Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 09 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’accord secret entre Mario Draghi et Jean-Claude Juncker pour relancer la croissance en Europe

Les deux hommes les plus puissants en Europe, Mario Draghi et Jean-Claude Junker, ont fait l’objet cette semaine d’une campagne de déstabilisation. A croire que leurs projets communs de restaurer les équilibres européens gène beaucoup d’intérêts partisans et nationaux. Si c’est le cas, cela veut dire que leur projet est incontournable.

Complot anti européen

Publié le
L’accord secret entre Mario Draghi et Jean-Claude Juncker pour relancer la croissance en Europe

Mario Draghi, le président de la BCE. Crédit Reuters

Le président de la banque centrale européenne a cette semaine confirmé le cap qu'il avait fixé : faire grossir le bilan de la BCE à la taille qu'il avait en 2012… Concrètement cela signifie qu'il pourrait injecter jusqu’à 1000 milliards d’euros en liquidités dans les économies de la zone euro en rachetant massivement des dettes souveraines et privées. C’est ce qui s’appelle en langage politiquement correcte des interventions non conventionnelles.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz 

Vulgairement, on peut dire aussi qu’il pourrait brancher prudemment la planche à billets...Prudemment parce que les traités sont très pudiques sur ces procédés. Le fait nouveau cette semaine, c’est qu'il a confirmé son ambition de lutter contre la déflation si jamais elle s’installait durablement dans l’économie et résultait d’un mouvement qui aille au-delà de la baisse très spectaculaire du prix du pétrole, principal responsable de l'effet précité. 

Le fait nouveau est qu'il a aussi dévoilé un secret des délibérations du conseil des gouverneurs de banques centrales de la zone euro, en précisant que sa politique avait été accepté à l’unanimité. Il a donc voulu faire taire les rumeurs savamment distillées selon lesquelles il était l’objet d’une cabale lui reprochant ses tentations trop laxistes. Difficile de dire si Mario Draghi est menacé comme se sont plu à le dire les observateurs anglo-saxons, soulignant un désaccord profond avec l’Allemagne. Ce que l’on peut dire avec certitude, c’est trois choses :

  • D’abord, les Américains et les milieux financiers anglo-saxons ont tout intérêt à affaiblir la zone euro et le président de la BCE. Plus la zone euro sera faible, mieux ce sera pour Wall Street qui récupère ainsi l'activite perdue en Europe.
     
  • Ensuite, il est évident que l’Allemagne est excessivement vigilante sur le respect du traité monétaire européen. C’est dans sa culture ; beaucoup en Allemagne ont intérêt a dénoncer Mario Draghi dès qu'il a des velléités de soutien monétaire, mais jamais la chancelière ou le gouverneur allemand n’ont fait de remarques désobligeantes.
     
  • Enfin, tout le monde sait en Europe que Mario Draghi a une ambition qui pourrait l’amener parfois à franchir la ligne jaune. Quelques-uns se souviennent qu’il y a trois ans, le 6 novembre 2011, lors de son arrivée officielle à la succession de Jean-Claude Trichet, à Francfort, Mario Draghi avait fait sensation en répondant à Mme Merkel qui lui rappelait les principes qui régissent la BCE :
     

« Merci, Mme la Chancelière, j’ai bien compris que la BCE était indépendante du pouvoir politique, de tous les pouvoirs politiques, y compris du pouvoir politique allemand. » Mme Merkel a souri.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 08/11/2014 - 10:37 - Signaler un abus Mario Draghi + J.C. Junker

    Votre titre est peut induire en erreur. Si complot européen, il y a, il n'est certainement pas de leur fait. Bien au contraire, une bonne entente entre la Commission et la BCE ets la condition d'une bonne politique de relance en Europe. Et J.C. Junker a parfaitement raison de rappeler que les accords dits de "fiscal ruling" sont parfaitement légaux et entérinés par tous les règlements et traités internationaux. La vraie question est: d'où viennent ces attaques infondées?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€