Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Accord sur le nucléaire iranien : la diplomatie européenne au pied du mur

Donald Trump a annoncé mardi soir le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, un accord qu'il qualifie de "désastreux". Face à ce choix, les Européens vont essayer de sauver ce qui peut l'être.

Crise

Publié le

Même si la sortie des Etats-Unis va renforcer la position des conservateurs et des Gardiens de la révolution en Iran, est-ce que cela signifie pour autant que ces derniers vont reprendre la main à Téhéran?

Les Iraniens sont des pragmatiques. Les "durs" déjà engagés dans un bras de fer constant avec Rohani vont être renforcés dans leur opinion que l'on ne peut pas faire confiance aux Etats-Unis.

Très clairement Trump leur donne raison. Mais au-delà de cela je ne pense pas que cela déclenchera une agressivité supplémentaire de l'Iran.

 Maintenant si les négociations entre les acteurs iraniens conduisent à la décision de revenir à un enrichissement à 20% de l'uranium  et donc une sortie de l'accord alors là on s'orientera vers un rapport de force plus prononcé et cela sera encore plus difficile de négocier avec eux. Dans ce cas-là on pourra parler de défaite de la diplomatie européenne au vu des efforts qui ont été investis. Tout sera conditionné à l'application de nouvelles sanctions économiques.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gerint - 09/05/2018 - 12:33 - Signaler un abus Qui peut croire le pouvoir Iranien ?

    Ce sont les champions du double langage.

  • Par eva - 09/05/2018 - 15:47 - Signaler un abus amsallem

    Les europeens les rois de la collaboration version Pétain , ils préferent se faire avoir par ces fourbes de o mollahs , le déni ça va faire mal , pauvre Europe en voie de désintegration voici l'heure de la grande soumission .

  • Par J'accuse - 09/05/2018 - 17:07 - Signaler un abus La diplomatie européenne ?

    Quézaco ? Depuis quand l'UE a-t-elle une diplomatie ? Parce que Trump fait l'unanimité contre lui, on va appeler ça une diplomatie commune ? Les gouvernants de l'UE, contredisant à chaque occasion leur vision fédéraliste, n'ont jamais eu quoi que ce soit en commun, et surtout pas la diplomatie. Macron voudra tirer la couverture à lui, ce qui déplaira forcément aux autres, et l'Iran profitera de la cacophonie générale. Tout ça pour éviter une bombe dont les Iraniens ne veulent pas, et qu'ils pourraient avoir s'ils le voulaient, même si ça ne plaît pas à Israël. Les dirigeants préfèrent inventer des problèmes pour se mettre en valeur, plutôt que de régler les vrais problèmes des peuples.

  • Par Atlante13 - 09/05/2018 - 17:59 - Signaler un abus La diplomatie européenne?

    Ah oui, vous voulez parler des guignolades de Jupiter à Washington? Ou de la visite de Merkel deux jours après? En toute concertation, of course...

  • Par Marie-E - 09/05/2018 - 19:29 - Signaler un abus La diplomatie européenne

    C'est Mogherini la "cheffe". Autant dire que l'Europe est mal partie.

  • Par philippe de commynes - 10/05/2018 - 09:19 - Signaler un abus Trump Ubu président.

    "Donald Trump, pour qui, la marque de fabrique est d'honorer toutes les promesses qu'il a tenues pendant sa campagne" Oui mais, il avait aussi promis de rompre avec la politique des néo-conservateurs telle que mise en place par bush junior en Irak avec les résultats désastreux que l'on sait. Les républicains anti néo-cons se sont rassuré en se disant que le discours anti-Iran était de la traditionnelle démagogie électorale : ils ont eu tort : aujourd'hui il est clair que ce sont eux qui se sont fait avoir .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Thierry Coville

Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays.
 
Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches sur l’Iran contemporain et a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages sur ce sujet.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€