l'intérêt du pays mais du système financier international . C'est pourtant clair comme de l'eau de roche ! Il a bénéficié des 5% de Bayrou à qui certainement "on" avait demandé de le faire ( une semaine avant il fustigeait durement Macron et a retourné sa veste avec un cynisme stupéfiant ) , Ces 5% lui ont permis de passer devant Fillon et d'être avec MLP)

  • Par kidu - 31/07/2018 - 10:33 - Signaler un abus C'est sûr que par rapport à votre Maître à penser Hollande...

    il ne fait pas le poids ! Si vos compétences sont meilleures que les siennes, n'hésitez pas à affronter le suffrage universel plutôt qu'à enferrer votre talent dans une discussion de comptoir dont on connaît déjà le parterre qui vous écoute !!

  • Par guy bernard - 31/07/2018 - 10:36 - Signaler un abus on se contente de passer outre...

    les solutions à nos problématiques sont évidentes : passer d'un banal controle de gestion de l'etat qui répercute ses besoins croissants injustifiés à un management de la performance avec des outils de controle permettant efficacité et efficience. sur le plan juridique, on peut se permettre quasiment tout à condition de lui donner un cadre légal. enfin, plutôt que d'imposer un discours humaniste pour etre un leader européen, il vaut mieux etre un homme de liaison et de synthèse. c'est du niveau d'un BTS Management, et aucune de ces compétences n'est acquise. on se contente de passer outre...

  • Par tiopere 1 - 31/07/2018 - 10:56 - Signaler un abus politique a la Duvalier

    en effet , sa politique économique a consisté a enrichir les très riches de sa caste tout en étant , par l'augmentation massive des impots , le fossoyeur des classes moyennes , mais sans résultats sur le déficit et la dette .Il semblerait par ailleurs qu'il pourrait avoir conçu de recruter une milice privée dans les cités , un peu sur le modèle des tontons macoute , car il n'a confiance ni dans la gendarmerie ni dans la police .

  • Par adroitetoutemaintenant - 31/07/2018 - 11:13 - Signaler un abus @ tiopere

    Bravo ! La comparaison avec Papa Doc et Bébé Doc est non seulement amusante mais aussi judicieuse. Je demanderai à mes copains haïtiens ce qu'ils en pensent.

  • Par Ganesha - 31/07/2018 - 11:17 - Signaler un abus Conseils

    Il vous reste encore environ 300 jours pour vous lamenter et réfléchir. Après, ceux qui n'auront pas voté pour élire des députés européens Rassemblement National n'auront qu'à suivre l'exemple de Kelenborn et se désabonner. Personnellement, si vous cherchez un monastère pour vous enfermer, je vous conseille d'essayer plutôt les Bouddhistes. (''ancien véhicule'', pas Zen Soto !) Vous y trouverez infiniment plus de sérénité que chez les Trappistes ou les Carmélites !

  • Par Citoyen-libre - 31/07/2018 - 11:19 - Signaler un abus Il joue la montre

    Le gouvernement fait des réformes, des tas de décrets passent en catimini qui vont impacté insidieusement la vie des français. Il savait que l'année 2018 serait dure à passer, car aucune amélioration n'est perceptible. Il temporise en amusant la galerie avec le foot, le Benalla, la Chiappa, et d'autres ragots dont sont friands nos médias, toujours très proches de la bêtise médiatique. Il espère avec la réduction des impôts locaux, une bouffée d'oxygène en fin d'année. 2019 sera l'année clef, l'année des résultats. Mais des résultats pour qui ? N'est-ce pas pas la politique de Colbert qui est poursuivi depuis des décennies ? N'est-ce pas encore la classe intermédiaire qui va régaler les deux autres ? Et qu'elle sera la réaction d'une opinion public déjà résignée sur beaucoup de sujets ? Elle va se tourner béatement vers les ambitieux, à titre personnel, que forment cette opposition insipide et sans saveur !!! Je crois, que nous partons une fois de plus vers un quinquennat sans relief ,sans courage ou pratiquement toujours les mêmes vont y trouver leur compte, c'est à dire les assistés et les nantis. Alors que les forces vives de ce pays se trouvent dans la classe intermédiaire.

  • Par Tattegrain - 31/07/2018 - 11:26 - Signaler un abus E.Macron et ses "echecs".

    Cet article, même si l'on est "proMacron" est interessant dans ce sens ou le constat est assez exact. Mais là encore, l'on tombe dans le journalisme de critique qui ne fait aucune suggestion, quelle soit économique ou politique et qui tienne compte bien sûr de l'environnement actuel. Donc note 5 sur 20 à N. Goetzmann. et non pas à E.Macron. lol

  • Par ajm - 31/07/2018 - 13:19 - Signaler un abus Premiers résultats.

    De fait, les premiers résultats diplomatiques , économiques et dans les domaines du regalien ( sécurité, justice, contrôle des frontières, état des armées. ..) de la presidence Macron sont pour le moins mediocres et bien dans la continuité de ceux de son prédécesseur. En verra bien le bilan en 2022.

  • Par Podoclaste - 31/07/2018 - 13:55 - Signaler un abus À la française

    L'auteur le dit du bout des lèvres, répétons-le plus fort (et j'ai voté blanc, c'est dire si je l'aime), Macron n'est pas responsable de la crise de 2008 et de ses répliques. Que voulez-vous qu'il fasse ? Dès qu'un politique commence à réformer, sa cote dégringole. Fillon nous a donné 10 ans en réformant la retraite par répartition. Résultat ? Il plonge parce que sa brave épouse, comme des légions de fonctionnaires en France, a touché un salaire sans vraiment travailler. Cessons d'attendre le père noël en critiquant ses lutins. Aucun président ne sauvera jamais la France, ça c'est le boulot des citoyens.

  • Par Tattegrain - 31/07/2018 - 14:02 - Signaler un abus On voit "fleurir" un nombre

    On voit "fleurir" un nombre incroyable d'articles sur le doute soudain de la capacité d'E. Macron à gouverner la France. "Ce qui intéresse le journaliste, ce sont les trains qui déraillent ou qui arrivent en retard. Il préfère ce qui ne fonctionne pas". Jean d'Ormesson

  • Par LOTHARINGIEN 31 - 31/07/2018 - 14:10 - Signaler un abus PAS SURPRENANT !

    la vérité est que Macron , comme Hollande , a été élu par défaut ... Pas la meilleure garantie d'avoir un bon Président ( cf le capitaine de pédalo, monsieur petites blagues , fraise des bois etc) ... En plus quand on a la grosse tête (macron-céphalie) difficile de se remettre en question , Jupiter se croit , se dit et se vit comme infaillible ( cf le Pape ...) Macron est un financier , qui raisonne en financier , pas en économiste . Un spécialiste des fusions acquisitions n'est pas un expert en gestion . Seul le retour sur investissement rapide est son credo . On n'investit pas pour l'avenir , on marche par "coups" . Si on peut triompher dans une élection ( ...à vaincre sans péril ...) il est plus difficile de durer sur le long terme et surtout de convaincre . Facile d'augmenter les impôts comme il l'a déjà fait sous Hollande , plus dur d'améliorer l'Economie du Pays , sa compétitivité , son dynamisme , sa foi en lui-même etc etc . Il est "fier" d'avoir embauché Benallah " expert nervi " de 25 ans et nommé lieutenant colonel . Surprenante fierté , digne de la gay pride ...

  • Par Poussard Gérard - 31/07/2018 - 14:34 - Signaler un abus La réponse est dans question et 24% de benets

    Ont été abusés par la com, les propos sirupeux, le faux vrai couple du dandy avec mamie alibi.. Alors que ce banquier enarque sponsorisé par les labos les financiers de la gauchosphere nous a traités de criminels contre l'humanité, illettrés, fainéants, gens qui ne sont rien etc.. . Ce pays a perdu tout bon sens

  • Par ajm - 31/07/2018 - 15:33 - Signaler un abus Fable

    Il faut arrêter cette fable de Macron financier travailler deux ans dans les fusions acquisitions comme commercial ne fait pas de vous un financier.

  • Par Ganesha - 31/07/2018 - 15:37 - Signaler un abus Cafards

    Sur Atlantico, j'étudie les Ripoublicains avec autant de passion qu'un entomologiste observant un nid de cafards au microscope ! On dit que la France possède la Droite la plus bête du monde : c'est un véritable régal ! On dit qu'il ne faut jamais écraser un filloniste, car cela lui permettrait de répandre ses œufs. Par contre les pièges à base de colle forte permettent de les neutraliser efficacement.

  • Par Liberte5 - 31/07/2018 - 16:26 - Signaler un abus E. Macron est compétent ce pourquoi il a été élu.

    E. Macron n'a pas été élu pour arrêter le flux massif d'immigrés clandestins venant d'Afrique. Au contraire , il en veut plus.Il n'a pas été élu pour stopper le déclin de la France.Il a été élu pour que perdure une France socialiste gouvernée par la haute fonction publique. Et c'est ce qu'il fait avec des réformes à minima qui évitent au bateau France de couler trop vite. Il reste soutenu par les entreprises qui bénéficient d'un capitalisme de connivence et qui depuis 40 ans n'ont jamais porté de projets innovants. Il ne fera jamais ce qu'a fait D. Trump : baisser massivement les impôts et supprimer des milliers de règlements et de normes qui paralysent les entreprises, pour leur demander d'investir. E. Macron ne dénonce jamais les mauvais accords que l'Europe a passé avec la Chine.La désindustrialisation est maintenant irréversible. La France a élu un technocrate, elle est gérée par la technocratie. Le pays va continuer à décliner pendant 4 ans. Il n'y a , à mon avis, peu de chance pour que ce pays redevienne ce qu'il était. Les médias continueront à soutenir Macron, estimant même que c'est un génie.

  • Par GP13 - 31/07/2018 - 16:31 - Signaler un abus Le suffrage ne donne aucune compétence.

    Et la compétence politique n'existe pas, à moins de considérer la politique comme une branche de la gestion, dans laquelle les énarques excellent. Un bon politique doit posséder courage, imagination et bon sens. Le reste, alors, peut suivre.

  • Par Liberte5 - 31/07/2018 - 16:35 - Signaler un abus Jamel Debbouze aurait pu être ministre..

    Il a refusé!! On voit où se porte l'intérêt de Macron. Les banlieues, l'Afrique. Des Africains homos ont même été invités le 14 juillet. Je regrette que Debbouze ait refusé. C'eut été drôle.

  • Par A M A - 31/07/2018 - 17:08 - Signaler un abus Il n'est pas arrivé par

    Il n'est pas arrivé par hasard. Il a été choisi, nommé, et ensuite plébiscité. Il a reçu une mission dont il s'acquitte scrupuleusement. S'il semble qu'il y ait échec, c'est qu'il fait tout pour que ce soit ainsi. Tout doit se dégrader et il doit entrainer le pays avec lui dans la dégradation, même la dépravation, pour que la personnalité de ce peuple disparaisse dans une soupe européenne. Le terme de populisme le disqualifie, parce que le populisme, c'est l'âme du peuple, celle qu'il veut anéantir, parce qu'elle est incompatible avec le schéma mondialiste auquel il adhère. Et le pauvre peuple a été amené à acclamer dans le délire le succès d'une équipe africaine et musulmane, peuple à qui il ne cesse de demander de brader son identité.

  • Par cloette - 31/07/2018 - 18:11 - Signaler un abus @ajm

    Comment se fait il que J Attali en 2013 ait prévu que Macron serait le prochain président en 2017?

  • Par ajm - 31/07/2018 - 19:20 - Signaler un abus Dépasser ses compétences.

    AMA: n'exagerons pas Macron pense sincèrement qu'il peut réussir. Comme ses prédécesseurs au même poste, tout, jusqu'à présent, semblait lui réussir, avec au final son élection comme Président. Il se croyait et se croie encore "invincible" . Mais sortir la France de sa gangue etato-socialo installée depuis des décennies et "enrichie" à la sauce écolo , à l'immigration massive et au monetarisme Allemand, dépasse visiblement ses compétences et son "business model".

  • Par gerint - 31/07/2018 - 19:38 - Signaler un abus @Cloette

    Vous posez une question cruciale. La suite des événements je crois à apporté la réponse. La stratégie Attali et consorts a réussi

  • Par Anouman - 31/07/2018 - 20:02 - Signaler un abus Compétence

    " C’est bien la compétence de l’exécutif face aux défis actuels qui pose désormais question" Ce n'est pas nouveau. Peut-être que la répétition de cette incompétence finit par réveiller les plus somnolents. Mais en lisant le programme de Macron on avait déjà une bonne idée de ses compétences (sans compter son expérience avec Hollande). A croire que les gens sont incapables de réflexion en période d'élection. Car je peux comprendre que certains ont voté au deuxième tour pour Macron sans être convaincus. Mais aux législatives il y avait le choix de ne pas laisser les pouvoirs absolus à LREM. Résultat, abstention massive qui lui a permis d'empocher le gros lot.

  • Par vangog - 31/07/2018 - 23:52 - Signaler un abus Vous sentez le vent qui tourne?...

    Ce vent qui tourne à la liberté de pensée, un beau vent pour la France, alors que la Girouette Macrouille continue d’indiquer les bas-fonds de la haute finance Minc-Attali-Soros...une belle merde! la gauche s’est encore choisi un champion nul, une grande illusion, qui fait pschiiittt en a peine un an et demi...le prestidigitateur voit tous ses tours éventés, et les gogos quittent la salle, déçus et frustrés...pas bon ça!

  • Par Haddock36 - 01/08/2018 - 09:39 - Signaler un abus Attentio danger

    Sans qu’il s’en rende compte, Macron accumule rancœur et frustrations qui rendent sa position très précaire . Les français commencent seulement à réaliser qu’ils se sont fait avoir aux présidentielles ; l’affaire Benalla, somme toute coutumière de notre république bananière, a cristallisé une colère sourde qui s’aggrave lentement. Le succès financier de la loi des 80kmh, n’a pas fini de faire parler d’elle à un moment où le climat social se dégrade sérieusement. Les français sont connus pour leur passivité et leur apathie face au pouvoir, mais aussi pour leur violence quand on se moque un peu trop d’eux et qu’on les méprise .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr.
 
Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€